JE “Espace(s) de souveraineté(s) dans les Amériques”

Vendredi 15 octobre 2021, Auditorium Site Saint Charles II, Université Paul Valéry Montpellier 3

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Responsables: Lawrence Aje, Claude Chastagner.

Cette journée d’étude propose une réflexion pluridisciplinaire sur la thématique des espaces de souveraineté dans les Amériques. Il s’agira d’étudier la notion de souveraineté — entendue comme un pouvoir supérieur qui l’emporte sur tous les autres et qui ne saurait faire l’objet d’aucun contrôle ni limitation — et les espaces — qu’il s’agisse d’étendues de territoires ou de champs qu’un peuple ou pays revendiquent pour des raisons historiques, démographiques, économiques ou culturelles d’occupation ou de développement — qui en permettent l’expression.

L’objectif de la journée sera d’interroger la notion d’espace(s) de souveraineté sous ses multiples formes en montrant combien elle constitue la traduction contemporaine et évolutive de rapports de pouvoirs historiques. La question de la souveraineté populaire pourra particulièrement être analysée à l’aune des troubles sociaux et politiques que traverse l’Amérique latine, conduisant à la contestation de modèles de démocratie représentative jugés insatisfaisants, voire la contestation de l’accaparement de la souveraineté par des gouvernements autocratiques, et à la multiplication des appels à l’émergence de nouvelles formes de démocratie participative. De même, le retour du nationalisme, la montée du populisme, le rejet ou la contestation des instances supranationales (ONU, FMI, OTAN) constituent autant d’avatars de la souveraineté populaire, plus précisément la revendication grandissante du droit à l’autodétermination des nations et des peuples. Si les vagues de nationalisations que connaissent plusieurs pays d’Amérique latine (Venezuela, Bolivie, Équateur) constituent des nouvelles formes d’appropriation qui sont l’expression d’une souveraineté populaire à l’échelle de la nation, les initiatives grandissantes pour reconnaître et promouvoir des valeurs et des pratiques autochtones comme solutions innovantes pour relever des défis majeurs tel le réchauffement climatique, témoignent d’exemples de souverainetés négociées et de reconquête de pouvoir.

Il sera ainsi intéressant d’examiner sur la longue durée et de façon multiscalaire les multiples modalités que prend la notion de souveraineté et ces espaces d’expression dans les Amériques. Ainsi, la mondialisation de l’économie et le développement du droit international constituent-ils de nouveaux espaces qui redéfinissent les modalités d’exercice du pouvoir souverain ? Dans quelle mesure est-ce que des phénomènes de dépossession ou de réappropriation de territoires, de ressources et de droits s’accompagnent d’une redéfinition du pouvoir politique en conduisant à minorer, ou au contraire à revaloriser, des particularismes nationaux, régionaux ou ethnoculturels.

Matin

9:00 – 10:30 : Atelier 1 – Enjeux théoriques de la souveraineté dans les Amériques

Modération : Lucile Médina (Université Paul Valéry Montpellier 3, ART-Dev)

Stephen Launay (Sciences –Po, Colombie ; Université Paris Est, LIPHA) & Jérôme Roudier (Université Catholique de Lille, LIPHA): « La souveraineté politique et ses crises : une tentative de théorisation à partir de l’observation des systèmes politiques de Colombie et du Venezuela d’aujourd’hui. »

Michael J. Strauss (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, Paris): « Guantanamo Bay (Cuba) comme laboratoire de la souveraineté et ses contorsions juridiques. »

Nicolas Gachon (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « L’immunité souveraine aux États-Unis. »

11:00 – 12:00 : Atelier 2 – Lieux de pouvoir : centre(s) et périphérie(s) 

Modération : Lawrence Aje (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Benoît Delerue, (Université Jean Moulin Lyon III, CLESID): « Les Souverainetés partielles et résiduelles des États fédérés entre normes constitutionnelles et crises structurelles : États-Unis, Canada, Brésil » 

Maxime Arnan (Université Cergy Paris): « Les réfugiés ‘choisis’ : le cas du processus de réinstallation des migrants forcés colombiens au Brésil.»

13:30 – 15:30 : Atelier 3 – Souveraineté(s) des peuples autochtones

Modération : Raphaël Ricaud (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA)

Laura Cahier (Aix Marseille Université): « Autodétermination des Peuples autochtones et violences intersectionnelles aux États-Unis : reconfigurer les espaces de souverainetés pour répondre à la crise des ‘ Missing and Murdered Indigenous Women’ » ?

Marine Bobin (Docteure en anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès): « Construire des prisons, affirmer sa souveraineté ? Justice et autonomie de la nation navajo.

Jean-Marc Serme (Université de Bretagne Occidentale, HCTI): « ‘Zones de résurgence’: les multiples interprétations de la souveraineté autochtone à Hawai’i »

Lionel Larré (Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS): « L’Etat de Sequoyah : une tentative de renégociation d’un espace de souveraineté indigène (Territoire Indien, début du XXème siècle) »

16:00 – 17:00 : Atelier 4 – Art et souveraineté

Modération : Claude Chastagner (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA).

Claire Omhovère (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA): « Souveraineté et représentation autochtones dans les arts visuels du Canada anglophone »

Sebastian Olave Soler (Université Paris-Sorbonne, CRIMIC): « La musique populaire de racine africaine comme espace de contestation en Colombie : d’une identité univoque aux défis du pays multiculturel ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.