Archives par étiquette : Etats-Unis

Séminaire “Unis contre l’esclavage ? Les antiesclavagistes états-uniens, Noirs et Blancs, 1754-1830”

Mardi 28 novembre 2023, 18h, Université Paul-Valéry Montpellier 3salle 126 (Saint-Charles 1) et visioconférence (https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/95127500322)

Séminaire organisé par Lawrence Aje dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Cité, UMR LARCA).

Dans son ouvrage, Noirs et Blancs contre l’esclavage, une alliance antiesclavagiste ambiguë aux Etats-Unis 1754-1830, publié en 2022, Marie-Jeanne Rossignol a cherché à raconter une histoire de la jeune république états-unienne au prisme de l’esclavage et plus particulièrement du premier mouvement antiesclavagiste auquel elle veut restituer toute sa complexité. Dans sa présentation, elle reviendra sur les acteurs noirs du mouvement, qui posent la première pierre du mouvement des droits civiques dès les années de la guerre d’indépendance, rédigent le premier corpus intellectuel africain-américain et élaborent la stratégie de l’ « uplift » . Elle s’intéressera également au déclin du militantisme blanc conservateur après 1800 dans un pays de plus en plus raciste et esclavagiste avant de revenir sur l’émergence, dans le Nord-Ouest, d’un nouveau militantisme blanc confronté à l’expansion territoriale après 1815. En conclusion, elle reviendra sur la rupture de 1830, qui mérite sûrement d’être davantage justifiée, ainsi que sur les sources d’histoire sociale et intellectuelle qu’elle a utilisées. 

Présentation de l’intervenante. Outre Noirs et Blancs contre l’esclavage. Une alliance antiesclavagistes ambiguë 1754-1830 paru chez CIRESC-Karthala, Marie-Jeanne Rossignol a publié au printemps 2023 Anthologie de la pensée noire, Etats-Unis Haïti (XVIIIè-XIXè) aux éditions Hors d’atteinte, un livre qu’elle a édité avec Michaël Roy (et Marlène Daut et Cécile Roudeau). Elle pilote depuis 2013 la collection « Récits d’esclaves » aux PURH avec Claire Parfait. En 2012, elles avaient inauguré la collection par la traduction et l’édition du récit de William Wells Brown, premier ouvrage dont une version révisée sera publiée par Payot en 2024. Toujours avec Claire Parfait (et d’autres collègues), elle avait publié une anthologie d’historiens noirs en ligne Ecrire l’histoire depuis les marges : une anthologie d’historiens africains-américains. Elle s’implique actuellement dans un projet collectif « L’Amérique de Tocqueville », avec Augustin Habran and Laurence Cossu-Beaumont, à la suite du projet UPC IDEX « Race, Démocratie et République France, Etats-Unis XVIIIè-XIXè siècle » dont elle a été lauréate. 

Cycle #BlackLivesMatter au cinéma Utopia

Dans le cadre des activités de son thème 3 « Faire commun », l’équipe de recherche EMMA (Études Montpelliéraines du Monde Anglophone) de l’Université Paul-Valéry organise cette année une série d’événements autour du mouvement « Black Lives Matter », à destination des étudiants, enseignants, chercheurs et toutes personnes intéressées.  S’il a émergé en 2013 à la suite des violences policières et des meurtres d’Africains Américains aux États-Unis, ce mouvement politique a essaimé dans le monde entier, en particulier grâce aux réseaux sociaux. Un colloque international aura lieu les 16-17 mai 2024 sur le campus St Charles : il a pour objectif d’examiner les mobilisations antiracistes aux États-Unis et au Royaume-Uni dans leurs continuités historiques et leurs circulations géographiques. Il s’interroge sur les échos politiques de ces mobilisations, leurs impacts sur les trajectoires individuelles et collectives, ainsi que sur les réponses suscitées dans le domaine artistique : littérature, théâtre, arts visuels et graphiques, danse, musique et cinéma.

Pour associer le plus grand nombre aux étudiants, aux chercheurs, et accompagner cette réflexion, un cycle de sept projections a été pensé en collaboration avec le cinéma Utopia qui revient sur l’histoire des Noirs américains, de l’esclavage à la ségrégation, aux années 60-70 (Mouvement des Droits Civiques). Il se poursuit par une évocation de la continuité des discriminations et des violences subies par la minorité noire aux États-Unis dans les années 80 et 90. Avec la mort de George Floyd le 25 mai 2020 par suffocation, le nouveau millénaire voit un regain de violences et d’affrontements qui interroge. Ainsi, en 2021, alors que la minorité noire américaine ne constitue que 13/% de la population, les Noirs comptent pour 27% de ceux morts sous les tirs de policiers.

