Séminaire: Susan Blattès (Grenoble-Alpes), Marianne Drugeon (Paul-Valéry Montpellier 3), Claire Hélie (Lille), Marie Nadia Karsky (Paris 8), Estelle Rivier-Arnaud (Grenoble-Alpes), Agathe Torti-Alcayaga (Paris Sorbonne Nord), The Gut Girls de Sarah Daniels, une expérience de traduction collaborative – Mardi 26 mars 2024 18h – Site Saint-Charles 1 salle 126

Brief synopsis of The Gut Girls :

The play tells the story of a small community, the “Gut Girls”, who work in a gutting shed at Deptford cattle market, in the South East of London in 1900. This work means they remain at the margins of society, but it also gives them some autonomy, gritty and distasteful as it is: the salary is higher than what women usually get, and they are, up to a point, considered equal to men. Because the work is hard, they use humour and irony to their heart’s content, and try to avoid Lady Helena’s club, which she has set up to teach them how to speak and behave properly. Unfortunately, the cattle market is soon to close, in the wake of progress in refrigerating meat. Each “Gut Girl” will have to find another way to survive: some will marry, most will become servants – and one of them may die as a consequence – and some will find jobs in a factory. Patriarchy, and capitalism, which had been questioned and jeopardised for a time by the small community of the “Gut Girls’, close down upon them, except perhaps one, who now works in a factory where they have a union.

Our Project:

We are a team of six researchers and translators from different universities, and we have set up to translate the play over the last year in a cooperative and collaborative way. We will present our work from different angles: its method (how is it possible for six translators to work together on the same text?), its translation (the play is riddled with puns linked to a particular sociolect, that of the working class in 1900 London) and its historical and literary context (But who are the “Gut Girls, and what does their work tell us?)

                                   Schonell Theatre, 2019

Connecticut Repertory Theatre, 2004

Bref synopsis The Gut Girls :

La pièce retrace le destin d’une petite communauté, celle des « Gut Girls », ouvrières travaillant dans les hangars d’éviscération du Marché aux Bestiaux de Deptford, à la périphérie de Londres, en 1900. Bien que leur activité les relègue en marge de la société, ce labeur peu ragoûtant leur permet de jouir d’une certaine autonomie, car leurs salaires sont supérieurs à ceux ordinairement octroyés aux femmes. Par ailleurs, la nature de leur travail les met sur un relatif pied d’égalité avec les hommes. Pour tenir dans des conditions aussi difficiles, elles manient sans modération l’humour et l’ironie et ne se rendent que sous la contrainte au club que Lady Helena a ouvert pour elles afin de leur inculquer les codes linguistiques et sociaux policés. Tout change avec la fermeture du Marché aux Bestiaux, lorsque la réfrigération naissante permet aux éleveurs de dépecer les bêtes sur place avant de les envoyer découpées alimenter les marchés de Londres. Chaque « Gut Girl » doit trouver un moyen pour survivre : certaines se marient, la plupart des autres entrent en domesticité – l’une d’entre elles le payera peut-être de sa vie -, d’autres vont travailler en usine. L’ordre patriarcal, ici mis en parallèle avec l’ordre capitaliste, un instant déstabilisé par la petite communauté des « Gut Girls » se referme sur elles toutes, à l’exception peut-être de l’une d’entre elles qui rejoint une usine où s’est monté un syndicat.

Notre projet :

Nous sommes une équipe de six enseignantes-chercheuses et traductrices d’universités différentes, qui traduisons la pièce depuis plus d’un an de manière coopérative et collaborative : nous présenterons notre travail sous les différents angles de sa méthode (comment peut-on traduire à six ?), du travail de traduction (en particulier la difficulté de rendre compte d’un sociolecte daté mais aussi des jeux de mots nombreux) et du travail d’analyse historique et littéraire (Qui sont les « Gut Girls » ? que nous raconte leur travail ?).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mdrugeon (17 avril 2024). Séminaire: Susan Blattès (Grenoble-Alpes), Marianne Drugeon (Paul-Valéry Montpellier 3), Claire Hélie (Lille), Marie Nadia Karsky (Paris 8), Estelle Rivier-Arnaud (Grenoble-Alpes), Agathe Torti-Alcayaga (Paris Sorbonne Nord), The Gut Girls de Sarah Daniels, une expérience de traduction collaborative – Mardi 26 mars 2024 18h – Site Saint-Charles 1 salle 126. Études Montpelliéraines du Monde Anglophone. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w88x


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.