Archives de catégorie : Séminaire régulier

Séminaire du 25 mai 2021: Sylvain Belluc présentera l’ouvrage de Rachel Murray, *The Modernist Exoskeleton* (2020)

La séance interviendra dans le cadre du thème « Matérialités »

Dans la perspective du colloque « Guerre et nature : traces, interactions et reconfigurations dans les littératures anglophones des XIXe, XXe et XXIe siècles », qui se tiendra en octobre prochain, nous présenterons la monographie récemment publiée par Rachel Murray, qui assurera l’une des deux conférences plénières. The Modernist Exoskeleton : Insects, War, Literary Form (Edinburgh University Press, 2020) se propose de lire les innovations formelles de plusieurs écrivains majeurs du modernisme à travers le prisme de leur fascination pour les insectes, et d’en tirer les nombreuses conséquences politiques, éthiques, psychologiques et écologiques. L’avènement d’armes industrielles à l’orée du XXesiècle, et les ravages qu’elles produisaient sur le champ de bataille, conduisirent penseurs et observateurs à établir une comparaison entre l’homme et l’insecte. Loin de voir dans ce rapprochement un dénigrement de l’humain ou sa chute sur l’échelle de l’évolution, cependant, Wyndham Lewis, D.H. Lawrence, H.D. et Samuel Beckett, influencés par les ouvrages de vulgarisation publiés par les entomologistes de l’époque qui mettaient en lumière les remarquables capacités d’adaptation des insectes et leur organisation sociale parfois très sophistiquée, y trouvèrent une source d’inspiration artistique. Cette attitude, et la remise en cause radicale de la relation prétendument hiérarchique entre l’humain et l’animal qu’elle implique, pousse Rachel Murray à voir dans le motif de l’exosquelette, à la fois couche extérieure protectrice et site d’interactions, l’illustration de la relation tourmentée entretenue par les écrivains modernistes avec les discours politiques et les mutations technologiques de leur temps, ainsi qu’une influence majeure sur leurs stratégies d’écriture.

Séminaire du 22 juin 2021: « Making kin through translation : Qu’est-ce qui nous relie et où on va ? »

Présentée dans le cadre du thème « Matérialités » cette séance sera animée par Adriana Serban et Paola Artero 

L’on connaît bien le rôle que joue la traduction comme médiation interculturelle, au cœur des interactions entre humains. Tout comme l’on sait que la traduction tisse des liens, crée des ponts, et qu’elle permet de voyager dans le temps et dans l’espace, à la rencontre de l’autre. Et si elle pouvait aussi créer des liens entre espèces ? Qu’est-ce que la traduction peut nous apprendre sur le vivre ensemble ? Dans un premier temps, nous allons proposer une réflexion autour de l’écotraduction et du concept de tradosphère, introduits par Michael Cronin (2017). Nous allons ensuite nous pencher sur un conte de fées roumain et deux de ses traductions en anglais, ce qui nous permettra de mettre en évidence un exemple de camaraderie entre un humain et un cheval (certes, magique), dans le contexte du voyage initiatique qu’ils entreprennent ensemble.

Séminaire « Lectures théoriques sur le commun. Second parcours: de la politique à l’esthétique »

Mardi 11 mai 2021 à 18h

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Lecture préliminaire

Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021 (https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1-page-24.htm)

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio. La communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque. Paris : Seuil, 1990.
  • Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London & New York: Verso, 1983.
  • Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021.
  • Bourriaud, Nicolas. L’esthétique relationnelle. Dijon : les presses du réel, 2001.
  • Bourriaud, Nicolas. Inclusions : Esthétique du capitalocène. Paris : PUF, 2021.
  • Dewey, John. L’art comme expérience. Paris : Gallimard, 1987.
  • Rancière, Jacques. Le partage du sensible : Esthétique et politique. Paris : la fabrique, 2000.
  • Rancière, Jacques. Le spectateur émancipé. Paris : la fabrique, 2008.
  • Rancière, Jacques. Le temps du paysage : Aux origines de la révolution esthétique. Paris : la fabrique, 2020.
  • Zhong Mengual, Estelle. La communauté de singularités. Réinventer le commun dans l’art participatif britannique (1997-2015). Thèse de doctorat sous la direction de Laurence Bertrand Dorleac. Soutenue le 4 décembre 2015.