Les sept films sélectionnés sont : Twelve Years a Slave (Steve McQueen, 2013), Hidden Figures (Les Figures de l’ombre, Theodore Melfi, 2016), I Am Not Your Negro (Raoul Peck, 2016, César du meilleur film documentaire), Detroit (Kathryn Bigelow, 2017), BlacKkKlansman: J’ai infiltré le KKK (Spike Lee, 2018),  Le cycle se clôturera par la projection  de Do the Right Thing de Spike Lee, suivi, la semaine du colloque, par What You Gonna Do When The World’s On Fire (Roberto Minervini, 2018).

Ces séances sont l’occasion de mettre en perspective la période contemporaine et d’éclairer le concept de racisme systémique, tout en mettant l’accent sur la pratique esthétique et l’engagement politique de chaque cinéaste. Ces fictions, classées par ordre chronologique, sont accompagnées de quelques documentaires qui ancrent la question raciale dans la réalité de l’histoire américaine, et au-delà, dans notre rapport aux traces d’un passé qui, selon le mot de Faulkner, « n’est pas passé ». Les mouvements sociaux et politiques se nourrissent de ce rapport au passé, ainsi que des luttes collectives, de leurs succès ou de leurs échecs. Il s’agit alors de réfléchir sur l’écriture de l’histoire, la mémoire privée et publique, la transmission, notre devoir d’éducation, notre humanité partagée. La violence policière et la revendication pour une justice équitable sont au cœur du mouvement #BLM qui reprend le cri de Floyd : « I CAN`T BREATHE ».

Chaque séance sera présentée par un enseignant-chercheur d’EMMA spécialiste de la question, et suivie d’un échange avec le public. Les thématiques abordées seront nécessairement la place du cinéma, et donc de l’art, dans la mobilisation, son rapport à l’histoire. Les questions de genre (fiction/documentaire/docufiction) et d’esthétique filmique seront posées en liaison avec la rétrospective Tarentino, dont deux films, Django Unchained (2013) et Jackie Brown (1998) dialoguent respectivement avec le récit d’esclave et la « Blaxploitation » des années 70 et son actrice fétiche Pam Grier.

Programme des séances au cinéma Utopia

Le cinéma Utopia est situé au 5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi).

Mardi 21 novembre 20h: 12 Years a Slave : Lawrence Aje

Laurence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 et membre d’EMMA (Études montpelliéraines du monde anglophone). Spécialiste d’histoire africaine américaine, ses recherches portent principalement sur l’esclavage aux États-Unis, notamment sur les processus de mémorialisation et de mise en récit historique de cette histoire.

Mardi 12 décembre 20h : Hidden Figures : Monica Michlin

Monica Michlin est professeure en études américaines contemporaines à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Elle travaille principalement sur les ‘minorités’ états-uniennes, en littérature, au cinéma et en séries télévisées, de manière intersectionnelle

Mardi 16 janvier 2024 : I Am Not Your Negro : Claudine Raynaud

Claudine Raynaud est professeur émérite d’études américaines de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Spécialiste de Toni Morrison et de Zora Neale Hurston, son objet de recherche est le croisement de la différence sexuelle et « raciale » dans l’écriture de soi. https://journals.openedition.org/erea/14902?lang=en

Mardi 13 février : Detroit : Raphaël Ricaud

Raphaël Ricaud est Maître de Conférences en histoire et civilisation des États-Unis à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Sa recherche porte sur la public diplomacy des États-Unis.

Mardi 19 mars : Black KkKlansman : Hervé Mayer

Hervé Mayer est enseignant-chercheur en études étatsuniennes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et spécialiste des aspects politiques du cinéma étatsunien. Il a beaucoup travaillé sur le western et les représentations de l’impérialisme étatsunien et du racisme à l’écran.

Mardi 9 avril : Do the Right Thing : Anne Crémieux

Anne Crémieux est professeure de civilisation américaine à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, spécialiste des représentations des minorités dans les médias.

Mardi 14 mai :  What You Gonna Do when the World’s on Fire? : Manon Lefebvre

Manon Lefebvre est MCF en civilisation américaine à l’Université Polytechnique des Hauts-de-France et chercheuse associée à EMMA.

