Séminaire EMMA “Adapting Margaret Atwood: The Handmaid’s Tale and Beyond”

Dans le cadre des activités en lien avec le Thème 2 “L'(inter)agir” du laboratoire de recherche EMMA, nous serons heureux.euses d’accueillir Shannon Wells-Lassagne (Pr Université de Bourgogne), spécialiste de l’adaptation filmique et des séries télévisées. Professeure Wells-Lassagne est invitée à présenter l’ouvrage qu’elle co-dirige avec Fiona McMahon (Université Paul Valéry Montpellier 3): Adapting Margaret Atwood: The Handmaid’s Tale and Beyond. L’ouvrage paraît chez l’éditeur Palgrave, dans la collection dirigée par Julie Grossman et R. Barton Palmer : “Palgrave Studies in Adaptation and Visual Culture series”.

Cette séance du séminaire EMMA, en lien avec le Thème 2 “L'(inter)agir”, aura lieu le 23 novembre à 18h00 en salle 126, campus Saint Charles.

Séminaire “‘Showcasing Empire’ Past & Present Or A Brief History of Popular Imperialism, from Britannia to Brexit”

Mardi 9 novembre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervenant: Berny Sèbe (University of Birmingham). Discutantes: Niaz Cary-Pernon et Anne-Marie Motard

Peut-on établir un lien généalogique entre Britannia (au travers notamment de la chanson patriotique Rule Britannia composée par Thomas Arne en 1740) et le Brexit ? Bien que le concept de « Empire 2.0 » ait parfois été mis en avant parmi les raisons qui ont permis aux partisans du Brexit de rendre plausible le principe d’une sécession de l’Union européenne, les raisons sur le long terme susceptibles d’expliquer le choix de 52 % de la population britannique un jour de l’été 2016 ont souvent été négligées. Cela est d’autant plus surprenant qu’une approche du phénomène du Brexit sur la longue durée révèle des continuités saisissantes, étalées sur plusieurs siècles. Les progrès historiographiques depuis les années 1980, ont montré l’influence persistante de l’expérience coloniale sur l’ADN de la culture et des pratiques politiques au Royaume-Uni, reflétée en particulier par une large gamme de manifestations culturelles qui ont atteint de nombreux publics différents dans les îles britanniques — ce que John MacKenzie a nommé le « popular imperialism » (culture coloniale en français). Ce séminaire explore l’hypothèse d’après laquelle cet attachement profond à l’empire a marqué la culture britannique à des degrés divers au moins depuis le dix-huitième siècle.

Cette présentation se fonde sur un article publié au printemps 2021 dans le numéro 93 des Cahiers victoriens et édouardiens d’EMMA, portant sur la thématique “Showcasing Empire, Then and Now: Material Culture, Propaganda and the Imperial Project”. Le numéro a été coordonné par Fanny ROBLES et Gilles TEULIÉ.

Séminaire “Lecture critique de Multicultural Citizenship de Will Kymlicka”

Mardi 26 octobre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention d’Anne-Marie Motard.

La discussion engagée par Will Kymlicka dans son ouvrage Multicultural Citizenship publié en 1995 explore le positionnement des penseurs, théoriciens et décideurs politiques identifiés comme « libéraux » sur les diversités nationales, ethniques ou culturelles, notamment l’articulation entre la tradition de pensée « libérale » et les droits des minorités de différente nature.

Kymlicka souligne les failles et les paradoxes de la pensée libérale contemporaine quant à la nature même des fondements philosophiques et des valeurs qui sous-tendent le « libéralisme » qu’il s’attache à définir ; le débat sur la prise en compte de la diversité au sein de la communauté nationale révélant nombre d’ambiguïtés au sein de la mouvance « libérale » et ouvrant le champ à une mise à plat des enjeux posés par les manifestations d’une diversité croissante au sein des communautés nationales et de revendications identitaires de plus en plus affirmées.

La réflexion de Kymlicka trouve des échos chez certains auteurs dont nous évoquerons rapidement les analyses et éventuelles préconisations, comme Bhikhu Parekh (The Future of Multiculturalism, 2000) ou Christian Joppke (Is Multiculturalism Dead? 2017).

JE “Espace(s) de souveraineté(s) dans les Amériques”

Vendredi 15 octobre 2021, Auditorium Site Saint Charles II, Université Paul Valéry Montpellier 3

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsables: Lawrence Aje, Claude Chastagner.

