Séminaires – Matérialités

Séance du 18 mai 2021

Catherine Bernard, « Corps de la représentation  / corps en représentation : à propos de Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains (Sorbonne Université Presses, 2018). »

 

Séance du 6 avril 2021

Claudine Raynaud , « Matter » dans Bodies that Matter et #BlackLivesMatter (modérateur : J.-M. Ganteau) 18h20h

La matière du « tournant matérialiste » nous enjoint à replacer l’humain, toujours déjà inclus dans le monde qu’il affecte, et qui l’affecte, dans une chaîne que d’aucuns voient comme ontologique. Les marqueurs corporels que sont le sexe et la race peuvent-ils être conjugués avec une vision englobante, non-« politique » au sens étroit du terme, de cette terre dans laquelle la « matière vibrante » replacerait l’humain au sein d’un environnement conçu dans sa multiplicité, sa mobilité, sa fluidité, ses « intra-actions » (Barad) ?

 

Cette intervention se veut une exploration de la façon dont les réflexions théoriques et philosophiques liées aux discours (Foucault) et à la représentation, à la textualité et la déconstruction (Derrida) conduisent à une troisième voie qui n’oppose pas matière et sens, nature et culture, sciences naturelles et humanités. Une pensée féministe en mouvement débouche sur un nouveau matérialisme féministe qui rejoint l’écoféminisme. La théorie critique de la « race » revendique une analyse de la matérialité des vies noires. Le corps — « trans-corporalité » (Alaimo), corps noirs entre chair et corps (Spillers) — est au cœur de ces nouvelles théorisations.

 

Le mot « matter » ne convoque-il pas aussitôt son autre signification de « matière » ?

 

Des extraits de textes de Percival Everett (Watershed), d’Audre Lorde (The Cancer Journals) et de Toni Morrison (The Bluest Eye, Sula, Beloved) seront proposés à l’analyse.

 

Alaimo, Stacey. Bodily Natures: Science, Environment, and the Material Self. Bloomington: Indiana University Press, 2010.

Alaimo, Stacey and Susan J. Hekman. “Introduction: Emerging Models of Materiality in Feminist Theory.” In Material Feminisms. Stacey Alaimo and Susan J. Hekman eds, Bloomington: Indiana University Press, 2008, pp. 1–19.

Barad, Karen. “Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter”, Signs Vol. 28, No. 3, Gender and Science: New Issues (Spring 2003), pp. 801-831

Butler, Judith. Bodies that Matter. On the Discursive Limits of Sex. Bloomington: University of Indiana Press, 1995.

Hames-Garcia, Michael. “How Real is Race?” In Material Feminisms. Stacey Alaimo and Susan J. Hekman eds, Bloomington: Indiana University Press, 2008, pp. 308-339.

Spillers, Hortense. “Mama’s Baby, Papa’s Maybe: An American Grammar Book”, Diacritics Vol. 17, No. 2, Culture and Countermemory: The « American » Connection (Summer 1987), pp. 64-81.

Towns, Armond R. “Black ‘Matter’ Lives, Women’s Studies in Communication, 2019. DOI: 10.1080/07491409.2018.1551985

matter

Exemplier

Everett Quotes 3

 

 

Séance du 16 mars 2021

Vincent Dussol, « Entre compost et Gaïa : matières écologiques »  (modératrice : C. Raynaud) 18h-20h

Au départ, il y a ce compost généré par la décomposition de la matière organique des corps inhumés. This Compost de Jed Rasula fait fructifier le compost pour en faire un concept applicable à d’autres matières, poétiques et mythologiques. Son propos est de réhabiliter, de recycler un moment de la poésie américaine dont il juge les contenus et les formes propices à un enrichissement du présent. Rasula relaboure ce terreau chargé de mythes, nourri d’archéologie et d’anthropologie, en n’en perdant jamais de vue la pertinence écologique.

Un des poètes exhumés par Rasula est Robinson Jeffers (1887-1962) pour sa contribution au décentrement de l’humain, à la relativisation de l’importance de la matière humaine sur la scène du monde : « a speck of dust on the great scale-pan » (The Double Axe, p.126).  On questionnera l’utilité actuelle de ce congédiement radical de l’humain, à travers quelques emprunts à Bruno Latour qui, dans Face à Gaïa, réhabilite l’anthropomorphisme (et les mythes) pour une meilleure appréhension et compréhension du nouveau régime climatique, et propose une vision non-essentialiste de la matière dans laquelle l’humain trouve sa place.

Notes séminaire 16 mars 2021 Vincent Dussol

Diaporama Entre compost et Gaïa – V. Dussol

 

Séance du 23 février 2021 à 18h

Séance assurée par Tim Gupwell (modératrice : C. Reynier).

