Archives de catégorie : Uncategorized

Séminaire EMMA, séance du 12 octobre 2021, 18h., salle 126

La phénoménologie au service de la cause environnementale: apports et héritages, Marie Bertrand

A travers ce séminaire, il sera question d’explorer les affinités entre les théories phénoménologiques et les études écocritiques : en quoi ce courant philosophique peut-il être utilisé pour alimenter une réflexion concernant notre rapport à l’environnement ? Qu’y a-t-il dans les écrits phénoménologiques qui pourrait encourager un engagement pour la protection de cet environnement ? Nous évoquerons à la fois les fondements de la pensée phénoménologique, en accordant une attention toute particulière aux théories de Merleau-Ponty, puis nous tenterons de dépasser les limites de la phénoménologie elle-même afin de démontrer son rôle dans l’émergence d’autres philosophies ayant pour préoccupation principale la relation entre l’homme et la nature. Une bibliographie est jointe à ce message. Il sera également possible d’assister à l’exposé via Zoom : 

Participer à la réunion Zoom: https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/99023742733?pwd=ZGw5Smg1aGxkeTZ2bzhxVWF1QWpmQT09

Colloque Evidentiality and Modality: at the Crossroads of Grammar and Lexicon – 10-11th June 2021

EVIDENTIALITY AND MODALITY: AT THE CROSSROADS OF GRAMMAR AND LEXICON 
10-11TH JUNE 2021
UNIVERSITÉ PAUL VALERY MONTPELLIER 3
 
The number of publications on evidentiality has seen an exponential rise since Aikhenvald’s monograph in 2004, and the term of evidentiality has been slowly making its way into grammar textbooks. Its relationship with the notion of epistemic modality is complex and still under discussion (Cornillie 2007, Boye 2010, Tournadre 2016, Guentchéva, ed., 2018). Some consider that the two notions are clearly separated: Aikhenvald (2004), de Haan (1999) and Nuyts (2001). Others posit that epistemic modality is a sub-category of evidentiality: Papafragou (2000), Ifantidou (2001), even though earlier work described epistemic modality as a supercategory encompassing evidentiality: Anderson (1986), Palmer (1986) and Willett (1988) inter alia. Several authors have also revealed how evidentiality interacts with other central grammatical domains, such as tense, aspect, person and polarity, but a thorough description of these ramifications needs more cross-linguistic investigation.
According to Aikhenvald, evidentiality is first and foremost a grammatical category that can be found in some of the world’s languages, whereas other researchers consider evidentiality a universal semantic or pragmatic concept (Boye & Harder 2009, Cornillie, Arrese & Wiemer 2015 inter alia). There is no denying that some languages have a distinctly more grammaticalized evidential system than others, but the research on grammaticalization has also established that drawing a line between what is grammatical and what is lexical in a language depends on several criteria that are open to discussion. Grammaticalisation theory has shed light on the non-discreteness and non-binarity of the grammar/lexicon distinction, and on the fact that languages around the world tend to develop grammatical forms from lexical sources which gradually travel comparable paths (Heine & Kuteva 2002 inter alia). More crosslinguistic research is necessary in order to place the evidential and modal markers of the world’s languages on the lexicon-grammar continuum, and therefore reveal the recurrent patterns that can be observed in languages with emerging evidential systems.
Keynote speakers
Alexandra Aikhenvald (Central Queensland University)
Bernd Heine (Köln University)
Jan Nuyts (University of Antwerp)
Nicolas Tournadre (Université Aix-Marseille, Lacito, IUF)
 
Organization Committee
Eric Mélac (Université Paul Valéry – Montpellier 3, EMMA)
Pascale Leclercq (Université Paul Valéry – Montpellier 3, EMMA)
Jacques Brès (Université Paul Valéry – Montpellier 3, Praxiling)
Eric Corre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Prismes)
Nicolas Tournadre (Université d’Aix-Marseille, Lacito et IUF)

Liens utiles:

https://evidentialite.sciencesconf.org/?forward-action=index&forward-controller=index&lang=fr
https://moodle.univ-montp3.fr/course/view.php?id=6320
https://www.canal-u.tv/producteurs/emma/colloques/evidentiality_and_modality_at_the_crossroads_of_grammar_and_lexicon


page1image44929920

“Personnages en personne” sur France Culture

Claudine Raynaud a participé à une émission radiophonique “Personnages en personne” sur France Culture (Charles Dantzig), préenregistrée en direct et diffusée le dimanche 12 septembre 2021.