Cette journée d’étude propose une réflexion pluridisciplinaire sur la thématique des espaces de souveraineté dans les Amériques. Il s’agira d’étudier la notion de souveraineté — entendue comme un pouvoir supérieur qui l’emporte sur tous les autres et qui ne saurait faire l’objet d’aucun contrôle ni limitation — et les espaces — qu’il s’agisse d’étendues de territoires ou de champs qu’un peuple ou pays revendiquent pour des raisons historiques, démographiques, économiques ou culturelles d’occupation ou de développement — qui en permettent l’expression.

L’objectif de la journée sera d’interroger la notion d’espace(s) de souveraineté sous ses multiples formes en montrant combien elle constitue la traduction contemporaine et évolutive de rapports de pouvoirs historiques. La question de la souveraineté populaire pourra particulièrement être analysée à l’aune des troubles sociaux et politiques que traverse l’Amérique latine, conduisant à la contestation de modèles de démocratie représentative jugés insatisfaisants, voire la contestation de l’accaparement de la souveraineté par des gouvernements autocratiques, et à la multiplication des appels à l’émergence de nouvelles formes de démocratie participative. De même, le retour du nationalisme, la montée du populisme, le rejet ou la contestation des instances supranationales (ONU, FMI, OTAN) constituent autant d’avatars de la souveraineté populaire, plus précisément la revendication grandissante du droit à l’autodétermination des nations et des peuples. Si les vagues de nationalisations que connaissent plusieurs pays d’Amérique latine (Venezuela, Bolivie, Équateur) constituent des nouvelles formes d’appropriation qui sont l’expression d’une souveraineté populaire à l’échelle de la nation, les initiatives grandissantes pour reconnaître et promouvoir des valeurs et des pratiques autochtones comme solutions innovantes pour relever des défis majeurs tel le réchauffement climatique, témoignent d’exemples de souverainetés négociées et de reconquête de pouvoir.

Il sera ainsi intéressant d’examiner sur la longue durée et de façon multiscalaire les multiples modalités que prend la notion de souveraineté et ces espaces d’expression dans les Amériques. Ainsi, la mondialisation de l’économie et le développement du droit international constituent-ils de nouveaux espaces qui redéfinissent les modalités d’exercice du pouvoir souverain ? Dans quelle mesure est-ce que des phénomènes de dépossession ou de réappropriation de territoires, de ressources et de droits s’accompagnent d’une redéfinition du pouvoir politique en conduisant à minorer, ou au contraire à revaloriser, des particularismes nationaux, régionaux ou ethnoculturels.

Matin

9:00 – 10:30 : Atelier 1 – Enjeux théoriques de la souveraineté dans les Amériques

Modération : Lucile Médina (Université Paul Valéry Montpellier 3, ART-Dev)

Stephen Launay (Sciences –Po, Colombie ; Université Paris Est, LIPHA) & Jérôme Roudier (Université Catholique de Lille, LIPHA): « La souveraineté politique et ses crises : une tentative de théorisation à partir de l’observation des systèmes politiques de Colombie et du Venezuela d’aujourd’hui. »

Michael J. Strauss (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, Paris): « Guantanamo Bay (Cuba) comme laboratoire de la souveraineté et ses contorsions juridiques. »

Nicolas Gachon (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « L’immunité souveraine aux États-Unis. »

11:00 – 12:00 : Atelier 2 – Lieux de pouvoir : centre(s) et périphérie(s) 

Modération : Lawrence Aje (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Benoît Delerue, (Université Jean Moulin Lyon III, CLESID): « Les Souverainetés partielles et résiduelles des États fédérés entre normes constitutionnelles et crises structurelles : États-Unis, Canada, Brésil » 

Maxime Arnan (Université Cergy Paris): « Les réfugiés ‘choisis’ : le cas du processus de réinstallation des migrants forcés colombiens au Brésil.»

13:30 – 15:30 : Atelier 3 – Souveraineté(s) des peuples autochtones

Modération : Raphaël Ricaud (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Laura Cahier (Aix Marseille Université): « Autodétermination des Peuples autochtones et violences intersectionnelles aux États-Unis : reconfigurer les espaces de souverainetés pour répondre à la crise des ‘ Missing and Murdered Indigenous Women’ » ?

