Archives de catégorie : JE & colloques

JE « Le théâtre participatif anglophone, une forme de théâtre engagé ? »

Vendredi 13 mai 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, bâtiment Saint-Charles 2, salle des Actes (009)

Journée d’étude co-organisée par Marianne Drugeon (EMMA), Emeline Jouve (CAS), Juliette Mézergues et Déborah Prudhon; avec le soutien du Conseil Scientifique, du Département d’études anglophones et du CCU de l’UPV, du CAS de l’U. Toulouse Jean-Jaurès ainsi que du RADAC

PROGRAMME

9h Opening of the Conference – Welcoming Speech

9h15 Sarah Weston (University of Bolton), Keynote Address “What do we mean by participation, and in what circumstances is participating meaningful? A discussion of contemporary Greek Choruses as a case study to explore community participation in UK theatre”

10h Coffee Break

10h30-12h Participation on the Stage – Chairs : Emeline Jouve and Juliette Mézergues

Pascale Sardin (Université Bordeaux-Montaigne), “A voice in your head : On Audience Participation in Dead Center’s Chekhov’s First Play (2015)”

Virginie Privas-Bréauté (Université de Lorraine), “Reassembled, Slightly Askew, the promise of an embodied experience”

Claudie Servian (Université Grenoble Alpes), “Participatory performance in American dance from the 1970s to the 1980s”

12h Discussion

12h30 Lunch Break

14h Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry), “Dorchester’s Community Plays, History at the service of a participative society”

14h30 The Colway Model and beyond – Chair: Marianne Drugeon Presentation of the artists and their work followed by Q&A

Jon Oram
Rupert Creed
Stephanie Dale
Mike Kenny
Sarah Weston and Stephanie Green

16h30 Discussion

17h Coffee Break

17h15 Workshop

Modernism and Matter

13-14 October 2022

Université Paul-Valéry Montpellier3

An International workshop organised by EMMA (Université Paul-Valéry Montpellier3)

in collaboration with CIRPaLL (Université d’Angers) 

This workshop on modernism and matter is an incentive to interrogate the meaning of matter, and investigate its power in modernist literature.  Our assumption is that modernist writings can help us answer the call for ‘more complex understandings of materiality’ (Alaimo).

A hundred years after the so-called annus mirabilis of modernist literature, such a reappraisal of modernism should be appropriate. Over the last few years, revaluations of modernism or modernisms have been many, from Stephen Ross and Allana Lindgren’s The Modernist World (2017) and Douglas Mao’s New Modernist Studies (2021) to Jean-Michel Rabaté and Angeliki Spiropoulou’s recent anthology Historical Modernisms: Time, History and Modernist Aesthetics (2022). The focus has gradually shifted from canonical writers such as James Joyce, T.S. Eliot or Virginia Woolf to relatively neglected figures like Dorothy Richardson or Rebecca West and to lesser-known writers usually not labelled as modernists, as in Lynne Hapgood’s and Nancy L. Paxton’s Outside Modernism (2000). In order to embrace the rainbow-like nature of modernism, diverse methods – historical, literary or philosophical – and theories have been implemented, and archival research often favoured. Modernism has nevertheless remained associated with experimentation (as underlined by Rabaté and Spiropoulou), the quest for the self and urban modernity, a vision that was promoted by the modernists themselves, as is well-known.

Only recently have critics begun to alter this image of modernism by drawing attention to the ecological sensibility that manifests within its bounds. In his seminal Green Modernism (2015), Jeffrey Mathes McCarthy stated that ‘Until recently, modernist studies has largely rebuffed the insights of ecocriticism thanks to the aesthetic armor of its autonomous, subjective, urban texts’, and he proceeded to analyse Joseph Conrad, Ford Madox Ford and D.H. Lawrence in that new light. Kelly Sultzbach (2016), Andrew Kalaidjian (2020), Michael Rubenstein and Justin Neuman (2020) have each in their own way extended these reflections.

Building on this recent work on modernist ecologies and in a similar attempt at renewing our understanding of modernism – and possibly, tease out some of its contradictions, we would like to draw attention to the specific connections between modernism and materiality. Indeed, modernist writers were not only interested in the materiality of the books which they produced, but also in matter. The ‘prosaic’ concerns of the preceding generation were rejected – Wells, Bennett and Galsworthy being labelled as ‘materialists’ by Virginia Woolf, because they wrote of ‘unimportant things’ – while the centrality of matter itself was reaffirmed in new and original ways, with Woolf herself devoting a short story to ‘Solid Objects’ and comparing impressions with atoms in her essay ‘Modern Fiction’.

Far from being inert, matter is considered as being alive and vibrant not only by biologists or physicists but also by philosophers such as Henri Bergson and Gilles Deleuze, and theorists such as Jane Bennett or Bruno Latour. What qualifies as matter for the writers of the modernist era? How do they define matter and represent it? How does it relate to the self they were so intimate with? How does the Modernists’ conception of matter resonate with the contemporary scientists’? How do the ways they represent matter, materiality or material environments resemble or depart from those that characterize the Romantic and Victorian periods?

In order to address these questions, theories that embrace the ‘insights of ecocriticism’ or cut across those of New Materialism may be resorted to (although not exclusively); they will help to explore the plural form and plasticity of matter together with the connections between the material and the psychological, the organic and the inorganic, matter and consumerism, matter and materialism, matter and myth, materiality, physicality, animism and mysticism, to give but a few examples. Such an approach should shed a new light on modernist literature, its canonical and non-canonical figures, and the aesthetic, ethical, ontological or political role and power of matter.