Séminaire “Telling America’s Story to the World”

Mardi 12 septembre 2023, 18h, Université Paul-Valéry Montpellier 3, salle 126 (Saint-Charles 1) et visioconférence

Séminaire organisé par Raphaël Ricaud dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Harilaos Stecopoulos (University of Iowa).

In Telling America’s Story to the World (Oxford University Press, 2023), Harilaos Stecopoulos argues that state and state-affiliated cultural diplomacy contributed to the making of postwar US literature. Highlighting the role of liberal internationalism in US cultural outreach, Harilaos Stecopoulos contends that the state mainly sent authors like Ralph Ellison, Robert Frost, William Faulkner, Langston Hughes, and Maxine Hong Kingston overseas not just to demonstrate the achievements of US civilization but also to broadcast an American commitment to international cross-cultural connection. Those writers-cum-ambassadors may not have helped the state achieve its propaganda goals-indeed, this rarely proved the case-but they did find their assignments an opportunity to ponder the international meanings and possibilities of US literature. For many of those figures, courting foreign publics inspired a reevaluation of the scope and form of their own literary projects. Testifying to the inadvertent yet integral role of cultural diplomacy in the worlding of US letters, works like The Mansion (1959), Life Studies (1959), “Cultural Exchange” (1961, 1967), Tripmaster Monkey: His Fake Book (1989), and Three Days Before the Shooting… (2010) reimagine US literature in a mobile, global, and distinctly political register.

Présentation de l’intervenant: Harilaos Stecopoulos is an Associate Professor of English at the University of Iowa. He earned his doctorate at the University of Virginia and is a renowned scholar in the field of US literature and culture. Stecopoulos’s previous books include: A History of the Literature of the US South (2021), Reconstructing the World: Southern Fictions and US Imperialisms (2008), & Race and the Subject of Masculinities (1997).

Participer à la réunion Zoom : https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/93144920976?pwd=QmJ5cHpzb25FM0hpSUg0U2RTdGR3QT09

JE “Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama”

Vendredi 16 juin 2023

Université Paul Valéry Montpellier 3, Site St Charles, salle 126

Journée d’études co-organisée par Yannick Blec (TransCrit, Paris 8) et Anne Crémieux (UPVM3, EMMA).

Les représentations des sujets africains américains sont marquées par des stéréotypes historiques documentés de longue date par des historiens des représentations, notamment les historiens américains du cinéma Thomas Cripps et Donald Bogle, le sociologue britannique Stuart Hall, ou encore l’historien britannique du cinéma Richard Dyer. Ces premières études ont été enrichies de nombreux écrits critiques remettant en cause la binarité des représentations sexuelles et de genre, particulièrement ceux de bell hooks, Audre Lorde, Michelle Parkerson, E. Patrick Johnson, James Small, C. Riley Snorton, Mia Mask ou Alfred L. Martin. Ces analyses s’intéressent, le plus souvent, à critiquer les productions commerciales les plus appréciées du public, aussi bien pour en dénoncer les limites que pour en repérer les avancées reflétant les théories les plus récentes.

L’élection de Barack Obama à la présidence américaine a ouvert une ère dite « post-raciale », un terme repris dans le titre du dernier ouvrage de bell hooks par exemple (Writing Beyond Race: Living Theory and Practice, 2013), où la binarité raciale ancrée dans l’histoire états-unienne est fortement remise en cause dans une réflexion intersectionnelle qui questionne toutes les formes de binarité. On le voit au cinéma avec l’influence majeure d’un personnage comme Black Panther, égérie de l’afro-futurisme portée par une armée d’Amazones dans le rejet de la masculinité toxique attribué au mouvement éponyme des années soixante-dix ; on l’entend dans l’industrie musicale avec la notoriété grandissante de l’artiste ouvertement homosexuel et distinctement excentrique Lil Nas X. Ce phénomène se déploie dans tous les médias populaires, qu’il s’agisse de la télévision et de ses séries à succès, de la bande dessinée ou des jeux vidéo.

C’est de ce constat de représentations d’identités noires, qui remettent en cause toute forme de binarité et opèrent des déploiements intersectionnels au sein des cultures populaires africaines américaines, qu’émane l’interrogation principale à l’origine de ce projet. À partir de communications autour de ces représentations dans les arts populaires, accessibles par une large majorité comme au sein de la communauté noire américaine, cette journée d’études a pour objectif d’en examiner l’évolution depuis dix ans et les efforts manifestes engagés pour s’éloigner des représentations normatives binaires encore aujourd’hui prêtées aux minorités raciales états-uniennes davantage qu’à ladite majorité dominante blanche.