Bergson’s popularity was such that, at the beginning of the 20th Century, his lectures were credited with causing the very first traffic jam in Broadway! Practically everyone had heard of him, and he had an important influence on a great number of writers and thinkers. Moreover, Bergson remains relevant today since he has undergone ‘a recent revitalization’, largely due to the work of Deleuze (Stanford Encyclopedia of Philosophy, 2020).

In works such as Matter and Memory, The Creative Evolution, and Time and Free Will, Bergson examined the nature of materiality as well as the nature of our relationship to the external world. Bergson shows how our need, as practical, problem-solving organisms, to dominate nature, has engendered an artificial view of the material world, a view which over-emphasizes quantity, spatiality and discontinuity. We believe we perceive isolated objects, yet, in reality, ‘the materiality of a body does not end at the point where we touch it’.  Bergson approvingly cited Farraday’s theory that atoms are merely the central points in the lines of force which spread through space since, matter is always interrelated, always changing, becoming.

Bergson’s philosophy can also be seen as an attempt to counter the kind of deterministic vision of the material world that had been epitomized by Laplace (‘Laplace’s Demon’ was a thought experiment, which argued that a supreme intelligence with knowledge of all positions and all forces would be entirely able to predict the future just as accurately as the past). By contrast, Bergson’s aim was to re-introduce an element of freedom into this kind of overly physical conception of the world. For Bergson, the inorganic and the organic are both of essentially the same stuff; both are tendencies of life – but life is characterized by a greater intensity, introducing an element of indeterminism, of creativity, of emergence into what would otherwise be a world necessarily determined by mathematically calculable force and position.

Séance du 26 janvier 2021

Claire Omhovère autour de l’ouvrage de Georges Didi-Huberman, La ressemblance par contact (Minuit, 2008) (Modérateur : J.-M. Ganteau)

En Occident, le paysage fait son apparition dans la peinture et la littérature de la Renaissance au moment où la culture se sécularise. Alors que s’amorce puis affirme l’expansion impériale de la Grande Bretagne, le regard paysager qui se pose sur le monde contribuera à la mise en forme mais aussi à la mise en ordre des espaces qui seront tour à tour explorés, conquis et peuplés. L’entrée dans l’ère de l’Anthropocène nous engage aujourd’hui à réexaminer la médiation qui s’instaure avec le paysage entre l’homme et la terre. La globalité des activités humaines avec, au premier chef, l’agriculture, l’essor des économies extractives et l’aménagement des territoires ont irréversiblement transformé la planète. L’emprise de l’homme sur le paysage mais aussi l’emprise du paysage sur nos sensibilités ont laissé derrière elles des empreintes qui en sont le négatif, à la fois la trace et le complément. Nombre d’écrivains, photographes et artistes du monde anglophone se sont tournés vers cet envers du paysage pour en questionner la matérialité dans une démarche qu’inquiètent les effets du changement climatique, l’altération des milieux naturels et la perspective de l’extinction de tout un pan du vivant. Étudier l’empreinte paysagère dans la littérature et les arts du monde anglophone suppose une critique de l’oculocentrisme susceptible de renouveler la sensibilité et d’encourager une éthique de la considération qui, pour reprendre l’injonction de Corine Pelluchon, engage notre présence au monde et notre responsabilité envers lui. Le séminaire du 26 janvier 2021 sera consacré aux apports de l’essai de George Didi-Huberman, La ressemblance par contact : archéologie, anachronisme et modernité de l’empreinte (Paris : Minuit, 2008) à ce domaine d’investigation. La discussion sera illustrée d’exemples qu’offre la littérature canadienne.

Matérialités_empreinte_séminaire EMMA_26janv2020_Hypothèses

PP_Empreinte_26janvier2020

 

Séance préparatoire du 4 février 2020

Vincent Dussol, « Matière à Penser » (modératrice : Claudine Raynaud)

 

Deux livres de la poète américaine d’ascendance grecque Eleni Sikelianos, The California Poem (2004) et Make Yourself Happy (2017), ainsi que Materialism (1995) de Jori Graham proposent des tentatives poétiques d’aller vers les sciences dures (physique, biologie) afin de dire et décrire ce qu’il est impossible de voir à l’œil nu.

Nous évoquerons ce nouvel ‘atomisme’ à travers quelques micro-lectures.

Ce New Materialism avant l’heure, se double chez Sikelianos, d’un versant sinon politique, du moins militant, qui détermine, en particulier, une relation de contiguïté avec l’animal et les autres mondes (végétaux, minéraux).

Nous verrons enfin comment cette écriture poétique de la relationnalité peut rejoindre les travaux de Philippe Descola (Par-delà Nature et Culture (2004) et La Composition des mondes (2014)) sur les régimes de relations entre intériorité et physicalité.

notes_dussol_040220

exemplier_dussol_040220