Archives de l’auteur : Constance Pompié

Mai 2024 – Théo Maligeay

Dans ses recherches, Théo nous emmène dans la Comté de Tolkien et dans une vallée du Nouveau-Mexique à la recherche des derniers bastions de la contre-culture américaine. Doctorant en quatrième année sous la direction du Pr. Claude Chastagner, Théo retrace son parcours doctoral et nous rappelle l’importance du travail d’équipe dans la recherche.

La thèse de Théo 

Je travaille sur les hippies aux Etats-Unis entre 1964 et 1974. Je travaille sur leur enthousiasme pour The Lord of the Rings de Tolkien et aussi sur leurs pratiques architecturales. Entre les deux, il s’agit de se demander si la contre-culture était un mouvement réactionnaire, donc j’étudie l’historiographie de la contre-culture et la théorie de la modernité et du progrès.

Mon corpus est très diversifié : il s’étend de sources sur la réception de Tolkien dans les années soixante jusqu’à des projets architecturaux alternatifs en Arizona et au Nouveau-Mexique, par exemple.

Aux origines…

À la suite des études littéraires que j’ai faites et du concours de l’agrégation, il me semblait qu’enseigner à l’université et participer à la recherche s’accordait bien avec certaines de mes valeurs et de mes préférences. Il fallait donc faire une thèse. Quant au sujet, il a mis très longtemps à se construire, d’autant plus que j’ai commencé à m’intéresser à la place particulière de The Lord of the Rings dans la contre-culture hippie bien avant de démarrer ma thèse ! L’architecture est apparue un peu après, en 2020, grâce à une discussion avec un spécialiste étatsunien de la contre-culture.

Un moment marquant

Alors ce n’est pas facile à décrire, mais imaginez-vous partir dans le Kansas, traverser le Colorado en voiture et arriver dans une ancienne communauté hippie quasiment à l’abandon au Nouveau-Mexique. Après avoir quitté la route principale, il faut encore prendre de nombreuses bifurcations avant d’arriver au fond d’une minuscule vallée à un petit groupe de bâtiments perdus dans la campagne qui est quasiment un désert dans cette région. Il est presque midi mais il ne fait pas trop chaud. Pourtant, il n’y a personne, que des moutons qui se reposent à l’ombre et, devant la porte du bâtiment principal, une sculpture de deux mètres d’un alien à la peau verte et aux grands yeux noirs. New Buffalo était un endroit célèbre et relativement dynamique dans la deuxième moitié des années soixante, recevant la visite de célébrités comme Timothy Leary ou Lisa Law, mais les choses ont bien changé. Il m’a fallu 45 minutes pour pouvoir échanger quelques mots avec une habitante, et elle m’a en grande partie conduit sur de fausses pistes. Les membres de la communauté cherchent un repreneur définitif pour le terrain.

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je suis en ATER depuis un an, et je vais pouvoir bénéficier du même poste l’année prochaine. Merci à celles et ceux qui m’ont accordé cette confiance. Ce sont de très bonnes conditions pour faire une thèse tant qu’on arrive bien à préserver le temps et l’énergie nécessaire à la recherche.

Et dans cinq ans ?

Question qui présente un choix difficile entre le souhait et la probabilité. Quoi qu’il en soit je suis sûr que l’architecture alternative est le sujet qui me passionne le plus et dont j’aimerais faire une carrière. Depuis quelques temps, je pense à travailler pour l’architecture alternative sur le littoral méditerranéen ou, idée complètement folle, dans le Michigan. Mais si j’ai un poste à l’université, pour continuer dans ce champ de la recherche, je serais également comblé.

Un dernier message

Comme vous aurez toutes et tous des profils très différents, il me semble difficile de dire quelque chose qui s’adressera à tout le monde. J’ai la chance de beaucoup apprécier notre unité de recherche. Merci aux collègues, notamment du bureau 120 à Saint-Charles, pour leur générosité, leur dynamisme et leur bonne humeur.

