Archives de catégorie : Matérialités

Axe 1 – Matérialités – Séminaire du 4 février 2022.

Claire Omhovère, “Que devient la pastorale dans le contexte d’une économie extractive? Quelques paysages pétrolifères canadiens”

Ce séminaire prendra pour point de départ les analyses qu’Amitav Ghosh a consacrées à l’impuissance de la littérature face aux réalités de l’exploitation pétrolière et aux enjeux du réchauffement climatique. Le développement des humanités énergétiques a depuis lors démontré que les arts ont un rôle essentiel à jouer pour préciser la place qu’occupe le pétrole dans notre expérience sensible. A la fois matière première et énergie, les hydrocarbures ont en effet pour caractéristique paradoxale de passer le plus souvent inaperçues : fluides, plastiques et diffuses, elles sont partie intégrante de tous les aspects de la vie contemporaine. Les hydrocarbures ont néanmoins fait une entrée discrète et précoce dans la littérature canadienne anglophone à travers l’émergence de pétro-paysages dans certains genres dit « mineurs ». Ce séminaire sera l’occasion de préciser dans quelles circonstances ces pétro-paysages ont fait leur apparition ainsi que la manière dont leurs tracés recoupent certains contours de la pastorale coloniale quand celle-ci repousse vers la périphérie, voire hors cadre, la présence autochtone et son rapport à la terre.

Modernism and Matter

13-14 October 2022

Université Paul-Valéry Montpellier3

An International workshop organised by EMMA (Université Paul-Valéry Montpellier3)

in collaboration with CIRPaLL (Université d’Angers) 

This workshop on modernism and matter is an incentive to interrogate the meaning of matter, and investigate its power in modernist literature.  Our assumption is that modernist writings can help us answer the call for ‘more complex understandings of materiality’ (Alaimo).

A hundred years after the so-called annus mirabilis of modernist literature, such a reappraisal of modernism should be appropriate. Over the last few years, revaluations of modernism or modernisms have been many, from Stephen Ross and Allana Lindgren’s The Modernist World (2017) and Douglas Mao’s New Modernist Studies (2021) to Jean-Michel Rabaté and Angeliki Spiropoulou’s recent anthology Historical Modernisms: Time, History and Modernist Aesthetics (2022). The focus has gradually shifted from canonical writers such as James Joyce, T.S. Eliot or Virginia Woolf to relatively neglected figures like Dorothy Richardson or Rebecca West and to lesser-known writers usually not labelled as modernists, as in Lynne Hapgood’s and Nancy L. Paxton’s Outside Modernism (2000). In order to embrace the rainbow-like nature of modernism, diverse methods – historical, literary or philosophical – and theories have been implemented, and archival research often favoured. Modernism has nevertheless remained associated with experimentation (as underlined by Rabaté and Spiropoulou), the quest for the self and urban modernity, a vision that was promoted by the modernists themselves, as is well-known.

Only recently have critics begun to alter this image of modernism by drawing attention to the ecological sensibility that manifests within its bounds. In his seminal Green Modernism (2015), Jeffrey Mathes McCarthy stated that ‘Until recently, modernist studies has largely rebuffed the insights of ecocriticism thanks to the aesthetic armor of its autonomous, subjective, urban texts’, and he proceeded to analyse Joseph Conrad, Ford Madox Ford and D.H. Lawrence in that new light. Kelly Sultzbach (2016), Andrew Kalaidjian (2020), Michael Rubenstein and Justin Neuman (2020) have each in their own way extended these reflections.

Building on this recent work on modernist ecologies and in a similar attempt at renewing our understanding of modernism – and possibly, tease out some of its contradictions, we would like to draw attention to the specific connections between modernism and materiality. Indeed, modernist writers were not only interested in the materiality of the books which they produced, but also in matter. The ‘prosaic’ concerns of the preceding generation were rejected – Wells, Bennett and Galsworthy being labelled as ‘materialists’ by Virginia Woolf, because they wrote of ‘unimportant things’ – while the centrality of matter itself was reaffirmed in new and original ways, with Woolf herself devoting a short story to ‘Solid Objects’ and comparing impressions with atoms in her essay ‘Modern Fiction’.