Marine Bobin (Docteure en anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès): « Construire des prisons, affirmer sa souveraineté ? Justice et autonomie de la nation navajo.

Jean-Marc Serme (Université de Bretagne Occidentale, HCTI): « ‘Zones de résurgence’: les multiples interprétations de la souveraineté autochtone à Hawai’i »

Lionel Larré (Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS): « L’Etat de Sequoyah : une tentative de renégociation d’un espace de souveraineté indigène (Territoire Indien, début du XXème siècle) »

16:00 – 17:00 : Atelier 4 – Art et souveraineté

Modération : Claude Chastagner (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA).

Claire Omhovère (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « Souveraineté et représentation autochtones dans les arts visuels du Canada anglophone »

Sebastian Olave Soler (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC): « La musique populaire de racine africaine comme espace de contestation en Colombie : d’une identité univoque aux défis du pays multiculturel ».

Colloque international “20 Years Later : Looking back at 9/11” / “20 ans après : retours sur le 11 septembre 2001”

Jeudi 7 octobre et vendredi 8 octobre 2021, Université Toulouse Jean-Jaurès

Responsables: Marie Bouchet (CAS), Françoise Coste (CAS), Raphaël Ricaud (EMMA)

Vingt ans après les attentats qui ont frappé les États-Unis le 11 septembre 2001, les Universités Toulouse Jean Jaurès (CAS) et Paul Valéry Montpellier 3 (EMMA) s’associent pour organiser un colloque international interdisciplinaire qui propose d’analyser non seulement ces événements et leurs conséquences à court et long terme avec le recul de deux décennies, mais aussi d’étudier les nombreuses manières dont ils ont été perçus, représentés, commentés, récupérés ou réécrits au fil des années, et la manière dont certaines perceptions, représentations ou récupérations ont été à leur tour commentées, reçues, et utilisées dans l’intervalle. Des spécialistes de domaines scientifiques variés (histoire contemporaine, histoire politique et institutionnelle, histoire militaire, histoire des médias, géopolitique, relations internationales, sociologie, psychologie, droit, économie, information et communication, littérature, cinéma, arts visuels, architecture, culture populaire) ont été invités à proposer des communications pour permettre une réflexion commune croisée sur des images, des discours, des faits qui ont été vus, entendus, racontés des milliers de fois, dans des perspectives et des intentions très variées.

Programme

7 octobre 2021

9h30-10h30 Conférence plénière (modération: Françoise COSTE, UT2J)

Andrew RUDALEVIGE, Bowdoin College (USA): Presidential Power Since 9/11, in Theory and Practice

10h45 Evolving narratives (modération: Emeline JOUVE, UT2J)

  • Juanjo Bermúdez DE CASTRO (University of the Balearic Islands, Spain): From Where-were-you-on-9/11 and Why-are-we-in-Afghanistan to Trump on Twitter: Evolution of the 9/11 Discourse(s) in the American Collective Imagination.
  • Pamela J. MONACO (Wilbur Wright College, Chicago, USA): From The Guys to Come from Away:  The 9/11 Theatre Legacy.

13h30 Defining terrorism (modération: Nicolas GACHON, Montpellier 3)

  • Corentin SIRE (Caen University, France and Montréal University, Canada) : From 1793 to 2001: The Construction of the ‘Terrorist Otherness’. 
  • Christopher GRIFFIN (Université Catholique de l’Ouest, Nantes, France): Counter – What? The Definition of the Adversary and American Military Strategy after 9/11.

15h45 The War on Terror at Home and Abroad (modération: Hilary SANDERS, UT2J)

  • Raphaël RAMOS (Montpellier 3 University, France) : En finir avec la CIA ? Washington, le renseignement et la fin de la Guerre froide.
  • Manon LEFEBVRE (Montpellier 3 University, France) : « Do you trust the FBI to keep you safe? » : Blindspot (NBC, 2015-2020) and its ‘Jane Doe’ Perspective on National Security.
  • Weronika ADAMSKA (EHESS, Paris, France – Freie Universität Berlin) : Un état d’urgence permanent? Les intellectuels sur la législation d’exception.
  • Alexandra S. MOORE (Binghamton University, USA): Renditions of Torture and Accountability.