Il s’agit de la Journée d’étude n°2. La Journée d’étude n°1 a été organisée le 17 novembre 2022 à l’Université Paris 8 dans le cadre des travaux de l’axe de recherche « Imaginer les communautés » de l’Unité de recherche TransCrit (en partenariat avec l’Unité EMMA). La nature du sujet traité invitait des communications interdisciplinaires relevant des études d’arts, de la civilisation, de la sociologie, des études de genre, et bien d’autres.

Vous trouverez ci-dessous le programme de la JE du 16 juin :

28 janvier 2022

Claudine Raynaud

Podcast (entretien) : Histoires d’Amérique- Toni Morrison. 51mns

Magazine Society, Jean-Marie Pottier, parution en poche de La Source de l’amour-propre, traduction Christine Laferrière, collection 10/18, 2021.

https://play.acast.com/s/histoires-d-amerique/histoires-damerique-toni-morrison

12 mai 2021

Claudine Raynaud 

France Culture : S’affranchir. Episode 3. “Beloved de Toni Morrison : vivre avec les fantômes de l’esclavage.” Les chemins de la philosophie. Adèle Van Reeth.https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-chemins-de-la-philosophie/beloved-de-toni-morrison-vivre-avec-les-fantomes-de-l-esclavage-7421739

Séminaire “Now You See Her, How Lesbian Culture Won Over America”

Mardi 14 février 2023 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention d’Anne Crémieux.

Anne Crémieux présentera son ouvrage en cours de parution intitulé Now You See Her, How Lesbian Culture Won Over America. Ce retour sur trente ans d’évolution de la représentation médiatique des lesbiennes dans la culture populaire américaine interroge les modalités de la visibilité lesbienne dans six domaines que sont le sport, la musique, la bande dessinée, la photographie, le cinéma et les séries télévisées. Les six chapitres de l’ouvrage sont augmentés de six entretiens avec des personnalités lesbiennes qui ont vécu ces évolutions. La présentation reviendra sur les étapes de cette publication et la réflexion qu’elle a engendrée autour des catégories identitaires et culturelles qui sous-tendent son organisation.

Présentation de l’intervenante: Anne Crémieux est Professeure de civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

AAC/CFP “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux États-Unis et au Royaume-Uni” / “Black Lives Matter: Political and artistic mobilization against systemic racism in the US and the UK”

[scroll down for the English version]

Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux États-Unis et au Royaume-Uni

Colloque international, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 16 et 17 mai 2024 

Argumentaire

Prenant pour point de départ la séquence ouverte au début des années 2010 par l’émergence de mouvements antiracistes animés par le slogan « Black Lives Matter », ce colloque souhaite examiner les mobilisations antiracistes dans leurs continuités historiques, leurs circulations géographiques, leurs échos politiques, leurs impacts sur les trajectoires individuelles et collectives, ainsi que les réponses qu’elles ont suscitées, particulièrement dans le domaine artistique.

Nous appelons des communications dans un périmètre disciplinaire large, c’est-à-dire de manière non-exhaustive : littérature, civilisation, linguistique, études musicales et visuelles, études africaines-américaines, esthétique, histoire, sociologie, science politique, géographie, philosophie, études culturelles, anthropologie. L’aire de référence de ce colloque est constituée par les États-Unis et le Royaume-Uni. Des communications s’intéressant à des comparaisons et des circulations vers d’autres aires géographiques sont cependant bienvenues.

Continuités historiques, circulations géographiques

Le mouvement « Black Lives Matter » s’inscrit dans une histoire longue des mouvements radicaux noirs américains et ce sont précisément ces modalités qu’il s’agit de préciser : dans quelle(s) temporalités s’inscrit-il ? Est-il utile de penser en termes de vagues antiracistes, sur le modèle – contesté – des vagues féministes ? Ou même en termes de générations, avec pour point de repère central la génération du mouvement pour les droits civiques ? Pour ce qui est du Royaume-Uni, quelle articulation avec la double histoire des luttes décoloniales et des luttes de libération noires?

