Archives par étiquette : commun

Séminaire « Lectures théoriques sur le commun. Second parcours: de la politique à l’esthétique »

Mardi 11 mai 2021 à 18h

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Lecture préliminaire

Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021 (https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1-page-24.htm)

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio. La communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque. Paris : Seuil, 1990.
  • Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London & New York: Verso, 1983.
  • Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021.
  • Bourriaud, Nicolas. L’esthétique relationnelle. Dijon : les presses du réel, 2001.
  • Bourriaud, Nicolas. Inclusions : Esthétique du capitalocène. Paris : PUF, 2021.
  • Dewey, John. L’art comme expérience. Paris : Gallimard, 1987.
  • Rancière, Jacques. Le partage du sensible : Esthétique et politique. Paris : la fabrique, 2000.
  • Rancière, Jacques. Le spectateur émancipé. Paris : la fabrique, 2008.
  • Rancière, Jacques. Le temps du paysage : Aux origines de la révolution esthétique. Paris : la fabrique, 2020.
  • Zhong Mengual, Estelle. La communauté de singularités. Réinventer le commun dans l’art participatif britannique (1997-2015). Thèse de doctorat sous la direction de Laurence Bertrand Dorleac. Soutenue le 4 décembre 2015.

Les intervenantes: 

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique (théâtre contemporain) à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire « Lectures théoriques sur le commun / faire commun: travaux d’approche »

Mardi 28 janvier 2020 à 17h15

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Interventions de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Documents déposés par Claire Omhovère:

Présentation des intervenant-e-s:

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste du théâtre britannique contemporain.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’écriture du paysage dans les nouvelles littératures en anglais, principalement au Canada.

Séminaire « Une lecture critique de Imagined Communities de B. Anderson »

Mardi 2 mars 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Niaz Pernon, en dialogue avec Anne-Marie Motard.

Dans son ouvrage devenu un classique de la littérature scientifique sur la construction de l’identité nationale, Imagined communities, publié en 1983, complété et réédité en 1991, Benedict Anderson définit la « nation » comme une communauté « imaginée », avec trois caractéristiques majeures : ses limites spatiales et conceptuelles, sa souveraineté et le sentiment d’appartenance communautaire qu’elle inspire à ses membres / citoyens. Cette « nation imaginée », selon Anderson, n’est pas une fiction mais une réalité sociale résultant d’une construction à la fois théorique et pratique, enracinée dans un substrat historique, notamment la sécularisation de la société à l’Age des Lumières et l’élargissement de la sphère d’intérêt des individus avec le développement des grands moyens de communication.

Présentation des intervenantes:

  • Niaz Pernon est docteure en civilisation britannique, enseignante à l’ENSCM, laboratoire EMMA.
  • Anne-Marie Motard est professeure de civilisation britannique à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire « De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni »

Mardi 19 janvier 2021, 17h-19h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Interventions de Claudine Raynaud et Marc Lenormand.

La diffusion du hashtag #BlackLivesMatter à l’été 2013 semble avoir ouvert, des deux côtés de l’Atlantique, une nouvelle séquence dans l’histoire des luttes antiracistes, prolongée par le slogan « Rhodes Must Fall » lancé par des étudiant-e-s sud-africain-e-s et relancée en 2020 par les manifestations faisant suite au meurtre de George Floyd. Celles-ci ont illustré la structuration transatlantique des débats et de l’activisme antiraciste (Gilroy, 1993), la statue du négrier Edward Colston à Bristol connaissant un déboulonnage semblable à celui affectant aux Etats-Unis de nombreux monuments commémorant le souvenir de la Confédération, à l’instar de la statue de Robert E. Lee retirée du Capitole.

Cette séquence activiste s’est accompagnée d’une activité éditoriale nourrie. A côté d’ouvrages fictionnels célébrant la multiculturalité contemporaine, un genre central semble bien avoir été l’essai mêlant pamphlet et autobiographie, théorisations et témoignage pour mettre en évidence le caractère structurel du racisme et ses effets dans les vies quotidiennes des personnes noires. Le succès de Between the World and Me de Ta-Nehisi Coates (2015) aux États-Unis et de Why I’m no Longer Talking to White People about Race de Reni Eddo-Lodge (2017) au Royaume-Uni a mis en lumière une partie seulement d’un plus large corpus de textes parus dans la seconde moitié des années 2010 (Carruthers, 2019 ; Dabiri, 2020 ; Hirsch, 2018 ; Khan-Cullors & Bandele, 2017 ; Laymon, 2020 ; Oluo, 2018 ; Ward, 2017).

Cette séance de séminaire vise à proposer quelques pistes de réflexion sur l’inscription de ces ouvrages dans un conjoncture sociale et politique marquée par le renouveau des mouvements antiraciste et féministe à l’heure des réseaux sociaux, dans un espace militant transatlantique et dans une généalogie des écritures noires, mais aussi à examiner les déclinaisons spécifiques de la question raciste aux États-Unis et au Royaume-Uni respectivement, à partir d’une première approche de ce corpus.

Présentation des intervenant-e-s:

  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.
  • Marc Lenormand est maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.