Archives de l’auteur : Marc Lenormand

À propos Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, équipe EMMA.

JE « Le théâtre participatif anglophone, une forme de théâtre engagé ? »

Vendredi 13 mai 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, bâtiment Saint-Charles 2, salle des Actes (009)

Journée d’étude co-organisée par Marianne Drugeon (EMMA), Emeline Jouve (CAS), Juliette Mézergues et Déborah Prudhon; avec le soutien du Conseil Scientifique, du Département d’études anglophones et du CCU de l’UPV, du CAS de l’U. Toulouse Jean-Jaurès ainsi que du RADAC

PROGRAMME

9h Opening of the Conference – Welcoming Speech

9h15 Sarah Weston (University of Bolton), Keynote Address “What do we mean by participation, and in what circumstances is participating meaningful? A discussion of contemporary Greek Choruses as a case study to explore community participation in UK theatre”

10h Coffee Break

10h30-12h Participation on the Stage – Chairs : Emeline Jouve and Juliette Mézergues

Pascale Sardin (Université Bordeaux-Montaigne), “A voice in your head : On Audience Participation in Dead Center’s Chekhov’s First Play (2015)”

Virginie Privas-Bréauté (Université de Lorraine), “Reassembled, Slightly Askew, the promise of an embodied experience”

Claudie Servian (Université Grenoble Alpes), “Participatory performance in American dance from the 1970s to the 1980s”

12h Discussion

12h30 Lunch Break

14h Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry), “Dorchester’s Community Plays, History at the service of a participative society”

14h30 The Colway Model and beyond – Chair: Marianne Drugeon Presentation of the artists and their work followed by Q&A

Jon Oram
Rupert Creed
Stephanie Dale
Mike Kenny
Sarah Weston and Stephanie Green

16h30 Discussion

17h Coffee Break

17h15 Workshop

Séminaire “Ending Slavery: The Antislavery Struggle in Perspective”

Mardi 3 mai 2022 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervention de Lawrence Aje et Claudine Raynaud

Ending Slavery (Lawrence Aje et Claudine Raynaud ed, PULM, 2022, série PoCoPages) broadens the scope of the antislavery struggle beyond the national and domestic narrative to draw a map of a new transnational and differentiated geography of abolitionism. It aims at complicating our understanding of the antislavery struggle by offering an opportunity to rethink the relationship between the personal and the political in the antebellum period. Focusing on the post-1830 period, Ending Slavery also presents a new and ambitious periodization by extending its historical breadth, through Reconstruction, well into the present to examine contemporary representations and interpretations of the history of abolitionism.

The book puts forward not only a reflection on the historiographical and memorial legacies of antislavery activity in the United States, but it also interrogates how this activism partook and still partakes in the long Civil Rights Movement for full social and political equality for African Americans. A collective enterprise that taps into and builds on recent research, the volume brings together historians and African-Americanists, a majority of whom are based in Europe. It ambitions to be a contribution that expands discussions and opens perspectives on the history of abolitionism. Suitable for general readers, students and scholars, Ending Slavery will serve as a useful resource in the area of slavery and Atlantic studies.

Présentation des intervenant-e-s: 

  • Lawrence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste de l’histoire africaine-américaine.
  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.

Séminaire “‘Showcasing Empire’ Past & Present Or A Brief History of Popular Imperialism, from Britannia to Brexit”

Mardi 9 novembre 2021 à 18h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Intervenant: Berny Sèbe (University of Birmingham). Discutantes: Niaz Cary-Pernon et Anne-Marie Motard

Peut-on établir un lien généalogique entre Britannia (au travers notamment de la chanson patriotique Rule Britannia composée par Thomas Arne en 1740) et le Brexit ? Bien que le concept de « Empire 2.0 » ait parfois été mis en avant parmi les raisons qui ont permis aux partisans du Brexit de rendre plausible le principe d’une sécession de l’Union européenne, les raisons sur le long terme susceptibles d’expliquer le choix de 52 % de la population britannique un jour de l’été 2016 ont souvent été négligées. Cela est d’autant plus surprenant qu’une approche du phénomène du Brexit sur la longue durée révèle des continuités saisissantes, étalées sur plusieurs siècles. Les progrès historiographiques depuis les années 1980, ont montré l’influence persistante de l’expérience coloniale sur l’ADN de la culture et des pratiques politiques au Royaume-Uni, reflétée en particulier par une large gamme de manifestations culturelles qui ont atteint de nombreux publics différents dans les îles britanniques — ce que John MacKenzie a nommé le « popular imperialism » (culture coloniale en français). Ce séminaire explore l’hypothèse d’après laquelle cet attachement profond à l’empire a marqué la culture britannique à des degrés divers au moins depuis le dix-huitième siècle.

Cette présentation se fonde sur un article publié au printemps 2021 dans le numéro 93 des Cahiers victoriens et édouardiens d’EMMA, portant sur la thématique “Showcasing Empire, Then and Now: Material Culture, Propaganda and the Imperial Project”. Le numéro a été coordonné par Fanny ROBLES et Gilles TEULIÉ.