Archives par étiquette : traduction

Séminaire: Susan Blattès (Grenoble-Alpes), Marianne Drugeon (Paul-Valéry Montpellier 3), Claire Hélie (Lille), Marie Nadia Karsky (Paris 8), Estelle Rivier-Arnaud (Grenoble-Alpes), Agathe Torti-Alcayaga (Paris Sorbonne Nord), The Gut Girls de Sarah Daniels, une expérience de traduction collaborative – Mardi 26 mars 2024 18h – Site Saint-Charles 1 salle 126

Brief synopsis of The Gut Girls :

The play tells the story of a small community, the “Gut Girls”, who work in a gutting shed at Deptford cattle market, in the South East of London in 1900. This work means they remain at the margins of society, but it also gives them some autonomy, gritty and distasteful as it is: the salary is higher than what women usually get, and they are, up to a point, considered equal to men. Because the work is hard, they use humour and irony to their heart’s content, and try to avoid Lady Helena’s club, which she has set up to teach them how to speak and behave properly. Unfortunately, the cattle market is soon to close, in the wake of progress in refrigerating meat. Each “Gut Girl” will have to find another way to survive: some will marry, most will become servants – and one of them may die as a consequence – and some will find jobs in a factory. Patriarchy, and capitalism, which had been questioned and jeopardised for a time by the small community of the “Gut Girls’, close down upon them, except perhaps one, who now works in a factory where they have a union.

Our Project:

We are a team of six researchers and translators from different universities, and we have set up to translate the play over the last year in a cooperative and collaborative way. We will present our work from different angles: its method (how is it possible for six translators to work together on the same text?), its translation (the play is riddled with puns linked to a particular sociolect, that of the working class in 1900 London) and its historical and literary context (But who are the “Gut Girls, and what does their work tell us?)

                                   Schonell Theatre, 2019

Connecticut Repertory Theatre, 2004

Bref synopsis The Gut Girls :

La pièce retrace le destin d’une petite communauté, celle des « Gut Girls », ouvrières travaillant dans les hangars d’éviscération du Marché aux Bestiaux de Deptford, à la périphérie de Londres, en 1900. Bien que leur activité les relègue en marge de la société, ce labeur peu ragoûtant leur permet de jouir d’une certaine autonomie, car leurs salaires sont supérieurs à ceux ordinairement octroyés aux femmes. Par ailleurs, la nature de leur travail les met sur un relatif pied d’égalité avec les hommes. Pour tenir dans des conditions aussi difficiles, elles manient sans modération l’humour et l’ironie et ne se rendent que sous la contrainte au club que Lady Helena a ouvert pour elles afin de leur inculquer les codes linguistiques et sociaux policés. Tout change avec la fermeture du Marché aux Bestiaux, lorsque la réfrigération naissante permet aux éleveurs de dépecer les bêtes sur place avant de les envoyer découpées alimenter les marchés de Londres. Chaque « Gut Girl » doit trouver un moyen pour survivre : certaines se marient, la plupart des autres entrent en domesticité – l’une d’entre elles le payera peut-être de sa vie -, d’autres vont travailler en usine. L’ordre patriarcal, ici mis en parallèle avec l’ordre capitaliste, un instant déstabilisé par la petite communauté des « Gut Girls » se referme sur elles toutes, à l’exception peut-être de l’une d’entre elles qui rejoint une usine où s’est monté un syndicat.

Notre projet :

Nous sommes une équipe de six enseignantes-chercheuses et traductrices d’universités différentes, qui traduisons la pièce depuis plus d’un an de manière coopérative et collaborative : nous présenterons notre travail sous les différents angles de sa méthode (comment peut-on traduire à six ?), du travail de traduction (en particulier la difficulté de rendre compte d’un sociolecte daté mais aussi des jeux de mots nombreux) et du travail d’analyse historique et littéraire (Qui sont les « Gut Girls » ? que nous raconte leur travail ?).

Séminaire EMMA/(Inter)Agir – mardi 26 septembre 2023 18h, site St Charles.

Jeroen Vandaele (Univ. Ghent) nous invitera à réfléchir aux conditions dans lesquelles l’humour grinçant peut être reçu et traduit. Sa présentation est intitulée : « Cringe Across Communities. Understanding and Translating The Office with Erving Goffman ».

