Archives par étiquette : doctorante

Juin 2024 – Clémence Laburthe-Tolra

Jardins et paysages anglais, femmes émancipées, discours écologiques ; doctorante en troisième année sous la direction de Pr. Christine Reynier, Clémence Laburthe-Tolra nous présente sa thèse qui interroge l’attention qu’Elizabeth von Arnim, Vita Sackville-West et Rose Macaulay portent au végétal dans la Grande-Bretagne du tournant du XXème siècle jusqu’à la période de l’après-guerre. Faisant dialoguer l’histoire de l’art des jardins, la littérature britannique et les études paysagères, Clémence évoque ses expériences de terrain ainsi que son désir de travailler sur des autrices négligées par la  critique.

La thèse de Clémence

Je travaille sur les sensibilités végétales d’Elizabeth von Arnim, Vita Sackville-West et
Rose Macaulay, trois autrices britanniques de la première moitié du XXème siècle, qui
avaient chacune une pratique agricole et/ou horticole : von Arnim et Sackville-West
jardinaient à Nassenheide et Sissinghurst ; Sackville-West a publié de nombreuses
chroniques horticoles et s’est aussi illustrée dans des émissions de radio dédiées au jardinage ; Macaulay a été land girl pendant la Première Guerre mondiale.
Croisant leurs pratiques littéraires, agricoles et horticoles, je m’intéresse plus précisément à la façon dont von Arnim, Sackville-West et Macaulay composent (avec) les jardins, paysages et plantes in visu (dans leurs écrits littéraires et journalistiques) et in situ (dans les jardins de Nassenheide et de Sissinghurst ; aux champs en période de guerre). Cela me conduit à interroger la façon dont ces sites sont conçus aussi bien sur l’espace de la page qu’au sol, et la façon dont ils sont modelés par des enjeux sociaux et politiques. Je m’intéresse également à la portée écologique et éthique sous-tendue par ces représentations et ces pratiques. Mon corpus comprend des œuvres littéraires, mais aussi des plans de jardins, des traités de botanique et d’horticulture. Je mêle analyse littéraire, philosophique et géographique pour mieux cerner la façon dont les jardins, paysages et plantes sont appréhendés, conçus et vécus.

Aux origines…

J’ai décidé de faire une thèse après avoir découvert la recherche en Master, en me
focalisant d’abord sur l’œuvre de Nan Shepherd, autrice moderniste écossaise du XXème siècle dont l’œuvre porte en grande partie sur sa relation au paysage montagnard
écossais. J’ai beaucoup aimé le fait de chercher à mettre en lumière (à ma petite échelle !) ses travaux, tombés dans l’oubli jusqu’à très récemment, alors que son œuvre était en
vogue dans les années 1920 et 1930.
J’ai eu à cœur, pour la thèse, de continuer à célébrer les travaux d’autrices britanniques
qui ont été relativement négligées par la critique, ou peu connues pour leur rapport au végétal.
À la suite de l’agrégation, j’ai mené un second master à l’École Nationale du Paysage de
Versailles, pour me spécialiser en histoire de l’art des jardins et analyser l’aménagement
littéraire et paysager des jardins de Virginia Woolf et de Vita Sackville-West. J’ai décidé,
en postulant à un contrat doctoral, de poursuivre cette réflexion sur des autrices qui
avaient une pratique littéraire mais aussi horticole (ce qui n’était pas vraiment le cas de
Virginia Woolf, puisque c’était surtout son mari Leonard qui s’occupait de leur jardin à
Monk’s House). Je suis arrivée progressivement à mon sujet en première année de thèse, en resserrant au fur et à mesure le corpus.

Un moment marquant

Ma première visite de Sissinghurst Castle Garden, propriété de Vita Sackville-West dans
le Kent. Pour y arriver, il m’a fallu prendre deux bus depuis Maidstone (le chef-lieu du
Kent, où je logeais pendant mon séjour), puis marcher le long d’une route départementale bien empruntée, avant de traverser des champs pour monter jusqu’au château. Après avoir passé deux ans à travailler sur le jardin de Sissinghurst en m’appuyant sur des plans et des photographies (souvent en noir et blanc), cela a été très émouvant pour moi de voir la tour du château (où se trouvait aussi la « writing room » de Vita Sackville-West) apparaître au détour d’un virage… Le jardin, que j’ai pu visiter une première fois en juin 2022, était somptueux, et embaumait à mesure que j’avançais dans les différentes « garden rooms » qui le composent, et qui ont toutes une ambiance particulière. Imaginez déambuler d’une roseraie à un jardin des simples, en passant par un cottage garden et une allée de tilleuls bordée par des douves…

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je serai ATER à la rentrée prochaine, et vais pouvoir
enseigner dans ce cadre des cours de littérature et de traduction en licence.
J’estime avoir été très privilégiée avec le contrat doctoral et la petite charge
d’enseignement qui m’a été confiée pendant trois ans: cela m’a permis d’avoir un emploi
du temps flexible pour préparer mes cours, faire des lectures, participer à des évènements scientifiques et mener des projets et des séjours de recherche, financés par le laboratoire et l’école doctorale, qui ont été d’une grande aide pour l’avancée de la thèse.

