Mai 2024 – Théo Maligeay

Dans ses recherches, Théo nous emmène dans la Comté de Tolkien et dans une vallée du Nouveau-Mexique à la recherche des derniers bastions de la contre-culture américaine. Doctorant en quatrième année sous la direction du Pr. Claude Chastagner, Théo retrace son parcours doctoral et nous rappelle l’importance du travail d’équipe dans la recherche.

La thèse de Théo 

Je travaille sur les hippies aux Etats-Unis entre 1964 et 1974. Je travaille sur leur enthousiasme pour The Lord of the Rings de Tolkien et aussi sur leurs pratiques architecturales. Entre les deux, il s’agit de se demander si la contre-culture était un mouvement réactionnaire, donc j’étudie l’historiographie de la contre-culture et la théorie de la modernité et du progrès.

Mon corpus est très diversifié : il s’étend de sources sur la réception de Tolkien dans les années soixante jusqu’à des projets architecturaux alternatifs en Arizona et au Nouveau-Mexique, par exemple.

Aux origines…

À la suite des études littéraires que j’ai faites et du concours de l’agrégation, il me semblait qu’enseigner à l’université et participer à la recherche s’accordait bien avec certaines de mes valeurs et de mes préférences. Il fallait donc faire une thèse. Quant au sujet, il a mis très longtemps à se construire, d’autant plus que j’ai commencé à m’intéresser à la place particulière de The Lord of the Rings dans la contre-culture hippie bien avant de démarrer ma thèse ! L’architecture est apparue un peu après, en 2020, grâce à une discussion avec un spécialiste étatsunien de la contre-culture.

Un moment marquant

Alors ce n’est pas facile à décrire, mais imaginez-vous partir dans le Kansas, traverser le Colorado en voiture et arriver dans une ancienne communauté hippie quasiment à l’abandon au Nouveau-Mexique. Après avoir quitté la route principale, il faut encore prendre de nombreuses bifurcations avant d’arriver au fond d’une minuscule vallée à un petit groupe de bâtiments perdus dans la campagne qui est quasiment un désert dans cette région. Il est presque midi mais il ne fait pas trop chaud. Pourtant, il n’y a personne, que des moutons qui se reposent à l’ombre et, devant la porte du bâtiment principal, une sculpture de deux mètres d’un alien à la peau verte et aux grands yeux noirs. New Buffalo était un endroit célèbre et relativement dynamique dans la deuxième moitié des années soixante, recevant la visite de célébrités comme Timothy Leary ou Lisa Law, mais les choses ont bien changé. Il m’a fallu 45 minutes pour pouvoir échanger quelques mots avec une habitante, et elle m’a en grande partie conduit sur de fausses pistes. Les membres de la communauté cherchent un repreneur définitif pour le terrain.

Quelles conditions de travail ?

Après trois ans de contrat doctoral, je suis en ATER depuis un an, et je vais pouvoir bénéficier du même poste l’année prochaine. Merci à celles et ceux qui m’ont accordé cette confiance. Ce sont de très bonnes conditions pour faire une thèse tant qu’on arrive bien à préserver le temps et l’énergie nécessaire à la recherche.

Et dans cinq ans ?

Question qui présente un choix difficile entre le souhait et la probabilité. Quoi qu’il en soit je suis sûr que l’architecture alternative est le sujet qui me passionne le plus et dont j’aimerais faire une carrière. Depuis quelques temps, je pense à travailler pour l’architecture alternative sur le littoral méditerranéen ou, idée complètement folle, dans le Michigan. Mais si j’ai un poste à l’université, pour continuer dans ce champ de la recherche, je serais également comblé.

Un dernier message

Comme vous aurez toutes et tous des profils très différents, il me semble difficile de dire quelque chose qui s’adressera à tout le monde. J’ai la chance de beaucoup apprécier notre unité de recherche. Merci aux collègues, notamment du bureau 120 à Saint-Charles, pour leur générosité, leur dynamisme et leur bonne humeur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Pompié (1 mai 2024). Mai 2024 – Théo Maligeay. Études Montpelliéraines du Monde Anglophone. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sih


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.