Boîte à CFP – DÉCEMBRE 2023

CFP Film Journal issue – The Politics of Silence or Noise in the US: from Film and Television Production to Reception
deadline: 1 février 2024

CFP Colloque “Écrire en commun(s). Arts, écologies, radicalités”, 23-25 mai 2024, Paris 8.
deadline: 10 janvier 2024

CFP Colloque “Devenirs de l’idylle: la nature en trompe l’œil de l’Antiquité à nos jours”, 14-15 mai 2024, Université de Bretagne-Sud (Lorient)
deadline: 30 janvier 2024

CFP The (neo-)historical in British literature and visual arts (20th-21st centuries), SEAC International Conference, Université Caen Normandie, 17-18 octobre 2024.
deadline: 30 avril 2024

CFP JE Faire corps… avec la terre, Université de Jean Monnet, Saint-Etienne, 19/04/24.
deadline: 1 février 2024

CFP JE Photographie et manifestation(s) dans les Amériques
deadline : 15 janvier 2024

CFP Tourisme, Arts et Mémoire(s)/Tourism, arts and memory(ies), Université de Lille, 29-30 mars 2024
deadline : 13 janvier 2024

CFP: L’espace-temps de la fiction (Dijon, 21-22 novembre 2024)
deadline : 1 février 2024

CFP – Conversations with a Ghost
deadline : 8 janvier 2024 

CFP Special edition of Social Sciences Journal – Populations rendered “surplus” in Canada
deadline : 15 avril 2024

CFP pour le 12e Colloque Stella Incognita – “Quand la science-fiction change le monde …” 10-12 avril 2024, Aix-Marseille Université
deadline : 20 décembre 2023

CFP : Colloque “Pas de (ré)conciliation sans décolonisation ?”, Poitiers, mars 2024
deadline : 15 décembre 2023

CFP Journée d’étude “Au Lit!”, Paris, Sorbonne U, Juin 2024.
deadline : 28 janvier 2024

CFP Le corps enseignant aux États-Unis, 11 juin 2024, UVSQ
deadline : 15 janvier 2024

CFP Colloque SAIT (Société Angliciste — Arts, Images, Textes), “La chair des textes, la chair des images”, 10 et 11 octobre 2024, Le Mans Université
deadline : 31 janvier 2024

CFP Journée d’étude – Les nouveaux visages de la pastorale

Les nouveaux visages de la pastorale

Journée d’études – Université Paul Valéry – Montpellier 3

Organisée par Théo Maligeay et Constance Pompié

17 novembre 2023

(English version below)

VERSION FRANÇAISE

Entre la perte inconsolable d’un Éden terrestre que nous détruisons et l’évocation utopique de ce qu’il nous faudra retrouver, les enjeux liés à la pastorale sont portés à un degré d’intensité maximale par les conséquences de l’action humaine sur la planète (Lilley 3). Nous avons constaté cette évolution dans notre laboratoire et partout dans le champ universitaire, en observant la multiplication des publications et des manifestations scientifiques qui sont consacrées à la pastorale. C’est pourquoi il est apparu opportun d’organiser une journée d’étude dédiée à la pastorale contemporaine en s’appuyant sur la spécificité de nos approches multi-disciplinaires.

Aux premiers paragraphes de son livre The Machine in the Garden, Technology and the Pastoral Ideal in America, Leo Marx décrit l’arrivée des Européens en Amérique :

With an unspoiled hemisphere in view it seemed that mankind actually might realize what had been thought a poetic fantasy. Soon the dream of a retreat to an oasis of harmony and joy was removed from its traditional literary context. It was embodied in various Utopian schemes for making America the site of a new beginning for Western society. In both forms— one literary and the other in essence political — the ideal has figured in the American view of life which is, in the widest sense, the subject of this book. (3)

A travers une série d’oppositions binaires, la thèse de Marx pose une relation entre la pastorale, un mode littéraire développant une vision nostalgique de la simplicité d’une vie au contact de la nature (Gifford 15) et un projet politique pastoraliste, c’est-à-dire qui organise le monde en conformité avec les motifs et les valeurs de ce mode. Extrêmement féconde, cette thèse a suscité de nombreux ouvrages qui ont illustré la puissance de l’imaginaire pastoral dans le champ politique et, partant, dans le cours de l’Histoire, en Occident (Braun and Castree 1998). Cependant, l’argument de Marx reste limité dans la mesure où il ne considère qu’une transmission à sens unique entre le littéraire et le politique : l’incarnation (“embodiment”). Dans cette vision, le littéraire précède le politique qui le reproduit le plus fidèlement possible. Au contraire, beaucoup d’ouvrages sur la pastorale littéraire britannique insistent sur la perméabilité du mode à son contexte. Celle-ci a fait se fragmenter le mode pastoral (Hunt 13). Par ailleurs, d’autres auteurs insistent sur le fait que chaque pastorale ne se prête pas à une interprétation politique univoque (Hiltner 70; Williams 105; Gifford 8). A l’heure où le contexte politico-littéraire est marqué par la résurgence du pastoral en réaction aux bouleversements écologiques de l’Anthropocène (Lilley 29), nous avons souhaité approfondir notre compréhension des phénomènes qui se jouent à l’interface entre le littéraire et le politique pour mieux comprendre comment ils finissent par composer un seul idéal (“In both forms … the ideal”). Ainsi, notre journée d’études abordera la pastorale et le projet politique pastoraliste sous l’angle de leur dialogue, de leur co-évolution et de leur interpénétration.

