Archives de catégorie : Séminaire régulier

Séminaire “Now You See Her, How Lesbian Culture Won Over America”

Mardi 14 février 2023 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention d’Anne Crémieux.

Anne Crémieux présentera son ouvrage en cours de parution intitulé Now You See Her, How Lesbian Culture Won Over America. Ce retour sur trente ans d’évolution de la représentation médiatique des lesbiennes dans la culture populaire américaine interroge les modalités de la visibilité lesbienne dans six domaines que sont le sport, la musique, la bande dessinée, la photographie, le cinéma et les séries télévisées. Les six chapitres de l’ouvrage sont augmentés de six entretiens avec des personnalités lesbiennes qui ont vécu ces évolutions. La présentation reviendra sur les étapes de cette publication et la réflexion qu’elle a engendrée autour des catégories identitaires et culturelles qui sous-tendent son organisation.

Présentation de l’intervenante: Anne Crémieux est Professeure de civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Séminaire “Combattre, punir, photographier : Empires coloniaux, 1890-1914”

Mardi 17 janvier 2023, 18h, salle 126, bâtiment Saint-Charles 1, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Séminaire organisé par Claire Omhovère dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Daniel Foliard (Université Paris Nanterre).

Daniel Foliard est l’invité d’EMMA pour présenter son ouvrage Combattre, punir, photographier : Empires coloniaux, 1890 – 1914 (Paris : La Découverte, 2020).

L’ouvrage de Daniel Foliard porte sur les rapports entre photographie et violence coloniale dans les Empires britannique et français avant la Première guerre mondiale. La perspective comparatiste est celle de l’histoire croisée. L’objet comme l’approche viennent répondre au constat suivant : « il reste encore à écrire une histoire connectée des critiques des impérialismes et des colonialismes avant 1914 » (p. 375). Cette étude a donc une dimension à la fois inaugurale et nécessaire. Elle représente également un apport, au delà de l’histoire coloniale et postcoloniale, à l’histoire de la photographie de guerre et du photo-reportage.

Ce livre s’attache à montrer que « les pratiques de la violence, et de la visualisation de la violence, observées dans les espaces en voie colonisation, se distinguent fondamentalement des usages de la force constatés dans les conflits interétatiques plus classiques » (p. 276). Abondamment illustrée, l’étude repose sur la lecture minutieuse de l’image photographique comme des conditions matérielles de sa réalisation, de son  développement, de sa diffusion et de sa conservation. On notera qu’en raison d’une charge souvent insoutenable chaque cliché fait l’objet d’un double cadrage textuel. Un commentaire détaillé prépare dans le corps du texte l’insertion de l’image qui est également suivie d’une abondante légende. Ce dispositif prémunit contre le sensationnalisme, peut-être même le voyeurisme, qu’un tel sujet pourrait susciter.

L’ouvrage aboutit à un ensemble de conclusions inédites. La première concerne la particularité de la violence coloniale que saisit le medium photographique. La photographie enregistre mais surtout prolonge des châtiments d’exception dont la représentation participe pleinement à la « nécropolitique » telle que définie par Achille Mbembé. Une deuxième conclusion, elle aussi provocatrice, concerne la proximité des usages de la violence et de son traitement photographique dans les empires français et britannique (p. 291). Contrairement à l’approche historique traditionnelle qui consiste à opposer les deux empires, Foliard va jusqu’à parler d’un « co-impérialisme entre la France et l’Angleterre » (p. 255) dont les visées politiques concurrentes reposent sur des stratégies analogues et une même « pédagogie de la violence ».

L’intérêt principal de l’ouvrage réside dans l’analyse des codifications coloniales d’une photographie mise au service de la force, à travers des « régimes de visibilité » spécifiques (expression empruntée par Deleuze à Foucault et que l’on retrouve chez Rancière) et de « changements de seuil » révélateurs de mutations dans la sensibilité des opinions publiques. Troisième conclusion, et non la moindre : « certains espaces sont pourvoyeurs d’image et d’autres non » (p. 216) Foliard parvient à faire une place dans cette étude abondante aux violences dont aucune vue n’a émergé (par exemple la frontière australienne) ce qui l’amène à dessiner une géographie où les guerres invisibles ne sont pas pour autant effacées.

