Portraits des doctorant⸱e⸱s

Octobre 2021 – Yahia Deldoul

Avec toute la bienveillance et l’humilité qui le caractérisent, Yahia Deldoul nous présente la thèse qu’il a écrite sous la direction de Jean-Michel Ganteau et qu’il défendra le vendredi 8 octobre 2021. Dans la vie comme dans la recherche, Yahia témoigne d’un intérêt tout particulier pour l’humain, dans sa force comme dans sa vulnérabilité. Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de son parcours !

La thèse de Yahia

Ma thèse interroge les écrits de Jon McGregor en s’appuyant sur une approche fondée sur diverses théories psychologiques et l’éthique de l’altérité. Ce qu’elle vise à démontrer, c’est comment la poétique de McGregor est évocatrice des effets perturbateurs du traumatisme sur la cognition et l’identité personnelle qui sont les deux piliers du moi.

Aux origines…

J’ai décidé d’entreprendre un doctorat car la thèse devrait me permettre d’enseigner un jour dans une université en France ou ailleurs dans le monde. Quant à mon sujet de thèse, le choix s’est fait suivant mes centres d’intérêts : comme indiqué ci-dessus, il se fonde particulièrement sur la psychanalyse, une école de pensée qui m’a toujours intéressé.

Un moment marquant

Le début de la rédaction m’a profondément marqué : je n’arrivais pas à avancer et j’ai même failli arrêter mes recherches doctorales.

Quelles conditions de travail ?

Je n’ai bénéficié d’aucun financement durant mon doctorat. Heureusement, je travaillais au  sein du département d’anglais à l’université Paul-Valéry Montpellier3 comme contractuel, ce qui m’a permis de subvenir à mes besoins.

Et dans cinq ans ?

J’espère être enseignant-chercheur dans une université renommée.

Un dernier message

Pendant une thèse, comme dans la vie, il y a des hauts et des bas. Quand on passe par des moments de doute, il faut se rappeler que tout finit par passer et qu’à la fin de chaque tunnel, il y a surement de la lumière.

 

Septembre 2021 – Katia Marcellin

Interroger le monde et la façon dont nous y vivons, tel est le rôle de la littérature selon Katia Marcellin, doctorante en littérature britannique contemporaine sous la direction de Jean-Michel Ganteau. Sa thèse porte sur l’expression littéraire du trauma à travers la figure de la métalepse. Elle nous présente l’intérêt éthique, politique et sociétal de son sujet, les enjeux essentiels de l’enseignement et évoque sa frustration quant aux moyens limités dans les ALLSHS.

La thèse de Katia

Ma thèse porte sur le trauma dans la littérature britannique contemporaine, et plus spécifiquement sur la façon dont les auteurs sur lesquels je travaille trouvent le moyen de nous faire percevoir ce qui, par définition, est de l’ordre de l’informulable, de l’irreprésentable. J’opère donc de nombreux croisements entre littérature, psychanalyse et philosophie mais j’utilise aussi les outils de la stylistique et de la pragmatique puisque la notion clé sur laquelle je travaille est la métalepse. Cette figure de style est une sorte de métonymie temporelle : elle consiste à passer sous silence des éléments d’une suite temporelle que l’on peut inférer grâce à ce qui précède ou ce qui suit (par exemple, « il a vécu » – antécédent – ou « nous le pleurons » – conséquence – à la place de « il est mort »). J’essaie non seulement de montrer que cette figure est très utilisée – et très efficace – pour exprimer le trauma, puisqu’elle le rend perceptible sans le nommer, mais aussi de pousser cette réflexion plus loin pour voir comment la métalepse permet en fait de complètement bouleverser et reconfigurer notre rapport à la temporalité. Cela a des conséquences profondément éthiques, d’une part parce que la mise en lumière du trauma permet de faire entendre les voix de celles.eux qui sont souvent exclu.e.s et d’autre part parce que la remise en question des structures narratives et temporelles traditionnelles a pour effet de mettre à l’épreuve la vulnérabilité des lecteurs.trices en leur faisant éprouver le fonctionnement du trauma.