            Nous nous sommes intéressés notamment au cottagecore et au solarpunk pour illustrer la contemporanéité de la pastorale et son incarnation sur des supports divers et variés. La définition et délimitation de ces deux phénomènes est très peu aboutie car leur apparition est très récente – 2014 pour le solarpunk, 2018 pour le cottagecore. D’autre part, ils se déploient surtout sur des réseaux virtuels, jeunes et minoritaires, dans une sorte d’infra-pop culture. Enfin, ils sont le lieu et l’enjeu de débats esthétiques et politiques qui se traduisent par la concurrence entre des définitions et des pratiques contradictoires. En première analyse, le solarpunk est un genre de science-fiction qui représente “une civilisation durable et comment y arriver” (“A Solarpunk Manifesto”). Contrairement au steampunk marqué par la machine à vapeur et les mécanismes d’horlogerie, les motifs solarpunk sont l’énergie solaire et la permaculture. On le retrouve dans la littérature, le cinéma, les arts graphiques, la mode et le militantisme politique. Le cottagecore est lui aussi un phénomène trans-média, qui répond à la catégorie encore intraduisible “aesthetics”. Mot-dièse devenu viral pendant les premiers confinements de 2020, il regroupe des représentations de la vie rurale fortement inspirées par le courant littéraire du romantisme. Il influence notamment la mode vestimentaire, la décoration d’intérieur et les travaux domestiques. Et il est aussi utilisé comme instrument de branding dans le marketing. S’il est vrai que ces deux avatars contemporains rendent fortement manifeste l’interaction entre le poétique et le politique qui est au cœur de nos réflexions sur la pastorale, notre investigation ne sera pas limitée au seul périmètre qu’ils délimitent : d’autres formes et discours de la pastorale contemporaine pourront aussi être évoqués (éco-villages, poésie, etc.).

Plusieurs axes de questionnement pourront être explorés lors de cette journée d’études :

  • Le paradoxe des formes pastorales dans le contexte technologique des réseaux sociaux
  • La transmédialité du mode pastoral, et la frontière entre œuvre d’art et œuvre politique
  • Engagement, désengagement, retraite, fuite
  • Romantisation, idéalisation et fétichisation de l’environnement dit “naturel”
  • La convention, l’artificiel et le naturel
  • La ville comme métonymie de la culture et du progrès
  • Les différences entre les aires culturelles britanniques et américaines dans le traitement des thèmes pastoraux
  • Les mutations de la pastorale et du pastoralisme induites par le contexte post-colonial

Nous invitons les contributrices et les contributeurs à nous envoyer leurs propositions sous la forme d’un abstract de 300 mots accompagné d’une notice biographique de 150 mots à l’adresse électronique : theo.maligeay@univ-montp3.fr pour le 2 octobre 2023.

 

ENGLISH VERSION

Between the inconsolable loss of a terrestrial Eden that we are destroying and the utopian evocation of what we will have to find again, the stakes raised by the pastoral are brought to maximum intensity by our recent awareness of the consequences of human actions on a geological and therefore environmental scale (Lilley). We have noted the influence of these parameters in our own research unit. On a larger scale, our academic field has seen a multiplication of publications and talks on the subject. This is why we have decided to organize a symposium dedicated to a contemporary approach on the pastoral based on the specificity of our multi-disciplinary approaches.

In the opening paragraphs of his book The Machine in the Garden, Technology and the Pastoral Ideal in America, Leo Marx describes the arrival of Europeans in America:

With an unspoiled hemisphere in view it seemed that mankind actually might realize what had been thought a poetic fantasy. Soon the dream of a retreat to an oasis of harmony and joy was removed from its traditional literary context. It was embodied in various Utopian schemes for making America the site of a new beginning for Western society. In both forms- one literary and the other in essence political – the ideal has figured in the American view of life which is, in the widest sense, the subject of this book. (3)

