Archives de l’auteur : Constance Pompié

Février 2023 – Camille Chane

De retour de Los Angeles, Camille nous explique comment il mêle étude filmique et linguistique pour analyser les stéréotypes raciaux dans les dessins animés américains entre 1919 et 1973. Doctorant en troisième année sous la direction Pr. Sandrine Sorlin et Pr. Sébastien Lefait, il insiste sur l’importance de la recherche de terrain, de l’intérêt de demander des financements, et sur le rôle essentiel de la salle de travail des doctorant.e.s dans son travail de recherche.

La thèse de Camille

Ma thèse porte sur le dessin animé américain entre 1919 et 1973 et leur représentation des personnages est-asiatiques (chinois et japonais). Elle pose la question de comment le dessin animé construit un stéréotype racial. Je m’intéresse autant aux courts-métrages d’animation qu’aux cartoons télévisés, et la particularité de mon approche, c’est d’étudier le stéréotype linguistique (la représentation des accents étrangers).

Je suis doctorant à EMMA et au LERMA à Aix-Marseille Université. Cette co-direction est ce qui me permet de tirer parti d’outils propres à l’analyse linguistique dans le cadre d’une thèse en études visuelles.

Si les études filmiques étaient un cheeseburger, la linguistique serait les frites dans le Happy Meal de ma thèse : un accompagnement, certes, mais une nécessité.

Aux origines…

C’est mon sujet qui me motive plus qu’autre chose. Je me pose depuis l’enfance des questions sur le fonctionnement et la circulation des stéréotypes racistes. Je suis un Réunionnais d’origine chinoise et j’ai souvent été intrigué par ce que certaines personnes voyaient en me regardant. C’est peut-être nombriliste, mais j’apprécie le fait de pouvoir confronter des choses vécues intimement à des données et des savoirs obtenus à l’aide d’une approche scientifique. Il y a beaucoup de choses à dire sur la position des personnes racisé.e.s qui étudient le racisme et le fait racial. MAIS. Moi, je vais vous parler de pourquoi j’aime les dessins animés. Très souvent, les gens retiennent le terme « race » quand je leur explique mon sujet. Non ! Mon sujet, ce n’est pas QUE la race et le racisme, c’est surtout les dessins animés !

Donc voici comment j’en suis arrivé à faire ma thèse sur les dessins animés :

Je ne m’intéressais pas au « cinéma » avant le master, même si j’aimais l’animation depuis la petite enfance. En fait, je n’aimais QUE l’animation, et c’est lorsque j’ai suivi un cours théorique sur l’animation, enseigné par Susan J. Napier à Tufts University en 2016, que mon amour pour le dessin animé s’est enrichi d’une curiosité cérébrale qui a ensuite contaminé mon rapport aux autres arts visuels, dont le cinéma. Depuis ce moment, j’ai voulu faire une thèse sur le dessin animé. Le dessin animé est de plus en plus pris au sérieux, on a moins besoin de se battre pour défendre sa légitimité. Néanmoins, j’ai l’impression que beaucoup de choses restent à faire sur ce tableau, scientifiquement et institutionnellement. J’espère pouvoir contribuer à encourager les gens à voir le dessin animé commercial comme un objet culturel qui a du sens, une certaine poésie, et une complexité interne.

Un moment marquant

Le choix est déjà fait pour moi, car j’ai passé trois semaines à Los Angeles, et dès lors qu’on a été à Los Angeles, on est contractuellement obligé de raconter à qui veut bien l’entendre qu’on a été à Los Angeles. Blague à part, ces trois semaines ont été décisives pour ma thèse et pour la façon dont j’envisage ma recherche future.

Avant de commencer le doctorat, je prévoyais d’avance un séjour aux archives pour accéder à des sources primaires (films préservés, documents de production, notes et dessins d’animateur.ice.s, etc). Sans surprise, c’est non loin de Hollywood, à Los Angeles que sont concentrées les archives de l’industrie cinématographique.