 

*****************

Cringe Across Communities. Understanding and Translating The Office with Erving Goffman 

Erving Goffman provides a brilliant ‘micro-sociological’ analysis of how individuals manage their image in front of others. In public, individuals intend to promote what they think is a positive self-image and therefore conceal image-incompatible information and supply image-enhancing information. Moreover, image enhancement is most effective when it seems a natural and unconscious expression that individuals give off, not a conscious effort to make an impression on others. When these mechanisms fail, there is face loss, the individual may experience embarrassment, and become the object of comedy. If there is antagonism between the embarrassed and the audience, the felt comedy is usually a form of Schadenfreude. However, the embarrassment may also carry over on the audience, which leads to second-hand embarrassment—cringe— and the mixed emotion called cringe comedy. In this paper, I show that both Schadenfreude and cringe are dominant emotive effects in the sitcom The Office (British and American versions), I investigate how these two distinct emotions come about, and how they fare in translation. 

Jeroen Vandaele teaches courses in literary translation and Hispanic literatures at Ghent University. Earlier he was professor of Spanish at the University of Oslo, teaching courses in poetics, translation studies, and discourse analysis. In Fall 2023 he is a Mare Balticum Fellow at the University of Rostock (Germany), for the domain of translation studies. He is the author of Estados de Gracia, which is a monograph on the censorship, translation, and influence of Billy Wilder in Francoist Spain (published by Brill in 2015) and, more recently, of Translation and Big Details, a monograph in press at Routledge New York. Among the volumes he edited or co-edited are Cognitive Poetics (Mouton de Gruyter) and Translating Humour (a special issue of The Translator). In the domain of humor research, one of his biggest efforts is the double essay “Narrative Humor,” published in Poetics Today

Rencontre au Festival d’Avignon – Mardi 18 juillet 12h – Café des Idées

Thème 2 (L’Inter)Agir

Rencontre avec l’auteur Tim Crouch et sa traductrice Catherine Hargreaves

Avec les laboratoires CAS/EMMA/LERMA au Cloître Saint-Louis

Marianne Drugeon a animé au cloître Saint-Louis, au côté de Déborah Prudhon docteure en études anglophones et PRAG à l’université d’Aix-Marseille, une rencontre entre Tim Crouch et sa traductrice Catherine Hargreaves autour de l’œuvre du dramaturge anglais et, en particulier, de sa dernière pièce Truth’s a Dog Must to Kennel (À la niche, chienne de vérité !) ainsi que de An Oak Tree (Un chêne), toutes deux jouées au Festival in d’Avignon. Cette rencontre sera l’occasion de présenter le travail foisonnant de Tim Crouch, d’aborder la question de son écriture, de s’intéresser à son statut singulier d’auteur-acteur-metteur en scène et d’explorer les défis de la traduction pour la scène.

Plus d’infos :
festival-avignon.com/fr/edition-2023/programmation/rencontre-avec-tim-crouch-et-sa-traductrice-catherine-hargreaves-341191#page-content

Vous pouvez retrouver la captation de la rencontre: https://festival-avignon.com/fr/audiovisuel/rencontre-avec-tim-crouch-et-sa-traductrice-catherine-hargreaves-347456

Les poètes traduisent les poètes

MAISON DE LA POESIE JEAN JOUBERT
Projet lauréat 2023 « Montpellier capitale européenne de la culture 2028 »

Rencontres avec Jena OSMAN

JEUDI 25 MAI – 18H ET 19H15

MAISON DE LA POESIE JEAN JOUBERT

En partenariat avec
Le Département d’Études anglophones
UFR2 Langues et Cultures étrangères et régionales

EMMA Études Montpelliéraines du Monde Anglophone Université Paul Valéry Montpellier 3

Jena Osman est une poète, chroniqueuse littéraire, anthologiste, éditrice, librettiste, universitaire américaine née à Philadlephia, Pennsylvanie, en 1963.

Jena Osman publie son dernier recueil Motion Studies en 2019 chez Ugly
Duckling Presse. Son prochain livre, A Very Large Array: Selected
Poems
paraîtra en octobre 2023 chez DABA press. Elle est co-fondatrice de la
revue littéraire internationalement reconnue Chain qu’elle a co-éditée pendant
douze ans (1994-2005) avec Juliana Spahr ; elle enseigne dans le programme
d’écriture créative MFA à Temple University (Philadélphie). En français, on
peut lire : « Tableau périodique des éléments réagencé par le Dr. Jivago,
oculiste » (traduction collective à l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux) paru
dans la collection « Format Américain », dir. Juliette Valéry (1998), ainsi que
« The Doubles » dans la revue ISSUE (traduction de Jean-Charles Depaule) et
des extraits de Memory, Error Théâtre (2003), traduction par l’association Double Change.