Présentation de l’intervenant: Daniel Foliard est MCF-HDR à l’Université Paris Nanterre où il enseigne l’histoire (civilisation de la Grande Bretagne) https://www.parisnanterre.fr/m-daniel-foliard

Séminaire “Charles Darwin: Aesthetics, Morals and Human History”, Ian Duncan

Mardi 11 octobre 2022, Salle Panathénées, St-Charles 2.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Matérialités » d’EMMA. Intervention du Professeur Ian Duncan (University of California, Berkeley, USA et PMU à l’Université Paul-Valery Montpelllier3). Séminaire organisé par Christine Reynier.

Charles Darwin’s On the Origin of Species (1859) provides comprehensive, rigorous and enduring theoretical framework for a materially determined history of life on earth. In The Descent of Man, and Selection in Relation to Sex (1871) Darwin extended his evolutionary thesis to the human species. The seminar will address a central tension in Darwin’s argument: between the abolition of traditional distinctions between human beings and other animals, on the one hand, and the retention of a quality of human exceptionalism, on the other. The technological ability to shape their material environments makes humans self-domesticating, exerting a (limited) power of artificial selection that determines the subsequent development of the species, the motive principle of which is sexual choice according to aesthetic criteria. Sexual selection, common to all creatures but amplified to quasi-autonomous power in humans, generates not only the semiotics of gender difference but of racial difference too. Darwin’s account of sexual selection begs the question, however, of human evolutionary emergence – of human difference from pre-human ancestors, and humans’ subsequent global ecological dominance. Elsewhere in The Descent of Man, Darwin identifies the moral sense or conscience as the principle that sets humans apart even from the higher animals. A development of the pre-human “social instinct,” the moral sense is constituted by humans’ cognitive capacity for “mental time-travel,” through which they can compare recollected past states with present impulses, imagine hypothetical alternatives, and hence make ethical and political choices about the future. In the seminar I wish to explore two, linked topics. 1.) The relation between a cultural and moral perfection of “humanity,” achieved via a progressive expansion of sympathy beyond local social groups to include all human beings and (ultimately) all sentient life – and the biopolitical imperative of natural selection, governing the genocidal expansion of European empire in Darwin’s own time (the topic of my essay “Darwin’s Human History”). 2.) The relation of that to the evolutionary role of the aesthetic sense in Darwin’s account of sexual selection (the topic of my essay “Natural Histories of Form”). Can a disinterested appreciation of human differences, founded on a rational understanding of their aesthetic basis, overcome the racialized aversion that (supposedly) motivates human violence against other populations?

Ian Duncan, “Natural Histories of Form: Charles Darwin’s Aesthetic Science.” Representations 151 (2020), 51-73.
Ian Duncan, “Darwin’s Human History.” After Darwin: Literature, Theory, and Criticism in the Twenty-First Century, ed. Devin Griffiths and Deanna Kreisel (Cambridge University Press, 2022), 577-50.

Séminaire “L’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne : les variables locales et globales de la campagne référendaire de 2016”

Mardi 13 septembre 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Niaz Cary-Pernon.

Le référendum britannique du 23 juin 2016 sur l’Union européenne a fait l’objet de nombreux travaux universitaires. Dans ce contexte, les études sur la campagne référendaire, menée au Royaume-Uni de février à juin 2016, se focalisent généralement sur les deux structures officielles représentant les camps du Remain et du Leave, respectivement Britain Stronger In Europe et Vote Leave. Lors de ce séminaire, une perspective plus large de la campagne sera établie et, en relation avec la thématique « Faire commun », la question de la fabrique de l’argumentation se trouvera au cœur des réflexions afin d’examiner le statut des variables régionales, nationales et internationales.

Présentation de l’intervenante: Niaz Cary-Pernon est docteure en Civilisation britannique et enseigne l’anglais à l’ENSCM. Chercheuse associée à EMMA, ses travaux portent sur la politique étrangère britannique, le Royaume-Uni et la guerre froide, les relations anglo-allemandes ou franco-britanniques et l’approche interprétative des relations internationales.

Présentation “(Re)lire les féminismes noirs” (Etudes Littéraires Africaines n° 51)

Mardi 7 juin 2022, 18h

Séminaire organisé par Claudine Raynaud dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Tina Harpin et Claudine Raynaud.

