Rentrée 2021 – Informations destinées aux doctorant⸱e⸱s

Bonjour à toutes et à tous,

Nous souhaitons une très bonne rentrée à tous.tes les camarades doctorant.e.s d’EMMA. Aux anciens et aux nouvelles, aux littéraires, aux linguistes, aux civilisationnistes. A celles qui sont à Montpellier comme à ceux qui sont plus loin.

La rentrée est une période de grande activité : démarches administratives, préparation des cours, déménagement dans une nouvelle ville pour certain.e.s. Voici quelques informations que nous avons jugé pouvoir être utiles pour tous et toutes pour commencer l’année de la meilleure des façons :

Tout d’abord au niveau des consignes sanitaires, il faut savoir que le pass sanitaire n’est pas nécessaire pour les personnes de l’établissement souhaitant accéder aux différents sites de Paul Valéry. En revanche, masque obligatoire sur le campus. Quant aux enseignements, les TDs seront organisés en présentiel mais pas les CMs à gros effectifs. Enfin pour celles et ceux qui aiment venir travailler sur le site Saint-Charles, bonne nouvelle : la salle 120 est de nouveau accessible sans réservation ! Précisons comme vous le savez bien que ces mesures sont toujours susceptibles d’évoluer et qu’il faut se tenir informé.e.

Les traditionnels séminaires du laboratoire reprennent également le mardi à partir de 17h en salle 126. Le programme riche et varié sera publié ici-même sur le carnet Hypothèses d’EMMA ainsi que dans vos boîtes mail.

Pendant cette période de rentrée, votre interlocutrice privilégiée au sein du laboratoire est Isabelle Ronzetti, la secrétaire administrative d’EMMA que vous pouvez contacter sur son adresse email institutionnelle (@univ-montp3.fr), ou retrouver dans son bureau 121 sur le site Saint-Charles. Par ailleurs, les trois déléguées des doctorant.e.s sont Constance Pompié, Marie Bertrand et Marion Lefebvre. Vous pouvez également les contacter en cas de besoin.

Enfin, donnons-nous rendez-vous le 8 octobre prochain pour la soutenance de Yahia Deldoul qui défendra sa thèse intitulée “Traumatisme, cognition et éthique” préparée sous la direction de Jean-Michel Ganteau. Venez en nombre !


Séminaire du Mardi 21 septembre 2021, salle 126, site Saint-Charles, 17h: Présentation de l’exposition « United States of Abstraction, Artistes Américains en France, 1946-1964 » organisée par Ingrid Junillon (responsable des expositions au Musée Fabre de Montpellier)

Cette exposition qui a ouvert le 5 août et qui restera visible jusqu’au 31 octobre porte sur l’art abstrait américain et concerne les peintres d’après 1945 avec pour l’un deux des liens avec James Baldwin.

« En collaboration avec le Musée d’arts de Nantes , le musée Fabre proposera à Montpellier, du 5 août au 31 octobre 2021, une ambitieuse exposition consacrée à un ensemble d’artistes américains qui, installés en France, ont contribué à la redéfinition de l’art abstrait sur le continent européen.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, alors que la Ville lumière perd progressivement sa prééminence de capitale mondiale de l’art occidental au profit de New York,  plusieurs centaines d’artistes, musiciens et écrivains américains, hommes et femmes, s’installent en France. Plus de 400 artistes, grâce notamment à leur bourse d’ancien GI, ont choisi de faire de Paris le lieu de leur création, attiré par les musées et les maîtres français, la recherche d’une plus grande liberté, ou tout simplement par choix personnels ou politiques. Certains, dans le sillage de leurs compatriotes, comme Joan Mitchell, en 1955, se sont installés en France définitivement. D’autres, comme Ellsworth Kelly, arrivé en France en 1948, y sont restés seulement quelques années, étudiant à l’École des beaux-arts ou dans les ateliers de la Grande Chaumière auprès de Fernand Léger ou d’Ossip Zadkine.

