Archives de catégorie : Faire commun

JE « Le théâtre participatif anglophone, une forme de théâtre engagé ? »

Vendredi 13 mai 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, bâtiment Saint-Charles 2, salle des Actes (009)

Journée d’étude co-organisée par Marianne Drugeon (EMMA), Emeline Jouve (CAS), Juliette Mézergues et Déborah Prudhon; avec le soutien du Conseil Scientifique, du Département d’études anglophones et du CCU de l’UPV, du CAS de l’U. Toulouse Jean-Jaurès ainsi que du RADAC

PROGRAMME

9h Opening of the Conference – Welcoming Speech

9h15 Sarah Weston (University of Bolton), Keynote Address “What do we mean by participation, and in what circumstances is participating meaningful? A discussion of contemporary Greek Choruses as a case study to explore community participation in UK theatre”

10h Coffee Break

10h30-12h Participation on the Stage – Chairs : Emeline Jouve and Juliette Mézergues

Pascale Sardin (Université Bordeaux-Montaigne), “A voice in your head : On Audience Participation in Dead Center’s Chekhov’s First Play (2015)”

Virginie Privas-Bréauté (Université de Lorraine), “Reassembled, Slightly Askew, the promise of an embodied experience”

Claudie Servian (Université Grenoble Alpes), “Participatory performance in American dance from the 1970s to the 1980s”

12h Discussion

12h30 Lunch Break

14h Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry), “Dorchester’s Community Plays, History at the service of a participative society”

14h30 The Colway Model and beyond – Chair: Marianne Drugeon Presentation of the artists and their work followed by Q&A

Jon Oram
Rupert Creed
Stephanie Dale
Mike Kenny
Sarah Weston and Stephanie Green

16h30 Discussion

17h Coffee Break

17h15 Workshop

Séminaire “Ending Slavery: The Antislavery Struggle in Perspective”

Mardi 3 mai 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Lawrence Aje et Claudine Raynaud

Ending Slavery (Lawrence Aje et Claudine Raynaud ed, PULM, 2022, série PoCoPages) broadens the scope of the antislavery struggle beyond the national and domestic narrative to draw a map of a new transnational and differentiated geography of abolitionism. It aims at complicating our understanding of the antislavery struggle by offering an opportunity to rethink the relationship between the personal and the political in the antebellum period. Focusing on the post-1830 period, Ending Slavery also presents a new and ambitious periodization by extending its historical breadth, through Reconstruction, well into the present to examine contemporary representations and interpretations of the history of abolitionism.

The book puts forward not only a reflection on the historiographical and memorial legacies of antislavery activity in the United States, but it also interrogates how this activism partook and still partakes in the long Civil Rights Movement for full social and political equality for African Americans. A collective enterprise that taps into and builds on recent research, the volume brings together historians and African-Americanists, a majority of whom are based in Europe. It ambitions to be a contribution that expands discussions and opens perspectives on the history of abolitionism. Suitable for general readers, students and scholars, Ending Slavery will serve as a useful resource in the area of slavery and Atlantic studies.

Présentation des intervenant-e-s: 

  • Lawrence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’histoire africaine-américaine.
  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.

Séminaire “Bernie Sanders’s Democratic Socialism: Holding Utopia Accountable”

Mardi 15 mars 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Nicolas Gachon.

Nicolas Gachon présentera son ouvrage Bernie Sanders’s Democratic Socialism: Holding Utopia Accountable (Palgrave Macmillan) lors d’un séminaire qui permettra d’aborder l’historiographie et l’histoire de la gauche états-unienne et du populisme, leur rapport à l’utopie, au marxisme, au libéralisme et au concept de justice sociale. Il s’agira d’analyser et de comprendre le socialisme « démocratique » de Bernie Sanders, ses origines, sa maturation et son évolution entre 1972, lorsque Sanders s’est présenté pour la première fois à l’élection du gouverneur de l’État du Vermont, et 2020, lorsqu’il s’est présenté pour la deuxième fois à l’élection présidentielle. Du radicalisme utopique de la fin du 19ème siècle aux revendications radicales de responsabilisation de l’État et des entreprises au 21ème siècle, la pensée et la trajectoire politique de Bernie Sanders permettent d’éclairer les grandes problématiques de la gauche états-unienne et d’entrevoir certains des enjeux idéologiques et électoraux à venir.