Through a series of binary oppositions, Marx’s thesis posits a relationship between the pastoral, a literary mode developing a nostalgic vision of a simple life in contact with nature (Alpers, Gifford), and a pastoralist political project, which organizes the world in conformity with the motives and values of this literary mode. This thesis has been extremely fruitful and has engendered numerous works that have illustrated the power of the pastoral imagination in the political field and, consequently, in the course of history in the West (Braun and Castree 1998). But it remains limited insofar as it considers only a one-way transmission between the literary and the political: embodiment (“embodied”). In this vision, the literary precedes the political, which reproduces it as faithfully as possible. In other words, “life imitates art” (Wilde). In contrast, a lot of recent literature on the British literary pastoral insists on the permeability of the mode to its context. Because of this, there exists a great diversity of forms and positions within the pastoral genre and, similarly, each pastoral lends itself to a variety of political interpretations (Hiltner 70; Williams 105; Gifford 8). In the context of the resurgence of the pastoral in reaction to the geological upheavals of the Anthropocene (Lilley 29), we wished to deepen our understanding of the phenomena at play at the interface between the literary and the political in order to better understand how they ultimately put forward a single ideal (“In both forms … the ideal”). Our symposium will therefore approach the pastoral and the pastoralist political project to shed light on how they interact, how they evolve conjointly, and how they become one.  

We are interested in cottagecore and solarpunk as they can illustrate the contemporaneity of the pastoral and its multiple incarnations on multiple media. The definition and delimitation of these two aesthetic forms is not very stable yet because they are very recent—2014 for solarpunk, 2018 for cottagecore. On the other hand, they mostly appear on social networks, populated by youths and minorities, in a kind of infra-pop-culture. Finally, they are both the locus and the object of aesthetic and political debates that amount to the competition between contradictory definitions and practices. For reference, solarpunk is a science fiction genre that represents “a sustainable civilization and how to get there” (“A Solarpunk Manifesto”). Unlike steampunk, which is signaled by the steam engine and clockwork gears, the solarpunk motifs are solar energy and permaculture. It can be found in literature, film, graphic arts, fashion and political activism. Cottagecore is also a trans-media phenomenon, better described by this undefined yet productive Internet idiom: “aesthetics”. It is a hashtag that went viral during the first lockdowns of 2020 and it brings together representations of rural life strongly inspired by romanticism. It influences fashion, interior design and housework. And it is also used as a branding tool in marketing. Although these two contemporary examples manifest the strong interactions between the poetic and the political that are at the centre of our reflections on the pastoral, our investigation will not be limited to the perimeter they delimit: other contemporary forms and discourses on the pastoral can also be addressed (such as poetry, eco-villages etc.).

Several lines of questioning will be explored during this symposium:

  • The paradox of pastoral forms in the technological context of social media
  • The transmediality of the pastoral mode, and the border between work of art and political work
  • Engaging or disengaging from the world
  • Romantization, idealization and fetishization of the so-called “natural” environment
  • Convention, artificiality and the natural
  • The city as a metonymy of culture and progress
  • The differences between British and American cultural areas in the treatment of pastoral themes
  • Mutations of the pastoral and pastoralism induced by the post-colonial context

Authors are invited to submit a 300-word abstract and a 150-word biographical note to theo.maligeay@univ-montp3.fr by October 2nd, 2023.

BIBLIOGRAPHIE

Alpers, Paul. What Is Pastoral?. University of Chicago Press, 1997.

Berger, Bennett M. « American Pastoralism, Suburbia, and the Commune Movement ». Society, vol. 16, no 5, juillet 1979, p. 64‑69. Springer Link, https://doi.org/10.1007/BF02697737.

Boal, Iain, et al., éditeurs. West of Eden: Communes and Utopia in Northern California. Illustrated edition, PM Press, 2012.

Bookchin, Murray. Our Synthetic Environment. [1st ed.], Knopf, 1962. Open WorldCat, http://books.google.com/books?id=jFlrAAAAMAAJ.

Braun, Bruce, et Noel Castree. Remaking Reality Nature at the Millenium. Taylor and Francis, 2005.

Buell, Lawrence. The Environmental Imagination: Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American Culture. Belknap Press: An Imprint of Harvard University Press, 1996.

Bullard, Robert Doyle. Confronting Environmental Racism: Voices from the Grassroots. South End press, 1993.

Carson, Rachel. Silent Spring. Houghton Mifflin, 1962.

Federau, Alexandre. Pour une philosophie de l’anthropocène. PUF, 2017.

Gifford, Terry. Pastoral. London: Routledge, 1999.

Hall, Stuart. « The Hippies : An American “Moment” ». CCCS Selected Working Papers, vol. 2, Routledge, p. 146‑67.

Hunt, John Dixon. The Pastoral Landscape. National Gallery of Art, 1992.

Kirk, Andrew G. Counterculture Green: The Whole Earth Catalog and American Environmentalism. University Press of Kansas, 2007.

Lilley, Deborah. The New Pastoral in Contemporary British Writing. Londres: Routledge, 2019.

