Archives de catégorie : Vie des Doctorants

Compte rendu de la table ronde “thèse et après thèse” – JDD 2024

Animée par : Lise Lefèbvre et Philippine Fauchier

Intervenantes : Sandrine Solin (SS) et Katia Marcelin (KM)

Compte rendu rédigé par Emma Bauer. 

Un grand MERCI à Sandrine Sorlin et Katia Marcellin pour leur disponibilité et la clarté de leurs réponses. 

Sandrine Solin, est Professeure de linguistique anglaise, spécialisée en stylistique et pragmatique, à l’université Paul Valéry Montpellier 3. Elle est co-directrice du laboratoire EMMA, membre élue de la Commission Recherche et du Conseil Académique de l’UPVM. Elle est Présidente de la SAES. Elle est membre senior de l’Institut Universitaire de France et Assistant Editor de la revue « Language and Literature. International Journal of Stylistics ».

Katia Marcellin, est docteure en Études du Monde Anglophone. Elle a soutenu sa thèse en 2022 sous la direction de Jean-Michel Ganteau  (“Faire le vide : performativité de la métalepse et expression du trauma dans six romans britanniques contemporains : Toby’s Room de Pat Barker, Skin Lane de Neil Bartlett, Even the Dogs de Jon McGregor, Anatomy of a Soldier de Harry Parker, The Accidental d’Ali Smith et The Night Watch de Sarah Waters”) après 3 années de contrat doctoral et 3 années en poste d’ATER à l’UPVM et une année à Perpignan. 

Q : Quels conseils pour bien commencer la thèse ? Quelles étapes sont particulièrement difficiles pendant les années de thèse ?

SS : Y aller à fond tout de suite. Il faut repousser et dépasser le rythme lent de la première année et changer d’attitude. Une thèse n’est pas un mémoire de M2. Il faut s’en remettre à sa thèse, se plonger dans l’idée qu’on n’aborde pas cela comme une dissertation en trois parties.

Il faut également faire attention à la prise de notes, être rigoureux pour pouvoir revenir dessus facilement.

De plus, tant qu’on n’a pas atteint le moment où on sent qu’on maîtrise quelque chose on n’est pas encore en capacité de rédiger. Il faut attendre le déclic, le moment où l’on identifie le “nœud”de notre thèse.

KM : Acquiesce. En début de thèse on sort d’un M2 recherche qui est parfois très long. On calcule la thèse de manière arithmétique comme le double d’un mémoire. Mais les deux exercices n’ont rien à voir. Il faut sortir du scolaire et aller vers le cœur de la recherche. Ce n’est pas le même travail, la puissance à mettre en œuvre est exponentielle.

Pour la prise de notes, mieux vaut ne pas les prendre à la main, il est très pratique de pouvoir le faire numériquement notamment pour pouvoir chercher des mots et citations directement dans le document. Prendre ses notes le plus méticuleusement possible (les guillemets des citations, les références dans les références etc).

Par rapport au changement Master/thèse, la thèse n’est pas juste une thèse mais aussi un doctorat. Il faut prendre en maturité sur ce qu’on fait, c’est aussi un moment de professionnalisation. 

Q : Formation doctorale assurée par Katia Marcelin cette année « enseigner à l’université », peux-tu nous en parler ?

KM : coanimation formation doctorale de l’ED sur enseigner à l’université (à l’UPV). 5 x 2h. L’idée était d’essayer de formaliser tout ce qu’on découvre sur le tard en arrivant à l’université. La formation a été l’occasion, par exemple, de détailler les différents statuts grâce auxquels il est possible d’enseigner à l’université. À garder en tête, certains statuts sont plus reconnus que d’autres. Par exemple, un contrat ATER est plus valorisé qu’un CDD ou des vacations. 

Comment postuler ?

Via la plateforme GALAXIE (il faut créer un compte et un identifiant). La campagne d’ATER démarre à partir de février. Mettre à jour CV de manière très détaillée. Possibilité de s’abonner à toutes les notifications de postes d’ATER en section 11 (à faire). Processus chronophage, chaque université a ses prérequis différents.

Pour les postes de maître.esses de langues, vacataires etc. on peut faire des candidatures spontanées. De nombreuses sociétés comme la SAES mettent également régulièrement en avant des offres d’emploi.

