Archives par étiquette : esthétique

Séminaire « Lectures théoriques sur le commun. Second parcours: de la politique à l’esthétique »

Mardi 11 mai 2021 à 18h

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Lecture préliminaire

Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021 (https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1-page-24.htm)

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio. La communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque. Paris : Seuil, 1990.
  • Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London & New York: Verso, 1983.
  • Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021.
  • Bourriaud, Nicolas. L’esthétique relationnelle. Dijon : les presses du réel, 2001.
  • Bourriaud, Nicolas. Inclusions : Esthétique du capitalocène. Paris : PUF, 2021.
  • Dewey, John. L’art comme expérience. Paris : Gallimard, 1987.
  • Rancière, Jacques. Le partage du sensible : Esthétique et politique. Paris : la fabrique, 2000.
  • Rancière, Jacques. Le spectateur émancipé. Paris : la fabrique, 2008.
  • Rancière, Jacques. Le temps du paysage : Aux origines de la révolution esthétique. Paris : la fabrique, 2020.
  • Zhong Mengual, Estelle. La communauté de singularités. Réinventer le commun dans l’art participatif britannique (1997-2015). Thèse de doctorat sous la direction de Laurence Bertrand Dorleac. Soutenue le 4 décembre 2015.

Les intervenantes: 

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique (théâtre contemporain) à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire du 18 mai 2021: Corps de la représentation / corps en représentation: à propos de *Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains* (Sorbonne Université Presses, 2018).

Loin d’être frappé d’inanité, le concept de représentation continue d’interroger notre relation au récit, à la forme visuelle, au monde même. Plus peut-être que d’autres traditions littéraires et esthétiques, la littérature et les arts britanniques n’auront cessé de remettre sur le métier la possibilité même de dire et penser le monde et notre être au présent. Des Pièces de guerre d’Edward Bond (1985) aux interrogations récentes d’Ian McEwan, Jeanette Winterson ou Kazuo Ishiguro sur les formes possibles du posthumanisme, des performances collectives pensées par Jeremy Deller aux vidéos de Steve McQueen ou aux sculptures de Rachel Whiteread, la littérature et les arts britanniques contemporains se confrontent avec obstination à notre condition historique, ici et maintenant. Dans son ouvrage paru en 2018, Catherine Bernard explore la manière dont cette confrontation engage l’affect et le corps : corps ému, corps pensé et pensant, corps politique toujours. Convoquant un vaste spectre de textes et d’œuvres plastiques britanniques des années 1980 à nos jours, Matière à réflexion nous invite à repenser le corps de la représentation comme un corps politique qui nous engage et engage notre être historique au présent. 

Catherine Bernard est Professeur de littérature britannique et d’études visuelles à l’Université de Paris et membre de l’UMR CNRS 8225 LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones). Ses travaux portent sur l’histoire des formes et des esthétiques de la modernité, et de la création contemporaine. Elle a publié de nombreux travaux sur la littérature moderniste et la fiction anglaise contemporaine (Martin Amis, Pat Barker, Peter Ackroyd, Harry Parker…), mais aussi l’art britannique contemporain (Rachel Whiteread, Gillian Wearing…).