J’étais très préoccupé par la nature éphémère (pour ainsi dire jetable) de ces objets, et j’avais peur que cette pénurie de sources primaires m’empêche d’élucider tous les mystères de mon corpus. Même les films de mon corpus eux-mêmes n’ont pas d’existence pérenne : censurés pour pouvoir être rediffusés, perdus après un incendie qui aurait détruit bobines ou celluloïds, retirés de la circulation car ils n’intéressent personne, introuvables sur internet pour des raisons liées au copyright…  beaucoup de cartoons ne doivent leur survie à des passionné.e.s, des collectionneur.se.s à l’affût des brocantes et des ventes aux enchères, et des utilisateur.ices de plateformes de streaming illégal. Je me suis beaucoup heurté à des problèmes de catalogage et d’identification des films.

Finalement, le visionnage de films du corpus n’a été qu’une toute petite partie de la recherche que j’ai pu mener à Los Angeles. Ma chance a surtout été le contact des archives et archivistes, des syndicats de scénaristes et artistes, la possibilité de consulter des témoignages et enregistrements d’entretiens (l’histoire du cinéma d’animation doit beaucoup à l’histoire orale, et d’autres oral history projects m’ont aussi beaucoup appris sur l’histoire de la diaspora asiatique en Californie, notamment sur les asiatiques dans le cinéma et le spectacle).

Dans ma thèse, je prévois un chapitre sur la façon dans les animateur.ice.s et comédien.nes. d’origine asiatique détournaient les stéréotypes de façon parfois subtile. La Californie regorge d’archives documentant la contribution de travailleur.se.s asio-américain.e.s dans des secteurs où on ne les attend pas, notamment les arts. Parfois, on retrouve leur trace via une simple anecdote au détour d’un entretien oral où une animatrice du studio UPA dans les années 60 qui évoque telle ou telle collègue japonaise. Parfois la trace s’arrête là, mais parfois elle mène à d’autres archives. Sans minimiser l’ampleur du racisme institutionnel et culturel métonymisé dans la caricature animée, je préfère considérer l’histoire de la construction du stéréotype racial comme une négociation, un dialogue dans lequel il a toujours existé des oppositions au discours dominant, et également des cas complexes où des caricaturé.e.s avaient des sentiments ambivalents envers ces images … Et pas comme juste une agression unilatérale subie par les subalternes. Les archives de Los Angeles, entre autres choses, m’ont fait prendre conscience de cela. Je suis content de pouvoir nourrir une telle perspective et de la partager avec celles et ceux qui me liront.

Quelles conditions de travail?

Avoir un contrat doctoral pendant trois ans m’a permis d’abattre une grosse partie du travail, c’était royal. En dehors de cela, je me suis senti très épaulé par mes deux laboratoires, qui me fournissaient des outils numériques et un cadre de travail. Travailler en salle 120 à Saint-Charles a sauvé ma productivité.

Dernier point non-négligeable : Les financements accordés par la SAES, EMMA et le LERMA m’ont permis d’aller à l’étranger. Il ne faut pas oublier que les sociétés savantes peuvent nous venir en aide de diverses façons.

En somme, je suis un thésard pourri-gâté.

Et dans cinq ans?

Je ne sais pas encore si je me vois plus dans le secondaire ou dans le supérieur. Du moment que c’est avec un doctorat en poche, je foulerai du pied n’importe quel enfer les yeux fermés.

Un dernier message

Merci Constance, Marie et Théo d’investir leur temps dans un espace où les doctorant.e.s d’EMMA peuvent s’exprimer. Et merci à celles et ceux qui ont eu la patience de lire mon portrait jusqu’au bout.

 

Novembre 2022 – Charlotte Chassefière

A travers ses recherches, Charlotte nous emmène au-delà des clichés de la littérature gothique et de ses châteaux hantés pour nous faire découvrir les préoccupations bien ontologiques de l’œuvre de son homonyme Charlotte Dacre, autrice du début du XIXème siècle, qu’elle a choisi de remettre à l’honneur dans sa thèse dirigée par Prof. Christine Reynier. Charlotte nous parle donc de construction de soi, mais aussi de la construction de son « soi doctorant » durant ces trois dernières années.