Ce dossier propose de relire des auteures de l’Amérique et de l’Afrique associées au féminisme noir, compris comme mobilisation et comme conscience féministe des femmes noires. La première partie du dossier, dédiée à Angela Davis et à Audre Lorde, se concentre sur l’apport de ces deux penseuses et écrivaines des États-Unis, terre de naissance proclamée du « Black Feminism » par-delà les frontières chronologiques strictes de la « deuxième vague » féministe (1960-1980). La deuxième partie s’attache à deux autres voix pionnières, celles des féminismes africains francophone et anglophone, également de la « seconde vague » : Awa Thiam et Flora Nwapa, dont l’influence durable est commentée. La dernière partie du dossier aborde Roxane Gay, Joan Morgan, Djamila Ribeiro et Chimamanda Ngozi Adichie, quatre auteures « phares » de la « troisième vague » des féminismes noirs africain américain, afro-brésilien et africain dans un monde globalisé où paraissent s’opposer un féminisme noir radical et un féminisme plus ironique qui joue avec les codes de la culture pop.

Ce choix d’auteures d’Afrique et d’Amérique met ainsi à distance la notion de « féminisme noir » pour en saisir les diverses modalités et l’urgence, passée et présente, à l’heure de débats internationaux grandissants sur l’actualité du féminisme et de l’antiracisme face aux violences faites aux femmes et face aux meurtres dont les Noirs sont toujours victimes. Contre un fétichisme de la théorie, nous suggérons, à la façon de Barbara Christian, l’exploration d’une bibliothèque féminine et féministe noire éclectique et puissante, inspiratrice de nouvelles lectures de la réalité et de nouveaux possibles. La (re)lecture comme activité critique est donc au cœur de cette esquisse transatlantique d’une bibliothèque féministe noire et d’une galerie (quasi infinie) de figures pensantes et militantes entre Afrique et Amériques noires.

Présentation des intervenantes: Tina Harpin est Maîtresse de conférence en littérature comparée à l’Université de Guyane, MINEA, ITEM/CNRS. Claudine Raynaud est Professeure émérite en études américaines à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA, ITEM/CNRS.

Séminaire “Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France, 1944-1967”

Mardi 24 mai 2022, 18h, salle 126, bâtiment Saint-Charles 1, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Séminaire organisé par Raphaël Ricaud dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de François Doppler-Speranza (U. Strasbourg).

Des militaires peuvent-ils négocier la paix ? De quelle manière et à quelles fins, surtout lorsqu’ils sont fraîchement débarqués des États-Unis ? Les deux grands conflits mondiaux du XXe siècle ont montré le rôle joué par la culture américaine dans la diffusion d’un modèle démocratique aussi idéalisé qu’ensorcelant. Sur le fond : le gouvernement américain développe une politique culturelle réactive dans les années d’après-guerre. En Europe, les autorités américaines, civiles et militaires, n’augmentent l’intensité de leurs interventions culturelles que sous la pression de la concurrence communiste. Dans le contexte de Guerre froide, le cas français est très spécifique : force et influence du mouvement communiste, naissance de l’atlantisme politique, méfiance gaulliste, persistance d’un anti-américanisme culturel. Face à cela, square dance et basketball ont eu leur mot à dire, au travers des militaires, pour atteindre une vérité humaine et sociale.

Présentation de l’intervenant: Après avoir étudié à l’université du Missouri et enseigné à Indiana University, François Doppler-Speranza enseigne à l’université de Strasbourg et Syracuse University. Il présente ici l’ouvrage Une armée de diplomates. Les militaires américains et la France, 1944-1967, tiré de sa thèse. Paru en 2021 aux presses universitaires de Strasbourg, il a reçu le soutien de l’IHEDN et de l’AEGES.

Séminaire “Ending Slavery: The Antislavery Struggle in Perspective”

Mardi 3 mai 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Lawrence Aje et Claudine Raynaud

Ending Slavery (Lawrence Aje et Claudine Raynaud ed, PULM, 2022, série PoCoPages) broadens the scope of the antislavery struggle beyond the national and domestic narrative to draw a map of a new transnational and differentiated geography of abolitionism. It aims at complicating our understanding of the antislavery struggle by offering an opportunity to rethink the relationship between the personal and the political in the antebellum period. Focusing on the post-1830 period, Ending Slavery also presents a new and ambitious periodization by extending its historical breadth, through Reconstruction, well into the present to examine contemporary representations and interpretations of the history of abolitionism.

The book puts forward not only a reflection on the historiographical and memorial legacies of antislavery activity in the United States, but it also interrogates how this activism partook and still partakes in the long Civil Rights Movement for full social and political equality for African Americans. A collective enterprise that taps into and builds on recent research, the volume brings together historians and African-Americanists, a majority of whom are based in Europe. It ambitions to be a contribution that expands discussions and opens perspectives on the history of abolitionism. Suitable for general readers, students and scholars, Ending Slavery will serve as a useful resource in the area of slavery and Atlantic studies.