SS : souligne l’importance du CV analytique = présenter qui on est à travers ce qu’on a publié et ce qu’on souhaiterait faire en fonction de l’université où l’on postule. Un CV analytique sert à mettre en avant les lignes de force de sa recherche et comment celle-ci peut s’intégrer dans l’université de recrutement. Il s’agit d’expliciter ce qu’on trouverait sur un CV classique, en détaillant par exemple le public de nos enseignements, nos modalités d’évaluations, notre contribution (ou non) dans la conceptualisation des cours. ce qui permet de voir si on est prêt.e pour le poste sur lequel on postule. En général assez long (une vingtaine de pages), il faut tout de même être synthétique et être capable de mettre en avant nos lignes de force.

KM : conseille également de faciliter le travail du rapporteur (par exemple en utilisant un sommaire, ou encore en inscrivant clairement le nombre total de publications).

Q : Il existe différents types de publication : comment publier un compte-rendu, un entretien, une recension ? quand ? avec ou sans accord directeur.rice ?

SS :

–   Chapitres d’ouvrage : à l’issue d’un colloque, on transforme une communication en chapitre ou bien sur proposition.

–   Article : plus valorisé, proposé à une revue directement. Évaluation en double-aveugle. Les commentaires sont toujours des retours difficiles mais constructifs.

–   Recensions, entretiens, comptes-rendus : On peut proposer nous mêmes aux revues ; qui sont souvent en demande. Les recensions d’ouvrages sont souvent utiles pour le travail de thèse. Les compte-rendus peuvent être de colloque ou de spectacle. Exemples de revues : MIRANDA, Transatlantica.

Quand publier ?  Ce qui est important c’est de faire une très bonne thèse. Aujourd’hui, course à la publication, on voit que les doctorants cherchent à publier de plus en plus vite mais pour elle, il faut attendre le déclic de compréhension de notre sujet. Attention, la thèse reste la plus importante. Le rapport de thèse est le plus important : il nous suit toute notre vie, pas notre premier article. Une ou deux publications suffisent.

Jean-Michel Ganteau : difficile la première année, mais aussi utile (notamment en littérature) d’utiliser l’occasion des publications et des communications pour se concentrer sur un premier aspect/ item de notre corpus.

KM : Ne sais pas si on peut se permettre de prendre de la distance sur cette course à la publication. Conseille de profiter du temps de fin de thèse, de l’étirer, pour publier justement, et de profiter du statut de doctorant.e pour publier.  Plus difficile dans les années juste après la thèse parce qu’on a beaucoup de pression de faire évoluer son sujet de recherche. CV se constitue pendant la thèse. Avoir des articles ou communications à écrire permet aussi de travailler en temps limité et d’avancer parfois plus rapidement.

Q : Lors des premières communications, quel calendrier ? Comment ça se passe des deux côtés ?

SS : Plusieurs sites regroupent les Call For Papers : UPenn (https://call-for-papers.sas.upenn.edu/), SAES, AFEA, Fabula, MLA etc. Relever ceux qui nous inspirent, on demande en général environ 300/500 mots : il faut se mettre à la place de notre lecteur.rice et lui faciliter la lecture, et toujours bien montrer comment notre proposition s’articule au thème du CFP et son caractère innovant. Dans la proposition, il est important de mentionner le sujet, le corpus, la méthode et le but. 

KM : Les congrès de l’AFEA et de la SAES sont des moments privilégiés pour faire des communications en tant que doctorant.es. C’est également un moment où l’on prend conscience de ce qu’est un réseau de chercheurs et de chercheuses.

SS : Nos directeur.rices peuvent nous envoyer des CFP.

Q : Combien de temps en avant s’organiser pour demander financement pour faire des séjours de recherche ?

SS : Le plus tôt possible. À EMMA les demandes sont à déposer avant fin décembre, moment où le budget est déterminé. Bourse commune de la SAES/AFEA autour du 15 février (il faut préciser au MAX : qui, quelles archives, dans quelles bibliothèques). Identifier clairement les archives, les auteurs.