Please send a 300-word abstract with a short biographical note to Christine Reynier (christine.reynier@univ-montp3.fr) and Xavier Le Brun (xavier.lebrun@univ-angers.fr

Deadline for submissions: 1 June 2022

Notification of acceptance: 30 June 2022

A selection of peer-reviewed papers will be published in the series Horizons Anglophones/Present Perfect, PULM: https://www.pulm.fr/index.php/collections/horizons-anglophones/present-perfect.html

Select bibliography

Alaimo, Stacy, Bodily NaturesScience, Environment, and the Material Self, Indiana University Press, 2010.

Diaper, Jeremy, ‘Modernism and the Environment’, Modernist Cultures 16.1 (2021): 1–11. DOI: 10.3366/mod.2021.0317

Hapgood, Lynne and Nancy L. Paxton, Outside Modernism, Palgrave Macmillan, 2000.

Kalaidjian, Andrew, Exhausted Ecologies: Modernism and Environmental Recovery, Cambridge University Press, 2020.  

Mao, Douglas, New Modernist Studies, Cambridge University Press, 2021. 

Rabaté, Jean-Michel and Angeliki Spiropoulou, Historical Modernisms: Time, History and Modernism Aesthetics,Bloomsbury, 2022.

Ross, Stephen and Allana Lindgren, The Modernist World, Routledge, 2017.

Rubenstein, Michael and Justin Neuman, Modernism and its Environments, Bloomsbury, 2020.

Ryan, Derek. Virginia Woolf and the Materiality of Theory: Sex, Animal, Life, Edinburgh University Press, 2013.

Sultzbach, Kelly, Ecocriticism in the Modernist Imagination: Forster, Woolf and Auden, Cambridge University Press, 2016.

Scientific committee 

Dr. Nicolas Boileau, Aix-Marseille Université, France

Pr. Rossana Bonadei, University of Bergamo, Italy

Dr. Elke D’hoker, KU Leuven, Belgium

Pr. Christine Froula, Northwestern University, USA

Pr. Jean-Michel Ganteau, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Dr. Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Pr. Caroline Patey, University of Milan, Italy

Pr. Frédéric Regard, Sorbonne Université, France

Pr. Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Pr. Stephen Ross, University of Victoria, BC, Canada

Organising committee

Marie Bertrand, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Alice Borrego, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Tim Gupwell, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Clémence Laburthe-Tolra, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Modernisme et matière 

13-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier3

Atelier exploratoire organisé par EMMA en collaboration avec le CIRPaLL (Université d’Angers) 

Ce workshop sur le modernisme et la matière est une incitation à interroger la signification de la matière, et à étudier son pouvoir dans la littérature moderniste. Nous partons du principe que les écrits modernistes peuvent nous aider à répondre à l’appel en faveur de « compréhensions plus complexes de la matérialité » (Alaimo). 

En 2022, cent ans après ce que l’on appelle l’annus mirabilis de la littérature moderniste, il apparaît opportun de penser à nouveaux frais le modernisme. Ces dernières années, les réévaluations du modernisme ou des modernismes ont été nombreuses, depuis The Modernist World de Stephen Ross et Allana Lindgren (2017) et New Modernist Studies de Douglas Mao (2021) jusqu’à la récente anthologie Historical Modernisms: Time, History and Modernist Aesthetics (2022) de Jean-Michel Rabaté et Angeliki Spiropoulou. L’attention s’est progressivement déplacée des écrivains canoniques tels que James Joyce, T.S. Eliot ou Virginia Woolf vers des figures relativement négligées comme Dorothy Richardson ou Rebecca West, ainsi que vers des écrivains moins connus, généralement considérés comme extérieurs au modernisme, ainsi que le montrent Lynne Hapgood et Nancy L. Paxton dans Outside Modernism (2000). Afin d’embrasser la nature protéiforme du modernisme, diverses méthodes – historiques, littéraires ou philosophiques – et théories ont été mises en œuvre, et la recherche archivistique souvent privilégiée. Le modernisme est néanmoins resté associé à l’expérimentation (comme le soulignent Rabaté et Spiropoulou), la quête du moi et la modernité urbaine, vision qui fut promue par les Modernistes eux-mêmes, comme on le sait. 

Ce n’est que récemment que les critiques ont commencé à modifier cette image des Modernistes en attirant l’attention sur leur sensibilité écologique. Dans son ouvrage fondateur Green Modernism (2015), Jeffrey Mathes McCarthy déclare que « jusqu’à récemment, les études modernistes ont largement repoussé les idées de l’écocritique grâce à l’armure esthétique de leurs textes autonomes, subjectifs et urbains », et analyse Joseph Conrad, Ford Madox Ford et D.H. Lawrence sous ce nouvel éclairage. Depuis, Kelly Sultzbach (2016), Andrew Kalaidjian (2020), Michael Rubenstein et Justin Neuman (2020) ont chacun à leur manière prolongé ces réflexions.

