Archives de catégorie : Séminaire régulier

Séminaire EMMA “Adapting Margaret Atwood: The Handmaid’s Tale and Beyond”

Dans le cadre des activités en lien avec le Thème 2 “L'(inter)agir” du laboratoire de recherche EMMA, nous serons heureux.euses d’accueillir Shannon Wells-Lassagne (Pr Université de Bourgogne), spécialiste de l’adaptation filmique et des séries télévisées. Professeure Wells-Lassagne est invitée à présenter l’ouvrage qu’elle co-dirige avec Fiona McMahon (Université Paul Valéry Montpellier 3): Adapting Margaret Atwood: The Handmaid’s Tale and Beyond. L’ouvrage paraît chez l’éditeur Palgrave, dans la collection dirigée par Julie Grossman et R. Barton Palmer : “Palgrave Studies in Adaptation and Visual Culture series”.

Cette séance du séminaire EMMA, en lien avec le Thème 2 “L'(inter)agir”, aura lieu le 23 novembre à 18h00 en salle 126, campus Saint Charles.

Séminaire “‘Showcasing Empire’ Past & Present Or A Brief History of Popular Imperialism, from Britannia to Brexit”

Mardi 9 novembre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervenant: Berny Sèbe (University of Birmingham). Discutantes: Niaz Cary-Pernon et Anne-Marie Motard

Peut-on établir un lien généalogique entre Britannia (au travers notamment de la chanson patriotique Rule Britannia composée par Thomas Arne en 1740) et le Brexit ? Bien que le concept de « Empire 2.0 » ait parfois été mis en avant parmi les raisons qui ont permis aux partisans du Brexit de rendre plausible le principe d’une sécession de l’Union européenne, les raisons sur le long terme susceptibles d’expliquer le choix de 52 % de la population britannique un jour de l’été 2016 ont souvent été négligées. Cela est d’autant plus surprenant qu’une approche du phénomène du Brexit sur la longue durée révèle des continuités saisissantes, étalées sur plusieurs siècles. Les progrès historiographiques depuis les années 1980, ont montré l’influence persistante de l’expérience coloniale sur l’ADN de la culture et des pratiques politiques au Royaume-Uni, reflétée en particulier par une large gamme de manifestations culturelles qui ont atteint de nombreux publics différents dans les îles britanniques — ce que John MacKenzie a nommé le « popular imperialism » (culture coloniale en français). Ce séminaire explore l’hypothèse d’après laquelle cet attachement profond à l’empire a marqué la culture britannique à des degrés divers au moins depuis le dix-huitième siècle.

Cette présentation se fonde sur un article publié au printemps 2021 dans le numéro 93 des Cahiers victoriens et édouardiens d’EMMA, portant sur la thématique “Showcasing Empire, Then and Now: Material Culture, Propaganda and the Imperial Project”. Le numéro a été coordonné par Fanny ROBLES et Gilles TEULIÉ.

Séminaire “Lecture critique de Multicultural Citizenship de Will Kymlicka”

Mardi 26 octobre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention d’Anne-Marie Motard.

La discussion engagée par Will Kymlicka dans son ouvrage Multicultural Citizenship publié en 1995 explore le positionnement des penseurs, théoriciens et décideurs politiques identifiés comme « libéraux » sur les diversités nationales, ethniques ou culturelles, notamment l’articulation entre la tradition de pensée « libérale » et les droits des minorités de différente nature.

Kymlicka souligne les failles et les paradoxes de la pensée libérale contemporaine quant à la nature même des fondements philosophiques et des valeurs qui sous-tendent le « libéralisme » qu’il s’attache à définir ; le débat sur la prise en compte de la diversité au sein de la communauté nationale révélant nombre d’ambiguïtés au sein de la mouvance « libérale » et ouvrant le champ à une mise à plat des enjeux posés par les manifestations d’une diversité croissante au sein des communautés nationales et de revendications identitaires de plus en plus affirmées.

La réflexion de Kymlicka trouve des échos chez certains auteurs dont nous évoquerons rapidement les analyses et éventuelles préconisations, comme Bhikhu Parekh (The Future of Multiculturalism, 2000) ou Christian Joppke (Is Multiculturalism Dead? 2017).

