Archives par étiquette : Etats-Unis

Séminaire “Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France, 1944-1967”

Mardi 24 mai 2022, 18h, salle 126, bâtiment Saint-Charles 1, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Séminaire organisé par Raphaël Ricaud dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de François Doppler-Speranza (U. Strasbourg).

Des militaires peuvent-ils négocier la paix ? De quelle manière et à quelles fins, surtout lorsqu’ils sont fraîchement débarqués des États-Unis ? Les deux grands conflits mondiaux du XXe siècle ont montré le rôle joué par la culture américaine dans la diffusion d’un modèle démocratique aussi idéalisé qu’ensorcelant. Sur le fond : le gouvernement américain développe une politique culturelle réactive dans les années d’après-guerre. En Europe, les autorités américaines, civiles et militaires, n’augmentent l’intensité de leurs interventions culturelles que sous la pression de la concurrence communiste. Dans le contexte de Guerre froide, le cas français est très spécifique : force et influence du mouvement communiste, naissance de l’atlantisme politique, méfiance gaulliste, persistance d’un anti-américanisme culturel. Face à cela, square dance et basketball ont eu leur mot à dire, au travers des militaires, pour atteindre une vérité humaine et sociale.

Présentation de l’intervenant: Après avoir étudié à l’université du Missouri et enseigné à Indiana University, François Doppler-Speranza enseigne à l’université de Strasbourg et Syracuse University. Il présente ici l’ouvrage Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France, 1944-1967, tiré de sa thèse. Paru en 2021 aux presses universitaires de Strasbourg, il a reçu le soutien de l’IHEDN et de l’AEGES.

Séminaire “Ending Slavery: The Antislavery Struggle in Perspective”

Mardi 3 mai 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Lawrence Aje et Claudine Raynaud

Ending Slavery (Lawrence Aje et Claudine Raynaud ed, PULM, 2022, série PoCoPages) broadens the scope of the antislavery struggle beyond the national and domestic narrative to draw a map of a new transnational and differentiated geography of abolitionism. It aims at complicating our understanding of the antislavery struggle by offering an opportunity to rethink the relationship between the personal and the political in the antebellum period. Focusing on the post-1830 period, Ending Slavery also presents a new and ambitious periodization by extending its historical breadth, through Reconstruction, well into the present to examine contemporary representations and interpretations of the history of abolitionism.

The book puts forward not only a reflection on the historiographical and memorial legacies of antislavery activity in the United States, but it also interrogates how this activism partook and still partakes in the long Civil Rights Movement for full social and political equality for African Americans. A collective enterprise that taps into and builds on recent research, the volume brings together historians and African-Americanists, a majority of whom are based in Europe. It ambitions to be a contribution that expands discussions and opens perspectives on the history of abolitionism. Suitable for general readers, students and scholars, Ending Slavery will serve as a useful resource in the area of slavery and Atlantic studies.

Présentation des intervenant-e-s: 

  • Lawrence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’histoire africaine-américaine.
  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.

Séminaire “Bernie Sanders’s Democratic Socialism: Holding Utopia Accountable”

Mardi 15 mars 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Nicolas Gachon.

Nicolas Gachon présentera son ouvrage Bernie Sanders’s Democratic Socialism: Holding Utopia Accountable (Palgrave Macmillan) lors d’un séminaire qui permettra d’aborder l’historiographie et l’histoire de la gauche états-unienne et du populisme, leur rapport à l’utopie, au marxisme, au libéralisme et au concept de justice sociale. Il s’agira d’analyser et de comprendre le socialisme « démocratique » de Bernie Sanders, ses origines, sa maturation et son évolution entre 1972, lorsque Sanders s’est présenté pour la première fois à l’élection du gouverneur de l’État du Vermont, et 2020, lorsqu’il s’est présenté pour la deuxième fois à l’élection présidentielle. Du radicalisme utopique de la fin du 19ème siècle aux revendications radicales de responsabilisation de l’État et des entreprises au 21ème siècle, la pensée et la trajectoire politique de Bernie Sanders permettent d’éclairer les grandes problématiques de la gauche états-unienne et d’entrevoir certains des enjeux idéologiques et électoraux à venir.