En nous appuyant sur ce travail récent sur les écologies modernistes et dans une tentative similaire de renouveler notre compréhension du modernisme – et peut-être, de faire ressortir certaines de ses contradictions -, nous aimerions attirer l’attention sur les liens spécifiques qui existent entre le modernisme et la matérialité. En effet, les écrivains modernistes ne s’intéressaient pas seulement à la matérialité des livres qu’ils produisaient, mais aussi à la matière. Si les préoccupations « prosaïques » de la génération précédente ont été rejetées – Wells, Bennett et Galsworthy étant qualifiés de « matérialistes » par Virginia Woolf, parce qu’ils écrivaient à propos de « choses sans importance » – la centralité de la matière elle-même a été réaffirmée de manière nouvelle et originale, Woolf consacrant ainsi une nouvelle aux “Solid Objects” et comparant les impressions aux atomes dans son essai “Modern Fiction”.

Loin d’être inerte, la matière est considérée comme vivante et vibrante non seulement par les biologistes ou les physiciens mais aussi par des philosophes comme Henri Bergson et Gilles Deleuze, et des théoriciens comme Jane Bennett ou Bruno Latour.  Que considère-t-on comme matière chez les Modernistes ? Comment définissent-ils la matière et comment la représentent-ils ? Quel est son rapport avec le moi qu’ils connaissent si bien ? La conception moderniste de la matière entre-t-elle en résonance avec celle entretenue par les scientifiques de l’époque ? En quoi les représentations de la matière, de la matérialité, des environnements matériels chez les modernistes se rapprochent-elles ou diffèrent-elles de celles qui caractérisent les périodes romantique et victorienne ?

Pour répondre à ces questions, on pourra recourir à des théories qui embrassent les « intuitions de l’écocritique » ou recoupent celles du Nouveau Matérialisme (mais pas exclusivement) ; elles permettront d’explorer la forme plurielle et la plasticité de la matière ainsi que les liens entre le matériel et le psychologique, l’organique et l’inorganique, la matière et le consumérisme, la matière et le matérialisme, la matière et le mythe, la matérialité, la physicalité, l’animisme et le mysticisme, pour ne citer que quelques exemples. Une telle approche devrait permettre d’éclairer d’un jour nouveau la littérature moderniste, ses figures canoniques et non canoniques, ainsi que le rôle et le pouvoir esthétique, éthique, ontologique ou politique de la matière.

Les propositions de communication en anglais d’environ 300 mots sont à envoyer avec une brève notice biographique à Christine Reynier (christine.reynier@univ-montp3.fr) et Xavier Le Brun (xavier.lebrun@univ-angers.fr).

Date limite d’envoi : 1 juin 2022

Notification d’acceptation : 30 juin 2022

Une sélection d’articles sera publiée dans la série Horizons Anglophones/Present Perfect, aux PULM : https://www.pulm.fr/index.php/collections/horizons-anglophones/present-perfect.html

Bibliographie sélective

Alaimo, Stacy, Bodily NaturesScience, Environment, and the Material Self, Indiana University Press, 2010.

Diaper, Jeremy, ‘Modernism and the Environment’, Modernist Cultures 16.1 (2021): 1–11. DOI: 10.3366/mod.2021.0317

Hapgood, Lynne and Nancy L. Paxton, Outside Modernism, Palgrave Macmillan, 2000.

Kalaidjian, Andrew, Exhausted Ecologies: Modernism and Environmental Recovery, Cambridge University Press, 2020.  

Mao, Douglas, New Modernist Studies, Cambridge University Press, 2021. 

Rabaté, Jean-Michel and Angeliki Spiropoulou, Historical Modernisms: Time, History and Modernism Aesthetics, Bloomsbury, 2022.

Ross, Stephen and Allana Lindgren, The Modernist World, Routledge, 2017.

Rubenstein, Michael and Justin Neuman, Modernism and its Environments, Bloomsbury, 2020.

Ryan, Derek. Virginia Woolf and the Materiality of Theory: Sex, Animal, Life, Edinburgh University Press, 2013.

Sultzbach, Kelly, Ecocriticism in the Modernist Imagination: Forster, Woolf and Auden, Cambridge University Press, 2016.

Comité scientifique

Nicolas Boileau, Aix-Marseille Université, France

Rossana Bonadei, Université de Bergame, Italie

Elke D’hoker, KU Leuven, Belgique

Christine Froula, Northwestern University, E-U

Jean-Michel Ganteau, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Caroline Patey, Université de Milan, Italie

Frédéric Regard, Sorbonne Université, France

Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Stephen Ross, Université de Victoria, BC, Canada

Comité d’organisation

Marie Bertrand, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Alice Borrego, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Tim Gupwell, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Clémence Laburthe-Tolra, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

Xavier Le Brun, Université d’Angers, France

Christine Reynier, Université Paul-Valéry Montpellier3, France

JE “Espace(s) de souveraineté(s) dans les Amériques”

Vendredi 15 octobre 2021, Auditorium Site Saint Charles II, Université Paul Valéry Montpellier 3

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsables: Lawrence Aje, Claude Chastagner.

Cette journée d’étude propose une réflexion pluridisciplinaire sur la thématique des espaces de souveraineté dans les Amériques. Il s’agira d’étudier la notion de souveraineté — entendue comme un pouvoir supérieur qui l’emporte sur tous les autres et qui ne saurait faire l’objet d’aucun contrôle ni limitation — et les espaces — qu’il s’agisse d’étendues de territoires ou de champs qu’un peuple ou pays revendiquent pour des raisons historiques, démographiques, économiques ou culturelles d’occupation ou de développement — qui en permettent l’expression.