Séminaire mardi 28 septembre 2021, 17h30, salle 126 site Saint-Charles 1

Première partie : Présentation du projet PROLINGSA (Linguistic progress during stay abroad)
Pascale Leclercq, Amanda Edmonds & Elisa Sneed German
Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Côte d’Azur

Cette courte présentation vise à faire connaître un corpus constitué à Montpellier en 2018 et 2019 pour l’étude de l’acquisition de l’anglais langue seconde au cours d’un séjour en immersion (Erasmus+). Nous présenterons quelques résultats préliminaires pour illustrer l’utilisation possible du corpus.

Seconde partie : “La variabilité en l’acquisition de langue seconde : facteurs, analyses et signification théorique” David Birdsong, Professeur des Universités, University of Texas at Austin

L’ensemble des connaissances linguistiques acquises sont typiquement plus hétérogènes parmi les apprenants de langue seconde (L2) que chez les locuteurs natifs. Cette présentation parcourt les sources, les types et les sites de variabilités en L2 et en la langue maternelle (L1), avec une attention particulière à certains facteurs en dehors de l’apprenant qui pourraient engendrer ou conditionner de telles variabilités. À ce propos nous considérons : la variabilité interindividuelle masquée ; les sources possibles de la variabilité croissante en fonction de l’âge d’acquisition ; l’interaction de l’âge d’acquisition et du statut grammatical des items dans les jugements d’acceptabilité ; comment la dominance linguistique dans le bilinguisme conditionne la variabilité dans l’apprentissage des langues artificielles ; la possibilité que des groupes de non-natifs et de natifs puissent être similaires en termes de variabilité. Nous soulignons l’application d’analyses statistiques appropriées et la signification théorique de la recherche sur la variabilité en L1 et en L2.
David Birdsong est professeur de linguistique française à l’Université du Texas – Austin. Il a obtenu son doctorat en langues romanes de l’Université Harvard et a occupé les postes de professeur invité de linguistique à l’Université de Georgetown, chercheur invité à l’Institut Max Planck de Psycholinguistique, et chaire internationale du LABEX – fondements empiriques de la linguistique à Paris. Il a donné des séminaires en France, en Espagne, en Égypte, au Mexique et au Japon.

Ses recherches portent sur l’acquisition d’une langue seconde, le bilinguisme, la psycholinguistique et la linguistique française. Ses intérêts comprennent les facteurs neurocognitifs et expérientiels qui influent sur l’acquisition finale d’une langue seconde, ainsi que l’évaluation de la dominance linguistique dans le bilinguisme.
Il a publié dans des revues telles que Language, Journal of Memory & Language, Frontiers in Psychology, Applied Linguistics, Journal of Phonetics, Language Learning, Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, et Language Sciences, et dans des manuels tels que The New Handbook of Second Language Acquisition, Handbook of Bilingualism: Psycholinguistic Approaches et The Cambridge Handbook of Bilingualism.
Le séminaire est ouvert à tous

Séminaire du Mardi 21 septembre 2021, salle 126, site Saint-Charles, 17h: Présentation de l’exposition “United States of Abstraction, Artistes Américains en France, 1946-1964” organisée par Ingrid Junillon (responsable des expositions au Musée Fabre de Montpellier)

Cette exposition qui a ouvert le 5 août et qui restera visible jusqu’au 31 octobre porte sur l’art abstrait américain et concerne les peintres d’après 1945 avec pour l’un deux des liens avec James Baldwin.

“En collaboration avec le Musée d’arts de Nantes , le musée Fabre proposera à Montpellier, du 5 août au 31 octobre 2021, une ambitieuse exposition consacrée à un ensemble d’artistes américains qui, installés en France, ont contribué à la redéfinition de l’art abstrait sur le continent européen.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, alors que la Ville lumière perd progressivement sa prééminence de capitale mondiale de l’art occidental au profit de New York,  plusieurs centaines d’artistes, musiciens et écrivains américains, hommes et femmes, s’installent en France. Plus de 400 artistes, grâce notamment à leur bourse d’ancien GI, ont choisi de faire de Paris le lieu de leur création, attiré par les musées et les maîtres français, la recherche d’une plus grande liberté, ou tout simplement par choix personnels ou politiques. Certains, dans le sillage de leurs compatriotes, comme Joan Mitchell, en 1955, se sont installés en France définitivement. D’autres, comme Ellsworth Kelly, arrivé en France en 1948, y sont restés seulement quelques années, étudiant à l’École des beaux-arts ou dans les ateliers de la Grande Chaumière auprès de Fernand Léger ou d’Ossip Zadkine.