October 8, 2021/ 8 octobre 2021

9h-10h Conférence plénière (modération: Nathalie COCHOY, UT2J)

Kristiaan VERSLUYS, University of Ghent (Belgium): September 11 and the Other: American Novelists Respond

10h15 The End of History, or a New Beginning? (modération: Raphaël RICAUD, Montpellier 3)

  • Pierre BOURGOIS (Bordeaux Montaigne University, France) : Le 11-septembre 2001 et la « fin de l’Histoire ».
  • Nicolas GACHON (Montpellier 3 University, France) : Le 11-septembre ou la fin de la fin de l’Histoire.
  • Heloise THOMAS (Bordeaux Montaigne University, France): Apocalypse on Loop: 9/11 and its impact on 21st-century U.S. poetics.
  • Peter KRAUSE (Fordham University, USA): 9/11 and the End of Postmodernism: From Don DeLillo’s White Noise to Falling Man.

13h30 Invisibilities (modération: Aurélie GUILLAIN, UT2J)

  • Jenna Ann ALTOMONTE (Mississippi State University, USA): “Passport, Please!” Take to the Skies in Post-9/11 America. 
  • Vincent SOULADIE (Toulouse 2 University, France) : Les corps éclipsés du 11 septembre: figurer cinématographiquement la disparition.
  • Iqra RAZA (Ashoka University, India): Spectrality: Events, Bodies, Histories.
  • Laila YOUSEF SANDOVAL (St Louis University in Madrid, Spain): What did September 11th mean? What does September 11th mean? Past and present reflections about globalization.

15h45 In Memoriam (modération: Marie BOUCHET, UT2J)

  • Anne RAULIN (Nanterre University, France) : Au lendemain du 11 septembre 2001 : retour sur la Seconde guerre mondiale en Europe.
  • David YESAYA (University of Calgary, Canada) : Quand les rappeurs français racontent les victimes musulmanes du 11 septembre.
  • Margrét Ann THORS (University of Iceland in Reykjavik): Portrayals of men, boys, masculinities, and memory in post-9/11 works (The Road by Cormac McCarthy, Redeployment by Phil Klay, and Extremely Loud and Incredibly Close by Jonathan Safran Foer).
  • Sarah GRIFFITHS (University of Bath, UK): #neverforget: The National September 11 Memorial & Museum Facebook page as a platform for ongoing memorialisation narratives of 9/11. 

Séminaire EMMA, séance du 12 octobre 2021, 18h., salle 126

La phénoménologie au service de la cause environnementale: apports et héritages, Marie Bertrand

A travers ce séminaire, il sera question d’explorer les affinités entre les théories phénoménologiques et les études écocritiques : en quoi ce courant philosophique peut-il être utilisé pour alimenter une réflexion concernant notre rapport à l’environnement ? Qu’y a-t-il dans les écrits phénoménologiques qui pourrait encourager un engagement pour la protection de cet environnement ? Nous évoquerons à la fois les fondements de la pensée phénoménologique, en accordant une attention toute particulière aux théories de Merleau-Ponty, puis nous tenterons de dépasser les limites de la phénoménologie elle-même afin de démontrer son rôle dans l’émergence d’autres philosophies ayant pour préoccupation principale la relation entre l’homme et la nature. Une bibliographie est jointe à ce message. Il sera également possible d’assister à l’exposé via Zoom : 

Participer à la réunion Zoom: https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/99023742733?pwd=ZGw5Smg1aGxkeTZ2bzhxVWF1QWpmQT09

Soutenance de thèse de Yahia Deldoul : “The Poetics of Trauma in Jon McGregor’s Fiction: Impacting Cognition and Self-Identity”

EMMA se réjouit de se réunir le 8 octobre prochain pour la soutenance de Yahya Deldoul dont la thèse écrite sous la direction de Jean-Michel Ganteau interroge la poétique du trauma dans l’oeuvre de l’écrivain britannique Jon McGregor (“The Poetics of Trauma in Jon McGregor’s Fiction: Impacting Cognition and Self-Identity”).