Far from being inert, matter is considered as being alive and vibrant not only by biologists or physicists but also by philosophers such as Henri Bergson and Gilles Deleuze, and theorists such as Jane Bennett or Bruno Latour. What qualifies as matter for the writers of the modernist era? How do they define matter and represent it? How does it relate to the self they were so intimate with? How does the Modernists’ conception of matter resonate with the contemporary scientists’? How do the ways they represent matter, materiality or material environments resemble or depart from those that characterize the Romantic and Victorian periods?

In order to address these questions, theories that embrace the ‘insights of ecocriticism’ or cut across those of New Materialism may be resorted to (although not exclusively); they will help to explore the plural form and plasticity of matter together with the connections between the material and the psychological, the organic and the inorganic, matter and consumerism, matter and materialism, matter and myth, materiality, physicality, animism and mysticism, to give but a few examples. Such an approach should shed a new light on modernist literature, its canonical and non-canonical figures, and the aesthetic, ethical, ontological or political role and power of matter.

Please send a 300-word abstract with a short biographical note to Christine Reynier (christine.reynier@univ-montp3.fr) and Xavier Le Brun (xavier.lebrun@univ-angers.fr

Deadline for submissions: 1 June 2022

Notification of acceptance: 30 June 2022

A selection of peer-reviewed papers will be published in the series Horizons Anglophones/Present Perfect, PULM: https://www.pulm.fr/index.php/collections/horizons-anglophones/present-perfect.html

Select bibliography

Alaimo, Stacy, Bodily NaturesScience, Environment, and the Material Self, Indiana University Press, 2010.

Diaper, Jeremy, ‘Modernism and the Environment’, Modernist Cultures 16.1 (2021): 1–11. DOI: 10.3366/mod.2021.0317

Hapgood, Lynne and Nancy L. Paxton, Outside Modernism, Palgrave Macmillan, 2000.

Kalaidjian, Andrew, Exhausted Ecologies: Modernism and Environmental Recovery, Cambridge University Press, 2020.  

Mao, Douglas, New Modernist Studies, Cambridge University Press, 2021. 

Rabaté, Jean-Michel and Angeliki Spiropoulou, Historical Modernisms: Time, History and Modernism Aesthetics,Bloomsbury, 2022.

Ross, Stephen and Allana Lindgren, The Modernist World, Routledge, 2017.

Rubenstein, Michael and Justin Neuman, Modernism and its Environments, Bloomsbury, 2020.

Ryan, Derek. Virginia Woolf and the Materiality of Theory: Sex, Animal, Life, Edinburgh University Press, 2013.

Sultzbach, Kelly, Ecocriticism in the Modernist Imagination: Forster, Woolf and Auden, Cambridge University Press, 2016.

Scientific committee 

Dr. Nicolas Boileau, Aix-Marseille Université, France

Pr. Rossana Bonadei, University of Bergamo, Italy

Dr. Elke D’hoker, KU Leuven, Belgium

Pr. Christine Froula, Northwestern University, USA

Pr. Jean-Michel Ganteau, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Dr. Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Pr. Caroline Patey, University of Milan, Italy

Pr. Frédéric Regard, Sorbonne Université, France

Pr. Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Pr. Stephen Ross, University of Victoria, BC, Canada

Organising committee

Marie Bertrand, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Alice Borrego, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Tim Gupwell, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Clémence Laburthe-Tolra, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Modernisme et matière 

13-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier3

Atelier exploratoire organisé par EMMA en collaboration avec le CIRPaLL (Université d’Angers) 

Ce workshop sur le modernisme et la matière est une incitation à interroger la signification de la matière, et à étudier son pouvoir dans la littérature moderniste. Nous partons du principe que les écrits modernistes peuvent nous aider à répondre à l’appel en faveur de « compréhensions plus complexes de la matérialité » (Alaimo). 