Elle portait sur le personnage de Janie Mae Crawford dans Their Eyes were Watching God de Zora Neale Hurston (1937). Voici le lien :

https://www.franceculture.fr/emissions/personnages-en-personne/janie-mae-crawford-ou-et-dieu-crea-la-noire

Facebook : https://www.facebook.com/charles.dantzig

Sur la page web de France Culture l’hyperlien avec EMMA met notre groupe de recherche en exergue.

Séminaire du Mardi 21 septembre 2021, salle 126, site Saint-Charles, 17h: Présentation de l’exposition “United States of Abstraction, Artistes Américains en France, 1946-1964” organisée par Ingrid Junillon (responsable des expositions au Musée Fabre de Montpellier)

Cette exposition qui a ouvert le 5 août et qui restera visible jusqu’au 31 octobre porte sur l’art abstrait américain et concerne les peintres d’après 1945 avec pour l’un deux des liens avec James Baldwin.

“En collaboration avec le Musée d’arts de Nantes , le musée Fabre proposera à Montpellier, du 5 août au 31 octobre 2021, une ambitieuse exposition consacrée à un ensemble d’artistes américains qui, installés en France, ont contribué à la redéfinition de l’art abstrait sur le continent européen.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, alors que la Ville lumière perd progressivement sa prééminence de capitale mondiale de l’art occidental au profit de New York,  plusieurs centaines d’artistes, musiciens et écrivains américains, hommes et femmes, s’installent en France. Plus de 400 artistes, grâce notamment à leur bourse d’ancien GI, ont choisi de faire de Paris le lieu de leur création, attiré par les musées et les maîtres français, la recherche d’une plus grande liberté, ou tout simplement par choix personnels ou politiques. Certains, dans le sillage de leurs compatriotes, comme Joan Mitchell, en 1955, se sont installés en France définitivement. D’autres, comme Ellsworth Kelly, arrivé en France en 1948, y sont restés seulement quelques années, étudiant à l’École des beaux-arts ou dans les ateliers de la Grande Chaumière auprès de Fernand Léger ou d’Ossip Zadkine.

S’intéressant plus particulièrement à trois constellations d’artistes américains à Paris, l’exposition explore cette intense présence. Organisée en trois chapitres et constituée d’une centaines d’œuvres, l’exposition souligne tant le rôle précurseur de Michel Tapié dans la découverte et la promotion de l’art américain en France, le renouveau de l’abstraction géométrique promu par des artistes comme Robert Breer, Ralph Coburn, Ellsworth Kelly ou Jack Youngerman, que l’individualité de grands coloristes abstraits (Joan Mitchell, Sam Francis), qui semblent vivre à Paris comme sur une île.

Cette exposition a reçu le soutien de la Terra Foundation for American Art et du réseau FRAME .”

(source : https://museefabre.montpellier3m.fr/EXPOSITIONS/United_States_of_Abstraction_Artistes_americains_en_France_1946-1964)

Ce séminaire est ouvert à tou.te.s et sera dirigé par Claudine Raynaud.

Séminaire du 25 mai 2021: Sylvain Belluc présentera l’ouvrage de Rachel Murray, *The Modernist Exoskeleton* (2020)

La séance interviendra dans le cadre du thème “Matérialités”

Dans la perspective du colloque « Guerre et nature : traces, interactions et reconfigurations dans les littératures anglophones des XIXe, XXe et XXIe siècles », qui se tiendra en octobre prochain, nous présenterons la monographie récemment publiée par Rachel Murray, qui assurera l’une des deux conférences plénières. The Modernist Exoskeleton : Insects, War, Literary Form (Edinburgh University Press, 2020) se propose de lire les innovations formelles de plusieurs écrivains majeurs du modernisme à travers le prisme de leur fascination pour les insectes, et d’en tirer les nombreuses conséquences politiques, éthiques, psychologiques et écologiques. L’avènement d’armes industrielles à l’orée du XXesiècle, et les ravages qu’elles produisaient sur le champ de bataille, conduisirent penseurs et observateurs à établir une comparaison entre l’homme et l’insecte. Loin de voir dans ce rapprochement un dénigrement de l’humain ou sa chute sur l’échelle de l’évolution, cependant, Wyndham Lewis, D.H. Lawrence, H.D. et Samuel Beckett, influencés par les ouvrages de vulgarisation publiés par les entomologistes de l’époque qui mettaient en lumière les remarquables capacités d’adaptation des insectes et leur organisation sociale parfois très sophistiquée, y trouvèrent une source d’inspiration artistique. Cette attitude, et la remise en cause radicale de la relation prétendument hiérarchique entre l’humain et l’animal qu’elle implique, pousse Rachel Murray à voir dans le motif de l’exosquelette, à la fois couche extérieure protectrice et site d’interactions, l’illustration de la relation tourmentée entretenue par les écrivains modernistes avec les discours politiques et les mutations technologiques de leur temps, ainsi qu’une influence majeure sur leurs stratégies d’écriture.