La question des inscriptions historiques se double de celle des inscriptions locales, nationales ou continentales des mouvements « Black Lives Matter », dont les termes sont à préciser : avons-nous affaire à des traductions, des déclinaisons, des appropriations, des hybridations ? Quelles ont été les circulations géographiques des slogans du mouvement, de ses modalités d’action et même de ses militant-e-s? 

Espaces, lieux de mémoire, institutions

Les mobilisations antiracistes de la séquence « Black Lives Matter » ont politisé l’espace, ou a minima révélé les rapports de pouvoir qui le structurent. Elles l’ont fait à la fois par des occupations temporaires de l’espace public sous la forme de rassemblements et de manifestations, ainsi que par des occupations plus durables de l’espace public comme dans la capitale fédérale états-unienne Washington, DC, qui toutes toutes remettent en cause le contrôle ordinaire de cet espace public par des forces de police majoritairement blanches qui constituent une menace à l’encontre de l’intégrité physique et des libertés des personnes noires.

Le renouveau des mouvements « Black Lives Matter » au printemps 2020 a aussi été marqué par des actions menées contre l’héritage monumental de l’esclavage, de la ségrégation et du colonialisme, tout particulièrement particulier dans le Sud des Etats-Unis ainsi que dans les grandes villes du Royaume-Uni. Cette politique des statues révèle que l’espace public est aussi un lieu où co-existent, malaisément et de manière contradictoire, des lieux de mémoire raciste et antiraciste et où cohabitent donc dans les faits des mémoires opposées. La force symbolique de l’occupation de l’espace public et de la remise en cause de la statuaire raciste en a aussi fait des lieux privilégiés de (re)définition des relations entre manifestant-e-s antiracistes et autorités publiques, lesquelles ont déployé un éventail de réponses allant de la répression à la retenue et de l’indifférence à des formes de cooptation. 

Faire mouvement

Les mouvements de contestation écologistes ou féministes ainsi que des épisodes protestataires comme Occupy et les Printemps arabes ont-ils informé la genèse et le développement des mouvements « Black Lives Matter », et si oui comment? Réciproquement, quelle est la contribution des mouvements « Black Lives Matter » aux reconfigurations contemporaines de la contestation? 

Les militantes qui ont promu le slogan puis le mouvement « Black Lives Matter » ont d’ailleurs insisté sur son caractère nécessairement intersectionnel. Qu’en a-t-il été? Les mouvements sont-ils parvenus à articuler politiquement les oppressions multiples, et si oui comment? Les logiques de convergence/divergence se posent également entre les mouvements « Black Lives Matter » et les groupes et organisations politiques préexistantes, en particulier celles portant spécifiquement la cause de l’antiracisme. 

Les divergences d’objectif et de répertoire d’action ont pu générer des tensions : les mouvements Black Lives Matter doivent-ils viser le renversement de l’ordre social raciste, ou plutôt des formes de réconciliation ou de réparation ? Quelles conceptions de la justice co-existent, plus ou moins aisément, au sein des mobilisations antiracistes ? Faut-il accréditer l’hypothèse d’une division entre des primo-manifestant-e-s dont l’action reposerait sur un fondement expérientiel et pour qui les réseaux sociaux numériques constitueraient une arène privilégiée, par rapport des militant-e-s plus expérimenté-e-s conduits par des convictions idéologiques et davantage porté-e-s sur le rassemblement public ? Quelles sont d’ailleurs les trajectoires des militant-e-s, manifestant-e-s ou simples sympathisant-e-s qui ont participé aux mobilisations antiracistes de ces dernières années ? Quels effets transformateurs la participation à ces luttes a-t-elle eu sur ces personnes, y compris sous la forme négative du cyberharcèlement et de sorties des espaces de lutte ? Les « community organizers » ont joué un rôle spécifique dans le développement des mobilisations antiracistes et si oui lequel ? Si oui toujours, peut-on trouver des intermédiaires comparables dans les autres aires géographiques ?

Corps, vécu, expérience

Le mot d’ordre « Black Lives Matter » met en évidence l’impact du racisme et du suprémacisme blanc sur les corps et les vies noires. Ce slogan puissamment incarné gagne à être examiné à plusieurs titres, depuis les modalités électroniques de sa diffusion (faut-il parler de « Black Lives Matter » ou de « #BlackLivesMatter ») jusqu’à ses déclinaisons au sein des mouvements antiracistes, voire à ses négations et parodies violentes par les tenant-e-s du suprémacisme blanc.