L’objectif de la journée sera d’interroger la notion d’espace(s) de souveraineté sous ses multiples formes en montrant combien elle constitue la traduction contemporaine et évolutive de rapports de pouvoirs historiques. La question de la souveraineté populaire pourra particulièrement être analysée à l’aune des troubles sociaux et politiques que traverse l’Amérique latine, conduisant à la contestation de modèles de démocratie représentative jugés insatisfaisants, voire la contestation de l’accaparement de la souveraineté par des gouvernements autocratiques, et à la multiplication des appels à l’émergence de nouvelles formes de démocratie participative. De même, le retour du nationalisme, la montée du populisme, le rejet ou la contestation des instances supranationales (ONU, FMI, OTAN) constituent autant d’avatars de la souveraineté populaire, plus précisément la revendication grandissante du droit à l’autodétermination des nations et des peuples. Si les vagues de nationalisations que connaissent plusieurs pays d’Amérique latine (Venezuela, Bolivie, Équateur) constituent des nouvelles formes d’appropriation qui sont l’expression d’une souveraineté populaire à l’échelle de la nation, les initiatives grandissantes pour reconnaître et promouvoir des valeurs et des pratiques autochtones comme solutions innovantes pour relever des défis majeurs tel le réchauffement climatique, témoignent d’exemples de souverainetés négociées et de reconquête de pouvoir.

Il sera ainsi intéressant d’examiner sur la longue durée et de façon multiscalaire les multiples modalités que prend la notion de souveraineté et ces espaces d’expression dans les Amériques. Ainsi, la mondialisation de l’économie et le développement du droit international constituent-ils de nouveaux espaces qui redéfinissent les modalités d’exercice du pouvoir souverain ? Dans quelle mesure est-ce que des phénomènes de dépossession ou de réappropriation de territoires, de ressources et de droits s’accompagnent d’une redéfinition du pouvoir politique en conduisant à minorer, ou au contraire à revaloriser, des particularismes nationaux, régionaux ou ethnoculturels.

Matin

9:00 – 10:30 : Atelier 1 – Enjeux théoriques de la souveraineté dans les Amériques

Modération : Lucile Médina (Université Paul Valéry Montpellier 3, ART-Dev)

Stephen Launay (Sciences –Po, Colombie ; Université Paris Est, LIPHA) & Jérôme Roudier (Université Catholique de Lille, LIPHA): « La souveraineté politique et ses crises : une tentative de théorisation à partir de l’observation des systèmes politiques de Colombie et du Venezuela d’aujourd’hui. »

Michael J. Strauss (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, Paris): « Guantanamo Bay (Cuba) comme laboratoire de la souveraineté et ses contorsions juridiques. »

Nicolas Gachon (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « L’immunité souveraine aux États-Unis. »

11:00 – 12:00 : Atelier 2 – Lieux de pouvoir : centre(s) et périphérie(s) 

Modération : Lawrence Aje (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Benoît Delerue, (Université Jean Moulin Lyon III, CLESID): « Les Souverainetés partielles et résiduelles des États fédérés entre normes constitutionnelles et crises structurelles : États-Unis, Canada, Brésil » 

Maxime Arnan (Université Cergy Paris): « Les réfugiés ‘choisis’ : le cas du processus de réinstallation des migrants forcés colombiens au Brésil.»

13:30 – 15:30 : Atelier 3 – Souveraineté(s) des peuples autochtones

Modération : Raphaël Ricaud (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Laura Cahier (Aix Marseille Université): « Autodétermination des Peuples autochtones et violences intersectionnelles aux États-Unis : reconfigurer les espaces de souverainetés pour répondre à la crise des ‘ Missing and Murdered Indigenous Women’ » ?

Marine Bobin (Docteure en anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès): « Construire des prisons, affirmer sa souveraineté ? Justice et autonomie de la nation navajo.

Jean-Marc Serme (Université de Bretagne Occidentale, HCTI): « ‘Zones de résurgence’: les multiples interprétations de la souveraineté autochtone à Hawai’i »

Lionel Larré (Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS): « L’Etat de Sequoyah : une tentative de renégociation d’un espace de souveraineté indigène (Territoire Indien, début du XXème siècle) »

16:00 – 17:00 : Atelier 4 – Art et souveraineté

Modération : Claude Chastagner (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA).

Claire Omhovère (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « Souveraineté et représentation autochtones dans les arts visuels du Canada anglophone »

Sebastian Olave Soler (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC): « La musique populaire de racine africaine comme espace de contestation en Colombie : d’une identité univoque aux défis du pays multiculturel ».

Colloque international “20 Years Later : Looking back at 9/11” / “20 ans après : retours sur le 11 septembre 2001”

Jeudi 7 octobre et vendredi 8 octobre 2021, Université Toulouse Jean-Jaurès

Responsables: Marie Bouchet (CAS), Françoise Coste (CAS), Raphaël Ricaud (EMMA)

Vingt ans après les attentats qui ont frappé les États-Unis le 11 septembre 2001, les Universités Toulouse Jean Jaurès (CAS) et Paul Valéry Montpellier 3 (EMMA) s’associent pour organiser un colloque international interdisciplinaire qui propose d’analyser non seulement ces événements et leurs conséquences à court et long terme avec le recul de deux décennies, mais aussi d’étudier les nombreuses manières dont ils ont été perçus, représentés, commentés, récupérés ou réécrits au fil des années, et la manière dont certaines perceptions, représentations ou récupérations ont été à leur tour commentées, reçues, et utilisées dans l’intervalle. Des spécialistes de domaines scientifiques variés (histoire contemporaine, histoire politique et institutionnelle, histoire militaire, histoire des médias, géopolitique, relations internationales, sociologie, psychologie, droit, économie, information et communication, littérature, cinéma, arts visuels, architecture, culture populaire) ont été invités à proposer des communications pour permettre une réflexion commune croisée sur des images, des discours, des faits qui ont été vus, entendus, racontés des milliers de fois, dans des perspectives et des intentions très variées.