S’intéressant plus particulièrement à trois constellations d’artistes américains à Paris, l’exposition explore cette intense présence. Organisée en trois chapitres et constituée d’une centaines d’œuvres, l’exposition souligne tant le rôle précurseur de Michel Tapié dans la découverte et la promotion de l’art américain en France, le renouveau de l’abstraction géométrique promu par des artistes comme Robert Breer, Ralph Coburn, Ellsworth Kelly ou Jack Youngerman, que l’individualité de grands coloristes abstraits (Joan Mitchell, Sam Francis), qui semblent vivre à Paris comme sur une île.

Cette exposition a reçu le soutien de la Terra Foundation for American Art et du réseau FRAME .”

(source : https://museefabre.montpellier3m.fr/EXPOSITIONS/United_States_of_Abstraction_Artistes_americains_en_France_1946-1964)

Ce séminaire est ouvert à tou.te.s et sera dirigé par Claudine Raynaud.

Séminaire ACT: Daniel Keene, rencontre et atelier de traduction

Une rencontre autour des textes de Daniel Keene, dramaturge contemporain australien a eu lieu le samedi 2 octobre de 14h à 18h à La Baignoire, 7 rue Brueys, 34000 Montpellier

Cette rencontre fait partie du programme du séminaire ACT (Anglophone Contemporary Theatre), co-organisé par Marianne Drugeon (EMMA – Paul-Valéry Montpellier 3), Sophie Maruejouls et Emeline Jouve (CAS – Toulouse Jean-Jaurès).

Nous avons eu le plaisir d’accueillir la traductrice Séverine Magois qui, dans un premier temps, nous a fait découvrir les textes de Daniel Keene au travers d’un atelier de traduction.

A 16h30, des comédiens issus du Cours Florent ont proposé une lecture publique des textes de Daniel Keene traduits lors d’un atelier avec les étudiants de Paul-Valéry Montpellier 3 en présence de Séverine Magois. La lecture a débouché sur un échange entre les participants et le public. Cette lecture était en accès libre.

Séminaire du 25 mai 2021: Sylvain Belluc présentera l’ouvrage de Rachel Murray, *The Modernist Exoskeleton* (2020)

La séance interviendra dans le cadre du thème “Matérialités”

Dans la perspective du colloque « Guerre et nature : traces, interactions et reconfigurations dans les littératures anglophones des XIXe, XXe et XXIe siècles », qui se tiendra en octobre prochain, nous présenterons la monographie récemment publiée par Rachel Murray, qui assurera l’une des deux conférences plénières. The Modernist Exoskeleton : Insects, War, Literary Form (Edinburgh University Press, 2020) se propose de lire les innovations formelles de plusieurs écrivains majeurs du modernisme à travers le prisme de leur fascination pour les insectes, et d’en tirer les nombreuses conséquences politiques, éthiques, psychologiques et écologiques. L’avènement d’armes industrielles à l’orée du XXesiècle, et les ravages qu’elles produisaient sur le champ de bataille, conduisirent penseurs et observateurs à établir une comparaison entre l’homme et l’insecte. Loin de voir dans ce rapprochement un dénigrement de l’humain ou sa chute sur l’échelle de l’évolution, cependant, Wyndham Lewis, D.H. Lawrence, H.D. et Samuel Beckett, influencés par les ouvrages de vulgarisation publiés par les entomologistes de l’époque qui mettaient en lumière les remarquables capacités d’adaptation des insectes et leur organisation sociale parfois très sophistiquée, y trouvèrent une source d’inspiration artistique. Cette attitude, et la remise en cause radicale de la relation prétendument hiérarchique entre l’humain et l’animal qu’elle implique, pousse Rachel Murray à voir dans le motif de l’exosquelette, à la fois couche extérieure protectrice et site d’interactions, l’illustration de la relation tourmentée entretenue par les écrivains modernistes avec les discours politiques et les mutations technologiques de leur temps, ainsi qu’une influence majeure sur leurs stratégies d’écriture.

Séminaire du 22 juin 2021: “Making kin through translation : Qu’est-ce qui nous relie et où on va ?”

