Archives par étiquette : Portrait

Mai 2024 – Théo Maligeay

Dans ses recherches, Théo nous emmène dans la Comté de Tolkien et dans une vallée du Nouveau-Mexique à la recherche des derniers bastions de la contre-culture américaine. Doctorant en quatrième année sous la direction du Pr. Claude Chastagner, Théo retrace son parcours doctoral et nous rappelle l’importance du travail d’équipe dans la recherche.

La thèse de Théo 

Je travaille sur les hippies aux Etats-Unis entre 1964 et 1974. Je travaille sur leur enthousiasme pour The Lord of the Rings de Tolkien et aussi sur leurs pratiques architecturales. Entre les deux, il s’agit de se demander si la contre-culture était un mouvement réactionnaire, donc j’étudie l’historiographie de la contre-culture et la théorie de la modernité et du progrès.

Mon corpus est très diversifié : il s’étend de sources sur la réception de Tolkien dans les années soixante jusqu’à des projets architecturaux alternatifs en Arizona et au Nouveau-Mexique, par exemple.

Aux origines…

À la suite des études littéraires que j’ai faites et du concours de l’agrégation, il me semblait qu’enseigner à l’université et participer à la recherche s’accordait bien avec certaines de mes valeurs et de mes préférences. Il fallait donc faire une thèse. Quant au sujet, il a mis très longtemps à se construire, d’autant plus que j’ai commencé à m’intéresser à la place particulière de The Lord of the Rings dans la contre-culture hippie bien avant de démarrer ma thèse ! L’architecture est apparue un peu après, en 2020, grâce à une discussion avec un spécialiste étatsunien de la contre-culture.

Un moment marquant

Alors ce n’est pas facile à décrire, mais imaginez-vous partir dans le Kansas, traverser le Colorado en voiture et arriver dans une ancienne communauté hippie quasiment à l’abandon au Nouveau-Mexique. Après avoir quitté la route principale, il faut encore prendre de nombreuses bifurcations avant d’arriver au fond d’une minuscule vallée à un petit groupe de bâtiments perdus dans la campagne qui est quasiment un désert dans cette région. Il est presque midi mais il ne fait pas trop chaud. Pourtant, il n’y a personne, que des moutons qui se reposent à l’ombre et, devant la porte du bâtiment principal, une sculpture de deux mètres d’un alien à la peau verte et aux grands yeux noirs. New Buffalo était un endroit célèbre et relativement dynamique dans la deuxième moitié des années soixante, recevant la visite de célébrités comme Timothy Leary ou Lisa Law, mais les choses ont bien changé. Il m’a fallu 45 minutes pour pouvoir échanger quelques mots avec une habitante, et elle m’a en grande partie conduit sur de fausses pistes. Les membres de la communauté cherchent un repreneur définitif pour le terrain.

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je suis en ATER depuis un an, et je vais pouvoir bénéficier du même poste l’année prochaine. Merci à celles et ceux qui m’ont accordé cette confiance. Ce sont de très bonnes conditions pour faire une thèse tant qu’on arrive bien à préserver le temps et l’énergie nécessaire à la recherche.

Et dans cinq ans ?

Question qui présente un choix difficile entre le souhait et la probabilité. Quoi qu’il en soit je suis sûr que l’architecture alternative est le sujet qui me passionne le plus et dont j’aimerais faire une carrière. Depuis quelques temps, je pense à travailler pour l’architecture alternative sur le littoral méditerranéen ou, idée complètement folle, dans le Michigan. Mais si j’ai un poste à l’université, pour continuer dans ce champ de la recherche, je serais également comblé.

Un dernier message

Comme vous aurez toutes et tous des profils très différents, il me semble difficile de dire quelque chose qui s’adressera à tout le monde. J’ai la chance de beaucoup apprécier notre unité de recherche. Merci aux collègues, notamment du bureau 120 à Saint-Charles, pour leur générosité, leur dynamisme et leur bonne humeur.

Novembre 2022 – Charlotte Chassefière

A travers ses recherches, Charlotte nous emmène au-delà des clichés de la littérature gothique et de ses châteaux hantés pour nous faire découvrir les préoccupations bien ontologiques de l’œuvre de son homonyme Charlotte Dacre, autrice du début du XIXème siècle, qu’elle a choisi de remettre à l’honneur dans sa thèse dirigée par Prof. Christine Reynier. Charlotte nous parle donc de construction de soi, mais aussi de la construction de son « soi doctorant » durant ces trois dernières années.

La thèse de Charlotte

Je travaille dans le domaine de la littérature britannique romantique (fin dix-huitième, début dix-neuvième siècle), et particulièrement la littérature gothique. Mon corpus est constitué des quatre romans de Charlotte Dacre, une autrice populaire du début du dix-neuvième siècle, largement oubliée par la critique de son temps. Mon travail de thèse se concentre sur la notion d’identité chez cette autrice, et interroge l’interpénétration de la culture, de l’histoire, de l’idéologie et de la fiction elle-même dans la construction et la représentation d’un « soi ». Ma thèse s’effectue sous la direction de Christine Reynier.