Programme

7 octobre 2021

9h30-10h30 Conférence plénière (modération: Françoise COSTE, UT2J)

Andrew RUDALEVIGE, Bowdoin College (USA): Presidential Power Since 9/11, in Theory and Practice

10h45 Evolving narratives (modération: Emeline JOUVE, UT2J)

  • Juanjo Bermúdez DE CASTRO (University of the Balearic Islands, Spain): From Where-were-you-on-9/11 and Why-are-we-in-Afghanistan to Trump on Twitter: Evolution of the 9/11 Discourse(s) in the American Collective Imagination.
  • Pamela J. MONACO (Wilbur Wright College, Chicago, USA): From The Guys to Come from Away:  The 9/11 Theatre Legacy.

13h30 Defining terrorism (modération: Nicolas GACHON, Montpellier 3)

  • Corentin SIRE (Caen University, France and Montréal University, Canada) : From 1793 to 2001: The Construction of the ‘Terrorist Otherness’. 
  • Christopher GRIFFIN (Université Catholique de l’Ouest, Nantes, France): Counter – What? The Definition of the Adversary and American Military Strategy after 9/11.

15h45 The War on Terror at Home and Abroad (modération: Hilary SANDERS, UT2J)

  • Raphaël RAMOS (Montpellier 3 University, France) : En finir avec la CIA ? Washington, le renseignement et la fin de la Guerre froide.
  • Manon LEFEBVRE (Montpellier 3 University, France) : « Do you trust the FBI to keep you safe? » : Blindspot (NBC, 2015-2020) and its ‘Jane Doe’ Perspective on National Security.
  • Weronika ADAMSKA (EHESS, Paris, France – Freie Universität Berlin) : Un état d’urgence permanent? Les intellectuels sur la législation d’exception.
  • Alexandra S. MOORE (Binghamton University, USA): Renditions of Torture and Accountability.

October 8, 2021/ 8 octobre 2021

9h-10h Conférence plénière (modération: Nathalie COCHOY, UT2J)

Kristiaan VERSLUYS, University of Ghent (Belgium): September 11 and the Other: American Novelists Respond

10h15 The End of History, or a New Beginning? (modération: Raphaël RICAUD, Montpellier 3)

  • Pierre BOURGOIS (Bordeaux Montaigne University, France) : Le 11-septembre 2001 et la « fin de l’Histoire ».
  • Nicolas GACHON (Montpellier 3 University, France) : Le 11-septembre ou la fin de la fin de l’Histoire.
  • Heloise THOMAS (Bordeaux Montaigne University, France): Apocalypse on Loop: 9/11 and its impact on 21st-century U.S. poetics.
  • Peter KRAUSE (Fordham University, USA): 9/11 and the End of Postmodernism: From Don DeLillo’s White Noise to Falling Man.

13h30 Invisibilities (modération: Aurélie GUILLAIN, UT2J)

  • Jenna Ann ALTOMONTE (Mississippi State University, USA): “Passport, Please!” Take to the Skies in Post-9/11 America. 
  • Vincent SOULADIE (Toulouse 2 University, France) : Les corps éclipsés du 11 septembre: figurer cinématographiquement la disparition.
  • Iqra RAZA (Ashoka University, India): Spectrality: Events, Bodies, Histories.
  • Laila YOUSEF SANDOVAL (St Louis University in Madrid, Spain): What did September 11th mean? What does September 11th mean? Past and present reflections about globalization.

15h45 In Memoriam (modération: Marie BOUCHET, UT2J)

  • Anne RAULIN (Nanterre University, France) : Au lendemain du 11 septembre 2001 : retour sur la Seconde guerre mondiale en Europe.
  • David YESAYA (University of Calgary, Canada) : Quand les rappeurs français racontent les victimes musulmanes du 11 septembre.
  • Margrét Ann THORS (University of Iceland in Reykjavik): Portrayals of men, boys, masculinities, and memory in post-9/11 works (The Road by Cormac McCarthy, Redeployment by Phil Klay, and Extremely Loud and Incredibly Close by Jonathan Safran Foer).
  • Sarah GRIFFITHS (University of Bath, UK): #neverforget: The National September 11 Memorial & Museum Facebook page as a platform for ongoing memorialisation narratives of 9/11. 