Présentation de l’intervenant: Nicolas Gachon est maître de conférences HDR en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Séminaire “Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage : The Past is Back on Stage”

Mardi 22 février 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Marianne Drugeon.

The volume Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage : The Past is Back on Stage (Cambridge Scholars Publishing, 2021) explores the multiple connections between contemporary British theatre and the medieval and early modern periods. Involving both French and British scholars, as well as playwrights, adapters and stage directors, its scope is political, as it assesses the power of adaptations and history plays to offer a new perspective not only on the past and present, but also on the future. Along the way, burning contemporary social and political issues are explored, such as the place and role of women and ethnic minorities in today’s post-Brexit Britain. The volume builds into a dialogue between the ghosts of the past and their contemporary spectators.

Starting with a focus on contemporary adaptations of Shakespeare’s plays, then concentrating on contemporary history plays set in the distant past, and ending with the contributions of famous playwrights sharing their experience, the book will be of interest to practitioners, as well as students and researchers in drama and performance studies.

La table des matières est disponible en cliquant sur le lien suivant : https://emma.www.univ-montp3.fr/fr/file/66473/download?token=A1GVFjoL

The speaker: Marianne Drugeon is a Senior Lecturer in English Studies at Paul-Valéry Montpellier 3 University, France. Her research focuses on politically-committed British playwriting from the 19th century to the present. She has published articles on David Edgar, Samuel Beckett and Tom Stoppard, among others, edited a collection of articles on Oscar Wilde, and co-authored Oscar Wilde, The Importance of Being Earnest. She has also co-translated several plays, including Stoppard’s The Hard Problem and The Invention of Love, and, as a member of the Maison Antoine Vitez, a non-profit organisation dedicated to the translation of plays from all languages into French, she has co-translated political documentary plays. She is currently working on community plays, modern mystery plays and other experiments in amateur theatre.

Axe 1 – Matérialités – Séminaire du 4 février 2022.

Claire Omhovère, “Que devient la pastorale dans le contexte d’une économie extractive? Quelques paysages pétrolifères canadiens”

Ce séminaire prendra pour point de départ les analyses qu’Amitav Ghosh a consacrées à l’impuissance de la littérature face aux réalités de l’exploitation pétrolière et aux enjeux du réchauffement climatique. Le développement des humanités énergétiques a depuis lors démontré que les arts ont un rôle essentiel à jouer pour préciser la place qu’occupe le pétrole dans notre expérience sensible. A la fois matière première et énergie, les hydrocarbures ont en effet pour caractéristique paradoxale de passer le plus souvent inaperçues : fluides, plastiques et diffuses, elles sont partie intégrante de tous les aspects de la vie contemporaine. Les hydrocarbures ont néanmoins fait une entrée discrète et précoce dans la littérature canadienne anglophone à travers l’émergence de pétro-paysages dans certains genres dit « mineurs ». Ce séminaire sera l’occasion de préciser dans quelles circonstances ces pétro-paysages ont fait leur apparition ainsi que la manière dont leurs tracés recoupent certains contours de la pastorale coloniale quand celle-ci repousse vers la périphérie, voire hors cadre, la présence autochtone et son rapport à la terre.

Podcast : Histoires d’Amérique- Toni Morrison. 28 janvier 2022, 51mns

Entretien réalisé pour le magazine Society par Jean-Marie Pottier avec, entre autres, Claudine Raynaud, Professeur d’Études américaines, membre d’EMMA et spécialiste de Toni Morrison, pour le podcast sur Toni Morrison à l’occasion de la parution en poche de La Source de l’amour-propre, traduction Christine Laferrière, collection 10/18, 2021.

Cette anthologie, The Source of Self Regard ou A Mouth full of blood en anglais, parue tout juste avant la mort de l’autrice en 2019, propose de façon raisonnée certains des textes les plus incisifs (essais, discours, méditations, hommages, etc.) du Prix Nobel de littérature (1993). Elle livre la clé de son engagement d’intellectuelle noire américaine.