Aux origines…

Les romans, la poésie et la fiction en général sont une passion depuis mon plus jeune âge. La thèse m’a donc paru l’une des options les plus judicieuses pour tenter de transformer ce plaisir en métier. 

        En ce qui concerne mon sujet, je travaillais déjà sur la littérature gothique (qui avait fait l’objet de mon mémoire de Master 2). Découvrir les romans de Charlotte Dacre et choisir d’en faire mon corpus de thèse a été l’occasion pour moi d’étendre ces recherches, et d’explorer cette littérature. Le gothique ne se résume pas seulement à des histoires de fantômes et de châteaux hantés : c’est un mode de représentation à part entière qui ouvre un dialogue avec la tradition, la culture et l’idéologie dominante d’une époque. Il s’enracine dans la confrontation entre la vie subjective de l’individu et les conditions historiques de son environnement.

Un moment marquant

C’est une question très difficile ! Je vais tenter de la contourner en disant que c’est toute mon expérience de doctorat jusqu’ici qui m’a le plus marquée. Depuis la date de ma première inscription, j’ai très régulièrement l’occasion d’apprendre à faire quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je n’ai pas connu un tel enrichissement humain dans mes expériences professionnelles passées, et c’est vraiment ce que je trouve le plus marquant dans le doctorat.

Quelles conditions de travail?

J’ai commencé ma thèse sous contrat doctoral avec une petite charge d’enseignement: des conditions idéales pour poursuivre le travail de recherche. Cette année, j’ai un contrat d’ATER : mon emploi du temps est un peu plus chargé, mais me permet toujours de concilier le travail de thèse avec l’enseignement, ce qui constitue toujours un cadre idéal.

   S’il y a une difficulté, elle émerge plutôt de la partie enseignement, où le nombre d’étudiants en augmentation proportionnelle inverse au nombre d’enseignants complique de plus en plus le métier dans son ensemble. Cela fait bien bien sûr partie des conditions d’exercice, mais c’est une réalité qui ne doit pas être ignorée.

Et dans cinq ans?

Maîtresse de conférences en littérature Britannique naturellement, car l’espoir fait vivre.

   Je suis toutefois bien consciente de la rareté des postes, et je garde l’esprit ouvert : l’enseignement, le travail associatif, culturel et artistique, ou encore travailler dans un pays anglophone font partie des options que je me réserve.

Un dernier message

Non, mais je voudrais féliciter les représentant-e-s des doctorant-e-s pour ces portraits qui nous donnent l’occasion de réfléchir à notre expérience de doctorat, et de découvrir celle des autres. Merci à vous pour cette entreprise très humaine !

Octobre 2022 – Carine Nibakure

Réflexion sur le deuil, et sur l’inventivité des formes élégiaques expérimentales, la thèse de Carine préparée sous la direction de J. M. Ganteau oppose la créativité obstinée de l’art et l’inévitable décomposition du monde. Un constat difficile, mais aussi plein d’espoir que vous retrouverez dans sa description de la vie à EMMA et des étapes du doctorat !

La thèse de Carine

Je fais une étude sur le mode de l’élégie dans la littérature britannique contemporaine, et plus spécifiquement sur ses formes expérimentales. Comment les figures du deuil et de la mélancolie, étudiées à partir du modèle freudien, sont (re)présentées par une poétique qui oscille entre fidélité et transformation du sujet de deuil. L’un des objectifs est de comprendre comment le roman expérimental contemporain renouvelle les formes littéraires et présente l’émotion comme contribuant à une esthétique de l’élégie contemporaine et du trauma. Je souligne également la préoccupation de ce mode littéraire pour les éthiques de l’altérité et de la vulnérabilité. Mon corpus est composé des romans The Unfortunates (1969) de B.S. Johnson, Destiny (1999) de Tim Parks, Quilt (2010) de Nicholas Royle, Last Orders (1996) de Graham Swift et Grief Is the Thing with Feathers (2015) de Max Porter.  

Aux origines…

J’ai toujours été intéressée par la littérature grecque classique, la littérature contemporaine du monde anglophone et l’enseignement. De ce fait, faire des études littéraires et un master, recherche, était la seule voie pour faire un métier qui me passionne. Pendant mon master, je travaillais déjà sur l’écriture de la perte. Par chance, j’étais déjà encadrée par mon excellent directeur, ce qui m’a donné encore plus envie de poursuivre en doctorat. 

Mon intérêt pour les vulnérabilités et la question du deuil s’est précisé en 2015 après les attentats du Bataclan. Je me suis interrogée sur comment les individus peuvent ou non surmonter une perte. La question du deuil et de la mélancolie a donc résonné en moi. J’ai par la suite découvert l’élégie, genre littéraire privilégié de l’écriture de la perte, et j’ai ensuite approfondi mes recherches sur les formes littéraires expérimentales et la psychanalyse.