À l’échelle de l’ED : deux campagnes par an, ne pas hésiter à demander de l’aide à son laboratoire. Il faut chercher des financements partout. Institut des Amériques (privilégie souvent séjours qui ont déjà un autre financement), à ESSE (English Society for the study of English), et SEAC (Société d’études anglaises contemporaines).

Demander à toutes les sociétés qui ont aussi des financements.

Les financements du laboratoire EMMA vont toujours de pair avec les financements de l’école doctorale (ED).

Les financements vont aussi sur les CV (car montrent notre capacité d’en obtenir).

Juin 2024 – Clémence Laburthe-Tolra

Jardins et paysages anglais, femmes émancipées, discours écologiques ; doctorante en troisième année sous la direction de Pr. Christine Reynier, Clémence Laburthe-Tolra nous présente sa thèse qui interroge l’attention qu’Elizabeth von Arnim, Vita Sackville-West et Rose Macaulay portent au végétal dans la Grande-Bretagne du tournant du XXème siècle jusqu’à la période de l’après-guerre. Faisant dialoguer l’histoire de l’art des jardins, la littérature britannique et les études paysagères, Clémence évoque ses expériences de terrain ainsi que son désir de travailler sur des autrices négligées par la  critique.

La thèse de Clémence

Je travaille sur les sensibilités végétales d’Elizabeth von Arnim, Vita Sackville-West et
Rose Macaulay, trois autrices britanniques de la première moitié du XXème siècle, qui
avaient chacune une pratique agricole et/ou horticole : von Arnim et Sackville-West
jardinaient à Nassenheide et Sissinghurst ; Sackville-West a publié de nombreuses
chroniques horticoles et s’est aussi illustrée dans des émissions de radio dédiées au jardinage ; Macaulay a été land girl pendant la Première Guerre mondiale.
Croisant leurs pratiques littéraires, agricoles et horticoles, je m’intéresse plus précisément à la façon dont von Arnim, Sackville-West et Macaulay composent (avec) les jardins, paysages et plantes in visu (dans leurs écrits littéraires et journalistiques) et in situ (dans les jardins de Nassenheide et de Sissinghurst ; aux champs en période de guerre). Cela me conduit à interroger la façon dont ces sites sont conçus aussi bien sur l’espace de la page qu’au sol, et la façon dont ils sont modelés par des enjeux sociaux et politiques. Je m’intéresse également à la portée écologique et éthique sous-tendue par ces représentations et ces pratiques. Mon corpus comprend des œuvres littéraires, mais aussi des plans de jardins, des traités de botanique et d’horticulture. Je mêle analyse littéraire, philosophique et géographique pour mieux cerner la façon dont les jardins, paysages et plantes sont appréhendés, conçus et vécus.

Aux origines…

J’ai décidé de faire une thèse après avoir découvert la recherche en Master, en me
focalisant d’abord sur l’œuvre de Nan Shepherd, autrice moderniste écossaise du XXème siècle dont l’œuvre porte en grande partie sur sa relation au paysage montagnard
écossais. J’ai beaucoup aimé le fait de chercher à mettre en lumière (à ma petite échelle !) ses travaux, tombés dans l’oubli jusqu’à très récemment, alors que son œuvre était en
vogue dans les années 1920 et 1930.
J’ai eu à cœur, pour la thèse, de continuer à célébrer les travaux d’autrices britanniques
qui ont été relativement négligées par la critique, ou peu connues pour leur rapport au végétal.
À la suite de l’agrégation, j’ai mené un second master à l’École Nationale du Paysage de
Versailles, pour me spécialiser en histoire de l’art des jardins et analyser l’aménagement
littéraire et paysager des jardins de Virginia Woolf et de Vita Sackville-West. J’ai décidé,
en postulant à un contrat doctoral, de poursuivre cette réflexion sur des autrices qui
avaient une pratique littéraire mais aussi horticole (ce qui n’était pas vraiment le cas de
Virginia Woolf, puisque c’était surtout son mari Leonard qui s’occupait de leur jardin à
Monk’s House). Je suis arrivée progressivement à mon sujet en première année de thèse, en resserrant au fur et à mesure le corpus.