Marx, Leo. Susan Sontag’s « New Left » pastoral: notes on revolutionary pastoralism in America. TriQuarterly, 1972.

—. The Machine in the Garden: Technology and the Pastoral Ideal in America. 35th anniversary edition, Oxford University Press, 2000.

Morton, Timothy. Ecology without Nature: Rethinking Environmental Aesthetics. Cambridge, MA and London: Harvard University Press, 2007

Soleri, Paolo. Arcology: The City in the Image of Man. MIT Press, 1969.

  • Pour découvrir le cottagecore et le solarpunk

Eat today, feed tomorrow. Réalisé par Chobani, 2021. YouTube,
https://www.youtube.com/watch?v=MS-sJQkr0H4.

A Solarpunk Manifesto (English) – ReDes – Regenerative Design.
                www.re-des.org/a-solarpunk-manifesto. Accessed 5 Oct. 2022.

Flynn, Adam. Solarpunk: Notes Toward a Manifesto | Project Hieroglyph.
    hieroglyph.asu.edu/2014/09/solarpunk-notes-toward-a-manifesto. Accessed 5 Oct. 2022.

Kashi, Anita Rao. “‘Cottagecore’ and the Rise of the Modern Rural Fantasy.” BBC Culture,
www.bbc.com/culture/article/20201208-cottagecore-and-the-rise-of-the-modern-rural-fantasy.
Accessed 5 Oct. 2022.

Malbon, Abigail. “What Is Cottagecore? TikTok’s Latest Aesthetic Exlpained.” Evening
    Standard
, 24 July 2020,
www.standard.co.uk/insider/fashion/cottagecore-tiktok-aesthetic-explained-a4463656.html.

Journée des Doctorant.e.s 2023 – 7 juin 2023

Cher.e.s doctorant.e.s,

C’est avec grand plaisir que nous vous informons que la prochaine journée d’étude des doctorant.es d’EMMA se tiendra le mercredi 7 juin 2023 (salle à définir, site St. Charles). Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore ce rendez-vous annuel, la journée d’étude vous offre l’opportunité, quel que soit l’avancement de votre recherche, de présenter à l’oral votre sujet de thèse aux autres membres de l’équipe.

Cet événement n’a évidemment pas vocation à évaluer votre travail mais sera l’occasion de présenter votre champ de recherche à un auditoire composé de doctorants et de chercheur.se.s aguerris qui pourront répondre à vos questions théoriques ou méthodologiques et vous aider à synthétiser le cheminement de votre réflexion.

L’objectif de cette journée est de mettre en lumière des correspondances entre des problématiques et des champs d’étude, aussi différents et variés soient-ils. La journée sera organisée de la façon suivante :

  • Les communications, d’une durée de 15 à 20 minutes (≈ 17 000 signes et espaces, si vous choisissez d’écrire intégralement votre communication), seront regroupées par panels thématiques et vous permettront de présenter votre sujet de thèse et les derniers développements de vos travaux ou tout autre sujet en lien avec votre thèse que vous souhaiterez aborder. À l’issue de chaque panel il y aura un temps d’échange entre les communicant.es et l’auditoire afin de faire naître des correspondances autour de questions communes.
  • Nous vous proposons un format faisant la part belle à la collaboration qui a déjà fait ses preuves l’an passé. Des binômes de doctorant.e.s pourront ainsi présenter les croisements et divergences de leurs recherches, ou encore explorer un sujet qui sollicite leurs deux champs d’étude, qu’il s’agisse de faire se rencontrer différentes disciplines ou différentes approches au sein d’une même discipline.
  • Nous espérons également mettre en place un nouveau panel qui sera dédié au processus de publication de la thèse.

Une fois la liste définitive des participant.e.s établie, nous vous recontacterons pour vous informer du panel auquel sera rattachée votre intervention. Voici une liste (non exhaustive ou prescriptive) des thèmes que votre présentation orale pourra aborder :

  • Présentation du corpus et délimitation du sujet (objectifs et difficultés)
  • Présentation des notions-clés de votre sujet
  • Présentation du contexte de votre champ d’étude (synthèse sur l’état de la critique)
  • Présentation d’un chapitre de thèse
  • Développement des hypothèses de recherche (amorces de problématiques)
  • Outils théoriques (difficultés potentiellement rencontrées, remise en question de certains outils…)
  • Surprises et découvertes auxquelles vous ont amené(e) vos recherches (changements par rapport à ce qui était initialement prévu)
  • État d’avancement et interrogations

Concernant la forme de votre future présentation, il vous sera possible de parler en français ou en anglais et de vous servir d’un diaporama. Il faudra en outre veiller à délimiter les grands axes de votre présentation et expliciter les termes spécifiques à votre champ d’étude avec lesquels l’auditoire ne sera pas nécessairement familier.