18h QUIPU PROCEDURE Conférence de Jena OSMAN
Jena Osman écrit un nouveau recueil d’essais-poèmes intitulé « A Textile Coincidence ».
Quipu Procedure suit certaines des tendances du projet en reliant l’ancienne technologie de collecte de données du quipu utilisée par la poète-artiste Cecilia Vicuña à des algorithmes contemporains qui collectent et trient les données produites par nos corps à des erreurs créatives dans les algorithmes de traduction automatique. Qu’est-ce qu’un quipu a en commun avec un métier à tisser, et qu’est-ce qu’un métier à tisser a en commun avec un ordinateur ? Quelles sont les affinités entre la collecte de données ancienne et l’exploration de données contemporaine ? Est-il possible d’écouter la machine, de fouiller les algorithmes et d’y trouver de la poésie ? (La conférence est donnée en anglais.)

19h15 POETRY TALKS

Lectures bilingues des textes de Jena Osman et échanges sur la traduction.
Des membres de l’association étudiante montpelliéraine, LUK junior traduction, ainsi que des étudiants du département d’études anglophones de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 participeront à la lecture bilingue.
Modération : Fiona Mc Mahon, avec la participation de Karim Daanoune.

Jena Osman, 25 mai 2023

Aya Arifi et Camille Geisler, étudiants en licence d’études anglophones, lisent les poèmes qu’elles ont traduits en français
Jena Osman, 25 mai 2023

Séminaire ACT (Anglophone Contemporary Theatre): debbie tucker green à l’épreuve de la traduction scénique – vendredi 16 décembre 9h-17h Salle des Colloques 1

Séminaire co-organisé par Marianne Drugeon (EMMA), Agnès Lafont (IRCL), Emeline Jouve (CAS) et Sophie Maruejouls-Koch (CAS), avec la participation des L2 et L3 du département d’Études Anglophones et des L2 du département d’Études Théâtrales.

Programme

9h : ouverture du colloque

9h30 : conférence d’ouverture par Clare Finburgh-Delijani et Lynette Goddard
“Haunting and Historical Racism in debbie tucker green’s theatre” (zoom)

10h30 : pause-café

11h-13h : Mises en voix en français et en anglais d’extraits de pièces de debbie tucker green par les étudiants de licence d’études anglophones sous la direction de Béla Czuppon et d’études théâtrales sous la direction d’Elisabeth Gavalda

13h : pause déjeuner

14h-17h : Table ronde
L’écriture de debbie tucker green, de la page à la scène, de l’anglais au français.

La table-ronde réunira :
En présence :
Béla Czuppon, metteur en scène des lectures par les étudiants en études anglophones
Sébastien Derrey, metteur en scène de mauvaise au T2G (Gennevilliers)
Elisabeth Gavalda, metteuse en voix des étudiants de licence théâtre
Sophie Magnaud, traductrice demauvaise et générations
Séverine Magois, traductrice de générations et agente de debbie tucker green
En ligne :
Caroline Boisson, metteuse en scène de corde. raide au TNP (Lyon)
Emmanuel Gaillot, traducteur de corde. raide et lapider marie
Cédric Gourmelon, metteur en scène de corde. raide à la Comédie de Béthune
Blandine Pélissier, traductrice de corde. raide et lapider marie
Kelly Rivière, traductrice de corde. raide et lapider marie

L’après-midi sera ponctué de lectures par les étudiants de pré-pro théâtre (TE3PC1AN et TE5PC1AN) et de la diffusion d’extraits de captations des créations de Caroline Boisson, Sébastien Derrey et Cédric Gourmelon.

Ce séminaire est ouvert à tous ! Nous vous y attendons.

Journée Mondiale de la Traduction samedi 25 septembre 2021

Traduire ensemble
Regards croisés sur la traduction collaborative

 Pour la cinquième année consécutive, la Société Française des Traducteurs (SFT) et l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 vous invitent à fêter ensemble la Journée Mondiale de la Traduction. La manifestation aura lieu en format hybride : en présentiel sur le Site St.Charles (salle des colloques 2) et par visioconférence.

Programme

9h30 Café d’accueil
10h-12h30
Tables rondes, la traduction collaborative dans la formation et la pratique professionnelle des traducteurs
Avec:
Jennifer Olive, interprète en LSF, associée de la SCOP Des’L
Amélie Tremelo, chargée de projets, Traducteurs sans frontières.
Marianne Drugeon, maîtresse de conférences, traduction théâtrale, traduction collaborative
Ioan Badulescu, professeur de mathématiques
Morgane Crotti, doctorat en études italiennes
Isabelle Felici, professeure d’études italiennes, traduire en collectif

14h30-15h45 Conférence et atelier de traduction Aliens et Traducteurs, les langues imaginaires dans la fiction, Anne Isabelle François, maîtresse de conférences en littérature comparée

La journée se terminera par la remise des diplômes aux étudiants du Master traduction.