Colloque Evidentiality and Modality: at the Crossroads of Grammar and Lexicon – 10-11th June 2021

EVIDENTIALITY AND MODALITY: AT THE CROSSROADS OF GRAMMAR AND LEXICON 
10-11TH JUNE 2021
UNIVERSITÉ PAUL VALERY MONTPELLIER 3
 
The number of publications on evidentiality has seen an exponential rise since Aikhenvald’s monograph in 2004, and the term of evidentiality has been slowly making its way into grammar textbooks. Its relationship with the notion of epistemic modality is complex and still under discussion (Cornillie 2007, Boye 2010, Tournadre 2016, Guentchéva, ed., 2018). Some consider that the two notions are clearly separated: Aikhenvald (2004), de Haan (1999) and Nuyts (2001). Others posit that epistemic modality is a sub-category of evidentiality: Papafragou (2000), Ifantidou (2001), even though earlier work described epistemic modality as a supercategory encompassing evidentiality: Anderson (1986), Palmer (1986) and Willett (1988) inter alia. Several authors have also revealed how evidentiality interacts with other central grammatical domains, such as tense, aspect, person and polarity, but a thorough description of these ramifications needs more cross-linguistic investigation.
According to Aikhenvald, evidentiality is first and foremost a grammatical category that can be found in some of the world’s languages, whereas other researchers consider evidentiality a universal semantic or pragmatic concept (Boye & Harder 2009, Cornillie, Arrese & Wiemer 2015 inter alia). There is no denying that some languages have a distinctly more grammaticalized evidential system than others, but the research on grammaticalization has also established that drawing a line between what is grammatical and what is lexical in a language depends on several criteria that are open to discussion. Grammaticalisation theory has shed light on the non-discreteness and non-binarity of the grammar/lexicon distinction, and on the fact that languages around the world tend to develop grammatical forms from lexical sources which gradually travel comparable paths (Heine & Kuteva 2002 inter alia). More crosslinguistic research is necessary in order to place the evidential and modal markers of the world’s languages on the lexicon-grammar continuum, and therefore reveal the recurrent patterns that can be observed in languages with emerging evidential systems.
Keynote speakers
Alexandra Aikhenvald (Central Queensland University)
Bernd Heine (Köln University)
Jan Nuyts (University of Antwerp)
Nicolas Tournadre (Université Aix-Marseille, Lacito, IUF)
 
Organization Committee
Eric Mélac (Université Paul Valéry – Montpellier 3, EMMA)
Pascale Leclercq (Université Paul Valéry – Montpellier 3, EMMA)
Jacques Brès (Université Paul Valéry – Montpellier 3, Praxiling)
Eric Corre (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Prismes)
Nicolas Tournadre (Université d’Aix-Marseille, Lacito et IUF)

Liens utiles:

https://evidentialite.sciencesconf.org/?forward-action=index&forward-controller=index&lang=fr
https://moodle.univ-montp3.fr/course/view.php?id=6320
https://www.canal-u.tv/producteurs/emma/colloques/evidentiality_and_modality_at_the_crossroads_of_grammar_and_lexicon


page1image44929920

JE “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni”

Le vendredi 4 février 2022, se tiendra à Montpellier une journée d’étude sur le thème “Black Lives Matter : formes politiques et artistiques de l’antiracisme aux Etats-Unis et au Royaume-Uni”, dont vous trouverez le programme ci-dessous. Cette manifestation, en accès libre, se tiendra sur le campus Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM3), salle des colloques n°2.

Il sera possible de suivre les interventions en visioconférence*: https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/96284093112?pwd=b0xwWEcvM1QxUkFEQWJmSTJGRlROZz09

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre des activités du thème “Faire commun” du laboratoire EMMA, dont des membres proposeront des interventions sur la production artistique liée au mouvement Black Lives Matter, sur le traitement de la question des vies noires dans les formats sériel et filmique et enfin sur l’inscription du mouvement dans l’espace anglophone transatlantique. Faisant suite à la séance de séminaire “De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni” du 19 janvier 2021, cette journée d’étude servira aussi de prélude et de journée préparatoire à un colloque organisé à Montpellier en 2023.

9h15 ouverture (Sandrine Sorlin, co-directrice d’EMMA) et introduction

Session 1 (modération: Niaz Pernon, ENSCM, EMMA)

9h30 Nicolas Gachon (UPVM3, EMMA), « Mouvements sociaux et espace public : le cas Black Lives Matter »

10h10 Marc Lenormand (UPVM3, EMMA), « Les manifestations antiracistes de 2020 au Royaume-Uni: référence états-unienne et séquence britannique »

10h50 pause

11h20 Lawrence Aje (UPVM3, EMMA), « Entre reconnaissance et effacement : la mémorialisation publique de l’esclavage aux États-Unis, 2000-2021 »

12h00 discussion

12h30 pause méridienne

Session 2 (modération: Raphaël Ricaud, UPVM3, EMMA)

14h00 Claude Chastagner (UPVM3, EMMA), « Black Lives Matter, un nouveau terrain pour la protest song ? »

14h40 Claudine Raynaud (UPVM3, EMMA), « Memoirs from #BLM era »

15h20 pause

Session 3 (modération: Manon Lefebvre et Monica Michlin, UPVM3, EMMA)

15h50 Marianne Drugeon (UPVM3, EMMA), « From Confrontation to Healing: in-yer-heart and in-yer-ear in debbie tucker green’s ear for eye and Selina Thompson’s salt. »

16h30 Hervé Mayer (UPVM3, EMMA), « Black Bodies/White Spaces: the Horrors of White Supremacy in Get Out (Jordan Peele, 2017) »17h10 discussion

JE “GeoHumanities: The Itinerant Seminar #3”

Vendredi 9 avril 2021

Journée d’étude qui s’inscrit dans l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsable EMMA: Claire Omhovère.

Program

10:00. Opening of the Zoom meeting.

10:30. Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne): A presentation of Robert Tally Jr., Spatiality. London & NY: Routledge, 2013.

11:30. André Dodeman (Université Grenoble-Alpes): A presentation of Robert T. Tally Jr., Topophrenia: Place, Narrative and the Spatial Imagination. Indiana University Press, 2018.

