Archives de catégorie : Matérialités

Séminaire du 25 mai 2021: Sylvain Belluc présentera l’ouvrage de Rachel Murray, *The Modernist Exoskeleton* (2020)

La séance interviendra dans le cadre du thème “Matérialités”

Dans la perspective du colloque « Guerre et nature : traces, interactions et reconfigurations dans les littératures anglophones des XIXe, XXe et XXIe siècles », qui se tiendra en octobre prochain, nous présenterons la monographie récemment publiée par Rachel Murray, qui assurera l’une des deux conférences plénières. The Modernist Exoskeleton : Insects, War, Literary Form (Edinburgh University Press, 2020) se propose de lire les innovations formelles de plusieurs écrivains majeurs du modernisme à travers le prisme de leur fascination pour les insectes, et d’en tirer les nombreuses conséquences politiques, éthiques, psychologiques et écologiques. L’avènement d’armes industrielles à l’orée du XXesiècle, et les ravages qu’elles produisaient sur le champ de bataille, conduisirent penseurs et observateurs à établir une comparaison entre l’homme et l’insecte. Loin de voir dans ce rapprochement un dénigrement de l’humain ou sa chute sur l’échelle de l’évolution, cependant, Wyndham Lewis, D.H. Lawrence, H.D. et Samuel Beckett, influencés par les ouvrages de vulgarisation publiés par les entomologistes de l’époque qui mettaient en lumière les remarquables capacités d’adaptation des insectes et leur organisation sociale parfois très sophistiquée, y trouvèrent une source d’inspiration artistique. Cette attitude, et la remise en cause radicale de la relation prétendument hiérarchique entre l’humain et l’animal qu’elle implique, pousse Rachel Murray à voir dans le motif de l’exosquelette, à la fois couche extérieure protectrice et site d’interactions, l’illustration de la relation tourmentée entretenue par les écrivains modernistes avec les discours politiques et les mutations technologiques de leur temps, ainsi qu’une influence majeure sur leurs stratégies d’écriture.

Séminaire du 22 juin 2021: “Making kin through translation : Qu’est-ce qui nous relie et où on va ?”

Présentée dans le cadre du thème “Matérialités” cette séance sera animée par Adriana Serban et Paola Artero 

L’on connaît bien le rôle que joue la traduction comme médiation interculturelle, au cœur des interactions entre humains. Tout comme l’on sait que la traduction tisse des liens, crée des ponts, et qu’elle permet de voyager dans le temps et dans l’espace, à la rencontre de l’autre. Et si elle pouvait aussi créer des liens entre espèces ? Qu’est-ce que la traduction peut nous apprendre sur le vivre ensemble ? Dans un premier temps, nous allons proposer une réflexion autour de l’écotraduction et du concept de tradosphère, introduits par Michael Cronin (2017). Nous allons ensuite nous pencher sur un conte de fées roumain et deux de ses traductions en anglais, ce qui nous permettra de mettre en évidence un exemple de camaraderie entre un humain et un cheval (certes, magique), dans le contexte du voyage initiatique qu’ils entreprennent ensemble.

Séminaire du 18 mai 2021: Corps de la représentation / corps en représentation: à propos de *Matière à réflexion. Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains* (Sorbonne Université Presses, 2018).

Loin d’être frappé d’inanité, le concept de représentation continue d’interroger notre relation au récit, à la forme visuelle, au monde même. Plus peut-être que d’autres traditions littéraires et esthétiques, la littérature et les arts britanniques n’auront cessé de remettre sur le métier la possibilité même de dire et penser le monde et notre être au présent. Des Pièces de guerre d’Edward Bond (1985) aux interrogations récentes d’Ian McEwan, Jeanette Winterson ou Kazuo Ishiguro sur les formes possibles du posthumanisme, des performances collectives pensées par Jeremy Deller aux vidéos de Steve McQueen ou aux sculptures de Rachel Whiteread, la littérature et les arts britanniques contemporains se confrontent avec obstination à notre condition historique, ici et maintenant. Dans son ouvrage paru en 2018, Catherine Bernard explore la manière dont cette confrontation engage l’affect et le corps : corps ému, corps pensé et pensant, corps politique toujours. Convoquant un vaste spectre de textes et d’œuvres plastiques britanniques des années 1980 à nos jours, Matière à réflexion nous invite à repenser le corps de la représentation comme un corps politique qui nous engage et engage notre être historique au présent. 

Catherine Bernard est Professeur de littérature britannique et d’études visuelles à l’Université de Paris et membre de l’UMR CNRS 8225 LARCA (Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones). Ses travaux portent sur l’histoire des formes et des esthétiques de la modernité, et de la création contemporaine. Elle a publié de nombreux travaux sur la littérature moderniste et la fiction anglaise contemporaine (Martin Amis, Pat Barker, Peter Ackroyd, Harry Parker…), mais aussi l’art britannique contemporain (Rachel Whiteread, Gillian Wearing…).