Les intervenantes: 

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique (théâtre contemporain) à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire du 18 mai 2021: Corps de la représentation / corps en représentation: à propos de *Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains* (Sorbonne Université Presses, 2018).

Loin d’être frappé d’inanité, le concept de représentation continue d’interroger notre relation au récit, à la forme visuelle, au monde même. Plus peut-être que d’autres traditions littéraires et esthétiques, la littérature et les arts britanniques n’auront cessé de remettre sur le métier la possibilité même de dire et penser le monde et notre être au présent. Des Pièces de guerre d’Edward Bond (1985) aux interrogations récentes d’Ian McEwan, Jeanette Winterson ou Kazuo Ishiguro sur les formes possibles du posthumanisme, des performances collectives pensées par Jeremy Deller aux vidéos de Steve McQueen ou aux sculptures de Rachel Whiteread, la littérature et les arts britanniques contemporains se confrontent avec obstination à notre condition historique, ici et maintenant. Dans son ouvrage paru en 2018, Catherine Bernard explore la manière dont cette confrontation engage l’affect et le corps : corps ému, corps pensé et pensant, corps politique toujours. Convoquant un vaste spectre de textes et d’œuvres plastiques britanniques des années 1980 à nos jours, Matière à réflexion nous invite à repenser le corps de la représentation comme un corps politique qui nous engage et engage notre être historique au présent. 

Catherine Bernard est Professeur de littérature britannique et d’études visuelles à l’Université de Paris et membre de l’UMR CNRS 8225 LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones). Ses travaux portent sur l’histoire des formes et des esthétiques de la modernité, et de la création contemporaine. Elle a publié de nombreux travaux sur la littérature moderniste et la fiction anglaise contemporaine (Martin Amis, Pat Barker, Peter Ackroyd, Harry Parker…), mais aussi l’art britannique contemporain (Rachel Whiteread, Gillian Wearing…). 

Adriana Serban et Rim Hassen (U. Warwick) ont présenté leur projet « Women Translators of Religious Texts ».

Mardi 9 mars 2021 (online)


Le CFP_VOL34-1_Women_Translators_Of_Religious_Texts

Résumé:

Women Translators of Religious Texts

We would like to present our joint project on women translators of sacred and other religious writings and, in particular, a collective volume we are currently working on which is, to our knowledge, the first publication entirely dedicated to women translators of religious texts, a topic at the intersection of several disciplinary fields. It was our aim to bring together translators of religious writings and scholars from various disciplines, working on women translators from different religious traditions and periods.

Rim Hassen studied for an MA and a PhD in Translation and Comparative Cultural Studies on women’s translations of the Quran at the University of Warwick, UK. She then worked as a Research Associate at the Cambridge Inter-faith Programme, University of Cambridge, translating, editing and compiling a database of religious texts for an online project. Currently, she is a Bilingual Education Officer at Durham City Council. Her main interests include women’s translations of religious texts, gender and translation, and translations of Arab women’s novels into English, French and German.

Hassen and Serban_EMMA talk_9.03.2021 (ppt de la présentation)

Séminaire ACT (Anglophone Contemporary Theatre)

mercredi 27 janvier 14h-17h, La Baignoire

Organisatrices: Marianne Drugeon (EMMA), Emeline Jouve et Sophie Maruejouls (CAS), avec la participation de la Maison Antoine Vitez, mercredi 27 janvier 14h-17h, La Baignoire (7 rue Brueys, 34000 Montpellier)

Dans un premier temps, un atelier de traduction s’est tenu tout au long de la semaine du 19 au 23 octobre 2020, qui a permis aux étudiants de L3 LEA et LCER, aux étudiants de Master LEA M1 et aux étudiants en Master recherche LCER de travailler à la traduction de la pièce de Daniel Keene, Beneath Heaven avec sa traductrice officielle Séverine Magois et le metteur en scène Béla Czuppon.

Dans un second temps, la traductrice Séverine Magois a proposé, à la suite de l’atelier, une traduction aboutie de la pièce Beneath Heaven, ainsi que d’autres textes de Daniel Keene également traduits par elle, aux élèves du Cours Florent de Montpellier qui en ont proposé une mise en voix sous la direction de Béla Czuppon.

Ce travail a été présenté à La Baignoire, lieu dédié aux écritures contemporaines, le mercredi 27 janvier.

À l’issue de la lecture, une discussion s’est ouverte entre la traductrice Séverine Magois, les enseignants et les étudiants ayant participé à l’atelier de traduction et les élèves acteurs.

