Archives par étiquette : thèse

Mai 2024 – Théo Maligeay

Dans ses recherches, Théo nous emmène dans la Comté de Tolkien et dans une vallée du Nouveau-Mexique à la recherche des derniers bastions de la contre-culture américaine. Doctorant en quatrième année sous la direction du Pr. Claude Chastagner, Théo retrace son parcours doctoral et nous rappelle l’importance du travail d’équipe dans la recherche.

La thèse de Théo 

Je travaille sur les hippies aux Etats-Unis entre 1964 et 1974. Je travaille sur leur enthousiasme pour The Lord of the Rings de Tolkien et aussi sur leurs pratiques architecturales. Entre les deux, il s’agit de se demander si la contre-culture était un mouvement réactionnaire, donc j’étudie l’historiographie de la contre-culture et la théorie de la modernité et du progrès.

Mon corpus est très diversifié : il s’étend de sources sur la réception de Tolkien dans les années soixante jusqu’à des projets architecturaux alternatifs en Arizona et au Nouveau-Mexique, par exemple.

Aux origines…

À la suite des études littéraires que j’ai faites et du concours de l’agrégation, il me semblait qu’enseigner à l’université et participer à la recherche s’accordait bien avec certaines de mes valeurs et de mes préférences. Il fallait donc faire une thèse. Quant au sujet, il a mis très longtemps à se construire, d’autant plus que j’ai commencé à m’intéresser à la place particulière de The Lord of the Rings dans la contre-culture hippie bien avant de démarrer ma thèse ! L’architecture est apparue un peu après, en 2020, grâce à une discussion avec un spécialiste étatsunien de la contre-culture.

Un moment marquant

Alors ce n’est pas facile à décrire, mais imaginez-vous partir dans le Kansas, traverser le Colorado en voiture et arriver dans une ancienne communauté hippie quasiment à l’abandon au Nouveau-Mexique. Après avoir quitté la route principale, il faut encore prendre de nombreuses bifurcations avant d’arriver au fond d’une minuscule vallée à un petit groupe de bâtiments perdus dans la campagne qui est quasiment un désert dans cette région. Il est presque midi mais il ne fait pas trop chaud. Pourtant, il n’y a personne, que des moutons qui se reposent à l’ombre et, devant la porte du bâtiment principal, une sculpture de deux mètres d’un alien à la peau verte et aux grands yeux noirs. New Buffalo était un endroit célèbre et relativement dynamique dans la deuxième moitié des années soixante, recevant la visite de célébrités comme Timothy Leary ou Lisa Law, mais les choses ont bien changé. Il m’a fallu 45 minutes pour pouvoir échanger quelques mots avec une habitante, et elle m’a en grande partie conduit sur de fausses pistes. Les membres de la communauté cherchent un repreneur définitif pour le terrain.

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je suis en ATER depuis un an, et je vais pouvoir bénéficier du même poste l’année prochaine. Merci à celles et ceux qui m’ont accordé cette confiance. Ce sont de très bonnes conditions pour faire une thèse tant qu’on arrive bien à préserver le temps et l’énergie nécessaire à la recherche.

Et dans cinq ans ?

Question qui présente un choix difficile entre le souhait et la probabilité. Quoi qu’il en soit je suis sûr que l’architecture alternative est le sujet qui me passionne le plus et dont j’aimerais faire une carrière. Depuis quelques temps, je pense à travailler pour l’architecture alternative sur le littoral méditerranéen ou, idée complètement folle, dans le Michigan. Mais si j’ai un poste à l’université, pour continuer dans ce champ de la recherche, je serais également comblé.

Un dernier message

Comme vous aurez toutes et tous des profils très différents, il me semble difficile de dire quelque chose qui s’adressera à tout le monde. J’ai la chance de beaucoup apprécier notre unité de recherche. Merci aux collègues, notamment du bureau 120 à Saint-Charles, pour leur générosité, leur dynamisme et leur bonne humeur.

Février 2023 – Camille Chane

De retour de Los Angeles, Camille nous explique comment il mêle étude filmique et linguistique pour analyser les stéréotypes raciaux dans les dessins animés américains entre 1919 et 1973. Doctorant en troisième année sous la direction Pr. Sandrine Sorlin et Pr. Sébastien Lefait, il insiste sur l’importance de la recherche de terrain, de l’intérêt de demander des financements, et sur le rôle essentiel de la salle de travail des doctorant.e.s dans son travail de recherche.

La thèse de Camille

Ma thèse porte sur le dessin animé américain entre 1919 et 1973 et leur représentation des personnages est-asiatiques (chinois et japonais). Elle pose la question de comment le dessin animé construit un stéréotype racial. Je m’intéresse autant aux courts-métrages d’animation qu’aux cartoons télévisés, et la particularité de mon approche, c’est d’étudier le stéréotype linguistique (la représentation des accents étrangers).

Je suis doctorant à EMMA et au LERMA à Aix-Marseille Université. Cette co-direction est ce qui me permet de tirer parti d’outils propres à l’analyse linguistique dans le cadre d’une thèse en études visuelles.

Si les études filmiques étaient un cheeseburger, la linguistique serait les frites dans le Happy Meal de ma thèse : un accompagnement, certes, mais une nécessité.

Aux origines…

C’est mon sujet qui me motive plus qu’autre chose. Je me pose depuis l’enfance des questions sur le fonctionnement et la circulation des stéréotypes racistes. Je suis un Réunionnais d’origine chinoise et j’ai souvent été intrigué par ce que certaines personnes voyaient en me regardant. C’est peut-être nombriliste, mais j’apprécie le fait de pouvoir confronter des choses vécues intimement à des données et des savoirs obtenus à l’aide d’une approche scientifique. Il y a beaucoup de choses à dire sur la position des personnes racisé.e.s qui étudient le racisme et le fait racial. MAIS. Moi, je vais vous parler de pourquoi j’aime les dessins animés. Très souvent, les gens retiennent le terme « race » quand je leur explique mon sujet. Non ! Mon sujet, ce n’est pas QUE la race et le racisme, c’est surtout les dessins animés !