Je travaille sur six romans de six auteurs.trices différent.e.s, encore très actifs.ves : Toby’s Room de Pat Barker, Skin Lane de Neil Bartlett, Even the Dogs de Jon McGregor, Anatomy of a Soldier de Harry Parker, The Accidental de Ali Smith et The Night Watch de Sarah Waters.

Aux origines…

Mes études m’ont, je crois, assez naturellement menée à la thèse, avec des classes préparatoires, l’agrégation et un master recherche dont les deux mémoires étaient déjà sur des sujets assez proches de ma thèse. Cela a donc été un parcours assez linéaire. 

Je pense que j’ai choisi de faire une thèse parce que c’était pour moi le meilleur moyen de continuer à apprendre, à lire, à débattre, à réfléchir longuement sur des sujets inhabituels et complexes, tout en transmettant (puisque j’enseigne également). Pour ce qui est du sujet dans sa spécificité, il s’est principalement dessiné grâce aux échanges que j’ai eus avec mon directeur de thèse qui a su associer des concepts aux observations plus ou moins précises que je faisais sur les romans que voulais étudier (« j’aime bien la façon dont le trauma est là sans être là ») : la métalepse a donc été le fruit de lectures, d’interrogations et de discussions avec mon directeur, jusqu’à ce que je m’approprie complètement le sujet.

Pour l’orientation plus générale, en revanche, je l’associe véritablement à des enjeux politiques, au sens large : j’adore la littérature mais j’avais besoin de l’ancrer dans une réalité et des questionnements sociaux, politiques, éthiques contemporains. À travers mes recherches j’essaie de contribuer, à ma mesure, au travail que fait la littérature pour nous interroger sur le monde et la façon dont nous y vivons.

Un moment marquant

Je pense que c’est lorsque j’ai participé aux auditions pour l’attribution des contrats doctoraux, en tant que représentante à l’École Doctorale. Toutes les personnes dont les dossiers avaient été sélectionnés venaient présenter leur projet de thèse devant le conseil de l’ED, pendant toute une journée de 8h à 20h. C’est la première fois que je suis passée « de l’autre côté de la barrière » et que j’ai pu voir la façon dont le travail des (futur.e.s) doctorant.e.s était perçu et évalué par les enseignant.e.s chercheur.se.s. C’était à la fois très enrichissant et très stressant. En tant que doctorante, je trouvais cela passionnant de découvrir tous ces projets de thèse sur des sujets extrêmement variés mais je me suis aussi sentie investie d’une lourde responsabilité puisque ces auditions déterminent les trois prochaines années de la vie des doctorant.e.s. Au-delà de ce sentiment de responsabilité, j’ai donc surtout pu toucher du doigt à cette occasion l’un des problèmes principaux auxquels est confrontée l’Université française à l’heure actuelle, et tout particulièrement en ALLSHS (Arts, Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales), à savoir le manque de moyens. C’est malheureusement plus ces raisons budgétaires qui imposent une sélection des doctorant.e.s que des questions de qualité de la recherche. La frustration d’être rattrapée par des enjeux pécuniaires alors qu’on aimerait se concentrer uniquement sur des questions scientifiques constitue elle aussi un des apprentissages que l’on fait nécessairement pendant la thèse.

Quelles conditions de travail ?

J’ai eu la chance d’effectuer trois ans en contrat doctoral, et je commence actuellement ma deuxième année en tant qu’ATER. Ce sont certainement les meilleures conditions possibles pour une thèse en ALLSHS. Cela me convient très bien, d’autant que j’ai (et que j’ai eu pendant mon contrat doctoral) une charge d’enseignement, ce qui est pour moi très important puisque cela me permet de sortir du travail un peu solitaire de la thèse.

Et dans cinq ans ?

La seule chose d’à peu près certaine, c’est que j’enseignerai, à l’université ou dans le secondaire. J’aimerais bien sûr poursuivre dans la recherche mais dans tous les cas je sais que j’aimerais surtout continuer à faire découvrir le plaisir de la littérature et de la langue anglaise à d’autres !