Des photos de l’événement: 

Séminaire « Praxis politique du cinéma populaire étatsunien : les ambiguïtés du numérique dans Black Panther (Ryan Coogler, 2018) »

Mardi 20 avril 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Hervé Mayer.

La politique du cinéma populaire étatsunien, qu’elle soit comprise en termes de reflet de la société, de représentation du politique ou de politique des représentations, a généralement été approchée sous l’angle du contenu (ou message) politique des films. Or, des études récentes produites dans différents domaines des études filmiques insistent au contraire sur la complexité de l’objet filmique et l’activité des spectateur.ice.s. Prises ensemble, ces études suggèrent que la politique du cinéma relève tout autant d’une pratique que d’un discours, une pratique critique de la part des spectateur.ice.s que les films même les plus commerciaux encouragent à des degrés divers. Cette présentation inaugure un projet de recherche visant à éclairer comment le cinéma populaire étatsunien fait œuvre démocratique en engageant des spectateur.ice.s citoyen.ne.s à exercer leur sens critique et à se positionner sur des enjeux politiques. Prenant l’exemple du film Marvel Black Panther (Ryan Coogler, 2018), j’analyserai comment l’articulation de la science-fiction et du film de banlieue, du numérique et du profilmique, y déréalise la résolution narrative condamnant Malcolm X et laisse ouverte la question des violences raciales dans le monde contemporain. 

Présentation de l’intervenant: Hervé Mayer est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire « La dance music comme espace queer »

Mardi 13 avril 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Claude Chastagner.

Contrairement au rock, les différentes formes de dance music (disco, house, techno, certains styles de hip-hop comme le bounce, toutes d’origine essentiellement étatsunienne) et les pratiques auxquelles elles sont associées, comme le voguing, ont été développées par des artistes pour la plupart noirs ou latinx, issus de milieux populaires, gays ou lesbiennes et/ou transgenres. Mais là encore, contrairement aux musiciens de rock qui ont joué avec les codes du genre ou ont révélé leur homosexualité, les noms et les visages de ces artistes sont rarement connus du grand public. Pourtant, depuis l’émergence dans les années 90 du terme “queer », appliqué à la fois à des préférences sexuelles et à une démarche théorique, la situation a évolué. Au point qu’on parle désormais officiellement de “Black Queer Music”. Que recouvre cette évolution ? Comment s’est-elle concrétisée ? Quel est son impact sur les communautés concernées ? Quels espaces, symboliques et concrets, leur dégage-t-elle ? Ce séminaire, première étape d’un projet de recherche en cours, permettra de poser des jalons méthodologiques, de contextualiser la place de ces problématiques dans l’histoire de la musique populaire et d’esquisser quelques pistes de recherche.

« The legendary Aniyah Juicy performs at Christopher Street Pier in New York City », Anja Matthes, The Atlantic, 2019

Présentation de l’intervenant: Claude Chastagner est professeur de civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire « Lectures théoriques sur le commun / faire commun: travaux d’approche »

Mardi 28 janvier 2020 à 17h15

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Interventions de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Documents déposés par Claire Omhovère:

Présentation des intervenant-e-s:

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste du théâtre britannique contemporain.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’écriture du paysage dans les nouvelles littératures en anglais, principalement au Canada.

Séminaire « Une lecture critique de Imagined Communities de B. Anderson »

Mardi 2 mars 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Niaz Pernon, en dialogue avec Anne-Marie Motard.

Dans son ouvrage devenu un classique de la littérature scientifique sur la construction de l’identité nationale, Imagined communities, publié en 1983, complété et réédité en 1991, Benedict Anderson définit la « nation » comme une communauté « imaginée », avec trois caractéristiques majeures : ses limites spatiales et conceptuelles, sa souveraineté et le sentiment d’appartenance communautaire qu’elle inspire à ses membres / citoyens. Cette « nation imaginée », selon Anderson, n’est pas une fiction mais une réalité sociale résultant d’une construction à la fois théorique et pratique, enracinée dans un substrat historique, notamment la sécularisation de la société à l’Age des Lumières et l’élargissement de la sphère d’intérêt des individus avec le développement des grands moyens de communication.

Présentation des intervenantes:

  • Niaz Pernon est docteure en civilisation britannique, enseignante à l’ENSCM, laboratoire EMMA.
  • Anne-Marie Motard est professeure de civilisation britannique à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.