Présentation de l’intervenant: Nicolas Gachon est maître de conférences HDR en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire “Écrire le combat suffragiste: enjeux de l’historiographie du mouvement pour le droit de vote des femmes, 1880-2021”

Mardi 18 janvier 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Claire Delahaye. Séance animée par Hervé Mayer

Cette présentation étudiera l’historiographie sur le mouvement pour le droit de vote des femmes dans ses enjeux épistémologiques, idéologiques, politiques et militants. Pourquoi les suffragistes se sont-elles emparées de ces questions dès les années 1880? Comment ont-elles écrit leur engagement politique et militant? Quelle a été l’influence de ces écrits sur l’ensemble de l’historiographie du mouvement après les années 1960? Comment ont-ils été réévalués? 

Nous verrons ainsi comment les suffragistes ont utilisé leur histoire pour motiver leurs propres troupes, pour justifier leur cause, pour promouvoir leurs idées et pour recruter de nouvelles militantes. L’histoire représentait un outil de rébellion, d’émancipation, et un instrument de publicité et de communication : l’histoire incarnait bien plus qu’un simple récit ou compte rendu des événements et une description des actrices ou acteurs, elle servait une fonction propagandiste majeure au sein du mouvement. Il s’agissait ainsi, par la construction d’un récit, de légitimer le combat politique, et surtout son résultat.

L’histoire suffragiste devint ainsi une théorie des pratiques politiques : elle a permis de forger une idéologie de la révolte, elle a divulgué des discours politiques et a participé du militantisme.

Susan B. Anthony’s grave covered with “I Voted” stickers in Rochester, N.Y., November 2018.

Présentation de l’intervenante: Claire Delahaye est maîtresse de Conférences en Études américaines à l’Université Gustave Eiffel et membre du laboratoire de recherches LISAA (Littératures, Savoirs et Arts). Agrégée d’anglais et ancienne élève de l’ENS de Lyon, elle a soutenu une thèse à la Sorbonne Nouvelle sur le président Woodrow Wilson et le mouvement pour le droit de vote des femmes (Wilson contre les femmes, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012). Ses recherches actuelles portent sur les questions politiques de la mémoire et sur l’histoire comme enjeu de pouvoir pour les anciennes suffragistes entre 1920 et 1960. Ses récentes publications incluent le chapitre intitulé « Diffuser le combat suffragiste : réécriture de l’histoire et mémoire publique », dans l’ouvrage collectif Femmes à l’œuvre dans la construction des savoirs. Paradoxes de la visibilité et de l’invisibilité, dirigé par Caroline Trotot, Claire Delahaye et Isabelle Mornat (dir.), et « Commemorating the History of the Nineteenth Amendment: The National Woman’s Party and the Politics of Memory in the 1920s », dans l’ouvrage collectif Suffrage at 100: Women and American Politics Since 1920, dirigé par Stacie Taranto and Leandra Zarnow (Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2020). Elle est en délégation CNRS au Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité (LEGS) en 2021/2022.

JE “Espace(s) de souveraineté(s) dans les Amériques”

Vendredi 15 octobre 2021, Auditorium Site Saint Charles II, Université Paul Valéry Montpellier 3

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsables: Lawrence Aje, Claude Chastagner.

Cette journée d’étude propose une réflexion pluridisciplinaire sur la thématique des espaces de souveraineté dans les Amériques. Il s’agira d’étudier la notion de souveraineté — entendue comme un pouvoir supérieur qui l’emporte sur tous les autres et qui ne saurait faire l’objet d’aucun contrôle ni limitation — et les espaces — qu’il s’agisse d’étendues de territoires ou de champs qu’un peuple ou pays revendiquent pour des raisons historiques, démographiques, économiques ou culturelles d’occupation ou de développement — qui en permettent l’expression.

L’objectif de la journée sera d’interroger la notion d’espace(s) de souveraineté sous ses multiples formes en montrant combien elle constitue la traduction contemporaine et évolutive de rapports de pouvoirs historiques. La question de la souveraineté populaire pourra particulièrement être analysée à l’aune des troubles sociaux et politiques que traverse l’Amérique latine, conduisant à la contestation de modèles de démocratie représentative jugés insatisfaisants, voire la contestation de l’accaparement de la souveraineté par des gouvernements autocratiques, et à la multiplication des appels à l’émergence de nouvelles formes de démocratie participative. De même, le retour du nationalisme, la montée du populisme, le rejet ou la contestation des instances supranationales (ONU, FMI, OTAN) constituent autant d’avatars de la souveraineté populaire, plus précisément la revendication grandissante du droit à l’autodétermination des nations et des peuples. Si les vagues de nationalisations que connaissent plusieurs pays d’Amérique latine (Venezuela, Bolivie, Équateur) constituent des nouvelles formes d’appropriation qui sont l’expression d’une souveraineté populaire à l’échelle de la nation, les initiatives grandissantes pour reconnaître et promouvoir des valeurs et des pratiques autochtones comme solutions innovantes pour relever des défis majeurs tel le réchauffement climatique, témoignent d’exemples de souverainetés négociées et de reconquête de pouvoir.