A la croisée de la littérature, de l’éthique et de la psychologie du développement, le travail de Yahya propose une riche exploration des expériences les plus dures de notre existence psychique. Il s’attache notamment à décrire la contradiction qui enferme les personnages de McGregor entre le comportement égocentrique tel que Piaget le décrit chez les jeunes enfants et l’ouverture à l’autre selon la conception de Levinas. Cette perspective assez sombre est néanmoins en partie contrebalancée par la valeur éthique qu’acquièrent alors les récits eux-mêmes. En confrontant le lecteur à un matériel traumatique fictif, ces derniers permettent effectivement de faire à nouveau l’expérience de la nécessité de l’attention aux autres êtres du monde. 

Yahya est non seulement un spécialiste de littérature britannique contemporaine accompli, mais il est aussi une figure de la communauté des doctorant.e.s de EMMA. Très présent aux différents événements organisés par le laboratoire, il prodigue généreusement ses conseils à celles et ceux qui débutent dans l’aventure du doctorat. Sa présence à nos côtés et sa bonne humeur font partie des meilleurs aspects de la vie d’EMMA. 

La soutenance aura lieu le 8 octobre 2021 à 14h, Salle des Actes n° 011, à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Site Saint-Charles 1. Le protocole sanitaire en vigueur pour les soutenances sera appliqué. 

La soutenance marque l’aboutissement d’un long cheminement intellectuel et personnel, et c’est une vraie fierté pour le laboratoire. Venez nombreux !

 

Colloque Evidentiality and Modality: at the Crossroads of Grammar and Lexicon – 10-11th June 2021

EVIDENTIALITY AND MODALITY: AT THE CROSSROADS OF GRAMMAR AND LEXICON 
10-11TH JUNE 2021
UNIVERSITÉ PAUL VALERY MONTPELLIER 3
 
The number of publications on evidentiality has seen an exponential rise since Aikhenvald’s monograph in 2004, and the term of evidentiality has been slowly making its way into grammar textbooks. Its relationship with the notion of epistemic modality is complex and still under discussion (Cornillie 2007, Boye 2010, Tournadre 2016, Guentchéva, ed., 2018). Some consider that the two notions are clearly separated: Aikhenvald (2004), de Haan (1999) and Nuyts (2001). Others posit that epistemic modality is a sub-category of evidentiality: Papafragou (2000), Ifantidou (2001), even though earlier work described epistemic modality as a supercategory encompassing evidentiality: Anderson (1986), Palmer (1986) and Willett (1988) inter alia. Several authors have also revealed how evidentiality interacts with other central grammatical domains, such as tense, aspect, person and polarity, but a thorough description of these ramifications needs more cross-linguistic investigation.
According to Aikhenvald, evidentiality is first and foremost a grammatical category that can be found in some of the world’s languages, whereas other researchers consider evidentiality a universal semantic or pragmatic concept (Boye & Harder 2009, Cornillie, Arrese & Wiemer 2015 inter alia). There is no denying that some languages have a distinctly more grammaticalized evidential system than others, but the research on grammaticalization has also established that drawing a line between what is grammatical and what is lexical in a language depends on several criteria that are open to discussion. Grammaticalisation theory has shed light on the non-discreteness and non-binarity of the grammar/lexicon distinction, and on the fact that languages around the world tend to develop grammatical forms from lexical sources which gradually travel comparable paths (Heine & Kuteva 2002 inter alia). More crosslinguistic research is necessary in order to place the evidential and modal markers of the world’s languages on the lexicon-grammar continuum, and therefore reveal the recurrent patterns that can be observed in languages with emerging evidential systems.
Keynote speakers
Alexandra Aikhenvald (Central Queensland University)
Bernd Heine (Köln University)
Jan Nuyts (University of Antwerp)
Nicolas Tournadre (Université Aix-Marseille, Lacito, IUF)
 
Organization Committee
Eric Mélac (Université Paul Valéry – Montpellier 3, EMMA)
Pascale Leclercq (Université Paul Valéry – Montpellier 3, EMMA)
Jacques Brès (Université Paul Valéry – Montpellier 3, Praxiling)
Eric Corre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Prismes)
Nicolas Tournadre (Université d’Aix-Marseille, Lacito et IUF)

Liens utiles:

https://evidentialite.sciencesconf.org/?forward-action=index&forward-controller=index&lang=fr
https://moodle.univ-montp3.fr/course/view.php?id=6320
https://www.canal-u.tv/producteurs/emma/colloques/evidentiality_and_modality_at_the_crossroads_of_grammar_and_lexicon


page1image44929920

Séminaire mardi 28 septembre 2021, 17h30, salle 126 site Saint-Charles 1

Première partie : Présentation du projet PROLINGSA (Linguistic progress during stay abroad)
Pascale Leclercq, Amanda Edmonds & Elisa Sneed German
Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Côte d’Azur

Cette courte présentation vise à faire connaître un corpus constitué à Montpellier en 2018 et 2019 pour l’étude de l’acquisition de l’anglais langue seconde au cours d’un séjour en immersion (Erasmus+). Nous présenterons quelques résultats préliminaires pour illustrer l’utilisation possible du corpus.