La thèse de Charlotte

Je travaille dans le domaine de la littérature britannique romantique (fin dix-huitième, début dix-neuvième siècle), et particulièrement la littérature gothique. Mon corpus est constitué des quatre romans de Charlotte Dacre, une autrice populaire du début du dix-neuvième siècle, largement oubliée par la critique de son temps. Mon travail de thèse se concentre sur la notion d’identité chez cette autrice, et interroge l’interpénétration de la culture, de l’histoire, de l’idéologie et de la fiction elle-même dans la construction et la représentation d’un « soi ». Ma thèse s’effectue sous la direction de Christine Reynier.

Aux origines…

Les romans, la poésie et la fiction en général sont une passion depuis mon plus jeune âge. La thèse m’a donc paru l’une des options les plus judicieuses pour tenter de transformer ce plaisir en métier. 

        En ce qui concerne mon sujet, je travaillais déjà sur la littérature gothique (qui avait fait l’objet de mon mémoire de Master 2). Découvrir les romans de Charlotte Dacre et choisir d’en faire mon corpus de thèse a été l’occasion pour moi d’étendre ces recherches, et d’explorer cette littérature. Le gothique ne se résume pas seulement à des histoires de fantômes et de châteaux hantés : c’est un mode de représentation à part entière qui ouvre un dialogue avec la tradition, la culture et l’idéologie dominante d’une époque. Il s’enracine dans la confrontation entre la vie subjective de l’individu et les conditions historiques de son environnement.

Un moment marquant

C’est une question très difficile ! Je vais tenter de la contourner en disant que c’est toute mon expérience de doctorat jusqu’ici qui m’a le plus marquée. Depuis la date de ma première inscription, j’ai très régulièrement l’occasion d’apprendre à faire quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je n’ai pas connu un tel enrichissement humain dans mes expériences professionnelles passées, et c’est vraiment ce que je trouve le plus marquant dans le doctorat.

Quelles conditions de travail?

J’ai commencé ma thèse sous contrat doctoral avec une petite charge d’enseignement: des conditions idéales pour poursuivre le travail de recherche. Cette année, j’ai un contrat d’ATER : mon emploi du temps est un peu plus chargé, mais me permet toujours de concilier le travail de thèse avec l’enseignement, ce qui constitue toujours un cadre idéal.

   S’il y a une difficulté, elle émerge plutôt de la partie enseignement, où le nombre d’étudiants en augmentation proportionnelle inverse au nombre d’enseignants complique de plus en plus le métier dans son ensemble. Cela fait bien bien sûr partie des conditions d’exercice, mais c’est une réalité qui ne doit pas être ignorée.

Et dans cinq ans?

Maîtresse de conférences en littérature Britannique naturellement, car l’espoir fait vivre.

   Je suis toutefois bien consciente de la rareté des postes, et je garde l’esprit ouvert : l’enseignement, le travail associatif, culturel et artistique, ou encore travailler dans un pays anglophone font partie des options que je me réserve.

Un dernier message

Non, mais je voudrais féliciter les représentant-e-s des doctorant-e-s pour ces portraits qui nous donnent l’occasion de réfléchir à notre expérience de doctorat, et de découvrir celle des autres. Merci à vous pour cette entreprise très humaine !

“October Montpellier Morning” by Terry Gifford (International Workshop “Modernism and Matter”, 13-14 October 2022)

 

October Montpellier Morning

On the bandstand backed by textured bushes

the musicians are setting up, languidly,

beside the long, wide avenue of plane trees

turning their greens to gold against the blue.

 

Silver instrument cases are carried to the small

white van. The double bass is erect with promise

in its gleaming, rich, resonant brown.

The fiddle player arrives, dressed all in black

 

like the slight, curved case she cradles.

Leads are laid with care across the stage.

Leaves have started to fall.

The lead guitarist cannot wait, sends a slow

 

bending riff to the bright balloons announcing

the charity stall, hopeful, under its blue shade.