Un moment marquant

Ma première visite de Sissinghurst Castle Garden, propriété de Vita Sackville-West dans
le Kent. Pour y arriver, il m’a fallu prendre deux bus depuis Maidstone (le chef-lieu du
Kent, où je logeais pendant mon séjour), puis marcher le long d’une route départementale bien empruntée, avant de traverser des champs pour monter jusqu’au château. Après avoir passé deux ans à travailler sur le jardin de Sissinghurst en m’appuyant sur des plans et des photographies (souvent en noir et blanc), cela a été très émouvant pour moi de voir la tour du château (où se trouvait aussi la « writing room » de Vita Sackville-West) apparaître au détour d’un virage… Le jardin, que j’ai pu visiter une première fois en juin 2022, était somptueux, et embaumait à mesure que j’avançais dans les différentes « garden rooms » qui le composent, et qui ont toutes une ambiance particulière. Imaginez déambuler d’une roseraie à un jardin des simples, en passant par un cottage garden et une allée de tilleuls bordée par des douves…

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je serai ATER à la rentrée prochaine, et vais pouvoir
enseigner dans ce cadre des cours de littérature et de traduction en licence.
J’estime avoir été très privilégiée avec le contrat doctoral et la petite charge
d’enseignement qui m’a été confiée pendant trois ans: cela m’a permis d’avoir un emploi
du temps flexible pour préparer mes cours, faire des lectures, participer à des évènements scientifiques et mener des projets et des séjours de recherche, financés par le laboratoire et l’école doctorale, qui ont été d’une grande aide pour l’avancée de la thèse.

Et dans cinq ans ?

Idéalement, j’aimerais devenir Maître de conférences pour poursuivre mes recherches en littérature britannique et en histoire de l’art des jardins et en études paysagères. Vu la
rareté des postes, j’envisage cependant d’emprunter d’autres chemins, dans
l’enseignement dans le secondaire, ou bien dans le milieu muséal.

Un dernier message

Le doctorat peut être assez solitaire si l’on n’habite pas à proximité de son laboratoire et si l’on ne peut pas se rentre quotidiennement en 120; il existe cependant des associations de doctorant.e.s partout en France (et en distanciel) pour travailler en groupes et s’épauler.

Mai 2024 – Théo Maligeay

Dans ses recherches, Théo nous emmène dans la Comté de Tolkien et dans une vallée du Nouveau-Mexique à la recherche des derniers bastions de la contre-culture américaine. Doctorant en quatrième année sous la direction du Pr. Claude Chastagner, Théo retrace son parcours doctoral et nous rappelle l’importance du travail d’équipe dans la recherche.

La thèse de Théo 

Je travaille sur les hippies aux Etats-Unis entre 1964 et 1974. Je travaille sur leur enthousiasme pour The Lord of the Rings de Tolkien et aussi sur leurs pratiques architecturales. Entre les deux, il s’agit de se demander si la contre-culture était un mouvement réactionnaire, donc j’étudie l’historiographie de la contre-culture et la théorie de la modernité et du progrès.

Mon corpus est très diversifié : il s’étend de sources sur la réception de Tolkien dans les années soixante jusqu’à des projets architecturaux alternatifs en Arizona et au Nouveau-Mexique, par exemple.

Aux origines…

À la suite des études littéraires que j’ai faites et du concours de l’agrégation, il me semblait qu’enseigner à l’université et participer à la recherche s’accordait bien avec certaines de mes valeurs et de mes préférences. Il fallait donc faire une thèse. Quant au sujet, il a mis très longtemps à se construire, d’autant plus que j’ai commencé à m’intéresser à la place particulière de The Lord of the Rings dans la contre-culture hippie bien avant de démarrer ma thèse ! L’architecture est apparue un peu après, en 2020, grâce à une discussion avec un spécialiste étatsunien de la contre-culture.