 Inscription et informations pratiques: https://www.weezevent.com/jmt-2021-traduire-ensemble

Séminaire ACT: Daniel Keene, rencontre et atelier de traduction

Une rencontre autour des textes de Daniel Keene, dramaturge contemporain australien a eu lieu le samedi 2 octobre de 14h à 18h à La Baignoire, 7 rue Brueys, 34000 Montpellier

Cette rencontre fait partie du programme du séminaire ACT (Anglophone Contemporary Theatre), co-organisé par Marianne Drugeon (EMMA – Paul-Valéry Montpellier 3), Sophie Maruejouls et Emeline Jouve (CAS – Toulouse Jean-Jaurès).

Nous avons eu le plaisir d’accueillir la traductrice Séverine Magois qui, dans un premier temps, nous a fait découvrir les textes de Daniel Keene au travers d’un atelier de traduction.

A 16h30, des comédiens issus du Cours Florent ont proposé une lecture publique des textes de Daniel Keene traduits lors d’un atelier avec les étudiants de Paul-Valéry Montpellier 3 en présence de Séverine Magois. La lecture a débouché sur un échange entre les participants et le public. Cette lecture était en accès libre.

Séminaire du 22 juin 2021: “Making kin through translation : Qu’est-ce qui nous relie et où on va ?”

Présentée dans le cadre du thème “Matérialités” cette séance sera animée par Adriana Serban et Paola Artero 

L’on connaît bien le rôle que joue la traduction comme médiation interculturelle, au cœur des interactions entre humains. Tout comme l’on sait que la traduction tisse des liens, crée des ponts, et qu’elle permet de voyager dans le temps et dans l’espace, à la rencontre de l’autre. Et si elle pouvait aussi créer des liens entre espèces ? Qu’est-ce que la traduction peut nous apprendre sur le vivre ensemble ? Dans un premier temps, nous allons proposer une réflexion autour de l’écotraduction et du concept de tradosphère, introduits par Michael Cronin (2017). Nous allons ensuite nous pencher sur un conte de fées roumain et deux de ses traductions en anglais, ce qui nous permettra de mettre en évidence un exemple de camaraderie entre un humain et un cheval (certes, magique), dans le contexte du voyage initiatique qu’ils entreprennent ensemble.

Adriana Serban et Rim Hassen (U. Warwick) ont présenté leur projet « Women Translators of Religious Texts ».

Mardi 9 mars 2021 (online)


Le CFP_VOL34-1_Women_Translators_Of_Religious_Texts

Résumé:

Women Translators of Religious Texts

We would like to present our joint project on women translators of sacred and other religious writings and, in particular, a collective volume we are currently working on which is, to our knowledge, the first publication entirely dedicated to women translators of religious texts, a topic at the intersection of several disciplinary fields. It was our aim to bring together translators of religious writings and scholars from various disciplines, working on women translators from different religious traditions and periods.

Rim Hassen studied for an MA and a PhD in Translation and Comparative Cultural Studies on women’s translations of the Quran at the University of Warwick, UK. She then worked as a Research Associate at the Cambridge Inter-faith Programme, University of Cambridge, translating, editing and compiling a database of religious texts for an online project. Currently, she is a Bilingual Education Officer at Durham City Council. Her main interests include women’s translations of religious texts, gender and translation, and translations of Arab women’s novels into English, French and German.

Hassen and Serban_EMMA talk_9.03.2021 (ppt de la présentation)

Séminaire ACT (Anglophone Contemporary Theatre)

mercredi 27 janvier 14h-17h, La Baignoire

Organisatrices: Marianne Drugeon (EMMA), Emeline Jouve et Sophie Maruejouls (CAS), avec la participation de la Maison Antoine Vitez, mercredi 27 janvier 14h-17h, La Baignoire (7 rue Brueys, 34000 Montpellier)

Dans un premier temps, un atelier de traduction s’est tenu tout au long de la semaine du 19 au 23 octobre 2020, qui a permis aux étudiants de L3 LEA et LCER, aux étudiants de Master LEA M1 et aux étudiants en Master recherche LCER de travailler à la traduction de la pièce de Daniel Keene, Beneath Heaven avec sa traductrice officielle Séverine Magois et le metteur en scène Béla Czuppon.

Dans un second temps, la traductrice Séverine Magois a proposé, à la suite de l’atelier, une traduction aboutie de la pièce Beneath Heaven, ainsi que d’autres textes de Daniel Keene également traduits par elle, aux élèves du Cours Florent de Montpellier qui en ont proposé une mise en voix sous la direction de Béla Czuppon.

Ce travail a été présenté à La Baignoire, lieu dédié aux écritures contemporaines, le mercredi 27 janvier.

À l’issue de la lecture, une discussion s’est ouverte entre la traductrice Séverine Magois, les enseignants et les étudiants ayant participé à l’atelier de traduction et les élèves acteurs.

Des photos de l’événement: