Archives par étiquette : Royaume-Uni

JE « Le théâtre participatif anglophone, une forme de théâtre engagé ? »

Vendredi 13 mai 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, bâtiment Saint-Charles 2, salle des Actes (009)

Journée d’étude co-organisée par Marianne Drugeon (EMMA), Emeline Jouve (CAS), Juliette Mézergues et Déborah Prudhon; avec le soutien du Conseil Scientifique, du Département d’études anglophones et du CCU de l’UPV, du CAS de l’U. Toulouse Jean-Jaurès ainsi que du RADAC

PROGRAMME

9h Opening of the Conference – Welcoming Speech

9h15 Sarah Weston (University of Bolton), Keynote Address “What do we mean by participation, and in what circumstances is participating meaningful? A discussion of contemporary Greek Choruses as a case study to explore community participation in UK theatre”

10h Coffee Break

10h30-12h Participation on the Stage – Chairs : Emeline Jouve and Juliette Mézergues

Pascale Sardin (Université Bordeaux-Montaigne), “A voice in your head : On Audience Participation in Dead Center’s Chekhov’s First Play (2015)”

Virginie Privas-Bréauté (Université de Lorraine), “Reassembled, Slightly Askew, the promise of an embodied experience”

Claudie Servian (Université Grenoble Alpes), “Participatory performance in American dance from the 1970s to the 1980s”

12h Discussion

12h30 Lunch Break

14h Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry), “Dorchester’s Community Plays, History at the service of a participative society”

14h30 The Colway Model and beyond – Chair: Marianne Drugeon Presentation of the artists and their work followed by Q&A

Jon Oram
Rupert Creed
Stephanie Dale
Mike Kenny
Sarah Weston and Stephanie Green

16h30 Discussion

17h Coffee Break

17h15 Workshop

Séminaire “Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage : The Past is Back on Stage”

Mardi 22 février 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon.

The volume Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage : The Past is Back on Stage (Cambridge Scholars Publishing, 2021) explores the multiple connections between contemporary British theatre and the medieval and early modern periods. Involving both French and British scholars, as well as playwrights, adapters and stage directors, its scope is political, as it assesses the power of adaptations and history plays to offer a new perspective not only on the past and present, but also on the future. Along the way, burning contemporary social and political issues are explored, such as the place and role of women and ethnic minorities in today’s post-Brexit Britain. The volume builds into a dialogue between the ghosts of the past and their contemporary spectators.

Starting with a focus on contemporary adaptations of Shakespeare’s plays, then concentrating on contemporary history plays set in the distant past, and ending with the contributions of famous playwrights sharing their experience, the book will be of interest to practitioners, as well as students and researchers in drama and performance studies.

La table des matières est disponible en cliquant sur le lien suivant : https://emma.www.univ-montp3.fr/fr/file/66473/download?token=A1GVFjoL

The speaker: Marianne Drugeon is a Senior Lecturer in English Studies at Paul-Valéry Montpellier 3 University, France. Her research focuses on politically-committed British playwriting from the 19th century to the present. She has published articles on David Edgar, Samuel Beckett and Tom Stoppard, among others, edited a collection of articles on Oscar Wilde, and co-authored Oscar Wilde, The Importance of Being Earnest. She has also co-translated several plays, including Stoppard’s The Hard Problem and The Invention of Love, and, as a member of the Maison Antoine Vitez, a non-profit organisation dedicated to the translation of plays from all languages into French, she has co-translated political documentary plays. She is currently working on community plays, modern mystery plays and other experiments in amateur theatre.