Ce slogan s’inscrit aussi dans une tradition littéraire noire marquée par l’héritage d’une littérature abolitionniste dépeignant les souffrances des esclaves et par celui d’autrices féministes noires soulignant la centralité du vécu expérientiel, la nécessité de parler en son nom propre et l’éclairage cru apporté par un point de vue noir minoritaire sur la société blanche majoritaire. Le déploiement des mouvements « Black Lives Matter » dans la décennie qui suit la diffusion du slogan #BlackLivesMatter en 2013 est d’ailleurs concomitante d’une activité d’écriture et d’édition intense d’auteurs et autrices noires interrogeant la condition noire et les configurations contemporaines du racisme, à l’instar des ouvrages à succès de Ta-Nehisi Coates (Between the World and Me) et de Reni Eddo-Lodge (Why I’m No Longer Talking to White People about Race) qui articulent logique de témoignage et logique d’intervention.

Antiracisme et production artistique

Pour finir, les mobilisations antiracistes récentes ont constitué une inspiration puissante pour les productions artistiques qui interrogent l’héritage de la traite, de l’esclavage, du colonialisme et de la ségrégation depuis les arts plastiques, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique et le street art

Le mouvement Black Lives Matter et les violences qui en sont à l’origine ont suscité des développements artistiques riches et variés qui ont en retour apporté vigueur et cohésion au mouvement, à l’instar de « Alright » de Kendrick Lamar, morceau qui thématise les violences policières racistes et dont le refrain « We gon’ be alright » est devenu l’un des hymnes des manifestations antiracistes du printemps 2020. Autres exemples, la poétesse Claudia Rankine ou l’écrivaine Jesmyn Ward créent des œuvres en miroir du mouvement, alors que les graffeurs sur les murs des villes honorent dans leurs peintures murales les morts sous les coups des policiers.

Modalités de soumission

Les propositions de communication, en anglais, doivent être adressées à montpellierblmconference@gmail.com pour le 15 septembre 2023. Elles doivent comprendre :

  • un résumé de 500 mots maximum assorti d’une bibliographie
  • une présentation rapide de l’auteur/autrice

Le Comité scientifique examinera l’ensemble des résumés reçus à la date limite indiquée. Les résumés feront l’objet d’une double relecture à l’aveugle. Un retour sera fait aux auteurs et autrices concernant l’acceptation ou non de leur proposition de communication.

Comité scientifique 

  • Hélène Charlery, maîtresse de conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Claude Chastagner, professeur des universités en civilisation américaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Elodie Edwards-Grossi, maîtresse de conférences en études anglophones et sociologie, Université Paris Dauphine, IRISSO
  • Olivier Esteves, professeur des universités en civilisation britannique, Université de Lille, CERAPS
  • Carline Encarnacion, maîtresse de conférences en littérature américaine, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Vincent Latour, professeur des universités en civilisation britannique, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Hélène Le Dantec-Lowry, professeure des universités en études américaines, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CREW
  • Monica Michlin, professeure des universités en études américaines contemporaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Claudine Raynaud, professeure des universités en études africaines-américaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Jean-Paul Rocchi, professeur des universités en littératures et cultures américaines, Université Gustave Eiffel, CFR / LISAA 
  • Michaël Roy, maître de conférences en études nord-américaines, Université Paris Nanterre, CREA

Comité d’organisation

  • Lawrence Aje, maître de conférence en civilisation américaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Claude Chastagner, professeur des universités émérite en civilisation américaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Anne Crémieux, professeure des universités en civilisation américaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Marianne Drugeon, maîtresse de conférences en littérature britannique, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Manon Lefebvre, ATER et doctorante en études américaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Marc Lenormand, maître de conférences en civilisation britannique, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Hervé Mayer, maître de conférences en études américaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Monica Michlin, professeure des universités en études américaines contemporaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Niaz Pernon, professeure certifiée d’anglais, Ecole nationale supérieure de chimie de Montpellier et docteure en civilisation britannique, EMMA
  • Claudine Raynaud, professeure des universités émérite en études africaines-américaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Raphaël Ricaud, maître de conférences en civilisation américaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA

Black Lives Matter: Political and artistic mobilization against systemic racism in the US and the UK

International conference, Université Paul Valéry Montpellier 3, Montpellier, France, 16 and 17 May 2024

Within the context of the Black Lives Matter movements in the United States and the United Kingdom in the 2010s and 2020s, this conference will examine antiracist mobilizations and their historical continuities, their transatlantic circulations, their political resonance, as well as the many responses they have elicited, particularly in the arts.