La Source de l’amour-propre réunit une quarantaine de textes écrits par Toni Morrison au cours des dernières décennies, où se donne à lire, dans toute son évidence, sa généreuse intelligence.  Elle s’implique, débat, ou analyse des thèmes aussi variés que le rôle de l’artiste dans la société, la question de l’imagination en littérature, la présence des Afro-Américains dans la culture américaine ou encore les pouvoirs du langage. On retrouve dans ces essais ce qui fait également la puissance de ses romans : l’examen des dynamiques raciales et sociales, sa grande empathie, et son pragmatisme politique. 

La Source de l’amour-propre est à la fois une porte d’entrée dans l’œuvre de Toni Morrison et une somme où se donne à lire l’acuité combative de son autrice. C’est aussi, dans un style dont la vigueur ne cesse de nous éblouir, un puissant appel à l’action, au rêve, à l’espoir.

On peut l’écouter en cliquant sur le lien suivant, ainsi que sur la plupart des plate-forme de musique et de podcasts (Deezer, Spotify, Apple Podcasts…) : https://play.acast.com/s/histoires-d-amerique/histoires-damerique-toni-morrison

Séminaire “Écrire le combat suffragiste: enjeux de l’historiographie du mouvement pour le droit de vote des femmes, 1880-2021”

Mardi 18 janvier 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Claire Delahaye. Séance animée par Hervé Mayer

Cette présentation étudiera l’historiographie sur le mouvement pour le droit de vote des femmes dans ses enjeux épistémologiques, idéologiques, politiques et militants. Pourquoi les suffragistes se sont-elles emparées de ces questions dès les années 1880? Comment ont-elles écrit leur engagement politique et militant? Quelle a été l’influence de ces écrits sur l’ensemble de l’historiographie du mouvement après les années 1960? Comment ont-ils été réévalués? 

Nous verrons ainsi comment les suffragistes ont utilisé leur histoire pour motiver leurs propres troupes, pour justifier leur cause, pour promouvoir leurs idées et pour recruter de nouvelles militantes. L’histoire représentait un outil de rébellion, d’émancipation, et un instrument de publicité et de communication : l’histoire incarnait bien plus qu’un simple récit ou compte rendu des événements et une description des actrices ou acteurs, elle servait une fonction propagandiste majeure au sein du mouvement. Il s’agissait ainsi, par la construction d’un récit, de légitimer le combat politique, et surtout son résultat.

L’histoire suffragiste devint ainsi une théorie des pratiques politiques : elle a permis de forger une idéologie de la révolte, elle a divulgué des discours politiques et a participé du militantisme.

Susan B. Anthony’s grave covered with “I Voted” stickers in Rochester, N.Y., November 2018.

Présentation de l’intervenante: Claire Delahaye est maîtresse de Conférences en Études américaines à l’Université Gustave Eiffel et membre du laboratoire de recherches LISAA (Littératures, Savoirs et Arts). Agrégée d’anglais et ancienne élève de l’ENS de Lyon, elle a soutenu une thèse à la Sorbonne Nouvelle sur le président Woodrow Wilson et le mouvement pour le droit de vote des femmes (Wilson contre les femmes, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012). Ses recherches actuelles portent sur les questions politiques de la mémoire et sur l’histoire comme enjeu de pouvoir pour les anciennes suffragistes entre 1920 et 1960. Ses récentes publications incluent le chapitre intitulé « Diffuser le combat suffragiste : réécriture de l’histoire et mémoire publique », dans l’ouvrage collectif Femmes à l’œuvre dans la construction des savoirs. Paradoxes de la visibilité et de l’invisibilité, dirigé par Caroline Trotot, Claire Delahaye et Isabelle Mornat (dir.), et « Commemorating the History of the Nineteenth Amendment: The National Woman’s Party and the Politics of Memory in the 1920s », dans l’ouvrage collectif Suffrage at 100: Women and American Politics Since 1920, dirigé par Stacie Taranto and Leandra Zarnow (Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2020). Elle est en délégation CNRS au Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité (LEGS) en 2021/2022.