En 2022, cent ans après ce que l’on appelle l’annus mirabilis de la littérature moderniste, il apparaît opportun de penser à nouveaux frais le modernisme. Ces dernières années, les réévaluations du modernisme ou des modernismes ont été nombreuses, depuis The Modernist World de Stephen Ross et Allana Lindgren (2017) et New Modernist Studies de Douglas Mao (2021) jusqu’à la récente anthologie Historical Modernisms: Time, History and Modernist Aesthetics (2022) de Jean-Michel Rabaté et Angeliki Spiropoulou. L’attention s’est progressivement déplacée des écrivains canoniques tels que James Joyce, T.S. Eliot ou Virginia Woolf vers des figures relativement négligées comme Dorothy Richardson ou Rebecca West, ainsi que vers des écrivains moins connus, généralement considérés comme extérieurs au modernisme, ainsi que le montrent Lynne Hapgood et Nancy L. Paxton dans Outside Modernism (2000). Afin d’embrasser la nature protéiforme du modernisme, diverses méthodes – historiques, littéraires ou philosophiques – et théories ont été mises en œuvre, et la recherche archivistique souvent privilégiée. Le modernisme est néanmoins resté associé à l’expérimentation (comme le soulignent Rabaté et Spiropoulou), la quête du moi et la modernité urbaine, vision qui fut promue par les Modernistes eux-mêmes, comme on le sait. 

Ce n’est que récemment que les critiques ont commencé à modifier cette image des Modernistes en attirant l’attention sur leur sensibilité écologique. Dans son ouvrage fondateur Green Modernism (2015), Jeffrey Mathes McCarthy déclare que « jusqu’à récemment, les études modernistes ont largement repoussé les idées de l’écocritique grâce à l’armure esthétique de leurs textes autonomes, subjectifs et urbains », et analyse Joseph Conrad, Ford Madox Ford et D.H. Lawrence sous ce nouvel éclairage. Depuis, Kelly Sultzbach (2016), Andrew Kalaidjian (2020), Michael Rubenstein et Justin Neuman (2020) ont chacun à leur manière prolongé ces réflexions.

En nous appuyant sur ce travail récent sur les écologies modernistes et dans une tentative similaire de renouveler notre compréhension du modernisme – et peut-être, de faire ressortir certaines de ses contradictions -, nous aimerions attirer l’attention sur les liens spécifiques qui existent entre le modernisme et la matérialité. En effet, les écrivains modernistes ne s’intéressaient pas seulement à la matérialité des livres qu’ils produisaient, mais aussi à la matière. Si les préoccupations « prosaïques » de la génération précédente ont été rejetées – Wells, Bennett et Galsworthy étant qualifiés de « matérialistes » par Virginia Woolf, parce qu’ils écrivaient à propos de « choses sans importance » – la centralité de la matière elle-même a été réaffirmée de manière nouvelle et originale, Woolf consacrant ainsi une nouvelle aux “Solid Objects” et comparant les impressions aux atomes dans son essai “Modern Fiction”.

Loin d’être inerte, la matière est considérée comme vivante et vibrante non seulement par les biologistes ou les physiciens mais aussi par des philosophes comme Henri Bergson et Gilles Deleuze, et des théoriciens comme Jane Bennett ou Bruno Latour.  Que considère-t-on comme matière chez les Modernistes ? Comment définissent-ils la matière et comment la représentent-ils ? Quel est son rapport avec le moi qu’ils connaissent si bien ? La conception moderniste de la matière entre-t-elle en résonance avec celle entretenue par les scientifiques de l’époque ? En quoi les représentations de la matière, de la matérialité, des environnements matériels chez les modernistes se rapprochent-elles ou diffèrent-elles de celles qui caractérisent les périodes romantique et victorienne ?