La Journée des Doctorant.e.s aura lieu en format hybride. Ainsi, il est essentiel que nous sachions si vous souhaitez communiquer en étant sur place, ou à distance. Nous vous prions de bien vouloir nous confirmer ou infirmer votre présence avant le 9 mai 2023 en remplissant le formulaire ci-joint (merci de nous préciser si vous serez communicant.e ou auditeur.rice, et si vous souhaitez assister ou communiquer en étant sur place ou à distance. La capacité d’accueil de la salle étant limitée, nous accepterons en présentiel les communicant.e.s en priorité.). Nous prions également les personnes souhaitant communiquer de bien vouloir nous envoyer, dans le formulaire, un bref résumé du sujet de votre communication (2-3 lignes maximum) ainsi que quelques mots-clés : cela nous permettra d’intégrer votre présentation au panel adéquat. Pour toute autre question, merci de nous contacter en répondant à ce mail ou à l’adresse suivante : constance.pompie@univ-montp3.fr

Au plaisir de vous retrouver,

Le comité d’organisation :

Camille Chane, Philippine Fauchier, Lise Lefebvre, Constance Pompié et Joséphine Sourgnes

Février 2023 – Camille Chane

De retour de Los Angeles, Camille nous explique comment il mêle étude filmique et linguistique pour analyser les stéréotypes raciaux dans les dessins animés américains entre 1919 et 1973. Doctorant en troisième année sous la direction Pr. Sandrine Sorlin et Pr. Sébastien Lefait, il insiste sur l’importance de la recherche de terrain, de l’intérêt de demander des financements, et sur le rôle essentiel de la salle de travail des doctorant.e.s dans son travail de recherche.

La thèse de Camille

Ma thèse porte sur le dessin animé américain entre 1919 et 1973 et leur représentation des personnages est-asiatiques (chinois et japonais). Elle pose la question de comment le dessin animé construit un stéréotype racial. Je m’intéresse autant aux courts-métrages d’animation qu’aux cartoons télévisés, et la particularité de mon approche, c’est d’étudier le stéréotype linguistique (la représentation des accents étrangers).

Je suis doctorant à EMMA et au LERMA à Aix-Marseille Université. Cette co-direction est ce qui me permet de tirer parti d’outils propres à l’analyse linguistique dans le cadre d’une thèse en études visuelles.

Si les études filmiques étaient un cheeseburger, la linguistique serait les frites dans le Happy Meal de ma thèse : un accompagnement, certes, mais une nécessité.

Aux origines…

C’est mon sujet qui me motive plus qu’autre chose. Je me pose depuis l’enfance des questions sur le fonctionnement et la circulation des stéréotypes racistes. Je suis un Réunionnais d’origine chinoise et j’ai souvent été intrigué par ce que certaines personnes voyaient en me regardant. C’est peut-être nombriliste, mais j’apprécie le fait de pouvoir confronter des choses vécues intimement à des données et des savoirs obtenus à l’aide d’une approche scientifique. Il y a beaucoup de choses à dire sur la position des personnes racisé.e.s qui étudient le racisme et le fait racial. MAIS. Moi, je vais vous parler de pourquoi j’aime les dessins animés. Très souvent, les gens retiennent le terme « race » quand je leur explique mon sujet. Non ! Mon sujet, ce n’est pas QUE la race et le racisme, c’est surtout les dessins animés !

Donc voici comment j’en suis arrivé à faire ma thèse sur les dessins animés :

Je ne m’intéressais pas au « cinéma » avant le master, même si j’aimais l’animation depuis la petite enfance. En fait, je n’aimais QUE l’animation, et c’est lorsque j’ai suivi un cours théorique sur l’animation, enseigné par Susan J. Napier à Tufts University en 2016, que mon amour pour le dessin animé s’est enrichi d’une curiosité cérébrale qui a ensuite contaminé mon rapport aux autres arts visuels, dont le cinéma. Depuis ce moment, j’ai voulu faire une thèse sur le dessin animé. Le dessin animé est de plus en plus pris au sérieux, on a moins besoin de se battre pour défendre sa légitimité. Néanmoins, j’ai l’impression que beaucoup de choses restent à faire sur ce tableau, scientifiquement et institutionnellement. J’espère pouvoir contribuer à encourager les gens à voir le dessin animé commercial comme un objet culturel qui a du sens, une certaine poésie, et une complexité interne.