S’intéressant plus particulièrement à trois constellations d’artistes américains à Paris, l’exposition explore cette intense présence. Organisée en trois chapitres et constituée d’une centaines d’œuvres, l’exposition souligne tant le rôle précurseur de Michel Tapié dans la découverte et la promotion de l’art américain en France, le renouveau de l’abstraction géométrique promu par des artistes comme Robert Breer, Ralph Coburn, Ellsworth Kelly ou Jack Youngerman, que l’individualité de grands coloristes abstraits (Joan Mitchell, Sam Francis), qui semblent vivre à Paris comme sur une île.

Cette exposition a reçu le soutien de la Terra Foundation for American Art et du réseau FRAME . »

(source : https://museefabre.montpellier3m.fr/EXPOSITIONS/United_States_of_Abstraction_Artistes_americains_en_France_1946-1964)

Ce séminaire est ouvert à tou.te.s et sera dirigé par Claudine Raynaud.

Séminaire ACT: Daniel Keene, rencontre et atelier de traduction

Une rencontre autour des textes de Daniel Keene, dramaturge contemporain australien a eu lieu le samedi 2 octobre de 14h à 18h à La Baignoire, 7 rue Brueys, 34000 Montpellier

Cette rencontre fait partie du programme du séminaire ACT (Anglophone Contemporary Theatre), co-organisé par Marianne Drugeon (EMMA – Paul-Valéry Montpellier 3), Sophie Maruejouls et Emeline Jouve (CAS – Toulouse Jean-Jaurès).

Nous avons eu le plaisir d’accueillir la traductrice Séverine Magois qui, dans un premier temps, nous a fait découvrir les textes de Daniel Keene au travers d’un atelier de traduction.

A 16h30, des comédiens issus du Cours Florent ont proposé une lecture publique des textes de Daniel Keene traduits lors d’un atelier avec les étudiants de Paul-Valéry Montpellier 3 en présence de Séverine Magois. La lecture a débouché sur un échange entre les participants et le public. Cette lecture était en accès libre.

Séminaire du 25 mai 2021: Sylvain Belluc présentera l’ouvrage de Rachel Murray, *The Modernist Exoskeleton* (2020)

La séance interviendra dans le cadre du thème « Matérialités »

Dans la perspective du colloque « Guerre et nature : traces, interactions et reconfigurations dans les littératures anglophones des XIXe, XXe et XXIe siècles », qui se tiendra en octobre prochain, nous présenterons la monographie récemment publiée par Rachel Murray, qui assurera l’une des deux conférences plénières. The Modernist Exoskeleton : Insects, War, Literary Form (Edinburgh University Press, 2020) se propose de lire les innovations formelles de plusieurs écrivains majeurs du modernisme à travers le prisme de leur fascination pour les insectes, et d’en tirer les nombreuses conséquences politiques, éthiques, psychologiques et écologiques. L’avènement d’armes industrielles à l’orée du XXesiècle, et les ravages qu’elles produisaient sur le champ de bataille, conduisirent penseurs et observateurs à établir une comparaison entre l’homme et l’insecte. Loin de voir dans ce rapprochement un dénigrement de l’humain ou sa chute sur l’échelle de l’évolution, cependant, Wyndham Lewis, D.H. Lawrence, H.D. et Samuel Beckett, influencés par les ouvrages de vulgarisation publiés par les entomologistes de l’époque qui mettaient en lumière les remarquables capacités d’adaptation des insectes et leur organisation sociale parfois très sophistiquée, y trouvèrent une source d’inspiration artistique. Cette attitude, et la remise en cause radicale de la relation prétendument hiérarchique entre l’humain et l’animal qu’elle implique, pousse Rachel Murray à voir dans le motif de l’exosquelette, à la fois couche extérieure protectrice et site d’interactions, l’illustration de la relation tourmentée entretenue par les écrivains modernistes avec les discours politiques et les mutations technologiques de leur temps, ainsi qu’une influence majeure sur leurs stratégies d’écriture.