Séminaire “‘Showcasing Empire’ Past & Present Or A Brief History of Popular Imperialism, from Britannia to Brexit”

Mardi 9 novembre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervenant: Berny Sèbe (University of Birmingham). Discutantes: Niaz Cary-Pernon et Anne-Marie Motard

Peut-on établir un lien généalogique entre Britannia (au travers notamment de la chanson patriotique Rule Britannia composée par Thomas Arne en 1740) et le Brexit ? Bien que le concept de « Empire 2.0 » ait parfois été mis en avant parmi les raisons qui ont permis aux partisans du Brexit de rendre plausible le principe d’une sécession de l’Union européenne, les raisons sur le long terme susceptibles d’expliquer le choix de 52 % de la population britannique un jour de l’été 2016 ont souvent été négligées. Cela est d’autant plus surprenant qu’une approche du phénomène du Brexit sur la longue durée révèle des continuités saisissantes, étalées sur plusieurs siècles. Les progrès historiographiques depuis les années 1980, ont montré l’influence persistante de l’expérience coloniale sur l’ADN de la culture et des pratiques politiques au Royaume-Uni, reflétée en particulier par une large gamme de manifestations culturelles qui ont atteint de nombreux publics différents dans les îles britanniques — ce que John MacKenzie a nommé le « popular imperialism » (culture coloniale en français). Ce séminaire explore l’hypothèse d’après laquelle cet attachement profond à l’empire a marqué la culture britannique à des degrés divers au moins depuis le dix-huitième siècle.

Cette présentation se fonde sur un article publié au printemps 2021 dans le numéro 93 des Cahiers victoriens et édouardiens d’EMMA, portant sur la thématique “Showcasing Empire, Then and Now: Material Culture, Propaganda and the Imperial Project”. Le numéro a été coordonné par Fanny ROBLES et Gilles TEULIÉ.

Séminaire “Lecture critique de Multicultural Citizenship de Will Kymlicka”

Mardi 26 octobre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention d’Anne-Marie Motard.

La discussion engagée par Will Kymlicka dans son ouvrage Multicultural Citizenship publié en 1995 explore le positionnement des penseurs, théoriciens et décideurs politiques identifiés comme « libéraux » sur les diversités nationales, ethniques ou culturelles, notamment l’articulation entre la tradition de pensée « libérale » et les droits des minorités de différente nature.

Kymlicka souligne les failles et les paradoxes de la pensée libérale contemporaine quant à la nature même des fondements philosophiques et des valeurs qui sous-tendent le « libéralisme » qu’il s’attache à définir ; le débat sur la prise en compte de la diversité au sein de la communauté nationale révélant nombre d’ambiguïtés au sein de la mouvance « libérale » et ouvrant le champ à une mise à plat des enjeux posés par les manifestations d’une diversité croissante au sein des communautés nationales et de revendications identitaires de plus en plus affirmées.

La réflexion de Kymlicka trouve des échos chez certains auteurs dont nous évoquerons rapidement les analyses et éventuelles préconisations, comme Bhikhu Parekh (The Future of Multiculturalism, 2000) ou Christian Joppke (Is Multiculturalism Dead? 2017).

Présentation de l’intervenante: Anne-Marie Motard est professeure de civilisation britannique à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA.

JE “Espace(s) de souveraineté(s) dans les Amériques”

Vendredi 15 octobre 2021, Auditorium Site Saint Charles II, Université Paul Valéry Montpellier 3

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsables: Lawrence Aje, Claude Chastagner.

Cette journée d’étude propose une réflexion pluridisciplinaire sur la thématique des espaces de souveraineté dans les Amériques. Il s’agira d’étudier la notion de souveraineté — entendue comme un pouvoir supérieur qui l’emporte sur tous les autres et qui ne saurait faire l’objet d’aucun contrôle ni limitation — et les espaces — qu’il s’agisse d’étendues de territoires ou de champs qu’un peuple ou pays revendiquent pour des raisons historiques, démographiques, économiques ou culturelles d’occupation ou de développement — qui en permettent l’expression.