Donc voici comment j’en suis arrivé à faire ma thèse sur les dessins animés :

Je ne m’intéressais pas au « cinéma » avant le master, même si j’aimais l’animation depuis la petite enfance. En fait, je n’aimais QUE l’animation, et c’est lorsque j’ai suivi un cours théorique sur l’animation, enseigné par Susan J. Napier à Tufts University en 2016, que mon amour pour le dessin animé s’est enrichi d’une curiosité cérébrale qui a ensuite contaminé mon rapport aux autres arts visuels, dont le cinéma. Depuis ce moment, j’ai voulu faire une thèse sur le dessin animé. Le dessin animé est de plus en plus pris au sérieux, on a moins besoin de se battre pour défendre sa légitimité. Néanmoins, j’ai l’impression que beaucoup de choses restent à faire sur ce tableau, scientifiquement et institutionnellement. J’espère pouvoir contribuer à encourager les gens à voir le dessin animé commercial comme un objet culturel qui a du sens, une certaine poésie, et une complexité interne.

Un moment marquant

Le choix est déjà fait pour moi, car j’ai passé trois semaines à Los Angeles, et dès lors qu’on a été à Los Angeles, on est contractuellement obligé de raconter à qui veut bien l’entendre qu’on a été à Los Angeles. Blague à part, ces trois semaines ont été décisives pour ma thèse et pour la façon dont j’envisage ma recherche future.

Avant de commencer le doctorat, je prévoyais d’avance un séjour aux archives pour accéder à des sources primaires (films préservés, documents de production, notes et dessins d’animateur.ice.s, etc). Sans surprise, c’est non loin de Hollywood, à Los Angeles que sont concentrées les archives de l’industrie cinématographique.

J’étais très préoccupé par la nature éphémère (pour ainsi dire jetable) de ces objets, et j’avais peur que cette pénurie de sources primaires m’empêche d’élucider tous les mystères de mon corpus. Même les films de mon corpus eux-mêmes n’ont pas d’existence pérenne : censurés pour pouvoir être rediffusés, perdus après un incendie qui aurait détruit bobines ou celluloïds, retirés de la circulation car ils n’intéressent personne, introuvables sur internet pour des raisons liées au copyright…  beaucoup de cartoons ne doivent leur survie à des passionné.e.s, des collectionneur.se.s à l’affût des brocantes et des ventes aux enchères, et des utilisateur.ices de plateformes de streaming illégal. Je me suis beaucoup heurté à des problèmes de catalogage et d’identification des films.

Finalement, le visionnage de films du corpus n’a été qu’une toute petite partie de la recherche que j’ai pu mener à Los Angeles. Ma chance a surtout été le contact des archives et archivistes, des syndicats de scénaristes et artistes, la possibilité de consulter des témoignages et enregistrements d’entretiens (l’histoire du cinéma d’animation doit beaucoup à l’histoire orale, et d’autres oral history projects m’ont aussi beaucoup appris sur l’histoire de la diaspora asiatique en Californie, notamment sur les asiatiques dans le cinéma et le spectacle).

Dans ma thèse, je prévois un chapitre sur la façon dans les animateur.ice.s et comédien.nes. d’origine asiatique détournaient les stéréotypes de façon parfois subtile. La Californie regorge d’archives documentant la contribution de travailleur.se.s asio-américain.e.s dans des secteurs où on ne les attend pas, notamment les arts. Parfois, on retrouve leur trace via une simple anecdote au détour d’un entretien oral où une animatrice du studio UPA dans les années 60 qui évoque telle ou telle collègue japonaise. Parfois la trace s’arrête là, mais parfois elle mène à d’autres archives. Sans minimiser l’ampleur du racisme institutionnel et culturel métonymisé dans la caricature animée, je préfère considérer l’histoire de la construction du stéréotype racial comme une négociation, un dialogue dans lequel il a toujours existé des oppositions au discours dominant, et également des cas complexes où des caricaturé.e.s avaient des sentiments ambivalents envers ces images … Et pas comme juste une agression unilatérale subie par les subalternes. Les archives de Los Angeles, entre autres choses, m’ont fait prendre conscience de cela. Je suis content de pouvoir nourrir une telle perspective et de la partager avec celles et ceux qui me liront.

Quelles conditions de travail?

Avoir un contrat doctoral pendant trois ans m’a permis d’abattre une grosse partie du travail, c’était royal. En dehors de cela, je me suis senti très épaulé par mes deux laboratoires, qui me fournissaient des outils numériques et un cadre de travail. Travailler en salle 120 à Saint-Charles a sauvé ma productivité.

Dernier point non-négligeable : Les financements accordés par la SAES, EMMA et le LERMA m’ont permis d’aller à l’étranger. Il ne faut pas oublier que les sociétés savantes peuvent nous venir en aide de diverses façons.

En somme, je suis un thésard pourri-gâté.

Et dans cinq ans?

Je ne sais pas encore si je me vois plus dans le secondaire ou dans le supérieur. Du moment que c’est avec un doctorat en poche, je foulerai du pied n’importe quel enfer les yeux fermés.

Un dernier message

Merci Constance, Marie et Théo d’investir leur temps dans un espace où les doctorant.e.s d’EMMA peuvent s’exprimer. Et merci à celles et ceux qui ont eu la patience de lire mon portrait jusqu’au bout.