 

Juillet 2021 – Sébastien Gouttefange

Vous est-il déjà arrivé de regarder un film sous-titré et de vous demander comment le.la traducteur.ice a transcrit les répliques qui se chevauchent ? Ce problème est au cœur du sujet de thèse de Sébastien. Enseignant en CPGE, il effectue une thèse sous la direction de Monica Michlin et Adriana Serban sur le sous-titrage des films de Robert Altman. Il nous raconte comment il a renoué avec la vie universitaire et évoque son goût pour le cinéma et l’étude de la langue qui a motivé le choix de son sujet, à la croisée de la traductologie et des études audiovisuelles.

La thèse de Sébastien

Ma thèse porte sur les œuvres de Robert Altman. Je m’intéresse en particulier à la question de savoir en quoi la poétique du cinéaste américain conditionne (ou devrait tout au moins conditionner) les stratégies de sous-titrage de ses films. Pensez à l’appétence du réalisateur de M*A*S*H ou de McCabe & Mrs. Miller pour les conversations simultanées, les répliques qui se chevauchent, par exemple : autant d’obstacles redoutables pour le traducteur !

Aux origines

D’abord, je crois que j’ai toujours plus ou moins pensé à la thèse : il y a quelque chose de fascinant dans l’idée d’aller « jusqu’au bout » de ses études universitaires. J’ai passé une maîtrise en 1997, mais comme j’avais besoin de gagner ma vie assez rapidement, j’ai dû préparer très vite les concours de l‘enseignement. Il y a quelques années, l’occasion s’est présentée de renouer avec la vie universitaire : j’ai sauté le pas. Entreprise à un âge tout de même assez avancé, la thèse était également un défi personnel : l’occasion de sortir de ma « zone de confort ». La traductologie appliquée à l’audiovisuel, quant à elle, m’offrait tout à la fois l’opportunité de me plonger dans les livres, de m’adonner à ma passion pour le cinéma, de conjuguer un goût jamais démenti pour l’étude de la langue et un certain attrait pour l’écriture.

Un moment marquant

Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait eu de moment « paroxystique ». J’ai pris beaucoup de plaisir à toutes les étapes du travail : la formulation des hypothèses de recherche, les lectures, les échanges avec mes deux directrices de thèse, l’analyse filmique et traductologique, sans oublier l’écriture elle-même !

Quelles conditions de travail ?

J’enseigne depuis un certain temps en CPGE. La charge de travail y est extrêmement lourde. La recherche s’effectue donc essentiellement le week-end ou pendant une partie des vacances scolaires, lorsque les tâches de préparation de cours ou de correction de copies ne m’accaparent pas trop. Mener à terme un doctorat dans ces conditions n’est certes pas chose aisée mais, avec un minimum d’organisation, le défi n’est pas insurmontable. La preuve : normalement, je devrais pouvoir soutenir à l’automne prochain.

Et dans cinq ans ?

Je n’ai sincèrement aucune idée de ce que je ferai dans cinq ans. J’ai la chance de disposer d’ores et déjà de conditions de travail privilégiées si bien que je ne peux guère afficher d’exigences démesurées. J’aviserai si certaines opportunités se présentent à moi, tout en composant avec mes envies du moment…

 

Juin 2021 – Flora Porfal

Depuis la Guyane, Flora nous rappelle à travers son projet de thèse l’importance de l’éducation dans la construction de nos sociétés et de leurs valeurs. Sous la direction de Claudine Raynaud, Flora se spécialise en civilisation américaine et plus particulièrement dans les études afro-américaines. Nous découvrons une doctorante passionnée et déterminée dans ses recherches, malgré des conditions de travail dégradées par la crise sanitaire.

La thèse de Flora

Ma thèse s’intitule « L’ ‘identité’ afro-centriste au prisme des écoles afro-centrées » et se consacre à l’étude de ces établissements et de leur expansion sur le territoire états-Unien. Les écoles afro-centrées sont des écoles qui proposent une pédagogie dont la base est l’enseignement de l’histoire de l’Afrique, sa culture et l’histoire des Noirs aux États-Unis.

Mon objectif est d’étudier le contexte d’apparition de ces écoles et la pédagogie culturelle qu’elles proposent en lien avec l’évolution du nationalisme afro-américain aux États-Unis. J’évalue également le rôle qu’elles ont pu jouer dans la propagation de l’Afrocentrisme sur la période s’étendant de 1990 aux années 2010.