Soon the bench-sleeper will stir

under his grubby table cloth and drink

 

from the bottle waiting beside him that

was half-empty, but will become half-full.

The drummer has joined, surprisingly softly.

Saturday morning in Montpellier is warming

 

and unheard, as yet, unseen salt water

is already rising, ballooning uncharitably,

a riff on creeping, sleepy centimetres, to

lap at the lower town, mounting Montpellier.

Terry Gifford, October 2022.

 

 

 

Octobre 2022 – Carine Nibakure

Réflexion sur le deuil, et sur l’inventivité des formes élégiaques expérimentales, la thèse de Carine préparée sous la direction de J. M. Ganteau oppose la créativité obstinée de l’art et l’inévitable décomposition du monde. Un constat difficile, mais aussi plein d’espoir que vous retrouverez dans sa description de la vie à EMMA et des étapes du doctorat !

La thèse de Carine

Je fais une étude sur le mode de l’élégie dans la littérature britannique contemporaine, et plus spécifiquement sur ses formes expérimentales. Comment les figures du deuil et de la mélancolie, étudiées à partir du modèle freudien, sont (re)présentées par une poétique qui oscille entre fidélité et transformation du sujet de deuil. L’un des objectifs est de comprendre comment le roman expérimental contemporain renouvelle les formes littéraires et présente l’émotion comme contribuant à une esthétique de l’élégie contemporaine et du trauma. Je souligne également la préoccupation de ce mode littéraire pour les éthiques de l’altérité et de la vulnérabilité. Mon corpus est composé des romans The Unfortunates (1969) de B.S. Johnson, Destiny (1999) de Tim Parks, Quilt (2010) de Nicholas Royle, Last Orders (1996) de Graham Swift et Grief Is the Thing with Feathers (2015) de Max Porter.  

Aux origines…

J’ai toujours été intéressée par la littérature grecque classique, la littérature contemporaine du monde anglophone et l’enseignement. De ce fait, faire des études littéraires et un master, recherche, était la seule voie pour faire un métier qui me passionne. Pendant mon master, je travaillais déjà sur l’écriture de la perte. Par chance, j’étais déjà encadrée par mon excellent directeur, ce qui m’a donné encore plus envie de poursuivre en doctorat. 

Mon intérêt pour les vulnérabilités et la question du deuil s’est précisé en 2015 après les attentats du Bataclan. Je me suis interrogée sur comment les individus peuvent ou non surmonter une perte. La question du deuil et de la mélancolie a donc résonné en moi. J’ai par la suite découvert l’élégie, genre littéraire privilégié de l’écriture de la perte, et j’ai ensuite approfondi mes recherches sur les formes littéraires expérimentales et la psychanalyse.

Un moment marquant

Il est difficile de penser à un seul moment marquant de mon doctorat qui fait partie intégrale de mon quotidien ! Ma première communication lors de la journée des doctorants a été un grand moment. Mon voyage à la British Library, où j’ai pu consulter des archives de B.S. Johnson, un des grands écrivains d’avant-garde des années soixante, a été un grand moment. Je dois souligner que j’ai pu y aller grâce à l’aide du laboratoire EMMA. Mais également, chaque étape franchie dans mon doctorat est un moment marquant, car elle me permet de voir ce travail de longue haleine se concrétiser. Il serait donc impossible de choisir un seul moment, car chaque étape est singulière et porteuse d’un sentiment de réussite !

Quelles conditions de travail?

Je n’ai bénéficié d’aucun financement pour ma thèse mais j’ai pu avoir des expériences professionnelles variées dans l’administratif durant les deux premières années de mon doctorat. Et depuis la troisième année, j’enseigne  à l’UPVM3 en tant que contractuelle.

Et dans cinq ans?

Dans l’idéal, j’aimerais travailler en tant qu’enseignante-chercheuse. La seule certitude que j’ai, c’est que j’enseignerai, en France ou dans un autre pays du monde anglophone, tout en poursuivant mes travaux de recherche sur l’élégie et l’expérimentation.