We welcome papers from a broad disciplinary field, especially from African American studies, history, sociology, geography, political science, philosophy, anthropology, literature, linguistics, music, film, photography, fine arts, media studies (etc.). The focus on English-speaking countries does not exclude comparisons with or reference to other geographical areas.

Historical continuities, geographical circulations

Far from being an isolated movement, Black Lives Matter is part and parcel of the history of African American radicalism. Which temporalities should best define it? Should it be conceptualized in terms of “waves”, like the history of feminism? Or in terms of generations, with the Civil Rights Movement as its reference? In the UK context, how did the Black Lives movement connect with earlier decolonial as well as black liberation struggles?

How, too, is one to conceptualize the global—national, local, continental—variations of the movement: should one think of them as translations, declensions, appropriations, hybridizations? What has been the geographical circulation of BLM’s slogans, tactics and activists?

Space, sites of memory, institutions

Antiracist mobilizations have brought to the fore the power relations that structure public space, both through temporary demonstrations, gatherings and protests and through longer occupations, all of which question and challenge the control exercised by the police over black bodies, in the wake of George Floyd’s murder by a white policeman kneeling on his neck for nine minutes.

In the US and in the UK the toppling or removing of statues that celebrate slavery (e.g. the statues of Edward Colston in Bristol and of General Lee in Richmond, VA) show that public space is the site of contested memories. Institutional responses have been diverse, due to the antagonisms within the different, national, regional, local, levels of political institutions. Public response has ranged from repression and preemptive action to forms of support and institutionalization.

Building a movement

Have recent environmentalist, feminist (#metoo), anti-capitalist (Occupy), revolutionary (Arab springs) protest movements informed the genesis and the development of the BLM movements? If so, in what ways? Conversely, is BLM changing contemporary protest movements?

The founders of BLM insisted on its intersectionality: how intersectional has BLM been? has the movement contributed to bringing together the struggles against multiple oppressions? This logic of convergence/divergence is also at play between BLM and existing political organizations of the left.

Tensions may exist due to activists seeking different objectives: should BLM seek to topple a racist social order, or lead to reconciliation or/and reparation? What conceptions of justice co-exist within antiracist mobilizations? Should credence be given to the notion of a generational divide between younger protesters organizing and mobilizing primarily on the social networks, and older, more ideologically-minded activists pushing more traditional forms of public protest ? What have been the individual and collective trajectories of the activists and protesters of the movement? What impact has participation in the movement had on their lives, especially with cyberbullying rife on social networks? Have community organizer-like figures played a role in the development of antiracist mobilizations in countries other than the US?

The body and lived experience

The slogan BLM foregrounds the impact of racism and white supremacy on black lives and bodies. The itself requires examination, as do its electronic and non-electronic variations — Black Lives Matter or #BlackLivesMatter? — in antiracist protests and even white supremacists’ violent parodies and negations.

The slogan speaks to a long tradition in African American literature, from the slave narratives and their emphasis on the physical sufferings of black people to the black feminist writings putting to the fore lived experience, speaking in one’s voice, reversing the gaze, and revising history. The decade following 2013 saw a flowering of editorial interventions and essays, such as Ta-Nehisi Coates’ (Between the World and Me) and Reni Eddo-Lodge’s (Why I’m No Longer Talking to White People about Race). The double articulation of these works as testimony and as political intervention needs to be probed.

Antiracism and artistic production

Finally, recent antiracist mobilizations have been a powerful inspiration for artistic productions that interrogate the legacy of the slave trade, slavery, colonialism, and segregation, in a wide range of fields in the graphic arts, literature, drama, cinema, and music and street art. In powerful echoes between antiracist protest and artistic production, Kendrick Lamar’s “Alright” became the hymn of the antiracist protests of Spring 2020, while poetess Claudia Rankine or writer Jesmyn Ward create works that mirror the movement, and graffiti artists honor the dead at the hands of the police in their ephemeral murals.

How to submit?

Submissions should be sent to montpellierblmconference@gmail.com by the 15th of September 2023. They should include

  • a 500-word abstract and a bibliography
  • a short presentation of the author

The Advisory Board will consider all abstracts received by the published deadline to ensure that the proposed submission is relevant to the conference. The abstracts will be double-blind peer reviewed by members of the Advisory Board. Abstract selection notifications and feedback will be sent out to relevant authors.