Présentée dans le cadre du thème “Matérialités” cette séance sera animée par Adriana Serban et Paola Artero 

L’on connaît bien le rôle que joue la traduction comme médiation interculturelle, au cœur des interactions entre humains. Tout comme l’on sait que la traduction tisse des liens, crée des ponts, et qu’elle permet de voyager dans le temps et dans l’espace, à la rencontre de l’autre. Et si elle pouvait aussi créer des liens entre espèces ? Qu’est-ce que la traduction peut nous apprendre sur le vivre ensemble ? Dans un premier temps, nous allons proposer une réflexion autour de l’écotraduction et du concept de tradosphère, introduits par Michael Cronin (2017). Nous allons ensuite nous pencher sur un conte de fées roumain et deux de ses traductions en anglais, ce qui nous permettra de mettre en évidence un exemple de camaraderie entre un humain et un cheval (certes, magique), dans le contexte du voyage initiatique qu’ils entreprennent ensemble.

Séminaire “Lectures théoriques sur le commun. Second parcours: de la politique à l’esthétique”

Mardi 11 mai 2021 à 18h

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon et Claire Omhovère.

Lecture préliminaire

Astruc, Rémi et Émeline Baudet. “Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique?” Littérature 201, vol. 1, 2021 (https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1-page-24.htm)

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio. La communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque. Paris : Seuil, 1990.
  • Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London & New York: Verso, 1983.
  • Astruc, Rémi et Émeline Baudet. « Des communs à l’en-commun: Quelle écopoétique? » Littérature 201, vol. 1, 2021.
  • Bourriaud, Nicolas. L’esthétique relationnelle. Dijon : les presses du réel, 2001.
  • Bourriaud, Nicolas. Inclusions : Esthétique du capitalocène. Paris : PUF, 2021.
  • Dewey, John. L’art comme expérience. Paris : Gallimard, 1987.
  • Rancière, Jacques. Le partage du sensible : Esthétique et politique. Paris : la fabrique, 2000.
  • Rancière, Jacques. Le spectateur émancipé. Paris : la fabrique, 2008.
  • Rancière, Jacques. Le temps du paysage : Aux origines de la révolution esthétique. Paris : la fabrique, 2020.
  • Zhong Mengual, Estelle. La communauté de singularités. Réinventer le commun dans l’art participatif britannique (1997-2015). Thèse de doctorat sous la direction de Laurence Bertrand Dorleac. Soutenue le 4 décembre 2015.

Les intervenantes: 

  • Marianne Drugeon est maîtresse de conférences en littérature britannique (théâtre contemporain) à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.
  • Claire Omhovère est professeure de littérature du Commonwealth à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire du 18 mai 2021: Corps de la représentation / corps en représentation: à propos de *Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains* (Sorbonne Université Presses, 2018).

Loin d’être frappé d’inanité, le concept de représentation continue d’interroger notre relation au récit, à la forme visuelle, au monde même. Plus peut-être que d’autres traditions littéraires et esthétiques, la littérature et les arts britanniques n’auront cessé de remettre sur le métier la possibilité même de dire et penser le monde et notre être au présent. Des Pièces de guerre d’Edward Bond (1985) aux interrogations récentes d’Ian McEwan, Jeanette Winterson ou Kazuo Ishiguro sur les formes possibles du posthumanisme, des performances collectives pensées par Jeremy Deller aux vidéos de Steve McQueen ou aux sculptures de Rachel Whiteread, la littérature et les arts britanniques contemporains se confrontent avec obstination à notre condition historique, ici et maintenant. Dans son ouvrage paru en 2018, Catherine Bernard explore la manière dont cette confrontation engage l’affect et le corps : corps ému, corps pensé et pensant, corps politique toujours. Convoquant un vaste spectre de textes et d’œuvres plastiques britanniques des années 1980 à nos jours, Matière à réflexion nous invite à repenser le corps de la représentation comme un corps politique qui nous engage et engage notre être historique au présent. 

Catherine Bernard est Professeur de littérature britannique et d’études visuelles à l’Université de Paris et membre de l’UMR CNRS 8225 LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones). Ses travaux portent sur l’histoire des formes et des esthétiques de la modernité, et de la création contemporaine. Elle a publié de nombreux travaux sur la littérature moderniste et la fiction anglaise contemporaine (Martin Amis, Pat Barker, Peter Ackroyd, Harry Parker…), mais aussi l’art britannique contemporain (Rachel Whiteread, Gillian Wearing…).