 

Séminaire “Introduction to Ecocriticism : The Social Construction of Nature”, Terry Gifford

Mercredi 12 octobre 2022 de 17h à 19 h30 – Salle des Caryatides

Terry GIFFORD, Visiting Research Fellow at the Research Centre for Environmental Humanities, Bath Spa University (UK) and Professor Honorifico at the Universidad de Alicante (Spain)

If the environmental crisis is a cultural crisis, how has what has been embedded in our language led to the Anthropocene? Ecocriticism attempts to deconstruct some answers. This seminar, led by a co-founder of British ecocriticism, first means to give an introduction to ecocriticism and its origins before turning to more recent developments.


This introduction to ecocriticism begins by considering what is implied by the language of a poem, ‘Bob’s Lane’, by Edward Thomas (1878-1917), a war poet known for his pastoral poetry, and one by post-war poet Philip Larkin (1922-1985). Words like ‘nature’ and ‘pastoral’, will be examined and the social construction of nature debated.

The seminar will then chart developments in pastoral theory and the evolution of ecocriticism, from phase one to phase three, in the US and the UK; its French iterations will also be included.

Terry Gifford is currently Visiting Research Fellow at Bath Spa University’s Research Centre for Environmental Humanities and Professor Honorifico at the University of Alicante, Spain.
He is author of 

  • Green Voices: Understanding Contemporary Nature Poetry (Manchester U. P. , 1995,
    2 nd ed. 2011),
  • Pastoral (Routledge 1999, updated ed. 2019;
    https://doi.org/10.4324/9781315647920),
  • Reconnecting with John Muir: Essays in Post-Pastoral Practice (U. of Georgia Press,
    2006),
    He has written or edited seven books on Ted Hughes, most recently Ted Hughes in
    Context 
    (2018), and published ecofeminist essays on D. H. Lawrence. D. H. Lawrence, Ecofeminism and Nature (Routledge, 2022) is forthcoming.

Séminaire “Charles Darwin: Aesthetics, Morals and Human History”, Ian Duncan

Mardi 11 octobre 2022, Salle Panathénées, St-Charles 2.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Matérialités » d’EMMA. Intervention du Professeur Ian Duncan (University of California, Berkeley, USA et PMU à l’Université Paul-Valery Montpelllier3). Séminaire organisé par Christine Reynier.

Charles Darwin’s On the Origin of Species (1859) provides comprehensive, rigorous and enduring theoretical framework for a materially determined history of life on earth. In The Descent of Man, and Selection in Relation to Sex (1871) Darwin extended his evolutionary thesis to the human species. The seminar will address a central tension in Darwin’s argument: between the abolition of traditional distinctions between human beings and other animals, on the one hand, and the retention of a quality of human exceptionalism, on the other. The technological ability to shape their material environments makes humans self-domesticating, exerting a (limited) power of artificial selection that determines the subsequent development of the species, the motive principle of which is sexual choice according to aesthetic criteria. Sexual selection, common to all creatures but amplified to quasi-autonomous power in humans, generates not only the semiotics of gender difference but of racial difference too. Darwin’s account of sexual selection begs the question, however, of human evolutionary emergence – of human difference from pre-human ancestors, and humans’ subsequent global ecological dominance. Elsewhere in The Descent of Man, Darwin identifies the moral sense or conscience as the principle that sets humans apart even from the higher animals. A development of the pre-human “social instinct,” the moral sense is constituted by humans’ cognitive capacity for “mental time-travel,” through which they can compare recollected past states with present impulses, imagine hypothetical alternatives, and hence make ethical and political choices about the future. In the seminar I wish to explore two, linked topics. 1.) The relation between a cultural and moral perfection of “humanity,” achieved via a progressive expansion of sympathy beyond local social groups to include all human beings and (ultimately) all sentient life – and the biopolitical imperative of natural selection, governing the genocidal expansion of European empire in Darwin’s own time (the topic of my essay “Darwin’s Human History”). 2.) The relation of that to the evolutionary role of the aesthetic sense in Darwin’s account of sexual selection (the topic of my essay “Natural Histories of Form”). Can a disinterested appreciation of human differences, founded on a rational understanding of their aesthetic basis, overcome the racialized aversion that (supposedly) motivates human violence against other populations?