Présentation des intervenant-e-s: 

  • Lawrence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’histoire africaine-américaine.
  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.

Séminaire “Bernie Sanders’s Democratic Socialism: Holding Utopia Accountable”

Mardi 15 mars 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Nicolas Gachon.

Nicolas Gachon présentera son ouvrage Bernie Sanders’s Democratic Socialism: Holding Utopia Accountable (Palgrave Macmillan) lors d’un séminaire qui permettra d’aborder l’historiographie et l’histoire de la gauche états-unienne et du populisme, leur rapport à l’utopie, au marxisme, au libéralisme et au concept de justice sociale. Il s’agira d’analyser et de comprendre le socialisme « démocratique » de Bernie Sanders, ses origines, sa maturation et son évolution entre 1972, lorsque Sanders s’est présenté pour la première fois à l’élection du gouverneur de l’État du Vermont, et 2020, lorsqu’il s’est présenté pour la deuxième fois à l’élection présidentielle. Du radicalisme utopique de la fin du 19ème siècle aux revendications radicales de responsabilisation de l’État et des entreprises au 21ème siècle, la pensée et la trajectoire politique de Bernie Sanders permettent d’éclairer les grandes problématiques de la gauche états-unienne et d’entrevoir certains des enjeux idéologiques et électoraux à venir.

Présentation de l’intervenant: Nicolas Gachon est maître de conférences HDR en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire “Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage : The Past is Back on Stage”

Mardi 22 février 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon.

The volume Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage : The Past is Back on Stage (Cambridge Scholars Publishing, 2021) explores the multiple connections between contemporary British theatre and the medieval and early modern periods. Involving both French and British scholars, as well as playwrights, adapters and stage directors, its scope is political, as it assesses the power of adaptations and history plays to offer a new perspective not only on the past and present, but also on the future. Along the way, burning contemporary social and political issues are explored, such as the place and role of women and ethnic minorities in today’s post-Brexit Britain. The volume builds into a dialogue between the ghosts of the past and their contemporary spectators.

Starting with a focus on contemporary adaptations of Shakespeare’s plays, then concentrating on contemporary history plays set in the distant past, and ending with the contributions of famous playwrights sharing their experience, the book will be of interest to practitioners, as well as students and researchers in drama and performance studies.

La table des matières est disponible en cliquant sur le lien suivant : https://emma.www.univ-montp3.fr/fr/file/66473/download?token=A1GVFjoL

The speaker: Marianne Drugeon is a Senior Lecturer in English Studies at Paul-Valéry Montpellier 3 University, France. Her research focuses on politically-committed British playwriting from the 19th century to the present. She has published articles on David Edgar, Samuel Beckett and Tom Stoppard, among others, edited a collection of articles on Oscar Wilde, and co-authored Oscar Wilde, The Importance of Being Earnest. She has also co-translated several plays, including Stoppard’s The Hard Problem and The Invention of Love, and, as a member of the Maison Antoine Vitez, a non-profit organisation dedicated to the translation of plays from all languages into French, she has co-translated political documentary plays. She is currently working on community plays, modern mystery plays and other experiments in amateur theatre.

Axe 1 – Matérialités – Séminaire du 4 février 2022.

Claire Omhovère, “Que devient la pastorale dans le contexte d’une économie extractive? Quelques paysages pétrolifères canadiens”

Ce séminaire prendra pour point de départ les analyses qu’Amitav Ghosh a consacrées à l’impuissance de la littérature face aux réalités de l’exploitation pétrolière et aux enjeux du réchauffement climatique. Le développement des humanités énergétiques a depuis lors démontré que les arts ont un rôle essentiel à jouer pour préciser la place qu’occupe le pétrole dans notre expérience sensible. A la fois matière première et énergie, les hydrocarbures ont en effet pour caractéristique paradoxale de passer le plus souvent inaperçues : fluides, plastiques et diffuses, elles sont partie intégrante de tous les aspects de la vie contemporaine. Les hydrocarbures ont néanmoins fait une entrée discrète et précoce dans la littérature canadienne anglophone à travers l’émergence de pétro-paysages dans certains genres dit « mineurs ». Ce séminaire sera l’occasion de préciser dans quelles circonstances ces pétro-paysages ont fait leur apparition ainsi que la manière dont leurs tracés recoupent certains contours de la pastorale coloniale quand celle-ci repousse vers la périphérie, voire hors cadre, la présence autochtone et son rapport à la terre.