Séminaires – Matérialités

 

 

Mardi 5 avril 18h salle 126 Saint-Charles 1

Alan RICE (PR, University of Central Lancashire, England) :
Inside the Invisible: Exhibiting Lubaina Himid’s Memorial to Zong in the Lancaster Maritime Museum Working

 

Working to transform historical “mourning” into artistic “revenge”, Himid’s Memorial to Zong testifies to the tragedies generated by one legal case in particular: the Zong slave ship. As she explains, her works in the exhibition operate as monuments to the incident in 1781 when Luke Collingwood threw 133 sick, enslaved Africans overboard to claim the insurance rather than risk the “cargo’s” devaluation when sold in Jamaica. This paper examines the 2020 exhibition held in Lancaster, the first showing of these paintings together in a slave port nearly 30 years since their only other showing in Rochdale in 1991 as part of the Revenge exhibition. As the curator for this new exhibition by the first black woman winner of the prestigious Turner prize, my paper will contextualise the Lancaster setting for the exhibition including new research on historical black presence in the city that has only been unearthed since 2018 and discuss the methodology used in the curating of these paintings in the historic space of the 1764 Customs House a key building in the development of the slave and West Indies trade in Lancaster. It will also frame these works in terms of historical black British identity using the work of Stuart Hall, Gretchen Gerzina, Marcus Rediker and Paul Gilroy and in the light of work on memory and trauma by thinkers such as Paul Ricoeur, Edouard Glissant, Saidiya Hartman, Dionne Brand, Giorgio Agamben, Ian Baucom and Michael Rothberg. It will examine Lubaina’s seminal series in terms of transgenerational trauma, multi-directional memory and witnessing in the wake of historical blindness and silence.

Alan Rice is Professor in English and American Studies at the University of Central Lancashire, Preston, co-director of the Institute for Black Atlantic Research (IBAR) and director of the UCLan Lancashire Research Centre in Migration, Diaspora and Exile (MIDEX). He has worked on the interdisciplinary study of the Black Atlantic publishing Radical Narratives of the Black Atlantic (2003) & Creating Memorials, Building Identities: The Politics of Memory in the Black Atlantic (2010). He was a founder member of the Slave Trade Arts Memorial Project in Lancaster which was responsible for unveiling a memorial commemorating victims of the slave trade in 2001, co-curated Trade and Empire: Remembering Slavery at the Whitworth Gallery Manchester in 2007 and has been consultant and talking head on a variety of documentaries with the BBC and other broadcasters. He has given keynote presentations in Britain, Germany, Switzerland, Greece, the United States, Italy, Denmark, Spain, Poland, the Netherlands and France. His articles have appeared in a wide range of journals including, Slavery and Abolition, Atlantic Studies, Patterns of Prejudice, Journal of American Studies Zeitschrift fur Anglistik und Amerikanistik and Research in African Literatures. His latest co-written work, Inside the Invisible: Memorialising Slavery and Freedom in the Life and Works of Lubaina Himid (2019) is the first academic monograph on the 2017 Turner Prize Winner. In 2020 he is curating the exhibition Lubaina Himid: Memorial to Zong for the Lancaster Maritime Museum and working on projects with Preston Black History Group, Fashion Revolution Week and Lancaster Jazz Festival.

Séminaire animé par Maroua Mannai & Judith Misrahi-Barak

 

 

 

 

 

Mardi 22 mars 2022 18h salle 126 STC1 & Zoom

Christine Reynier, Marie Bertrand & Tim Gupwell (EMMA, UPVM) : Book presentation : « Green Modernism. Nature and the English Novel, 1900 to 1930 » (New York : Palgrave Macmillan, 2015)

 

 

One of the first studies to explore the relationship between environmental criticism and British modernism, Green Modernismexplores the cultural function of nature in the modernist novel between 1900 and 1930.
Mc Carthy argues that ‘until recently, modernist studies has largely rebuffed the insights of ecocriticism thanks to the aesthetic armor of its autonomous, subjective, urban texts. But today the moment is propitious for ecocritical appraisals of modernism; each field pulls the other toward reinvention’. His task ‘is to reframe the critical conversation around ecocriticism and then propose a critical apparatus for reading modernism and the environment together’.
The seminar means to discuss the ecocritical and new materialist insights McCarthy brings to Modernist Studies, and particularly to D. H. Lawrence’s novel Lady Chatterley’s Lover and his essay ‘Pan in America’.