Un moment marquant

Alors ce n’est pas facile à décrire, mais imaginez-vous partir dans le Kansas, traverser le Colorado en voiture et arriver dans une ancienne communauté hippie quasiment à l’abandon au Nouveau-Mexique. Après avoir quitté la route principale, il faut encore prendre de nombreuses bifurcations avant d’arriver au fond d’une minuscule vallée à un petit groupe de bâtiments perdus dans la campagne qui est quasiment un désert dans cette région. Il est presque midi mais il ne fait pas trop chaud. Pourtant, il n’y a personne, que des moutons qui se reposent à l’ombre et, devant la porte du bâtiment principal, une sculpture de deux mètres d’un alien à la peau verte et aux grands yeux noirs. New Buffalo était un endroit célèbre et relativement dynamique dans la deuxième moitié des années soixante, recevant la visite de célébrités comme Timothy Leary ou Lisa Law, mais les choses ont bien changé. Il m’a fallu 45 minutes pour pouvoir échanger quelques mots avec une habitante, et elle m’a en grande partie conduit sur de fausses pistes. Les membres de la communauté cherchent un repreneur définitif pour le terrain.

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je suis en ATER depuis un an, et je vais pouvoir bénéficier du même poste l’année prochaine. Merci à celles et ceux qui m’ont accordé cette confiance. Ce sont de très bonnes conditions pour faire une thèse tant qu’on arrive bien à préserver le temps et l’énergie nécessaire à la recherche.

Et dans cinq ans ?

Question qui présente un choix difficile entre le souhait et la probabilité. Quoi qu’il en soit je suis sûr que l’architecture alternative est le sujet qui me passionne le plus et dont j’aimerais faire une carrière. Depuis quelques temps, je pense à travailler pour l’architecture alternative sur le littoral méditerranéen ou, idée complètement folle, dans le Michigan. Mais si j’ai un poste à l’université, pour continuer dans ce champ de la recherche, je serais également comblé.

Un dernier message

Comme vous aurez toutes et tous des profils très différents, il me semble difficile de dire quelque chose qui s’adressera à tout le monde. J’ai la chance de beaucoup apprécier notre unité de recherche. Merci aux collègues, notamment du bureau 120 à Saint-Charles, pour leur générosité, leur dynamisme et leur bonne humeur.

Février 2023 – Camille Chane

De retour de Los Angeles, Camille nous explique comment il mêle étude filmique et linguistique pour analyser les stéréotypes raciaux dans les dessins animés américains entre 1919 et 1973. Doctorant en troisième année sous la direction Pr. Sandrine Sorlin et Pr. Sébastien Lefait, il insiste sur l’importance de la recherche de terrain, de l’intérêt de demander des financements, et sur le rôle essentiel de la salle de travail des doctorant.e.s dans son travail de recherche.

La thèse de Camille

Ma thèse porte sur le dessin animé américain entre 1919 et 1973 et leur représentation des personnages est-asiatiques (chinois et japonais). Elle pose la question de comment le dessin animé construit un stéréotype racial. Je m’intéresse autant aux courts-métrages d’animation qu’aux cartoons télévisés, et la particularité de mon approche, c’est d’étudier le stéréotype linguistique (la représentation des accents étrangers).

Je suis doctorant à EMMA et au LERMA à Aix-Marseille Université. Cette co-direction est ce qui me permet de tirer parti d’outils propres à l’analyse linguistique dans le cadre d’une thèse en études visuelles.

Si les études filmiques étaient un cheeseburger, la linguistique serait les frites dans le Happy Meal de ma thèse : un accompagnement, certes, mais une nécessité.

Aux origines…

C’est mon sujet qui me motive plus qu’autre chose. Je me pose depuis l’enfance des questions sur le fonctionnement et la circulation des stéréotypes racistes. Je suis un Réunionnais d’origine chinoise et j’ai souvent été intrigué par ce que certaines personnes voyaient en me regardant. C’est peut-être nombriliste, mais j’apprécie le fait de pouvoir confronter des choses vécues intimement à des données et des savoirs obtenus à l’aide d’une approche scientifique. Il y a beaucoup de choses à dire sur la position des personnes racisé.e.s qui étudient le racisme et le fait racial. MAIS. Moi, je vais vous parler de pourquoi j’aime les dessins animés. Très souvent, les gens retiennent le terme « race » quand je leur explique mon sujet. Non ! Mon sujet, ce n’est pas QUE la race et le racisme, c’est surtout les dessins animés !