12:30-14:00. Lunch, at home and on screen

14:00. Christine Vandamme (Université Grenoble-Alpes): A presentation of Russell West-Pavlov, Space in Theory: Kristeva, Foucault, Deleuze. Brill/ Spatial Practices, 2009.

15:00. Matthew Graves (AMU): A presentation of Anna Lowenhaupt Tsing, The Mushroom at the End of the World: On the Possibility of Life in Capitalist Ruins. Princeton University Press, 2015.

16:00: Roundtable

– One Year of Lurking on Zoom Webinars: A Retrospective

– Updating of our bibliography in progress: have your references ready!

– Presentation of the CFP: ‘Place and Post-Truth’ Seminar, CEMRA group THAW, ‘Territories, Horizons in the Anglophone World’ (Université Grenoble Alpes).

– Upcoming meetings & events.

17:30. Concluding remarks

Pour participer à la JE en visioconférence

Sujet : JE GeoHumanities

Heure : 9 avr. 2021 10:00 AM Paris

Participer à la réunion Zoom: https://univ-montp3-fr.zoom.us/j/99144850140?pwd=TVhNaTJPclpvWC84dDR0UlhibURPQT09

ID de réunion : 991 4485 0140

Code secret : 903156

JE “L’impact du 11 septembre: réformes et représentations”

Vendredi 26 mars 2021

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsables: Manon Lefebvre, Monica Michlin, Nicolas Gachon.

Dans « There’s No Backhand to This », James Berger décrit en ces termes l’indicible effroi suscité par les images des tours du World Trade Center s’effondrant sur elles-mêmes après avoir été percutées par deux avions de ligne le 11 septembre 2001 :

Something happened, was happening, was happening over and over—in memory and on television and in memory and on television—awful beyond imagining, without scare quotes or exclamation points (“awful beyond imagining!!!”) because it really was. Nothing adequate, nothing corresponding in language could stand in for it. No metaphor could carry language across to it. There was nothing to call it because it had taken over reality entirely. (52)

Si le trauma lié au 11-septembre—qu’il soit d’ordre individuel et/ou collectif (Greenberg)—a déjà fait l’objet de nombreux travaux, y compris dans ses représentations littéraires, filmiques et télévisées (Petrovic), sa dimension plus strictement institutionnelle est moins clairement perçue. L’impact du 11-septembre sur les institutions américaines : réformes et représentations, colloque soutenu par le laboratoire EMMA de l’université Paul Valéry – Montpellier 3, propose d’interroger les répercussions des attentats du 11-septembre sur les institutions politiques des États-Unis, les réformes structurelles induites ainsi que leurs différentes représentations. Alors que le concept de « trauma(tisme) institutionnel » qualifie habituellement différents phénomènes individuels et/ou collectifs de mal-être au travail, généralement dans le monde de l’entreprise (Sylin et Maes), la perspective de recherche se veut ici inverse en ce qu’elle se concentre sur une forme de trauma des institutions américaines elles-mêmes, sur les dommages occasionnés et les réformes et réparations apportées.

À ce volet politique et institutionnel s’ajoute celui des différentes représentations pour étudier en quoi lesdites représentations ont pu, directement ou indirectement, participer de la gestion et de la réparation d’un trauma et/ou d’un choc post-traumatique institutionnels. La question politique sous-jacente pourrait être celle d’une forme de « remastérisation » (remastering) du 11-septembre via ses représentations, remastérisation visant précisément, dans le sillage des propos de James Berger, à dire l’indicible et à penser l’impensable comme pour l’affronter psychologiquement et l’appréhender politiquement, de manière plus adéquate, a posteriori. En ce sens, un tel phénomène de « remastérisation » pourrait-il porter une forme de « remastérisation » de l’Amérique elle-même dans les États-Unis de l’après 11-septembre, une sorte de relecture, de réparation, voire de « remédiation »  ?

Programme

9h30 Ouverture: Sandrine SORLIN, Jean-Michel GANTEAU, Manon LEFEBVRE

I – LES TRANSFORMATIONS POLITIQUES DE L’APRÈS 11-SEPTEMBRE
Présidence de séance: Grégory BENEDETTI (Université Grenoble Alpes)

9h50 -10h10 Simon GRIVET (Université de Lille) : “L’exécutif de l’après 11-septembre : une présidence encore plus impériale ?”

10h10 -10h30 Raphaël RICAUD (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : “La public diplomacy des États-Unis post 9/11 : logos et praxis”

10h30 – 10h50 Échanges

II – L’APRÈS 11-SEPTEMBRE AU CINÉMA ET À LA TÉLÉVISION
Présidence de séance : Hervé MAYER (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

10h50-11h15 Sébastien LEFAIT (Aix-Marseille Université) :“Surveillance Aesthetics on Film: A Measure of the 9/11 Shockwave? A Before/After Approach:’

11h15-11h40 Alexis PICHARD (Université Paris Nanterre) : “L’onde de choc du 11-septembre à la télévision étatsunienne: genèse et (r)évolutions des séries-terrorisme:’

11h40 -12h05 Manon LEFEBVRE (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : “From (Ground) Zero to Hero : renégocier l’image des agents du FBI dans les séries télévisées américaines post 11-septembre:’

12h05 – 12h35 Échanges          

III – LA COMMUNAUTÉ DU RENSEIGNEMENT
Présidence de séance: Manon LEFEBVRE (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

13h30 – 13h50 Raphaël RAMOS (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : “Le 11-septembreet la réorganisation de la communauté du renseignement aux États-Unis: genèse d’une réforme”

13h50 -14h10 Gildas LE VOGUER (Université de Rennes 2) : “La communauté du renseignement après le 11-septembre : les limites d’une renaissance”

14h10 -14h30 Échanges

IV- CONTINUITÉS ET RUPTURES
Présidence de séance Claude CHASTAGNER (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

14h30 – 14h50 Grégory BENEDETTI (Université Grenoble Alpes) : “Les athlètes noirs depuis le 11-septembre 2001 : de l’impératif patriotique à la rupture ?”