Seconde partie : “La variabilité en l’acquisition de langue seconde : facteurs, analyses et signification théorique” David Birdsong, Professeur des Universités, University of Texas at Austin

L’ensemble des connaissances linguistiques acquises sont typiquement plus hétérogènes parmi les apprenants de langue seconde (L2) que chez les locuteurs natifs. Cette présentation parcourt les sources, les types et les sites de variabilités en L2 et en la langue maternelle (L1), avec une attention particulière à certains facteurs en dehors de l’apprenant qui pourraient engendrer ou conditionner de telles variabilités. À ce propos nous considérons : la variabilité interindividuelle masquée ; les sources possibles de la variabilité croissante en fonction de l’âge d’acquisition ; l’interaction de l’âge d’acquisition et du statut grammatical des items dans les jugements d’acceptabilité ; comment la dominance linguistique dans le bilinguisme conditionne la variabilité dans l’apprentissage des langues artificielles ; la possibilité que des groupes de non-natifs et de natifs puissent être similaires en termes de variabilité. Nous soulignons l’application d’analyses statistiques appropriées et la signification théorique de la recherche sur la variabilité en L1 et en L2.
David Birdsong est professeur de linguistique française à l’Université du Texas – Austin. Il a obtenu son doctorat en langues romanes de l’Université Harvard et a occupé les postes de professeur invité de linguistique à l’Université de Georgetown, chercheur invité à l’Institut Max Planck de Psycholinguistique, et chaire internationale du LABEX – fondements empiriques de la linguistique à Paris. Il a donné des séminaires en France, en Espagne, en Égypte, au Mexique et au Japon.

Ses recherches portent sur l’acquisition d’une langue seconde, le bilinguisme, la psycholinguistique et la linguistique française. Ses intérêts comprennent les facteurs neurocognitifs et expérientiels qui influent sur l’acquisition finale d’une langue seconde, ainsi que l’évaluation de la dominance linguistique dans le bilinguisme.
Il a publié dans des revues telles que Language, Journal of Memory & Language, Frontiers in Psychology, Applied Linguistics, Journal of Phonetics, Language Learning, Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, et Language Sciences, et dans des manuels tels que The New Handbook of Second Language Acquisition, Handbook of Bilingualism: Psycholinguistic Approaches et The Cambridge Handbook of Bilingualism.
Le séminaire est ouvert à tous

Journée Mondiale de la Traduction samedi 25 septembre 2021

Traduire ensemble
Regards croisés sur la traduction collaborative

 Pour la cinquième année consécutive, la Société Française des Traducteurs (SFT) et l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 vous invitent à fêter ensemble la Journée Mondiale de la Traduction. La manifestation aura lieu en format hybride : en présentiel sur le Site St.Charles (salle des colloques 2) et par visioconférence.

Programme

9h30 Café d’accueil
10h-12h30
Tables rondes, la traduction collaborative dans la formation et la pratique professionnelle des traducteurs
Avec:
Jennifer Olive, interprète en LSF, associée de la SCOP Des’L
Amélie Tremelo, chargée de projets, Traducteurs sans frontières.
Marianne Drugeon, maîtresse de conférences, traduction théâtrale, traduction collaborative
Ioan Badulescu, professeur de mathématiques
Morgane Crotti, doctorat en études italiennes
Isabelle Felici, professeure d’études italiennes, traduire en collectif

14h30-15h45 Conférence et atelier de traduction Aliens et Traducteurs, les langues imaginaires dans la fiction, Anne Isabelle François, maîtresse de conférences en littérature comparée

La journée se terminera par la remise des diplômes aux étudiants du Master traduction.

 Inscription et informations pratiques: https://www.weezevent.com/jmt-2021-traduire-ensemble