Il sera ainsi intéressant d’examiner sur la longue durée et de façon multiscalaire les multiples modalités que prend la notion de souveraineté et ces espaces d’expression dans les Amériques. Ainsi, la mondialisation de l’économie et le développement du droit international constituent-ils de nouveaux espaces qui redéfinissent les modalités d’exercice du pouvoir souverain ? Dans quelle mesure est-ce que des phénomènes de dépossession ou de réappropriation de territoires, de ressources et de droits s’accompagnent d’une redéfinition du pouvoir politique en conduisant à minorer, ou au contraire à revaloriser, des particularismes nationaux, régionaux ou ethnoculturels.

Matin

9:00 – 10:30 : Atelier 1 – Enjeux théoriques de la souveraineté dans les Amériques

Modération : Lucile Médina (Université Paul Valéry Montpellier 3, ART-Dev)

Stephen Launay (Sciences –Po, Colombie ; Université Paris Est, LIPHA) & Jérôme Roudier (Université Catholique de Lille, LIPHA): « La souveraineté politique et ses crises : une tentative de théorisation à partir de l’observation des systèmes politiques de Colombie et du Venezuela d’aujourd’hui. »

Michael J. Strauss (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, Paris): « Guantanamo Bay (Cuba) comme laboratoire de la souveraineté et ses contorsions juridiques. »

Nicolas Gachon (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « L’immunité souveraine aux États-Unis. »

11:00 – 12:00 : Atelier 2 – Lieux de pouvoir : centre(s) et périphérie(s) 

Modération : Lawrence Aje (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Benoît Delerue, (Université Jean Moulin Lyon III, CLESID): « Les Souverainetés partielles et résiduelles des États fédérés entre normes constitutionnelles et crises structurelles : États-Unis, Canada, Brésil » 

Maxime Arnan (Université Cergy Paris): « Les réfugiés ‘choisis’ : le cas du processus de réinstallation des migrants forcés colombiens au Brésil.»

13:30 – 15:30 : Atelier 3 – Souveraineté(s) des peuples autochtones

Modération : Raphaël Ricaud (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Laura Cahier (Aix Marseille Université): « Autodétermination des Peuples autochtones et violences intersectionnelles aux États-Unis : reconfigurer les espaces de souverainetés pour répondre à la crise des ‘ Missing and Murdered Indigenous Women’ » ?

Marine Bobin (Docteure en anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès): « Construire des prisons, affirmer sa souveraineté ? Justice et autonomie de la nation navajo.

Jean-Marc Serme (Université de Bretagne Occidentale, HCTI): « ‘Zones de résurgence’: les multiples interprétations de la souveraineté autochtone à Hawai’i »

Lionel Larré (Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS): « L’Etat de Sequoyah : une tentative de renégociation d’un espace de souveraineté indigène (Territoire Indien, début du XXème siècle) »

16:00 – 17:00 : Atelier 4 – Art et souveraineté

Modération : Claude Chastagner (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA).

Claire Omhovère (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « Souveraineté et représentation autochtones dans les arts visuels du Canada anglophone »

Sebastian Olave Soler (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC): « La musique populaire de racine africaine comme espace de contestation en Colombie : d’une identité univoque aux défis du pays multiculturel ».