Un moment marquant

Le choix est déjà fait pour moi, car j’ai passé trois semaines à Los Angeles, et dès lors qu’on a été à Los Angeles, on est contractuellement obligé de raconter à qui veut bien l’entendre qu’on a été à Los Angeles. Blague à part, ces trois semaines ont été décisives pour ma thèse et pour la façon dont j’envisage ma recherche future.

Avant de commencer le doctorat, je prévoyais d’avance un séjour aux archives pour accéder à des sources primaires (films préservés, documents de production, notes et dessins d’animateur.ice.s, etc). Sans surprise, c’est non loin de Hollywood, à Los Angeles que sont concentrées les archives de l’industrie cinématographique.

J’étais très préoccupé par la nature éphémère (pour ainsi dire jetable) de ces objets, et j’avais peur que cette pénurie de sources primaires m’empêche d’élucider tous les mystères de mon corpus. Même les films de mon corpus eux-mêmes n’ont pas d’existence pérenne : censurés pour pouvoir être rediffusés, perdus après un incendie qui aurait détruit bobines ou celluloïds, retirés de la circulation car ils n’intéressent personne, introuvables sur internet pour des raisons liées au copyright…  beaucoup de cartoons ne doivent leur survie à des passionné.e.s, des collectionneur.se.s à l’affût des brocantes et des ventes aux enchères, et des utilisateur.ices de plateformes de streaming illégal. Je me suis beaucoup heurté à des problèmes de catalogage et d’identification des films.

Finalement, le visionnage de films du corpus n’a été qu’une toute petite partie de la recherche que j’ai pu mener à Los Angeles. Ma chance a surtout été le contact des archives et archivistes, des syndicats de scénaristes et artistes, la possibilité de consulter des témoignages et enregistrements d’entretiens (l’histoire du cinéma d’animation doit beaucoup à l’histoire orale, et d’autres oral history projects m’ont aussi beaucoup appris sur l’histoire de la diaspora asiatique en Californie, notamment sur les asiatiques dans le cinéma et le spectacle).

Dans ma thèse, je prévois un chapitre sur la façon dans les animateur.ice.s et comédien.nes. d’origine asiatique détournaient les stéréotypes de façon parfois subtile. La Californie regorge d’archives documentant la contribution de travailleur.se.s asio-américain.e.s dans des secteurs où on ne les attend pas, notamment les arts. Parfois, on retrouve leur trace via une simple anecdote au détour d’un entretien oral où une animatrice du studio UPA dans les années 60 qui évoque telle ou telle collègue japonaise. Parfois la trace s’arrête là, mais parfois elle mène à d’autres archives. Sans minimiser l’ampleur du racisme institutionnel et culturel métonymisé dans la caricature animée, je préfère considérer l’histoire de la construction du stéréotype racial comme une négociation, un dialogue dans lequel il a toujours existé des oppositions au discours dominant, et également des cas complexes où des caricaturé.e.s avaient des sentiments ambivalents envers ces images … Et pas comme juste une agression unilatérale subie par les subalternes. Les archives de Los Angeles, entre autres choses, m’ont fait prendre conscience de cela. Je suis content de pouvoir nourrir une telle perspective et de la partager avec celles et ceux qui me liront.

Quelles conditions de travail?

Avoir un contrat doctoral pendant trois ans m’a permis d’abattre une grosse partie du travail, c’était royal. En dehors de cela, je me suis senti très épaulé par mes deux laboratoires, qui me fournissaient des outils numériques et un cadre de travail. Travailler en salle 120 à Saint-Charles a sauvé ma productivité.

Dernier point non-négligeable : Les financements accordés par la SAES, EMMA et le LERMA m’ont permis d’aller à l’étranger. Il ne faut pas oublier que les sociétés savantes peuvent nous venir en aide de diverses façons.

En somme, je suis un thésard pourri-gâté.

Et dans cinq ans?

Je ne sais pas encore si je me vois plus dans le secondaire ou dans le supérieur. Du moment que c’est avec un doctorat en poche, je foulerai du pied n’importe quel enfer les yeux fermés.

Un dernier message

Merci Constance, Marie et Théo d’investir leur temps dans un espace où les doctorant.e.s d’EMMA peuvent s’exprimer. Et merci à celles et ceux qui ont eu la patience de lire mon portrait jusqu’au bout.

 

Novembre 2022 – Charlotte Chassefière

A travers ses recherches, Charlotte nous emmène au-delà des clichés de la littérature gothique et de ses châteaux hantés pour nous faire découvrir les préoccupations bien ontologiques de l’œuvre de son homonyme Charlotte Dacre, autrice du début du XIXème siècle, qu’elle a choisi de remettre à l’honneur dans sa thèse dirigée par Prof. Christine Reynier. Charlotte nous parle donc de construction de soi, mais aussi de la construction de son « soi doctorant » durant ces trois dernières années.