Dorothee Birke (Norwegian University of Science and Technology), “Writing the Reader”

Jeudi 25 février 2021 (online)

Organisatrices: Sandrine Sorlin & Virginie Iché

A post-conference seminar on Addressing Readers

Title: “Writing the Reader” (see Affiche SEM Birke 250221)

Abstract:

The history of the English novel is also a history of shifting views about reading practices. In this talk, I argue that novelistic representations of readers – and in particular, the type of the “obsessive reader” – have, through the centuries, been used to reflect on the potential of reading as a cultural practice and, ultimately, to promote the idea of the special value of novel reading in particular. Case studies include Charlotte Lennox` The Female Quixote (1752)and Alan Bennett`s The Uncommon Reader (2007).

Dorothee’s powerpointBirke_ppt

First Thanatic Ethics Workshop, April 1st and 2nd 2021
The Circulation of Bodies in Migratory Spaces

Conveners : Dr Bidisha Banerjee, Dr Judith Misrahi-Barak, Dr Thomas Lacroix

************************************************

La séance du 6 avril 2021 du séminaire d’EMMA sera assurée par
Claudine Raynaud
(modérateur J.-M. Ganteau)
« Matter » dans Bodies that Matter et #BlackLivesMatter

Cette séance aura lieu à 18h. et, comme les précédentes, elle sera totalement dématérialisée (https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/96995057723?pwd=ckFJK20zNWJUQ3crTFNKN2wrcVN6Zz09)

La matière du « tournant matérialiste » nous enjoint à replacer l’humain, toujours déjà inclus dans le monde qu’il affecte, et qui l’affecte, dans une chaîne que d’aucuns voient comme ontologique. Les marqueurs corporels que sont le sexe et la race peuvent-ils être conjugués avec une vision englobante, non-« politique » au sens étroit du terme, de cette terre dans laquelle la « matière vibrante » replacerait l’humain au sein d’un environnement conçu dans sa multiplicité, sa mobilité, sa fluidité, ses « intra-actions » (Barad) ?
Cette intervention se veut une exploration de la façon dont les réflexions théoriques et philosophiques liées aux discours (Foucault) et à la représentation, à la textualité et la déconstruction (Derrida) conduisent à une troisième voie qui n’oppose pas matière et sens, nature et culture, sciences naturelles et humanités. Une pensée féministe en mouvement débouche sur un nouveau matérialisme féministe qui rejoint l’écoféminisme. La théorie critique de la « race » revendique une analyse de la matérialité des vies noires. Le corps — « trans-corporalité » (Alaimo), corps noirs entre chair et corps (Spillers) — est au cœur de ces nouvelles théorisations.
Le mot « matter » ne convoque-il pas aussitôt son autre signification de « matière » ?

Des extraits de textes de Percival Everett (Watershed), d’Audre Lorde (The Cancer Journals) et de Toni Morrison (The Bluest Eye, Sula, Beloved) seront proposés à l’analyse.

Alaimo, Stacey. Bodily Natures: Science, Environment, and the Material Self. Bloomington: Indiana University Press, 2010.
Alaimo, Stacey and Susan J. Hekman. “Introduction: Emerging Models of Materiality in Feminist Theory.” In Material Feminisms. Stacey Alaimo and Susan J. Hekman eds, Bloomington: Indiana University Press, 2008, pp. 1–19.
Barad, Karen. “Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter”, Signs Vol. 28, No. 3, Gender and Science: New Issues (Spring 2003), pp. 801-831
Butler, Judith. Bodies that Matter. On the Discursive Limits of Sex. Bloomington: University of Indiana Press, 1995.
Hames-Garcia, Michael. “How Real is Race?” In Material Feminisms. Stacey Alaimo and Susan J. Hekman eds, Bloomington: Indiana University Press, 2008, pp. 308-339.
Spillers, Hortense. “Mama’s Baby, Papa’s Maybe: An American Grammar Book”, Diacritics Vol. 17, No. 2, Culture and Countermemory: The “American” Connection (Summer 1987), pp. 64-81.
Towns, Armond R. “Black ‘Matter’ Lives, Women’s Studies in Communication, 2019. DOI: 10.1080/07491409.2018.1551985