Pour répondre à ces questions, on pourra recourir à des théories qui embrassent les « intuitions de l’écocritique » ou recoupent celles du Nouveau Matérialisme (mais pas exclusivement) ; elles permettront d’explorer la forme plurielle et la plasticité de la matière ainsi que les liens entre le matériel et le psychologique, l’organique et l’inorganique, la matière et le consumérisme, la matière et le matérialisme, la matière et le mythe, la matérialité, la physicalité, l’animisme et le mysticisme, pour ne citer que quelques exemples. Une telle approche devrait permettre d’éclairer d’un jour nouveau la littérature moderniste, ses figures canoniques et non canoniques, ainsi que le rôle et le pouvoir esthétique, éthique, ontologique ou politique de la matière.

Les propositions de communication en anglais d’environ 300 mots sont à envoyer avec une brève notice biographique à Christine Reynier (christine.reynier@univ-montp3.fr) et Xavier Le Brun (xavier.lebrun@univ-angers.fr).

Date limite d’envoi : 1 juin 2022

Notification d’acceptation : 30 juin 2022

Une sélection d’articles sera publiée dans la série Horizons Anglophones/Present Perfect, aux PULM : https://www.pulm.fr/index.php/collections/horizons-anglophones/present-perfect.html

Bibliographie sélective

Alaimo, Stacy, Bodily NaturesScience, Environment, and the Material Self, Indiana University Press, 2010.

Diaper, Jeremy, ‘Modernism and the Environment’, Modernist Cultures 16.1 (2021): 1–11. DOI: 10.3366/mod.2021.0317

Hapgood, Lynne and Nancy L. Paxton, Outside Modernism, Palgrave Macmillan, 2000.

Kalaidjian, Andrew, Exhausted Ecologies: Modernism and Environmental Recovery, Cambridge University Press, 2020.  

Mao, Douglas, New Modernist Studies, Cambridge University Press, 2021. 

Rabaté, Jean-Michel and Angeliki Spiropoulou, Historical Modernisms: Time, History and Modernism Aesthetics, Bloomsbury, 2022.

Ross, Stephen and Allana Lindgren, The Modernist World, Routledge, 2017.

Rubenstein, Michael and Justin Neuman, Modernism and its Environments, Bloomsbury, 2020.

Ryan, Derek. Virginia Woolf and the Materiality of Theory: Sex, Animal, Life, Edinburgh University Press, 2013.

Sultzbach, Kelly, Ecocriticism in the Modernist Imagination: Forster, Woolf and Auden, Cambridge University Press, 2016.

Comité scientifique

Nicolas Boileau, Aix-Marseille Université, France

Rossana Bonadei, Université de Bergame, Italie

Elke D’hoker, KU Leuven, Belgique

Christine Froula, Northwestern University, E-U

Jean-Michel Ganteau, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Caroline Patey, Université de Milan, Italie

Frédéric Regard, Sorbonne Université, France

Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Stephen Ross, Université de Victoria, BC, Canada

Comité d’organisation

Marie Bertrand, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Alice Borrego, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Tim Gupwell, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Clémence Laburthe-Tolra, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Séminaire du 25 mai 2021: Sylvain Belluc présentera l’ouvrage de Rachel Murray, *The Modernist Exoskeleton* (2020)

La séance interviendra dans le cadre du thème “Matérialités”