La thèse de Charlotte

Je travaille dans le domaine de la littérature britannique romantique (fin dix-huitième, début dix-neuvième siècle), et particulièrement la littérature gothique. Mon corpus est constitué des quatre romans de Charlotte Dacre, une autrice populaire du début du dix-neuvième siècle, largement oubliée par la critique de son temps. Mon travail de thèse se concentre sur la notion d’identité chez cette autrice, et interroge l’interpénétration de la culture, de l’histoire, de l’idéologie et de la fiction elle-même dans la construction et la représentation d’un « soi ». Ma thèse s’effectue sous la direction de Christine Reynier.

Aux origines…

Les romans, la poésie et la fiction en général sont une passion depuis mon plus jeune âge. La thèse m’a donc paru l’une des options les plus judicieuses pour tenter de transformer ce plaisir en métier. 

        En ce qui concerne mon sujet, je travaillais déjà sur la littérature gothique (qui avait fait l’objet de mon mémoire de Master 2). Découvrir les romans de Charlotte Dacre et choisir d’en faire mon corpus de thèse a été l’occasion pour moi d’étendre ces recherches, et d’explorer cette littérature. Le gothique ne se résume pas seulement à des histoires de fantômes et de châteaux hantés : c’est un mode de représentation à part entière qui ouvre un dialogue avec la tradition, la culture et l’idéologie dominante d’une époque. Il s’enracine dans la confrontation entre la vie subjective de l’individu et les conditions historiques de son environnement.

Un moment marquant

C’est une question très difficile ! Je vais tenter de la contourner en disant que c’est toute mon expérience de doctorat jusqu’ici qui m’a le plus marquée. Depuis la date de ma première inscription, j’ai très régulièrement l’occasion d’apprendre à faire quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je n’ai pas connu un tel enrichissement humain dans mes expériences professionnelles passées, et c’est vraiment ce que je trouve le plus marquant dans le doctorat.

Quelles conditions de travail?

J’ai commencé ma thèse sous contrat doctoral avec une petite charge d’enseignement: des conditions idéales pour poursuivre le travail de recherche. Cette année, j’ai un contrat d’ATER : mon emploi du temps est un peu plus chargé, mais me permet toujours de concilier le travail de thèse avec l’enseignement, ce qui constitue toujours un cadre idéal.

   S’il y a une difficulté, elle émerge plutôt de la partie enseignement, où le nombre d’étudiants en augmentation proportionnelle inverse au nombre d’enseignants complique de plus en plus le métier dans son ensemble. Cela fait bien bien sûr partie des conditions d’exercice, mais c’est une réalité qui ne doit pas être ignorée.

Et dans cinq ans?

Maîtresse de conférences en littérature Britannique naturellement, car l’espoir fait vivre.

   Je suis toutefois bien consciente de la rareté des postes, et je garde l’esprit ouvert : l’enseignement, le travail associatif, culturel et artistique, ou encore travailler dans un pays anglophone font partie des options que je me réserve.

Un dernier message

Non, mais je voudrais féliciter les représentant-e-s des doctorant-e-s pour ces portraits qui nous donnent l’occasion de réfléchir à notre expérience de doctorat, et de découvrir celle des autres. Merci à vous pour cette entreprise très humaine !

“October Montpellier Morning” by Terry Gifford (International Workshop “Modernism and Matter”, 13-14 October 2022)

 

October Montpellier Morning

On the bandstand backed by textured bushes

the musicians are setting up, languidly,

beside the long, wide avenue of plane trees

turning their greens to gold against the blue.

 

Silver instrument cases are carried to the small

white van. The double bass is erect with promise

in its gleaming, rich, resonant brown.

The fiddle player arrives, dressed all in black

 

like the slight, curved case she cradles.

Leads are laid with care across the stage.

Leaves have started to fall.

The lead guitarist cannot wait, sends a slow

 

bending riff to the bright balloons announcing

the charity stall, hopeful, under its blue shade.

Soon the bench-sleeper will stir

under his grubby table cloth and drink

 

from the bottle waiting beside him that

was half-empty, but will become half-full.

The drummer has joined, surprisingly softly.

Saturday morning in Montpellier is warming

 

and unheard, as yet, unseen salt water

is already rising, ballooning uncharitably,

a riff on creeping, sleepy centimetres, to

lap at the lower town, mounting Montpellier.

Terry Gifford, October 2022.