Le corpus sur lequel je m’appuie comprend deux ouvrages majeurs. Le premier est une thèse de doctorat rédigée en 2009 par l’historienne Sarah Fila-Bakabadio et intitulée Africa on my mind : Histoire de la pensée du centralisme africain aux États-Unis. Le second est We Are Africans: Independent Education, Black Power, and Radical Imagination de Russell Rickford (2016).

Aux origines

J’ai développé le goût d’apprendre et un fort intérêt pour la recherche lors de mon parcours universitaire qui m’a donné envie de devenir enseignant-chercheur. J’ai formulé ce projet à la suite d’une rencontre avec un chercheur passionné qui me fit part de ses expériences professionnelles. J’ai alors pensé qu’un tel parcours me permettrait d’acquérir des compétences transversales et ainsi de bénéficier d’un large choix d’opportunités. Le choix de faire une thèse a été motivé par ma passion pour l’enseignement et ma volonté de compléter mes connaissances sur les différentes pédagogies existantes afin d’inciter l’élève à s’investir dans son apprentissage et de soutenir son envie de réussir. Cette passion m’a amenée à faire ma thèse en civilisation. Mon sujet est également lié à ma passion pour la pédagogie et ma volonté de mieux appréhender le rôle que peut jouer l’école dans l’évolution du fonctionnement de la société et des valeurs sociales. Le choix d’étudier le système éducatif américain fut motivé par la diversité d’expériences qu’il propose aux élèves. Cette diversité est la conséquence d’une histoire de réformes rythmée par le poids de l’évolution constante de la composition de la population américaine.

Un moment marquant

Le moment le plus marquant de la préparation de mon doctorat fut ma rencontre avec l’universitaire et auteur américain Russell John Rickford. Cette rencontre m’a permis de prendre conscience de la complexité du sujet sur lequel je travaille.

Quelles conditions de travail ?

Je suis enseignante à plein temps au lycée Léon Gontran-Damas dans l’académie de Guyane. Travailler à plein temps ne laisse pas beaucoup de temps pour la rédaction et limite fortement mes déplacements en dehors des périodes de vacances scolaires. Par ailleurs, le contexte sanitaire de préparation de cette thèse demeure particulier. À l’éloignement de la Guyane, s’ajoute la crise sanitaire qui isole le département en raison des mesures de restriction de déplacement. Je n’ai ainsi pas pu me rendre dans l’Hexagone ni aux États-Unis, pays sur lequel portent mes recherches.

Et dans cinq ans ?

Dans cinq ans, je me vois maître de conférence à l’université car je souhaiterais enrichir mon expérience professionnelle dans le domaine de l’enseignement supérieur. Ma participation à des conférences, notamment au colloque de L’AFEA en 2019, et la rencontre avec des spécialistes de mon domaine n’ont fait que confirmer mon désir d’intégrer le supérieur.

 

Mai 2021 – Manon Lefebvre

Extérieur nuit – le repaire des terroristes est cerné de toute part, les agents du FBI sont sur le point de passer à l’action, ils retiennent leur souffle. Confortablement installé devant votre série préférée, vous aussi.
Manon Lefebvre est spécialiste de ces moments-là. Montpelliéraine, elle termine sa quatrième année de doctorat sous la direction de Monica Michlin et Nicolas Gachon. Aujourd’hui, elle nous parle de sa thèse, de la récente organisation d’une journée d’études sur le post-11 septembre et même de son goût pour la linguistique !