Séminaire du 22 juin 2021: « Making kin through translation : Qu’est-ce qui nous relie et où on va ? »

Présentée dans le cadre du thème « Matérialités » cette séance sera animée par Adriana Serban et Paola Artero 

L’on connaît bien le rôle que joue la traduction comme médiation interculturelle, au cœur des interactions entre humains. Tout comme l’on sait que la traduction tisse des liens, crée des ponts, et qu’elle permet de voyager dans le temps et dans l’espace, à la rencontre de l’autre. Et si elle pouvait aussi créer des liens entre espèces ? Qu’est-ce que la traduction peut nous apprendre sur le vivre ensemble ? Dans un premier temps, nous allons proposer une réflexion autour de l’écotraduction et du concept de tradosphère, introduits par Michael Cronin (2017). Nous allons ensuite nous pencher sur un conte de fées roumain et deux de ses traductions en anglais, ce qui nous permettra de mettre en évidence un exemple de camaraderie entre un humain et un cheval (certes, magique), dans le contexte du voyage initiatique qu’ils entreprennent ensemble.

Séminaire du 21 mai 2021: La recherche en classe de langues: Comment on s’y met et pourquoi?

Dans ce séminaire  je vais présenter les principaux modèles de recherche en classe (classroom-based research) et les enjeux de chacun d’eux pour l’enseignant-chercheur. Ensuite, je vais illustrer comment la recherche est cruciale pour maximiser les opportunités d’apprentissage en classe de langues, en particulier dans des tâches d’interaction entre enfants.    

Il s’agit d’un séminaire interactif, avec des exercices pratiques et de réflexion. 

Alexandra Vraciu est Serra Húnter Tenure-Track Lecturer au Département de didactiques spécifiques de la Faculté d’Education de l’Université de Lleida (Espagne). Elle enseigne la didactique de l’anglais langue étrangère, la méthodologie CLIL/EMILE et, en master, les méthodes de recherche en contextes éducatifs. Elle fait de la recherche sur l’interaction en classe et l’impact de différents enseignements (CLIL, EMI) sur l’apprentissage de l’anglais à l’école primaire ou à l’université. 

JE « Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni »

Le vendredi 4 février 2022, se tiendra à Montpellier une journée d’étude sur le thème « Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni », dont vous trouverez le programme ci-dessous. Cette manifestation, en accès libre, est prévue en format présentiel sur le campus Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM3). La salle sera précisée ultérieurement, ainsi que d’éventuels aménagements des modalités de la JE.

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre des activités du thème « Faire commun » du laboratoire EMMA, dont des membres proposeront des interventions sur la production artistique liée au mouvement Black Lives Matter, sur le traitement de la question des vies noires dans les formats sériel et filmique et enfin sur l’inscription du mouvement dans l’espace anglophone transatlantique. Faisant suite à la séance de séminaire « De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni » du 19 janvier 2021, cette journée d’étude servira aussi de prélude et de journée préparatoire à un colloque organisé à Montpellier à la fin de l’année 2022.

9h45 introduction

10h00 Nicolas Gachon (UPVM3, EMMA), « Mouvements sociaux et espace public : le cas Black Lives Matter »

10h45 Marc Lenormand (UPVM3, EMMA), « Les manifestations antiracistes de 2020 au Royaume-Uni: référence états-unienne et séquence britannique »

11h30 Lawrence Aje (UPVM3, EMMA), « L’évolution de la désignation raciale aux États-Unis à la faveur du mouvement Black Lives Matter »

12h15 discussion

12h45 pause méridienne

14h00 Claude Chastagner (UPVM3, EMMA), « Black Lives Matter, un nouveau terrain pour la protest song ? »

14h45 Claudine Raynaud (UPVM3, EMMA), « Memoirs from #BLM era »

15h30 pause

15h45 Monica Michlin (UPVM3, EMMA), « Performing that Black Lives Matter in TV Series: Orange is the New Black, Grey’s Anatomy and This Is Us »

16h30 Hervé Mayer (UPVM3, EMMA), « Black Bodies/White Spaces: the Horrors of White Supremacy in Get Out (Jordan Peele, 2017) »