14h50 -15h10 Karim DAANOUNE (Université de Bretagne Occidentale) : “Sand Opera de Philip Metres: un opéra poétique contre la terreur du contre-terrorisme:’

15h10 -15h30 Échanges

15h30 Clôture de la journée

Éléments de bibliographie

Berger, John. « There’s No Backhand to This », inTrauma at Home: After 9/11, edited by Judith Greenberg. Lincoln and London: University of Nebraska Press, 2003, pp. 52-59.

Birkenstein, Jeff, Anna Froula, et Karen Randell. Reframing 9/11: Film, Popular Culture and the “War on Terror”. New York, NY: Continuum, 2010.

Carothers, Gordon. « Promoting democracy and fighting terror ». Foreign Affairs, vol. 82, n°4, 2003, pp. 84-97. Dempsey, Gary T. « Nation building’s newest disguise ». Orbis, vol. 46, n°3, Summer 2002, pp. 415-434.

Dahl, Erik J. « A Homeland Security Net Assessment Needed Now! ». Strategic Studies Quarterly, vol. 9, n°4, Winter 2015, pp. 62-86.

Davis, Darren W., and Brian D. Silver. « Civil Liberties vs. Security: Public Opinion in the Context of the Terrorist Attacks on America ». American Journal of Political Science, vol. 48, n°1, January 2004), pp. 28-46.

Douglas, Roger. Law, Liberty, and the Pursuit of Terrorism. Ann Arbor: University of Michigan Press, 2014.

Gellman, Barton, and Susan Schmidt. « Shadow Government Is at Work in Secret ». Washington Post, 1 March 2002. URL: http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/06/09/AR2006060900891.html (consulté le 4 décembre 2018).

Greenberg, Judith, ed. Trauma at Home: After 9/11. Lincoln and London: University of Nebraska Press, 2003.

Jenkins, Michael, and John P. Godges, eds. The Long Shadow of 9/11: America’s Response to Terrorism. Santa Monica, CA: RAND Corporation, 2011.

Kaklamanidou, Betty, and Margaret Tally, ed. Politics and Politicians in Contemporary U.S. Television: Washington as Fiction. London: Routledge, 2017.

Kaplan, E. Ann. Trauma Culture: the Politics of Terror and Loss in Media and Literature. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2005.

Kellner, Douglas. Cinema Wars: Hollywood Film and Politics in the Bush-Cheney Era. Chichester: Wiley-Blackwell, 2010.

Melley, Timothy. The Covert Sphere: Secrecy, Fiction, and the National Security State. Ithaca, NY: Cornell University Press, 2012.

Petrovic, Paul. Representing 9/11: Trauma, Ideology, and Nationalism in Literature, Film, and Television. Lanham, MD: Rowman & Littlefield, 2015.

Ringel, Jeanne S., and Jeffrey Wasserman. « The Public Health System in the Wake of 9/11: Progress Made and Challenges Remaining », in The Long Shadow of 9/11: America’s Response to Terrorism, edited by Michael Jenkins and John P. Godges. Santa Monica, CA: RAND Corporation, 2011, pp. 173-184.

Posner, Richard A. Preventing Surprise Attacks: Intelligence Reform in the Wake of 9/11. Lanham, MD: Rowman & Littlefield, 2005.

Prince, Stephen. Firestorm: American Film in the Age of Terrorism. New York, NY: Columbia University Press, 2009.

Reich, Eugenie S. « Science after 9/11: How Research Was Changed by the September 11 Terrorist Attacks ». Scientific American, 1 September 2011. URL: https://www.scientificamerican.com/article/how-research-was-changed-by-september-11-terrorist-attacks/ (consulté le 4 décembre 2018).

Riegert, Kristina, ed. Politicotainment: Television’s Take on the Real. New York, NY: Peter Lang, 2007.

Schubert, James N., Patrick A. Stewart and Margaret A. Curran. « A Defining Presidential Moment: 9/11 and the Rally Effect ». Political Psychology, vol. 23, n°3, Special Issue: « 9/11 and Its Aftermath: Perspectives from Political Psychology », September 2002, pp. 559-583.

Sylin, Michel, et Renaud Maes. « Vous avez dit ‘traumatisme institutionnel’ ? ». La Revue nouvelle 2, 2018, pp. 70-74.

Takacs, Stacy. Terrorism TV: Popular Entertainment in Post 9/11 America. Lawrence, KS: University of Kansas, 2012.

Warren, Craig A. « ‘It Reads like a Novel’: The ‘9/11 Commission Report’ and the American Reading Public ». Journal of American Studies, vol. 41, n° 3, « Law and Politics », December 2007, pp. 533- 556.

Woods, Joshua. « The 9/11 effect: Toward a social science of the terrorist threat ». The Social Science Journal, vol. 48, n°1, January 2011, pp. 213-233.