Ian Duncan, “Natural Histories of Form: Charles Darwin’s Aesthetic Science.” Representations 151 (2020), 51-73.
Ian Duncan, “Darwin’s Human History.” After Darwin: Literature, Theory, and Criticism in the Twenty-First Century, ed. Devin Griffiths and Deanna Kreisel (Cambridge University Press, 2022), 577-50.

Mai 2022 –  Tim Gupwell

Au carrefour entre permaculture et culture littéraire, Tim nous fait entrer dans son monde tout en nous encourageant à porter un regard lawrencien sur notre monde moderne. En quatrième année de thèse sous la direction de Christine Reynier, Tim nous parle aussi de l’évolution de ses conditions de travail et de l’impact de la crise sanitaire sur son expérience doctorale.

La thèse de Tim

Ma thèse porte sur la philosophie de D.H. Lawrence. Il est principalement connu pour son œuvre de fiction, mais il a écrit un livre de philosophie qui a été malheureusement perdu. J’essaie de reconstruire sa pensée philosophique à partir de ses autres œuvres non-fictionnelles. Cela a un intérêt en soi puisque c’était un penseur complexe, mais je crois que ce travail pourrait également nous aider à mieux comprendre sa fiction.

Aux origines…

D.H. Lawrence me passionne depuis que je l’ai découvert à l’école (il y a fort longtemps !) et y revenir pour ma thèse était comme une évidence pour moi. Au début, je comprenais très peu de ce qu’il écrivait dans des livres comme Fantasia of the Unconscious (par exemple), mais j’ai toujours eu la conviction qu’il disait quelque chose d’important, et j’avais envie de l’élucider.

Un moment marquant

Si je réfléchis bien, je crois que c’est assez récent : c’est lorsque j’ai assisté à mon premier colloque, la D.H. Lawrence International Conference à Paris cette année. Au début de ma thèse, j’avais hâte de participer à des colloques et de rencontrer mes pairs, et puis le COVID est passé par là, il y avait des colloques à distance, mais ce n’est pas du tout pareil. Cette année j’ai pu rencontrer les spécialistes du monde entier, sortir avec eux, sentir que je faisais partie de leur monde. C’était génial !

Quelles conditions de travail?

Les premières années, je travaillais à plein temps en lycée. Pour être tout à fait honnête, je détestais ça. Je n’avais pas du tout envie d’être là, je n’arrivais pas trouver un poste à l’université et j’ai failli renoncer à tout pour me lancer dans la permaculture ! Et puis, enfin, j’ai décroché un poste d’ATER à Perpignan et j’ai eu l’impression de revivre. Ce n’est pas aussi bien rémunéré qu’un poste dans le secondaire, mais je préfère gagner moins et faire ce que j’aime. Enseigner à la fac est une grande source de joie pour moi. Ça m’a surtout permis de me concentrer sur mes recherches.

Et dans cinq ans?

Je ne sais pas trop, j’aimerais devenir Maître de Conférence en France, mais comme nous le savons tous, c’est très compliqué. Je vais probablement rester à Perpignan pour une année ou deux, peut-être plus. Et j’essaie d’écrire quelques articles et surtout finir ma thèse. Après, on verra.

Un dernier message

Je finirais par une citation de Lawrence qui, à mon sens, a des résonances toutes particulières aujourd’hui :

‘There is a great change coming, bound to come. The whole money arrangement will undergo a change: what I don’t know. The whole industrial system will undergo a change. Work will be different and pay will be different. Class will be different, and human relations will be modified and perhaps simplified. If we are intelligent, alert and undaunted, then life will be much better, more generous, more spontaneous, more vital, less basely materialistic. If we fall into a state of funk, impotence and persecution, then things may be very much worse than they are now. It is up to us.’ (Late Essays and Articles, 220)