Donc voici comment j’en suis arrivé à faire ma thèse sur les dessins animés :

Je ne m’intéressais pas au « cinéma » avant le master, même si j’aimais l’animation depuis la petite enfance. En fait, je n’aimais QUE l’animation, et c’est lorsque j’ai suivi un cours théorique sur l’animation, enseigné par Susan J. Napier à Tufts University en 2016, que mon amour pour le dessin animé s’est enrichi d’une curiosité cérébrale qui a ensuite contaminé mon rapport aux autres arts visuels, dont le cinéma. Depuis ce moment, j’ai voulu faire une thèse sur le dessin animé. Le dessin animé est de plus en plus pris au sérieux, on a moins besoin de se battre pour défendre sa légitimité. Néanmoins, j’ai l’impression que beaucoup de choses restent à faire sur ce tableau, scientifiquement et institutionnellement. J’espère pouvoir contribuer à encourager les gens à voir le dessin animé commercial comme un objet culturel qui a du sens, une certaine poésie, et une complexité interne.

Un moment marquant

Le choix est déjà fait pour moi, car j’ai passé trois semaines à Los Angeles, et dès lors qu’on a été à Los Angeles, on est contractuellement obligé de raconter à qui veut bien l’entendre qu’on a été à Los Angeles. Blague à part, ces trois semaines ont été décisives pour ma thèse et pour la façon dont j’envisage ma recherche future.

Avant de commencer le doctorat, je prévoyais d’avance un séjour aux archives pour accéder à des sources primaires (films préservés, documents de production, notes et dessins d’animateur.ice.s, etc). Sans surprise, c’est non loin de Hollywood, à Los Angeles que sont concentrées les archives de l’industrie cinématographique.

J’étais très préoccupé par la nature éphémère (pour ainsi dire jetable) de ces objets, et j’avais peur que cette pénurie de sources primaires m’empêche d’élucider tous les mystères de mon corpus. Même les films de mon corpus eux-mêmes n’ont pas d’existence pérenne : censurés pour pouvoir être rediffusés, perdus après un incendie qui aurait détruit bobines ou celluloïds, retirés de la circulation car ils n’intéressent personne, introuvables sur internet pour des raisons liées au copyright…  beaucoup de cartoons ne doivent leur survie à des passionné.e.s, des collectionneur.se.s à l’affût des brocantes et des ventes aux enchères, et des utilisateur.ices de plateformes de streaming illégal. Je me suis beaucoup heurté à des problèmes de catalogage et d’identification des films.

Finalement, le visionnage de films du corpus n’a été qu’une toute petite partie de la recherche que j’ai pu mener à Los Angeles. Ma chance a surtout été le contact des archives et archivistes, des syndicats de scénaristes et artistes, la possibilité de consulter des témoignages et enregistrements d’entretiens (l’histoire du cinéma d’animation doit beaucoup à l’histoire orale, et d’autres oral history projects m’ont aussi beaucoup appris sur l’histoire de la diaspora asiatique en Californie, notamment sur les asiatiques dans le cinéma et le spectacle).

Dans ma thèse, je prévois un chapitre sur la façon dans les animateur.ice.s et comédien.nes. d’origine asiatique détournaient les stéréotypes de façon parfois subtile. La Californie regorge d’archives documentant la contribution de travailleur.se.s asio-américain.e.s dans des secteurs où on ne les attend pas, notamment les arts. Parfois, on retrouve leur trace via une simple anecdote au détour d’un entretien oral où une animatrice du studio UPA dans les années 60 qui évoque telle ou telle collègue japonaise. Parfois la trace s’arrête là, mais parfois elle mène à d’autres archives. Sans minimiser l’ampleur du racisme institutionnel et culturel métonymisé dans la caricature animée, je préfère considérer l’histoire de la construction du stéréotype racial comme une négociation, un dialogue dans lequel il a toujours existé des oppositions au discours dominant, et également des cas complexes où des caricaturé.e.s avaient des sentiments ambivalents envers ces images … Et pas comme juste une agression unilatérale subie par les subalternes. Les archives de Los Angeles, entre autres choses, m’ont fait prendre conscience de cela. Je suis content de pouvoir nourrir une telle perspective et de la partager avec celles et ceux qui me liront.

Quelles conditions de travail?