Colloque international “20 Years Later : Looking back at 9/11” / “20 ans après : retours sur le 11 septembre 2001”

Jeudi 7 octobre et vendredi 8 octobre 2021, Université Toulouse Jean-Jaurès

Responsables: Marie Bouchet (CAS), Françoise Coste (CAS), Raphaël Ricaud (EMMA)

Vingt ans après les attentats qui ont frappé les États-Unis le 11 septembre 2001, les Universités Toulouse Jean Jaurès (CAS) et Paul Valéry Montpellier 3 (EMMA) s’associent pour organiser un colloque international interdisciplinaire qui propose d’analyser non seulement ces événements et leurs conséquences à court et long terme avec le recul de deux décennies, mais aussi d’étudier les nombreuses manières dont ils ont été perçus, représentés, commentés, récupérés ou réécrits au fil des années, et la manière dont certaines perceptions, représentations ou récupérations ont été à leur tour commentées, reçues, et utilisées dans l’intervalle. Des spécialistes de domaines scientifiques variés (histoire contemporaine, histoire politique et institutionnelle, histoire militaire, histoire des médias, géopolitique, relations internationales, sociologie, psychologie, droit, économie, information et communication, littérature, cinéma, arts visuels, architecture, culture populaire) ont été invités à proposer des communications pour permettre une réflexion commune croisée sur des images, des discours, des faits qui ont été vus, entendus, racontés des milliers de fois, dans des perspectives et des intentions très variées.

Programme

7 octobre 2021

9h30-10h30 Conférence plénière (modération: Françoise COSTE, UT2J)

Andrew RUDALEVIGE, Bowdoin College (USA): Presidential Power Since 9/11, in Theory and Practice

10h45 Evolving narratives (modération: Emeline JOUVE, UT2J)

  • Juanjo Bermúdez DE CASTRO (University of the Balearic Islands, Spain): From Where-were-you-on-9/11 and Why-are-we-in-Afghanistan to Trump on Twitter: Evolution of the 9/11 Discourse(s) in the American Collective Imagination.
  • Pamela J. MONACO (Wilbur Wright College, Chicago, USA): From The Guys to Come from Away:  The 9/11 Theatre Legacy.

13h30 Defining terrorism (modération: Nicolas GACHON, Montpellier 3)

  • Corentin SIRE (Caen University, France and Montréal University, Canada) : From 1793 to 2001: The Construction of the ‘Terrorist Otherness’. 
  • Christopher GRIFFIN (Université Catholique de l’Ouest, Nantes, France): Counter – What? The Definition of the Adversary and American Military Strategy after 9/11.

15h45 The War on Terror at Home and Abroad (modération: Hilary SANDERS, UT2J)

  • Raphaël RAMOS (Montpellier 3 University, France) : En finir avec la CIA ? Washington, le renseignement et la fin de la Guerre froide.
  • Manon LEFEBVRE (Montpellier 3 University, France) : « Do you trust the FBI to keep you safe? » : Blindspot (NBC, 2015-2020) and its ‘Jane Doe’ Perspective on National Security.
  • Weronika ADAMSKA (EHESS, Paris, France – Freie Universität Berlin) : Un état d’urgence permanent? Les intellectuels sur la législation d’exception.
  • Alexandra S. MOORE (Binghamton University, USA): Renditions of Torture and Accountability.

October 8, 2021/ 8 octobre 2021

9h-10h Conférence plénière (modération: Nathalie COCHOY, UT2J)

Kristiaan VERSLUYS, University of Ghent (Belgium): September 11 and the Other: American Novelists Respond

10h15 The End of History, or a New Beginning? (modération: Raphaël RICAUD, Montpellier 3)

  • Pierre BOURGOIS (Bordeaux Montaigne University, France) : Le 11-septembre 2001 et la « fin de l’Histoire ».
  • Nicolas GACHON (Montpellier 3 University, France) : Le 11-septembre ou la fin de la fin de l’Histoire.
  • Heloise THOMAS (Bordeaux Montaigne University, France): Apocalypse on Loop: 9/11 and its impact on 21st-century U.S. poetics.
  • Peter KRAUSE (Fordham University, USA): 9/11 and the End of Postmodernism: From Don DeLillo’s White Noise to Falling Man.

13h30 Invisibilities (modération: Aurélie GUILLAIN, UT2J)

  • Jenna Ann ALTOMONTE (Mississippi State University, USA): “Passport, Please!” Take to the Skies in Post-9/11 America. 
  • Vincent SOULADIE (Toulouse 2 University, France) : Les corps éclipsés du 11 septembre: figurer cinématographiquement la disparition.
  • Iqra RAZA (Ashoka University, India): Spectrality: Events, Bodies, Histories.
  • Laila YOUSEF SANDOVAL (St Louis University in Madrid, Spain): What did September 11th mean? What does September 11th mean? Past and present reflections about globalization.