 

 

 

 

 

Mardi 8 février 2022 18h salle 126 STC 1 et sur zoom

« Que devient la pastorale dans le contexte d’une économie extractive? Quelques paysages pétrolifères canadiens »
Séminaire animé par Claire Omhovère (PR, EMMA)

Ce séminaire prendra pour point de départ les analyses qu’Amitav Ghosh a consacrées à l’impuissance de la littérature face aux réalités de l’exploitation pétrolière et aux enjeux du réchauffement climatique. Le développement des humanités énergétiques a depuis lors démontré que les arts ont un rôle essentiel à jouer pour préciser la place qu’occupe le pétrole dans notre expérience sensible. A la fois matière première et énergie, les hydrocarbures ont en effet pour caractéristique paradoxale de passer le plus souvent inaperçues : fluides, plastiques et diffuses, elles sont partie intégrante de tous les aspects de la vie contemporaine. Les hydrocarbures ont néanmoins fait une entrée discrète et précoce dans la littérature canadienne anglophone à travers l’émergence de pétro-paysages dans certains genres dit « mineurs ». Ce séminaire sera l’occasion de préciser dans quelles circonstances ces pétro-paysages ont fait leur apparition ainsi que la manière dont leurs tracés recoupent certains contours de la pastorale coloniale quand celle-ci repousse vers la périphérie, voire hors cadre, la présence autochtone et son rapport à la terre.

 

 

 

 

 

Séminaire Constance Pompié “Présentation de l’ouvrage de Deborah Lilley ‘The New Pastoral in Contemporary British Writing’ (Routledge)”

 

 

A travers ce séminaire, il sera question de rendre compte de l’ouvrage de Deborah Lilley intitulé The New Pastoral in Contemporary British Writing (2019) à travers le prisme de la crise environnementale et de la matérialité. Comment expliquer que la pastorale fasse des apparitions de plus en plus nombreuses dans la littérature britannique contemporaine depuis la fin du XXième siècle ? La pastorale est-elle un mode littéraire pertinent pour évoquer la crise environnementale ? Que nous dit-elle de la place du sujet humain au sein de l’environnement ? J’évoquerai à la fois les origines de la pastorale et les raisons qui en font un mode très critiqué, mais aussi les évolutions récentes du mode à  la lumière des théories neo matérialistes. J’étudierai également les affinités entre la pastorale et d’autres formes littéraires comme le nature writing et la climate change fiction qui permettent une représentation plus pertinente de la relation entre le sujet humain et l’environnement.

 

 

 

Monday 6 December Auditorium Saint-Charles 2, 18h-20h:

NECROPOLIS: Entering the city of the Dead.  Performing a ritual for deceased migrants.

 https://www.thanaticethics.com

Programme

18h-18h15: Thanatic Ethics in Context
Chair: Judith Misrahi-Barak (EMMA / UPVM)

18h15- 18h35: Round Table – Toward Documentary Choreography
Arkadi Zaides & participants

Chair: Marianne Drugeon (EMMA/UPVM)

18h35-19h35: About Necropolis: Arkadi Zaides in conversation
Chair: Alix de Morant ( RIRRA 21/UPVM)
19h35-20h: Collective discussion and Looking Forward

 

About NECROPOLIS (2020):

For over a quarter of a century, “UNITED for Intercultural Action”, a network of hundreds of anti-racist organizations from all around Europe, has been compiling a list registering 40,555 deaths of refugees and migrants who have attempted to reach Europe since 1993. Such disasters are usually handled with a standardized almost automatic institutional response: pathologists and forensic experts are deployed to collect medical and biological data from bodies and from living relatives in order to enable identification. However, this procedure has not been followed for most of the victims of the current migration crisis at the gates of Europe. At the bottom of the sea, on the shores, and inland, a mass of decomposed bodies and body parts tells the story of a collective whose ghost hovers over European territory. For their research, Arkadi Zaides and his team delve into the practice of forensics to conceive a new virtual database documenting the remains of those whose death is to this day mostly unacknowledged. This growing archive, this map, this site named NECROPOLIS is stretching in all directions across space and time, interrelating the mythologies, histories, geographies, movements, and anatomies of those who have been granted entrance to the city of the dead.