Séminaire “‘Showcasing Empire’ Past & Present Or A Brief History of Popular Imperialism, from Britannia to Brexit”

Mardi 9 novembre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervenant: Berny Sèbe (University of Birmingham). Discutantes: Niaz Cary-Pernon et Anne-Marie Motard

Peut-on établir un lien généalogique entre Britannia (au travers notamment de la chanson patriotique Rule Britannia composée par Thomas Arne en 1740) et le Brexit ? Bien que le concept de « Empire 2.0 » ait parfois été mis en avant parmi les raisons qui ont permis aux partisans du Brexit de rendre plausible le principe d’une sécession de l’Union européenne, les raisons sur le long terme susceptibles d’expliquer le choix de 52 % de la population britannique un jour de l’été 2016 ont souvent été négligées. Cela est d’autant plus surprenant qu’une approche du phénomène du Brexit sur la longue durée révèle des continuités saisissantes, étalées sur plusieurs siècles. Les progrès historiographiques depuis les années 1980, ont montré l’influence persistante de l’expérience coloniale sur l’ADN de la culture et des pratiques politiques au Royaume-Uni, reflétée en particulier par une large gamme de manifestations culturelles qui ont atteint de nombreux publics différents dans les îles britanniques — ce que John MacKenzie a nommé le « popular imperialism » (culture coloniale en français). Ce séminaire explore l’hypothèse d’après laquelle cet attachement profond à l’empire a marqué la culture britannique à des degrés divers au moins depuis le dix-huitième siècle.

Cette présentation se fonde sur un article publié au printemps 2021 dans le numéro 93 des Cahiers victoriens et édouardiens d’EMMA, portant sur la thématique “Showcasing Empire, Then and Now: Material Culture, Propaganda and the Imperial Project”. Le numéro a été coordonné par Fanny ROBLES et Gilles TEULIÉ.

Séminaire “Lecture critique de Multicultural Citizenship de Will Kymlicka”

Mardi 26 octobre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention d’Anne-Marie Motard.

La discussion engagée par Will Kymlicka dans son ouvrage Multicultural Citizenship publié en 1995 explore le positionnement des penseurs, théoriciens et décideurs politiques identifiés comme « libéraux » sur les diversités nationales, ethniques ou culturelles, notamment l’articulation entre la tradition de pensée « libérale » et les droits des minorités de différente nature.

Kymlicka souligne les failles et les paradoxes de la pensée libérale contemporaine quant à la nature même des fondements philosophiques et des valeurs qui sous-tendent le « libéralisme » qu’il s’attache à définir ; le débat sur la prise en compte de la diversité au sein de la communauté nationale révélant nombre d’ambiguïtés au sein de la mouvance « libérale » et ouvrant le champ à une mise à plat des enjeux posés par les manifestations d’une diversité croissante au sein des communautés nationales et de revendications identitaires de plus en plus affirmées.

La réflexion de Kymlicka trouve des échos chez certains auteurs dont nous évoquerons rapidement les analyses et éventuelles préconisations, comme Bhikhu Parekh (The Future of Multiculturalism, 2000) ou Christian Joppke (Is Multiculturalism Dead? 2017).

Présentation de l’intervenante: Anne-Marie Motard est professeure de civilisation britannique à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA.

JE “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni”

Le vendredi 4 février 2022, se tiendra à Montpellier une journée d’étude sur le thème “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni”, dont vous trouverez le programme ci-dessous. Cette manifestation, en accès libre, se tiendra sur le campus Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM3), salle des colloques n°2.

Il sera possible de suivre les interventions en visioconférence*: https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/96284093112?pwd=b0xwWEcvM1QxUkFEQWJmSTJGRlROZz09

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre des activités du thème “Faire commun” du laboratoire EMMA, dont des membres proposeront des interventions sur la production artistique liée au mouvement Black Lives Matter, sur le traitement de la question des vies noires dans les formats sériel et filmique et enfin sur l’inscription du mouvement dans l’espace anglophone transatlantique. Faisant suite à la séance de séminaire “De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni” du 19 janvier 2021, cette journée d’étude servira aussi de prélude et de journée préparatoire à un colloque organisé à Montpellier en 2023.