15h45 In Memoriam (modération: Marie BOUCHET, UT2J)

  • Anne RAULIN (Nanterre University, France) : Au lendemain du 11 septembre 2001 : retour sur la Seconde guerre mondiale en Europe.
  • David YESAYA (University of Calgary, Canada) : Quand les rappeurs français racontent les victimes musulmanes du 11 septembre.
  • Margrét Ann THORS (University of Iceland in Reykjavik): Portrayals of men, boys, masculinities, and memory in post-9/11 works (The Road by Cormac McCarthy, Redeployment by Phil Klay, and Extremely Loud and Incredibly Close by Jonathan Safran Foer).
  • Sarah GRIFFITHS (University of Bath, UK): #neverforget: The National September 11 Memorial & Museum Facebook page as a platform for ongoing memorialisation narratives of 9/11. 

Séminaire du Mardi 21 septembre 2021, salle 126, site Saint-Charles, 17h: Présentation de l’exposition “United States of Abstraction, Artistes Américains en France, 1946-1964” organisée par Ingrid Junillon (responsable des expositions au Musée Fabre de Montpellier)

Cette exposition qui a ouvert le 5 août et qui restera visible jusqu’au 31 octobre porte sur l’art abstrait américain et concerne les peintres d’après 1945 avec pour l’un deux des liens avec James Baldwin.

“En collaboration avec le Musée d’arts de Nantes , le musée Fabre proposera à Montpellier, du 5 août au 31 octobre 2021, une ambitieuse exposition consacrée à un ensemble d’artistes américains qui, installés en France, ont contribué à la redéfinition de l’art abstrait sur le continent européen.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, alors que la Ville lumière perd progressivement sa prééminence de capitale mondiale de l’art occidental au profit de New York,  plusieurs centaines d’artistes, musiciens et écrivains américains, hommes et femmes, s’installent en France. Plus de 400 artistes, grâce notamment à leur bourse d’ancien GI, ont choisi de faire de Paris le lieu de leur création, attiré par les musées et les maîtres français, la recherche d’une plus grande liberté, ou tout simplement par choix personnels ou politiques. Certains, dans le sillage de leurs compatriotes, comme Joan Mitchell, en 1955, se sont installés en France définitivement. D’autres, comme Ellsworth Kelly, arrivé en France en 1948, y sont restés seulement quelques années, étudiant à l’École des beaux-arts ou dans les ateliers de la Grande Chaumière auprès de Fernand Léger ou d’Ossip Zadkine.

S’intéressant plus particulièrement à trois constellations d’artistes américains à Paris, l’exposition explore cette intense présence. Organisée en trois chapitres et constituée d’une centaines d’œuvres, l’exposition souligne tant le rôle précurseur de Michel Tapié dans la découverte et la promotion de l’art américain en France, le renouveau de l’abstraction géométrique promu par des artistes comme Robert Breer, Ralph Coburn, Ellsworth Kelly ou Jack Youngerman, que l’individualité de grands coloristes abstraits (Joan Mitchell, Sam Francis), qui semblent vivre à Paris comme sur une île.

Cette exposition a reçu le soutien de la Terra Foundation for American Art et du réseau FRAME .”

(source : https://museefabre.montpellier3m.fr/EXPOSITIONS/United_States_of_Abstraction_Artistes_americains_en_France_1946-1964)

Ce séminaire est ouvert à tou.te.s et sera dirigé par Claudine Raynaud.

JE “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni”

Le vendredi 4 février 2022, se tiendra à Montpellier une journée d’étude sur le thème “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni”, dont vous trouverez le programme ci-dessous. Cette manifestation, en accès libre, se tiendra sur le campus Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM3), salle des colloques n°2.

Il sera possible de suivre les interventions en visioconférence*: https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/96284093112?pwd=b0xwWEcvM1QxUkFEQWJmSTJGRlROZz09

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre des activités du thème “Faire commun” du laboratoire EMMA, dont des membres proposeront des interventions sur la production artistique liée au mouvement Black Lives Matter, sur le traitement de la question des vies noires dans les formats sériel et filmique et enfin sur l’inscription du mouvement dans l’espace anglophone transatlantique. Faisant suite à la séance de séminaire “De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni” du 19 janvier 2021, cette journée d’étude servira aussi de prélude et de journée préparatoire à un colloque organisé à Montpellier en 2023.