 

A short interview with Arkadi Zaides is available on: https://vimeo.com/429213412

 

Arkadi Zaides is an Israeli independent choreographer and visual artist of Belorussian origin. In Israel, he performed in several companies such as the Batsheva Dance Company and the Yasmeen Godder Dance Group before embarking on an independent career in 2004. He obtained a master’s degree at the AHK Academy of Theater and Dance in Amsterdam (NL), and is currently pursuing a practice-based PhD at the University of Antwerpen and the Royal Conservatoire Antwerpen (BE). His performances and installations have been presented in numerous dance and theater festivals, museums, and galleries across Europe, North and South America, and Asia. Over the years he has curated projects such as ”New Dance Project” (2010-2011) with choreographer Anat Danieli, Moves Without Borders (2012-2015), and ”Violence of Inscriptions” (2015-2018) with the scholar, curator, and dramaturge Sandra Noeth. The latter gathered artists, thinkers, and human-rights activists to negotiate the role of the body in producing, maintaining, legitimizing, representing, and aestheticizing structural violence.

 

For further detailshttps://arkadizaides.com/necropolis

 

 

 

 

Mardi 16 novembre 2021, 18h Salle 126 STC 1 

Markus Arnold (PMU – Université Cape Town) : ” L’Afropolitanisme – contours, filiations et ramifications d’une notion émancipatrice du Sud” 

 

Résumé : Durant la décennie passée, le concept d’Afropolitanisme a évolué en un outil épistémologique et esthétique puissant tout en suscitant diverses polémiques. Conçu en 2005 et articulé à partir de positions différentes – d’une part, par Taiye Selasi, écrivaine anglo-américaine d’origine nigériane et ghanéenne ; de l’autre, par Achille Mbembe, historien et politologue camerounais basé en Afrique du Sud –, l’Afropolitanisme a mené à des débats houleux liés aux identités diasporiques et (trans)nationales à l’heure de la mondialisation néolibérale. Ce séminaire s’intéressera à la conceptualisation afropolitaine de Mbembe, sa dimension critique et visionnaire, ses influences caribéennes, son évolution contemporaine, ses échos et lignes de partage avec d’autres propositions programmatiques (l’Afrotopie, la créolisation). En effet, celles-ci font partie d’un renouvellement épistémologique qui appelle à repenser les identités culturelles et politiques du Sud et qui interroge, depuis l’Afrique et les îles « périphériques », les défis de notre vivre-ensemble contemporain.

Bio : Markus Arnold est Associate Professor à l’Université de Cape Town. Ses intérêts couvrent les littératures comparées et francophones du Sud, notamment l’océan Indien, la théorie postcoloniale, les rapports texte-image. Parmi ses publications, l’on compte la monographie La littérature mauricienne contemporaine (2017), les ouvrages codirigés L’image et son dehors (2017) et Borders and Ecotones in the Indian Ocean (2020), et un numéro spécial codirigé sur les manifestes littéraires et artistiques africains (FSSA 50.1, 2021). Il est rédacteur de la revue French Studies in Southern Africa.

Ce séminaire sera animé par Judith Misrahi-Barak et se déroulera en français
(uniquement en présentiel)

 

 

 

Séminaire EMMA, séance du 12 octobre 2021, 18h., salle 126

La phénoménologie au service de la cause environnementale: apports et héritages

Marie Bertrand

A travers ce séminaire, il sera question d’explorer les affinités entre les théories phénoménologiques et les études écocritiques : en quoi ce courant philosophique peut-il être utilisé pour alimenter une réflexion concernant notre rapport à l’environnement ? Qu’y a-t-il dans les écrits phénoménologiques qui pourrait encourager un engagement pour la protection de cet environnement ? Nous évoquerons à la fois les fondements de la pensée phénoménologique, en accordant une attention toute particulière aux théories de Merleau-Ponty, puis nous tenterons de dépasser les limites de la phénoménologie elle-même afin de démontrer son rôle dans l’émergence d’autres philosophies ayant pour préoccupation principale la relation entre l’homme et la nature.

Une bibliographie sera disponible sur le carnet Hypothèses.org d’EMMA, rubrique Thème 1 : https://emmamontpellier.hypotheses.org/

 

Séance du 18 mai 2021

Catherine Bernard, “Corps de la représentation  / corps en représentation : à propos de Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains (Sorbonne Université Presses, 2018).”

 

Séance du 6 avril 2021

Claudine Raynaud , « Matter » dans Bodies that Matter et #BlackLivesMatter (modérateur : J.-M. Ganteau) 18h20h

La matière du « tournant matérialiste » nous enjoint à replacer l’humain, toujours déjà inclus dans le monde qu’il affecte, et qui l’affecte, dans une chaîne que d’aucuns voient comme ontologique. Les marqueurs corporels que sont le sexe et la race peuvent-ils être conjugués avec une vision englobante, non-« politique » au sens étroit du terme, de cette terre dans laquelle la « matière vibrante » replacerait l’humain au sein d’un environnement conçu dans sa multiplicité, sa mobilité, sa fluidité, ses « intra-actions » (Barad) ?