Dans la perspective du colloque « Guerre et nature : traces, interactions et reconfigurations dans les littératures anglophones des XIXe, XXe et XXIe siècles », qui se tiendra en octobre prochain, nous présenterons la monographie récemment publiée par Rachel Murray, qui assurera l’une des deux conférences plénières. The Modernist Exoskeleton : Insects, War, Literary Form (Edinburgh University Press, 2020) se propose de lire les innovations formelles de plusieurs écrivains majeurs du modernisme à travers le prisme de leur fascination pour les insectes, et d’en tirer les nombreuses conséquences politiques, éthiques, psychologiques et écologiques. L’avènement d’armes industrielles à l’orée du XXesiècle, et les ravages qu’elles produisaient sur le champ de bataille, conduisirent penseurs et observateurs à établir une comparaison entre l’homme et l’insecte. Loin de voir dans ce rapprochement un dénigrement de l’humain ou sa chute sur l’échelle de l’évolution, cependant, Wyndham Lewis, D.H. Lawrence, H.D. et Samuel Beckett, influencés par les ouvrages de vulgarisation publiés par les entomologistes de l’époque qui mettaient en lumière les remarquables capacités d’adaptation des insectes et leur organisation sociale parfois très sophistiquée, y trouvèrent une source d’inspiration artistique. Cette attitude, et la remise en cause radicale de la relation prétendument hiérarchique entre l’humain et l’animal qu’elle implique, pousse Rachel Murray à voir dans le motif de l’exosquelette, à la fois couche extérieure protectrice et site d’interactions, l’illustration de la relation tourmentée entretenue par les écrivains modernistes avec les discours politiques et les mutations technologiques de leur temps, ainsi qu’une influence majeure sur leurs stratégies d’écriture.

Séminaire du 22 juin 2021: “Making kin through translation : Qu’est-ce qui nous relie et où on va ?”

Présentée dans le cadre du thème “Matérialités” cette séance sera animée par Adriana Serban et Paola Artero 

L’on connaît bien le rôle que joue la traduction comme médiation interculturelle, au cœur des interactions entre humains. Tout comme l’on sait que la traduction tisse des liens, crée des ponts, et qu’elle permet de voyager dans le temps et dans l’espace, à la rencontre de l’autre. Et si elle pouvait aussi créer des liens entre espèces ? Qu’est-ce que la traduction peut nous apprendre sur le vivre ensemble ? Dans un premier temps, nous allons proposer une réflexion autour de l’écotraduction et du concept de tradosphère, introduits par Michael Cronin (2017). Nous allons ensuite nous pencher sur un conte de fées roumain et deux de ses traductions en anglais, ce qui nous permettra de mettre en évidence un exemple de camaraderie entre un humain et un cheval (certes, magique), dans le contexte du voyage initiatique qu’ils entreprennent ensemble.

Séminaire du 18 mai 2021: Corps de la représentation / corps en représentation: à propos de *Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains* (Sorbonne Université Presses, 2018).

Loin d’être frappé d’inanité, le concept de représentation continue d’interroger notre relation au récit, à la forme visuelle, au monde même. Plus peut-être que d’autres traditions littéraires et esthétiques, la littérature et les arts britanniques n’auront cessé de remettre sur le métier la possibilité même de dire et penser le monde et notre être au présent. Des Pièces de guerre d’Edward Bond (1985) aux interrogations récentes d’Ian McEwan, Jeanette Winterson ou Kazuo Ishiguro sur les formes possibles du posthumanisme, des performances collectives pensées par Jeremy Deller aux vidéos de Steve McQueen ou aux sculptures de Rachel Whiteread, la littérature et les arts britanniques contemporains se confrontent avec obstination à notre condition historique, ici et maintenant. Dans son ouvrage paru en 2018, Catherine Bernard explore la manière dont cette confrontation engage l’affect et le corps : corps ému, corps pensé et pensant, corps politique toujours. Convoquant un vaste spectre de textes et d’œuvres plastiques britanniques des années 1980 à nos jours, Matière à réflexion nous invite à repenser le corps de la représentation comme un corps politique qui nous engage et engage notre être historique au présent. 

Catherine Bernard est Professeur de littérature britannique et d’études visuelles à l’Université de Paris et membre de l’UMR CNRS 8225 LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones). Ses travaux portent sur l’histoire des formes et des esthétiques de la modernité, et de la création contemporaine. Elle a publié de nombreux travaux sur la littérature moderniste et la fiction anglaise contemporaine (Martin Amis, Pat Barker, Peter Ackroyd, Harry Parker…), mais aussi l’art britannique contemporain (Rachel Whiteread, Gillian Wearing…).