9h15 ouverture (Sandrine Sorlin, co-directrice d’EMMA) et introduction

Session 1 (modération: Niaz Pernon, ENSCM, EMMA)

9h30 Nicolas Gachon (UPVM3, EMMA), « Mouvements sociaux et espace public : le cas Black Lives Matter »

10h10 Marc Lenormand (UPVM3, EMMA), « Les manifestations antiracistes de 2020 au Royaume-Uni: référence états-unienne et séquence britannique »

10h50 pause

11h20 Lawrence Aje (UPVM3, EMMA), « Entre reconnaissance et effacement : la mémorialisation publique de l’esclavage aux États-Unis, 2000-2021 »

12h00 discussion

12h30 pause méridienne

Session 2 (modération: Raphaël Ricaud, UPVM3, EMMA)

14h00 Claude Chastagner (UPVM3, EMMA), « Black Lives Matter, un nouveau terrain pour la protest song ? »

14h40 Claudine Raynaud (UPVM3, EMMA), « Memoirs from #BLM era »

15h20 pause

Session 3 (modération: Manon Lefebvre et Monica Michlin, UPVM3, EMMA)

15h50 Marianne Drugeon (UPVM3, EMMA), « From Confrontation to Healing: in-yer-heart and in-yer-ear in debbie tucker green’s ear for eye and Selina Thompson’s salt. »

16h30 Hervé Mayer (UPVM3, EMMA), « Black Bodies/White Spaces: the Horrors of White Supremacy in Get Out (Jordan Peele, 2017) »17h10 discussion

Séminaire “Praxis politique du cinéma populaire étatsunien : les ambiguïtés du numérique dans Black Panther (Ryan Coogler, 2018)”

Mardi 20 avril 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Hervé Mayer.

La politique du cinéma populaire étatsunien, qu’elle soit comprise en termes de reflet de la société, de représentation du politique ou de politique des représentations, a généralement été approchée sous l’angle du contenu (ou message) politique des films. Or, des études récentes produites dans différents domaines des études filmiques insistent au contraire sur la complexité de l’objet filmique et l’activité des spectateur.ice.s. Prises ensemble, ces études suggèrent que la politique du cinéma relève tout autant d’une pratique que d’un discours, une pratique critique de la part des spectateur.ice.s que les films même les plus commerciaux encouragent à des degrés divers. Cette présentation inaugure un projet de recherche visant à éclairer comment le cinéma populaire étatsunien fait œuvre démocratique en engageant des spectateur.ice.s citoyen.ne.s à exercer leur sens critique et à se positionner sur des enjeux politiques. Prenant l’exemple du film Marvel Black Panther (Ryan Coogler, 2018), j’analyserai comment l’articulation de la science-fiction et du film de banlieue, du numérique et du profilmique, y déréalise la résolution narrative condamnant Malcolm X et laisse ouverte la question des violences raciales dans le monde contemporain. 

Présentation de l’intervenant: Hervé Mayer est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire “La dance music comme espace queer”

Mardi 13 avril 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Claude Chastagner.

Contrairement au rock, les différentes formes de dance music (disco, house, techno, certains styles de hip-hop comme le bounce, toutes d’origine essentiellement étatsunienne) et les pratiques auxquelles elles sont associées, comme le voguing, ont été développées par des artistes pour la plupart noirs ou latinx, issus de milieux populaires, gays ou lesbiennes et/ou transgenres. Mais là encore, contrairement aux musiciens de rock qui ont joué avec les codes du genre ou ont révélé leur homosexualité, les noms et les visages de ces artistes sont rarement connus du grand public. Pourtant, depuis l’émergence dans les années 90 du terme “queer”, appliqué à la fois à des préférences sexuelles et à une démarche théorique, la situation a évolué. Au point qu’on parle désormais officiellement de “Black Queer Music”. Que recouvre cette évolution ? Comment s’est-elle concrétisée ? Quel est son impact sur les communautés concernées ? Quels espaces, symboliques et concrets, leur dégage-t-elle ? Ce séminaire, première étape d’un projet de recherche en cours, permettra de poser des jalons méthodologiques, de contextualiser la place de ces problématiques dans l’histoire de la musique populaire et d’esquisser quelques pistes de recherche.

“The legendary Aniyah Juicy performs at Christopher Street Pier in New York City”, Anja Matthes, The Atlantic, 2019

Présentation de l’intervenant: Claude Chastagner est professeur de civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.