 

Cette intervention se veut une exploration de la façon dont les réflexions théoriques et philosophiques liées aux discours (Foucault) et à la représentation, à la textualité et la déconstruction (Derrida) conduisent à une troisième voie qui n’oppose pas matière et sens, nature et culture, sciences naturelles et humanités. Une pensée féministe en mouvement débouche sur un nouveau matérialisme féministe qui rejoint l’écoféminisme. La théorie critique de la « race » revendique une analyse de la matérialité des vies noires. Le corps — « trans-corporalité » (Alaimo), corps noirs entre chair et corps (Spillers) — est au cœur de ces nouvelles théorisations.

 

Le mot « matter » ne convoque-il pas aussitôt son autre signification de « matière » ?

 

Des extraits de textes de Percival Everett (Watershed), d’Audre Lorde (The Cancer Journals) et de Toni Morrison (The Bluest Eye, Sula, Beloved) seront proposés à l’analyse.

 

Alaimo, Stacey. Bodily Natures: Science, Environment, and the Material Self. Bloomington: Indiana University Press, 2010.

Alaimo, Stacey and Susan J. Hekman. “Introduction: Emerging Models of Materiality in Feminist Theory.” In Material Feminisms. Stacey Alaimo and Susan J. Hekman eds, Bloomington: Indiana University Press, 2008, pp. 1–19.

Barad, Karen. “Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter”, Signs Vol. 28, No. 3, Gender and Science: New Issues (Spring 2003), pp. 801-831

Butler, Judith. Bodies that Matter. On the Discursive Limits of Sex. Bloomington: University of Indiana Press, 1995.

Hames-Garcia, Michael. “How Real is Race?” In Material Feminisms. Stacey Alaimo and Susan J. Hekman eds, Bloomington: Indiana University Press, 2008, pp. 308-339.

Spillers, Hortense. “Mama’s Baby, Papa’s Maybe: An American Grammar Book”, Diacritics Vol. 17, No. 2, Culture and Countermemory: The “American” Connection (Summer 1987), pp. 64-81.

Towns, Armond R. “Black ‘Matter’ Lives, Women’s Studies in Communication, 2019. DOI: 10.1080/07491409.2018.1551985

matter

Exemplier

Everett Quotes 3

 

 

Séance du 16 mars 2021

Vincent Dussol, « Entre compost et Gaïa : matières écologiques »  (modératrice : C. Raynaud) 18h-20h

Au départ, il y a ce compost généré par la décomposition de la matière organique des corps inhumés. This Compost de Jed Rasula fait fructifier le compost pour en faire un concept applicable à d’autres matières, poétiques et mythologiques. Son propos est de réhabiliter, de recycler un moment de la poésie américaine dont il juge les contenus et les formes propices à un enrichissement du présent. Rasula relaboure ce terreau chargé de mythes, nourri d’archéologie et d’anthropologie, en n’en perdant jamais de vue la pertinence écologique.

Un des poètes exhumés par Rasula est Robinson Jeffers (1887-1962) pour sa contribution au décentrement de l’humain, à la relativisation de l’importance de la matière humaine sur la scène du monde : « a speck of dust on the great scale-pan » (The Double Axe, p.126).  On questionnera l’utilité actuelle de ce congédiement radical de l’humain, à travers quelques emprunts à Bruno Latour qui, dans Face à Gaïa, réhabilite l’anthropomorphisme (et les mythes) pour une meilleure appréhension et compréhension du nouveau régime climatique, et propose une vision non-essentialiste de la matière dans laquelle l’humain trouve sa place.

Notes séminaire 16 mars 2021 Vincent Dussol

Diaporama Entre compost et Gaïa – V. Dussol

 

Séance du 23 février 2021 à 18h

Séance assurée par Tim Gupwell (modératrice : C. Reynier).

Bergson’s popularity was such that, at the beginning of the 20th Century, his lectures were credited with causing the very first traffic jam in Broadway! Practically everyone had heard of him, and he had an important influence on a great number of writers and thinkers. Moreover, Bergson remains relevant today since he has undergone ‘a recent revitalization’, largely due to the work of Deleuze (Stanford Encyclopedia of Philosophy, 2020).