9h15 ouverture (Sandrine Sorlin, co-directrice d’EMMA) et introduction

Session 1 (modération: Niaz Pernon, ENSCM, EMMA)

9h30 Nicolas Gachon (UPVM3, EMMA), « Mouvements sociaux et espace public : le cas Black Lives Matter »

10h10 Marc Lenormand (UPVM3, EMMA), « Les manifestations antiracistes de 2020 au Royaume-Uni: référence états-unienne et séquence britannique »

10h50 pause

11h20 Lawrence Aje (UPVM3, EMMA), « Entre reconnaissance et effacement : la mémorialisation publique de l’esclavage aux États-Unis, 2000-2021 »

12h00 discussion

12h30 pause méridienne

Session 2 (modération: Raphaël Ricaud, UPVM3, EMMA)

14h00 Claude Chastagner (UPVM3, EMMA), « Black Lives Matter, un nouveau terrain pour la protest song ? »

14h40 Claudine Raynaud (UPVM3, EMMA), « Memoirs from #BLM era »

15h20 pause

Session 3 (modération: Manon Lefebvre et Monica Michlin, UPVM3, EMMA)

15h50 Marianne Drugeon (UPVM3, EMMA), « From Confrontation to Healing: in-yer-heart and in-yer-ear in debbie tucker green’s ear for eye and Selina Thompson’s salt. »

16h30 Hervé Mayer (UPVM3, EMMA), « Black Bodies/White Spaces: the Horrors of White Supremacy in Get Out (Jordan Peele, 2017) »17h10 discussion

Séminaire “De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni”

Mardi 19 janvier 2021, 17h-19h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Interventions de Claudine Raynaud et Marc Lenormand.

La diffusion du hashtag #BlackLivesMatter à l’été 2013 semble avoir ouvert, des deux côtés de l’Atlantique, une nouvelle séquence dans l’histoire des luttes antiracistes, prolongée par le slogan « Rhodes Must Fall » lancé par des étudiant-e-s sud-africain-e-s et relancée en 2020 par les manifestations faisant suite au meurtre de George Floyd. Celles-ci ont illustré la structuration transatlantique des débats et de l’activisme antiraciste (Gilroy, 1993), la statue du négrier Edward Colston à Bristol connaissant un déboulonnage semblable à celui affectant aux Etats-Unis de nombreux monuments commémorant le souvenir de la Confédération, à l’instar de la statue de Robert E. Lee retirée du Capitole.

Cette séquence activiste s’est accompagnée d’une activité éditoriale nourrie. A côté d’ouvrages fictionnels célébrant la multiculturalité contemporaine, un genre central semble bien avoir été l’essai mêlant pamphlet et autobiographie, théorisations et témoignage pour mettre en évidence le caractère structurel du racisme et ses effets dans les vies quotidiennes des personnes noires. Le succès de Between the World and Me de Ta-Nehisi Coates (2015) aux États-Unis et de Why I’m no Longer Talking to White People about Race de Reni Eddo-Lodge (2017) au Royaume-Uni a mis en lumière une partie seulement d’un plus large corpus de textes parus dans la seconde moitié des années 2010 (Carruthers, 2019 ; Dabiri, 2020 ; Hirsch, 2018 ; Khan-Cullors & Bandele, 2017 ; Laymon, 2020 ; Oluo, 2018 ; Ward, 2017).

Cette séance de séminaire vise à proposer quelques pistes de réflexion sur l’inscription de ces ouvrages dans un conjoncture sociale et politique marquée par le renouveau des mouvements antiraciste et féministe à l’heure des réseaux sociaux, dans un espace militant transatlantique et dans une généalogie des écritures noires, mais aussi à examiner les déclinaisons spécifiques de la question raciste aux États-Unis et au Royaume-Uni respectivement, à partir d’une première approche de ce corpus.

Présentation des intervenant-e-s:

  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.
  • Marc Lenormand est maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.