Un moment marquant

Il est difficile de penser à un seul moment marquant de mon doctorat qui fait partie intégrale de mon quotidien ! Ma première communication lors de la journée des doctorants a été un grand moment. Mon voyage à la British Library, où j’ai pu consulter des archives de B.S. Johnson, un des grands écrivains d’avant-garde des années soixante, a été un grand moment. Je dois souligner que j’ai pu y aller grâce à l’aide du laboratoire EMMA. Mais également, chaque étape franchie dans mon doctorat est un moment marquant, car elle me permet de voir ce travail de longue haleine se concrétiser. Il serait donc impossible de choisir un seul moment, car chaque étape est singulière et porteuse d’un sentiment de réussite !

Quelles conditions de travail?

Je n’ai bénéficié d’aucun financement pour ma thèse mais j’ai pu avoir des expériences professionnelles variées dans l’administratif durant les deux premières années de mon doctorat. Et depuis la troisième année, j’enseigne  à l’UPVM3 en tant que contractuelle.

Et dans cinq ans?

Dans l’idéal, j’aimerais travailler en tant qu’enseignante-chercheuse. La seule certitude que j’ai, c’est que j’enseignerai, en France ou dans un autre pays du monde anglophone, tout en poursuivant mes travaux de recherche sur l’élégie et l’expérimentation.

 

Mai 2022 –  Tim Gupwell

Au carrefour entre permaculture et culture littéraire, Tim nous fait entrer dans son monde tout en nous encourageant à porter un regard lawrencien sur notre monde moderne. En quatrième année de thèse sous la direction de Christine Reynier, Tim nous parle aussi de l’évolution de ses conditions de travail et de l’impact de la crise sanitaire sur son expérience doctorale.

La thèse de Tim

Ma thèse porte sur la philosophie de D.H. Lawrence. Il est principalement connu pour son œuvre de fiction, mais il a écrit un livre de philosophie qui a été malheureusement perdu. J’essaie de reconstruire sa pensée philosophique à partir de ses autres œuvres non-fictionnelles. Cela a un intérêt en soi puisque c’était un penseur complexe, mais je crois que ce travail pourrait également nous aider à mieux comprendre sa fiction.

Aux origines…

D.H. Lawrence me passionne depuis que je l’ai découvert à l’école (il y a fort longtemps !) et y revenir pour ma thèse était comme une évidence pour moi. Au début, je comprenais très peu de ce qu’il écrivait dans des livres comme Fantasia of the Unconscious (par exemple), mais j’ai toujours eu la conviction qu’il disait quelque chose d’important, et j’avais envie de l’élucider.

Un moment marquant

Si je réfléchis bien, je crois que c’est assez récent : c’est lorsque j’ai assisté à mon premier colloque, la D.H. Lawrence International Conference à Paris cette année. Au début de ma thèse, j’avais hâte de participer à des colloques et de rencontrer mes pairs, et puis le COVID est passé par là, il y avait des colloques à distance, mais ce n’est pas du tout pareil. Cette année j’ai pu rencontrer les spécialistes du monde entier, sortir avec eux, sentir que je faisais partie de leur monde. C’était génial !

Quelles conditions de travail?

Les premières années, je travaillais à plein temps en lycée. Pour être tout à fait honnête, je détestais ça. Je n’avais pas du tout envie d’être là, je n’arrivais pas trouver un poste à l’université et j’ai failli renoncer à tout pour me lancer dans la permaculture ! Et puis, enfin, j’ai décroché un poste d’ATER à Perpignan et j’ai eu l’impression de revivre. Ce n’est pas aussi bien rémunéré qu’un poste dans le secondaire, mais je préfère gagner moins et faire ce que j’aime. Enseigner à la fac est une grande source de joie pour moi. Ça m’a surtout permis de me concentrer sur mes recherches.

Et dans cinq ans?

Je ne sais pas trop, j’aimerais devenir Maître de Conférence en France, mais comme nous le savons tous, c’est très compliqué. Je vais probablement rester à Perpignan pour une année ou deux, peut-être plus. Et j’essaie d’écrire quelques articles et surtout finir ma thèse. Après, on verra.

Un dernier message

Je finirais par une citation de Lawrence qui, à mon sens, a des résonances toutes particulières aujourd’hui :

‘There is a great change coming, bound to come. The whole money arrangement will undergo a change: what I don’t know. The whole industrial system will undergo a change. Work will be different and pay will be different. Class will be different, and human relations will be modified and perhaps simplified. If we are intelligent, alert and undaunted, then life will be much better, more generous, more spontaneous, more vital, less basely materialistic. If we fall into a state of funk, impotence and persecution, then things may be very much worse than they are now. It is up to us.’ (Late Essays and Articles, 220)