Avoir un contrat doctoral pendant trois ans m’a permis d’abattre une grosse partie du travail, c’était royal. En dehors de cela, je me suis senti très épaulé par mes deux laboratoires, qui me fournissaient des outils numériques et un cadre de travail. Travailler en salle 120 à Saint-Charles a sauvé ma productivité.

Dernier point non-négligeable : Les financements accordés par la SAES, EMMA et le LERMA m’ont permis d’aller à l’étranger. Il ne faut pas oublier que les sociétés savantes peuvent nous venir en aide de diverses façons.

En somme, je suis un thésard pourri-gâté.

Et dans cinq ans?

Je ne sais pas encore si je me vois plus dans le secondaire ou dans le supérieur. Du moment que c’est avec un doctorat en poche, je foulerai du pied n’importe quel enfer les yeux fermés.

Un dernier message

Merci Constance, Marie et Théo d’investir leur temps dans un espace où les doctorant.e.s d’EMMA peuvent s’exprimer. Et merci à celles et ceux qui ont eu la patience de lire mon portrait jusqu’au bout.

 

Novembre 2022 – Charlotte Chassefière

A travers ses recherches, Charlotte nous emmène au-delà des clichés de la littérature gothique et de ses châteaux hantés pour nous faire découvrir les préoccupations bien ontologiques de l’œuvre de son homonyme Charlotte Dacre, autrice du début du XIXème siècle, qu’elle a choisi de remettre à l’honneur dans sa thèse dirigée par Prof. Christine Reynier. Charlotte nous parle donc de construction de soi, mais aussi de la construction de son « soi doctorant » durant ces trois dernières années.

La thèse de Charlotte

Je travaille dans le domaine de la littérature britannique romantique (fin dix-huitième, début dix-neuvième siècle), et particulièrement la littérature gothique. Mon corpus est constitué des quatre romans de Charlotte Dacre, une autrice populaire du début du dix-neuvième siècle, largement oubliée par la critique de son temps. Mon travail de thèse se concentre sur la notion d’identité chez cette autrice, et interroge l’interpénétration de la culture, de l’histoire, de l’idéologie et de la fiction elle-même dans la construction et la représentation d’un « soi ». Ma thèse s’effectue sous la direction de Christine Reynier.

Aux origines…

Les romans, la poésie et la fiction en général sont une passion depuis mon plus jeune âge. La thèse m’a donc paru l’une des options les plus judicieuses pour tenter de transformer ce plaisir en métier. 

        En ce qui concerne mon sujet, je travaillais déjà sur la littérature gothique (qui avait fait l’objet de mon mémoire de Master 2). Découvrir les romans de Charlotte Dacre et choisir d’en faire mon corpus de thèse a été l’occasion pour moi d’étendre ces recherches, et d’explorer cette littérature. Le gothique ne se résume pas seulement à des histoires de fantômes et de châteaux hantés : c’est un mode de représentation à part entière qui ouvre un dialogue avec la tradition, la culture et l’idéologie dominante d’une époque. Il s’enracine dans la confrontation entre la vie subjective de l’individu et les conditions historiques de son environnement.

Un moment marquant

C’est une question très difficile ! Je vais tenter de la contourner en disant que c’est toute mon expérience de doctorat jusqu’ici qui m’a le plus marquée. Depuis la date de ma première inscription, j’ai très régulièrement l’occasion d’apprendre à faire quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je n’ai pas connu un tel enrichissement humain dans mes expériences professionnelles passées, et c’est vraiment ce que je trouve le plus marquant dans le doctorat.

Quelles conditions de travail?

J’ai commencé ma thèse sous contrat doctoral avec une petite charge d’enseignement: des conditions idéales pour poursuivre le travail de recherche. Cette année, j’ai un contrat d’ATER : mon emploi du temps est un peu plus chargé, mais me permet toujours de concilier le travail de thèse avec l’enseignement, ce qui constitue toujours un cadre idéal.

   S’il y a une difficulté, elle émerge plutôt de la partie enseignement, où le nombre d’étudiants en augmentation proportionnelle inverse au nombre d’enseignants complique de plus en plus le métier dans son ensemble. Cela fait bien bien sûr partie des conditions d’exercice, mais c’est une réalité qui ne doit pas être ignorée.