In works such as Matter and Memory, The Creative Evolution, and Time and Free Will, Bergson examined the nature of materiality as well as the nature of our relationship to the external world. Bergson shows how our need, as practical, problem-solving organisms, to dominate nature, has engendered an artificial view of the material world, a view which over-emphasizes quantity, spatiality and discontinuity. We believe we perceive isolated objects, yet, in reality, ‘the materiality of a body does not end at the point where we touch it’.  Bergson approvingly cited Farraday’s theory that atoms are merely the central points in the lines of force which spread through space since, matter is always interrelated, always changing, becoming.

Bergson’s philosophy can also be seen as an attempt to counter the kind of deterministic vision of the material world that had been epitomized by Laplace (‘Laplace’s Demon’ was a thought experiment, which argued that a supreme intelligence with knowledge of all positions and all forces would be entirely able to predict the future just as accurately as the past). By contrast, Bergson’s aim was to re-introduce an element of freedom into this kind of overly physical conception of the world. For Bergson, the inorganic and the organic are both of essentially the same stuff; both are tendencies of life – but life is characterized by a greater intensity, introducing an element of indeterminism, of creativity, of emergence into what would otherwise be a world necessarily determined by mathematically calculable force and position.

Séance du 26 janvier 2021

Claire Omhovère autour de l’ouvrage de Georges Didi-Huberman, La ressemblance par contact (Minuit, 2008) (Modérateur : J.-M. Ganteau)

En Occident, le paysage fait son apparition dans la peinture et la littérature de la Renaissance au moment où la culture se sécularise. Alors que s’amorce puis affirme l’expansion impériale de la Grande Bretagne, le regard paysager qui se pose sur le monde contribuera à la mise en forme mais aussi à la mise en ordre des espaces qui seront tour à tour explorés, conquis et peuplés. L’entrée dans l’ère de l’Anthropocène nous engage aujourd’hui à réexaminer la médiation qui s’instaure avec le paysage entre l’homme et la terre. La globalité des activités humaines avec, au premier chef, l’agriculture, l’essor des économies extractives et l’aménagement des territoires ont irréversiblement transformé la planète. L’emprise de l’homme sur le paysage mais aussi l’emprise du paysage sur nos sensibilités ont laissé derrière elles des empreintes qui en sont le négatif, à la fois la trace et le complément. Nombre d’écrivains, photographes et artistes du monde anglophone se sont tournés vers cet envers du paysage pour en questionner la matérialité dans une démarche qu’inquiètent les effets du changement climatique, l’altération des milieux naturels et la perspective de l’extinction de tout un pan du vivant. Étudier l’empreinte paysagère dans la littérature et les arts du monde anglophone suppose une critique de l’oculocentrisme susceptible de renouveler la sensibilité et d’encourager une éthique de la considération qui, pour reprendre l’injonction de Corine Pelluchon, engage notre présence au monde et notre responsabilité envers lui. Le séminaire du 26 janvier 2021 sera consacré aux apports de l’essai de George Didi-Huberman, La ressemblance par contact : archéologie, anachronisme et modernité de l’empreinte (Paris : Minuit, 2008) à ce domaine d’investigation. La discussion sera illustrée d’exemples qu’offre la littérature canadienne.

Matérialités_empreinte_séminaire EMMA_26janv2020_Hypothèses

PP_Empreinte_26janvier2020

 

Séance préparatoire du 4 février 2020

Vincent Dussol, “Matière à Penser” (modératrice : Claudine Raynaud)

 

Deux livres de la poète américaine d’ascendance grecque Eleni Sikelianos, The California Poem (2004) et Make Yourself Happy (2017), ainsi que Materialism (1995) de Jori Graham proposent des tentatives poétiques d’aller vers les sciences dures (physique, biologie) afin de dire et décrire ce qu’il est impossible de voir à l’œil nu.

Nous évoquerons ce nouvel ‘atomisme’ à travers quelques micro-lectures.

Ce New Materialism avant l’heure, se double chez Sikelianos, d’un versant sinon politique, du moins militant, qui détermine, en particulier, une relation de contiguïté avec l’animal et les autres mondes (végétaux, minéraux).

Nous verrons enfin comment cette écriture poétique de la relationnalité peut rejoindre les travaux de Philippe Descola (Par-delà Nature et Culture (2004) et La Composition des mondes (2014)) sur les régimes de relations entre intériorité et physicalité.

notes_dussol_040220

exemplier_dussol_040220