Advisory Board

  • Hélène Charlery, Senior Lecturer in American Studies, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Claude Chastagner, Professor of American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Elodie Edwards-Grossi, Senior Lecturer in American Studies and Sociology, Université Paris Dauphine, IRISSO
  • Olivier Esteves, Professor of British Studies, Université de Lille, CERAPS
  • Carline Encarnacion, Senior Lecturer in American Literature, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Vincent Latour, Professor of British Studies, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Hélène Le Dantec-Lowry, Professor of American Studies, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, CREW
  • Monica Michlin, Professor of American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Claudine Raynaud, Professor of African American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Jean-Paul Rocchi, Professor of American Literature and Culture, Université Gustave Eiffel, CFR / LISAA 
  • Michaël Roy, Senior Lecturer in American Studies, Université Paris Nanterre, CREA

Organising Committee

  • Lawrence Aje, Senior Lecturer in American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Claude Chastagner, Professor of American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Anne Crémieux, Professor of American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Marianne Drugeon, Senior Lecturer in British Literature, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Manon Lefebvre, Lecturer in American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Marc Lenormand, Senior Lecturer in British Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Hervé Mayer, Senior Lecturer in American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Monica Michlin, Professor of American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Niaz Pernon, Lecturer in British Studies, Ecole nationale supérieure de chimie de Montpellier et docteure en civilisation britannique, EMMA
  • Claudine Raynaud, Professor of African American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA
  • Raphaël Ricaud, Senior Lecturer in American Studies, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA

Séminaire “Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France, 1944-1967”

Mardi 24 mai 2022, 18h, salle 126, bâtiment Saint-Charles 1, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Séminaire organisé par Raphaël Ricaud dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de François Doppler-Speranza (U. Strasbourg).

Des militaires peuvent-ils négocier la paix ? De quelle manière et à quelles fins, surtout lorsqu’ils sont fraîchement débarqués des États-Unis ? Les deux grands conflits mondiaux du XXe siècle ont montré le rôle joué par la culture américaine dans la diffusion d’un modèle démocratique aussi idéalisé qu’ensorcelant. Sur le fond : le gouvernement américain développe une politique culturelle réactive dans les années d’après-guerre. En Europe, les autorités américaines, civiles et militaires, n’augmentent l’intensité de leurs interventions culturelles que sous la pression de la concurrence communiste. Dans le contexte de Guerre froide, le cas français est très spécifique : force et influence du mouvement communiste, naissance de l’atlantisme politique, méfiance gaulliste, persistance d’un anti-américanisme culturel. Face à cela, square dance et basketball ont eu leur mot à dire, au travers des militaires, pour atteindre une vérité humaine et sociale.

Présentation de l’intervenant: Après avoir étudié à l’université du Missouri et enseigné à Indiana University, François Doppler-Speranza enseigne à l’université de Strasbourg et Syracuse University. Il présente ici l’ouvrage Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France, 1944-1967, tiré de sa thèse. Paru en 2021 aux presses universitaires de Strasbourg, il a reçu le soutien de l’IHEDN et de l’AEGES.

Séminaire “Ending Slavery: The Antislavery Struggle in Perspective”

Mardi 3 mai 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Lawrence Aje et Claudine Raynaud

Ending Slavery (Lawrence Aje et Claudine Raynaud ed, PULM, 2022, série PoCoPages) broadens the scope of the antislavery struggle beyond the national and domestic narrative to draw a map of a new transnational and differentiated geography of abolitionism. It aims at complicating our understanding of the antislavery struggle by offering an opportunity to rethink the relationship between the personal and the political in the antebellum period. Focusing on the post-1830 period, Ending Slavery also presents a new and ambitious periodization by extending its historical breadth, through Reconstruction, well into the present to examine contemporary representations and interpretations of the history of abolitionism.

The book puts forward not only a reflection on the historiographical and memorial legacies of antislavery activity in the United States, but it also interrogates how this activism partook and still partakes in the long Civil Rights Movement for full social and political equality for African Americans. A collective enterprise that taps into and builds on recent research, the volume brings together historians and African-Americanists, a majority of whom are based in Europe. It ambitions to be a contribution that expands discussions and opens perspectives on the history of abolitionism. Suitable for general readers, students and scholars, Ending Slavery will serve as a useful resource in the area of slavery and Atlantic studies.

Présentation des intervenant-e-s: 

  • Lawrence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’histoire africaine-américaine.
  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.