Et dans cinq ans?

Maîtresse de conférences en littérature Britannique naturellement, car l’espoir fait vivre.

   Je suis toutefois bien consciente de la rareté des postes, et je garde l’esprit ouvert : l’enseignement, le travail associatif, culturel et artistique, ou encore travailler dans un pays anglophone font partie des options que je me réserve.

Un dernier message

Non, mais je voudrais féliciter les représentant-e-s des doctorant-e-s pour ces portraits qui nous donnent l’occasion de réfléchir à notre expérience de doctorat, et de découvrir celle des autres. Merci à vous pour cette entreprise très humaine !

Octobre 2022 – Carine Nibakure

Réflexion sur le deuil, et sur l’inventivité des formes élégiaques expérimentales, la thèse de Carine préparée sous la direction de J. M. Ganteau oppose la créativité obstinée de l’art et l’inévitable décomposition du monde. Un constat difficile, mais aussi plein d’espoir que vous retrouverez dans sa description de la vie à EMMA et des étapes du doctorat !

La thèse de Carine

Je fais une étude sur le mode de l’élégie dans la littérature britannique contemporaine, et plus spécifiquement sur ses formes expérimentales. Comment les figures du deuil et de la mélancolie, étudiées à partir du modèle freudien, sont (re)présentées par une poétique qui oscille entre fidélité et transformation du sujet de deuil. L’un des objectifs est de comprendre comment le roman expérimental contemporain renouvelle les formes littéraires et présente l’émotion comme contribuant à une esthétique de l’élégie contemporaine et du trauma. Je souligne également la préoccupation de ce mode littéraire pour les éthiques de l’altérité et de la vulnérabilité. Mon corpus est composé des romans The Unfortunates (1969) de B.S. Johnson, Destiny (1999) de Tim Parks, Quilt (2010) de Nicholas Royle, Last Orders (1996) de Graham Swift et Grief Is the Thing with Feathers (2015) de Max Porter.  

Aux origines…

J’ai toujours été intéressée par la littérature grecque classique, la littérature contemporaine du monde anglophone et l’enseignement. De ce fait, faire des études littéraires et un master, recherche, était la seule voie pour faire un métier qui me passionne. Pendant mon master, je travaillais déjà sur l’écriture de la perte. Par chance, j’étais déjà encadrée par mon excellent directeur, ce qui m’a donné encore plus envie de poursuivre en doctorat. 

Mon intérêt pour les vulnérabilités et la question du deuil s’est précisé en 2015 après les attentats du Bataclan. Je me suis interrogée sur comment les individus peuvent ou non surmonter une perte. La question du deuil et de la mélancolie a donc résonné en moi. J’ai par la suite découvert l’élégie, genre littéraire privilégié de l’écriture de la perte, et j’ai ensuite approfondi mes recherches sur les formes littéraires expérimentales et la psychanalyse.

Un moment marquant

Il est difficile de penser à un seul moment marquant de mon doctorat qui fait partie intégrale de mon quotidien ! Ma première communication lors de la journée des doctorants a été un grand moment. Mon voyage à la British Library, où j’ai pu consulter des archives de B.S. Johnson, un des grands écrivains d’avant-garde des années soixante, a été un grand moment. Je dois souligner que j’ai pu y aller grâce à l’aide du laboratoire EMMA. Mais également, chaque étape franchie dans mon doctorat est un moment marquant, car elle me permet de voir ce travail de longue haleine se concrétiser. Il serait donc impossible de choisir un seul moment, car chaque étape est singulière et porteuse d’un sentiment de réussite !

Quelles conditions de travail?

Je n’ai bénéficié d’aucun financement pour ma thèse mais j’ai pu avoir des expériences professionnelles variées dans l’administratif durant les deux premières années de mon doctorat. Et depuis la troisième année, j’enseigne  à l’UPVM3 en tant que contractuelle.

Et dans cinq ans?

Dans l’idéal, j’aimerais travailler en tant qu’enseignante-chercheuse. La seule certitude que j’ai, c’est que j’enseignerai, en France ou dans un autre pays du monde anglophone, tout en poursuivant mes travaux de recherche sur l’élégie et l’expérimentation.