17h15 discussion

Séminaire « Lectures théoriques sur le commun. Second parcours: de la politique à l’esthétique »

Mardi 11 mai 2021 à 18h

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Lecture préliminaire

Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021 (https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1-page-24.htm)

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio. La communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque. Paris : Seuil, 1990.
  • Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London & New York: Verso, 1983.
  • Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021.
  • Bourriaud, Nicolas. L’esthétique relationnelle. Dijon : les presses du réel, 2001.
  • Bourriaud, Nicolas. Inclusions : Esthétique du capitalocène. Paris : PUF, 2021.
  • Dewey, John. L’art comme expérience. Paris : Gallimard, 1987.
  • Rancière, Jacques. Le partage du sensible : Esthétique et politique. Paris : la fabrique, 2000.
  • Rancière, Jacques. Le spectateur émancipé. Paris : la fabrique, 2008.
  • Rancière, Jacques. Le temps du paysage : Aux origines de la révolution esthétique. Paris : la fabrique, 2020.
  • Zhong Mengual, Estelle. La communauté de singularités. Réinventer le commun dans l’art participatif britannique (1997-2015). Thèse de doctorat sous la direction de Laurence Bertrand Dorleac. Soutenue le 4 décembre 2015.

Les intervenantes: 

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique (théâtre contemporain) à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire du 18 mai 2021: Corps de la représentation / corps en représentation: à propos de *Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains* (Sorbonne Université Presses, 2018).

Loin d’être frappé d’inanité, le concept de représentation continue d’interroger notre relation au récit, à la forme visuelle, au monde même. Plus peut-être que d’autres traditions littéraires et esthétiques, la littérature et les arts britanniques n’auront cessé de remettre sur le métier la possibilité même de dire et penser le monde et notre être au présent. Des Pièces de guerre d’Edward Bond (1985) aux interrogations récentes d’Ian McEwan, Jeanette Winterson ou Kazuo Ishiguro sur les formes possibles du posthumanisme, des performances collectives pensées par Jeremy Deller aux vidéos de Steve McQueen ou aux sculptures de Rachel Whiteread, la littérature et les arts britanniques contemporains se confrontent avec obstination à notre condition historique, ici et maintenant. Dans son ouvrage paru en 2018, Catherine Bernard explore la manière dont cette confrontation engage l’affect et le corps : corps ému, corps pensé et pensant, corps politique toujours. Convoquant un vaste spectre de textes et d’œuvres plastiques britanniques des années 1980 à nos jours, Matière à réflexion nous invite à repenser le corps de la représentation comme un corps politique qui nous engage et engage notre être historique au présent. 

Catherine Bernard est Professeur de littérature britannique et d’études visuelles à l’Université de Paris et membre de l’UMR CNRS 8225 LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones). Ses travaux portent sur l’histoire des formes et des esthétiques de la modernité, et de la création contemporaine. Elle a publié de nombreux travaux sur la littérature moderniste et la fiction anglaise contemporaine (Martin Amis, Pat Barker, Peter Ackroyd, Harry Parker…), mais aussi l’art britannique contemporain (Rachel Whiteread, Gillian Wearing…). 

Dorothee Birke (Norwegian University of Science and Technology), « Writing the Reader »

Jeudi 25 février 2021 (online)

Organisatrices: Sandrine Sorlin & Virginie Iché

A post-conference seminar on Addressing Readers

Title: “Writing the Reader” (see Affiche SEM Birke 250221)

Abstract:

The history of the English novel is also a history of shifting views about reading practices. In this talk, I argue that novelistic representations of readers – and in particular, the type of the “obsessive reader” – have, through the centuries, been used to reflect on the potential of reading as a cultural practice and, ultimately, to promote the idea of the special value of novel reading in particular. Case studies include Charlotte Lennox` The Female Quixote (1752)and Alan Bennett`s The Uncommon Reader (2007).

Dorothee’s powerpointBirke_ppt