La thèse de Manon

Ma thèse s’intitule « Corriger le tir à la ville et à l’écran : représentations du FBI dans les séries télévisées américaines après le 11-septembre ». Il y a une partie très politique qui concerne les réformes structurelles de cette agence ces 20 dernières années, mais aussi une partie culturelle puisqu’il s’agit de savoir si les séries TV ont permis de réhabiliter le FBI auprès du grand public alors que certains politiques l’avaient critiqué après les attentats.  La « thèse de ma thèse » est que finalement, les séries ne redorent pas vraiment le blason de l’agence, mais comme la télévision met en avant des personnages d’agents exceptionnels, les spectateurs en retirent quand même une image positive. On m’a souvent demandé: pourquoi avoir choisi le FBI plutôt que la CIA ? Parce que les agents du FBI ont cette image de « good guys » qui vient justement du cinéma et de la télévision ! En fait, la plupart des gens en savent très peu sur la réalité de cette agence. Mon corpus principal est constitué de cinq séries : Flashforward (ABC, 2009), The Blacklist (NBC, 2013-), Quantico (ABC, 2015-2018), Blindspot (NBC, 2015-2020) et Designated Survivor (ABC, 2016-2018 ; Netflix, 2019) mais je fais fréquemment référence à d’autres œuvres cinématographiques ou télévisuelles, du Silence des agneaux (1991) à Brooklyn Nine-Nine (Fox, 2013-2018 ; NBC, 2018-) pour ne citer que deux exemples. 

Aux origines

Ce qui m’a donné l’envie d’enseigner et de faire une thèse pour la première fois c’est la linguistique en L3. C’est finalement en préparant l’agrégation (option C, donc !) que j’ai eu l’idée de mon sujet. Je suis depuis toujours grande consommatrice de séries, mais j’ai pris conscience que je passais de plus en plus de temps à les analyser (dommage pour mon entourage qui ne demandait qu’à regarder les épisodes en silence… ). Cette année-là, il y avait au programme le roman Falling Man de Don DeLillo, qui parle du 11-septembre. Je me suis demandé si les attentats avaient changé quelque chose aux séries. C’est seulement à ce moment-là que j’ai découvert à quel point le FBI lui-même avait changé depuis les attentats.

Un moment marquant

C’est difficile de n’en choisir qu’un seul, parce que comme la thèse se déroule sur le long terme, on vit plein de « premières fois » et de beaux moments. Je pense par exemple à ma toute première communication dans un colloque, en mars 2018, à peine 6 mois après avoir commencé ma thèse. Il y a aussi ma participation au concours « 3-minute thesis » du groupe COIMBRA, qui a été l’occasion de voir à quel point les doctorante⸱s d’EMMA sont soudé⸱e⸱s : Katia Marcellin avait convié plusieurs d’entre eux⸱elles à venir me soutenir, j’ai eu la surprise de tou⸱te⸱s les voir arriver en même temps (et ça a beaucoup impressionné mes concurrents !). Plus récemment, l’organisation de la Journée d’Études « L’impact du 11-septembre : réformes et représentations », et le soulagement de voir l’aboutissement d’un an de travail.  Et ce n’est pas fini : la publication des communications est prévue pour 2022 dans la revue « Représentations dans le monde anglophone » !

Quelles conditions de travail ?

J’ai eu la chance de faire quatre années en tant qu’ATER (deux à mi-temps, deux à temps plein). C’était très important pour moi d’avoir un équilibre entre les cours et la thèse : j’aime enseigner, et même s’il faut du temps pour la recherche, je ne me voyais pas loin d’une salle de cours trop longtemps. En plus, j’ai eu des cours très variés : civilisation des États-Unis et linguistique bien sûr, mais aussi traduction par exemple. Impossible de s’ennuyer avec autant de diversité ! Je pense qu’avoir un contrat à l’université, c’est très important d’une part pour comprendre comment fonctionne l’enseignement supérieur (et s’assurer que l’on souhaite bien poursuivre une carrière d’enseignant-chercheur) et d’autre part parce que cela laisse le temps de s’investir dans les activités du laboratoire.

Et dans cinq ans ?

Hopefully, maîtresse de conférences… en civilisation des États-Unis ou en linguistique anglaise. En fait, j’aimerais quelque chose qui n’existe pas à l’heure actuelle : un poste qui mélange les deux disciplines ! Et ma thèse publiée au format papier. Jusqu’ici, je n’ai écrit que pour des revues électroniques… c’est moins concret !

Un dernier message

Je présenterai ma thèse aux doctoriales du congrès de l’AFEA le 25 mai et je communiquerai également au colloque « Twenty Years Later : Looking Back at 9/11 » de l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès les 7 et 8 octobre. Ma présentation s’intitule « Do you trust the FBI to keep you safe? » : Blindspot (NBC, 2015-2020) ou le FBI vu par un citoyen ordinaire