Et dans cinq ans ?

Idéalement, j’aimerais devenir Maître de conférences pour poursuivre mes recherches en littérature britannique et en histoire de l’art des jardins et en études paysagères. Vu la
rareté des postes, j’envisage cependant d’emprunter d’autres chemins, dans
l’enseignement dans le secondaire, ou bien dans le milieu muséal.

Un dernier message

Le doctorat peut être assez solitaire si l’on n’habite pas à proximité de son laboratoire et si l’on ne peut pas se rentre quotidiennement en 120; il existe cependant des associations de doctorant.e.s partout en France (et en distanciel) pour travailler en groupes et s’épauler.

Novembre 2022 – Charlotte Chassefière

A travers ses recherches, Charlotte nous emmène au-delà des clichés de la littérature gothique et de ses châteaux hantés pour nous faire découvrir les préoccupations bien ontologiques de l’œuvre de son homonyme Charlotte Dacre, autrice du début du XIXème siècle, qu’elle a choisi de remettre à l’honneur dans sa thèse dirigée par Prof. Christine Reynier. Charlotte nous parle donc de construction de soi, mais aussi de la construction de son « soi doctorant » durant ces trois dernières années.

La thèse de Charlotte

Je travaille dans le domaine de la littérature britannique romantique (fin dix-huitième, début dix-neuvième siècle), et particulièrement la littérature gothique. Mon corpus est constitué des quatre romans de Charlotte Dacre, une autrice populaire du début du dix-neuvième siècle, largement oubliée par la critique de son temps. Mon travail de thèse se concentre sur la notion d’identité chez cette autrice, et interroge l’interpénétration de la culture, de l’histoire, de l’idéologie et de la fiction elle-même dans la construction et la représentation d’un « soi ». Ma thèse s’effectue sous la direction de Christine Reynier.

Aux origines…

Les romans, la poésie et la fiction en général sont une passion depuis mon plus jeune âge. La thèse m’a donc paru l’une des options les plus judicieuses pour tenter de transformer ce plaisir en métier. 

        En ce qui concerne mon sujet, je travaillais déjà sur la littérature gothique (qui avait fait l’objet de mon mémoire de Master 2). Découvrir les romans de Charlotte Dacre et choisir d’en faire mon corpus de thèse a été l’occasion pour moi d’étendre ces recherches, et d’explorer cette littérature. Le gothique ne se résume pas seulement à des histoires de fantômes et de châteaux hantés : c’est un mode de représentation à part entière qui ouvre un dialogue avec la tradition, la culture et l’idéologie dominante d’une époque. Il s’enracine dans la confrontation entre la vie subjective de l’individu et les conditions historiques de son environnement.

Un moment marquant

C’est une question très difficile ! Je vais tenter de la contourner en disant que c’est toute mon expérience de doctorat jusqu’ici qui m’a le plus marquée. Depuis la date de ma première inscription, j’ai très régulièrement l’occasion d’apprendre à faire quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je n’ai pas connu un tel enrichissement humain dans mes expériences professionnelles passées, et c’est vraiment ce que je trouve le plus marquant dans le doctorat.

Quelles conditions de travail?

J’ai commencé ma thèse sous contrat doctoral avec une petite charge d’enseignement: des conditions idéales pour poursuivre le travail de recherche. Cette année, j’ai un contrat d’ATER : mon emploi du temps est un peu plus chargé, mais me permet toujours de concilier le travail de thèse avec l’enseignement, ce qui constitue toujours un cadre idéal.

   S’il y a une difficulté, elle émerge plutôt de la partie enseignement, où le nombre d’étudiants en augmentation proportionnelle inverse au nombre d’enseignants complique de plus en plus le métier dans son ensemble. Cela fait bien bien sûr partie des conditions d’exercice, mais c’est une réalité qui ne doit pas être ignorée.

Et dans cinq ans?

Maîtresse de conférences en littérature Britannique naturellement, car l’espoir fait vivre.

   Je suis toutefois bien consciente de la rareté des postes, et je garde l’esprit ouvert : l’enseignement, le travail associatif, culturel et artistique, ou encore travailler dans un pays anglophone font partie des options que je me réserve.

Un dernier message

Non, mais je voudrais féliciter les représentant-e-s des doctorant-e-s pour ces portraits qui nous donnent l’occasion de réfléchir à notre expérience de doctorat, et de découvrir celle des autres. Merci à vous pour cette entreprise très humaine !