L’objectif de la journée sera d’interroger la notion d’espace(s) de souveraineté sous ses multiples formes en montrant combien elle constitue la traduction contemporaine et évolutive de rapports de pouvoirs historiques. La question de la souveraineté populaire pourra particulièrement être analysée à l’aune des troubles sociaux et politiques que traverse l’Amérique latine, conduisant à la contestation de modèles de démocratie représentative jugés insatisfaisants, voire la contestation de l’accaparement de la souveraineté par des gouvernements autocratiques, et à la multiplication des appels à l’émergence de nouvelles formes de démocratie participative. De même, le retour du nationalisme, la montée du populisme, le rejet ou la contestation des instances supranationales (ONU, FMI, OTAN) constituent autant d’avatars de la souveraineté populaire, plus précisément la revendication grandissante du droit à l’autodétermination des nations et des peuples. Si les vagues de nationalisations que connaissent plusieurs pays d’Amérique latine (Venezuela, Bolivie, Équateur) constituent des nouvelles formes d’appropriation qui sont l’expression d’une souveraineté populaire à l’échelle de la nation, les initiatives grandissantes pour reconnaître et promouvoir des valeurs et des pratiques autochtones comme solutions innovantes pour relever des défis majeurs tel le réchauffement climatique, témoignent d’exemples de souverainetés négociées et de reconquête de pouvoir.

Il sera ainsi intéressant d’examiner sur la longue durée et de façon multiscalaire les multiples modalités que prend la notion de souveraineté et ces espaces d’expression dans les Amériques. Ainsi, la mondialisation de l’économie et le développement du droit international constituent-ils de nouveaux espaces qui redéfinissent les modalités d’exercice du pouvoir souverain ? Dans quelle mesure est-ce que des phénomènes de dépossession ou de réappropriation de territoires, de ressources et de droits s’accompagnent d’une redéfinition du pouvoir politique en conduisant à minorer, ou au contraire à revaloriser, des particularismes nationaux, régionaux ou ethnoculturels.

Matin

9:00 – 10:30 : Atelier 1 – Enjeux théoriques de la souveraineté dans les Amériques

Modération : Lucile Médina (Université Paul Valéry Montpellier 3, ART-Dev)

Stephen Launay (Sciences –Po, Colombie ; Université Paris Est, LIPHA) & Jérôme Roudier (Université Catholique de Lille, LIPHA): « La souveraineté politique et ses crises : une tentative de théorisation à partir de l’observation des systèmes politiques de Colombie et du Venezuela d’aujourd’hui. »

Michael J. Strauss (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, Paris): « Guantanamo Bay (Cuba) comme laboratoire de la souveraineté et ses contorsions juridiques. »

Nicolas Gachon (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « L’immunité souveraine aux États-Unis. »

11:00 – 12:00 : Atelier 2 – Lieux de pouvoir : centre(s) et périphérie(s) 

Modération : Lawrence Aje (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Benoît Delerue, (Université Jean Moulin Lyon III, CLESID): « Les Souverainetés partielles et résiduelles des États fédérés entre normes constitutionnelles et crises structurelles : États-Unis, Canada, Brésil » 

Maxime Arnan (Université Cergy Paris): « Les réfugiés ‘choisis’ : le cas du processus de réinstallation des migrants forcés colombiens au Brésil.»

13:30 – 15:30 : Atelier 3 – Souveraineté(s) des peuples autochtones

Modération : Raphaël Ricaud (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Laura Cahier (Aix Marseille Université): « Autodétermination des Peuples autochtones et violences intersectionnelles aux États-Unis : reconfigurer les espaces de souverainetés pour répondre à la crise des ‘ Missing and Murdered Indigenous Women’ » ?

Marine Bobin (Docteure en anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès): « Construire des prisons, affirmer sa souveraineté ? Justice et autonomie de la nation navajo.

Jean-Marc Serme (Université de Bretagne Occidentale, HCTI): « ‘Zones de résurgence’: les multiples interprétations de la souveraineté autochtone à Hawai’i »

Lionel Larré (Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS): « L’Etat de Sequoyah : une tentative de renégociation d’un espace de souveraineté indigène (Territoire Indien, début du XXème siècle) »

16:00 – 17:00 : Atelier 4 – Art et souveraineté

Modération : Claude Chastagner (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA).

Claire Omhovère (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « Souveraineté et représentation autochtones dans les arts visuels du Canada anglophone »

Sebastian Olave Soler (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC): « La musique populaire de racine africaine comme espace de contestation en Colombie : d’une identité univoque aux défis du pays multiculturel ».