AAC “1984-2024 : la contestation sociale au Royaume-Uni depuis la Grande grève des mineurs”

Appel à contribution

Cet appel est un double appel à contribution : 

  • Pour la journée d’étude “1984-2024 : la contestation sociale au Royaume-Uni depuis la Grande grève des mineurs” organisée à Sciences Po Lille le 6 mars 2024
  • Pour un numéro de la Revue Française de Civilisation Britannique en préparation sur le même thème

Les modalités de soumission et l’articulation entre la JE et le numéro de la RFCB sont détaillées plus bas.

Cette journée d’étude et ce numéro de la Revue Française de Civilisation Britannique se penchent sur la contestation sociale au Royaume-Uni au cours des quatre dernières décennies. L’année 2024 sera en effet marquée par le quarantième anniversaire du début de la Grande grève des mineurs (Great Miners’ Strike) de 1984-1985, et constitue donc un moment privilégié pour étudier la façon dont la contestation sociale s’est déployée au Royaume-Uni depuis 1984. 

Ce quarantième anniversaire peut être l’occasion de diverses opérations réflexives. Il peut s’agir d’approcher la période 1984-2024 dans son ensemble, en retraçant les dynamiques de contestation sociale au Royaume-Uni depuis la Grande grève des mineurs. Il peut s’agir de marquer, par la comparaison 1984/2024, les transformations qu’a connues le Royaume-Uni entre le milieu des années 1980 et ce début des années 2020, alors qu’une vague de grèves traverse le Royaume-Uni depuis l’hiver 2021-2022. L’année 2024, année anniversaire, appelle enfin une réflexion sur les commémorations d’une Grande grève des mineurs qui est devenue l’un des principaux lieux de mémoire (Nora, 1989) du mouvement syndical britannique, mais tient lieu aussi de point de référence pour d’autres mouvements de contestation. 

Cet anniversaire est donc à la fois le moteur d’une série d’interrogations sur l’histoire récente des luttes au Royaume-Uni et un dispositif heuristique pour les observateurs et observatrices du Royaume-Uni contemporain : il s’agit de porter un regard rétrospectif, panoramique sur les différentes formes de contestation sociale depuis ce moment charnière mais aussi d’éclairer la conjoncture actuelle à l’aune des effets de retour et de parallèle de celle-ci avec 1984.

Dans l’argumentaire détaillé plus bas, nous soumettons aux contributeurs et contributrices une série de pistes de réflexion qui se veulent ouvrir la discussion mais n’ont pas vocation à la fermer ou à délimiter un périmètre restrictif des questions qu’il est possible de formuler et des objets qu’il est possible de se donner pour examiner ces quarante années de contestation sociale. Si nous proposons une série d’hypothèses de travail, nous serons également heureuse et heureux de recevoir des contributions approchant ce champ d’interrogation à partir de perspectives qui auraient été oubliées dans cet appel à contributions.

De manière indicative, les contributions pourront porter sur les grandes questions suivantes : 

  • la période dans son ensemble
  • des épisodes contestataires particuliers
  • des mouvements sociaux : syndicalisme, luttes écologiques, féministes etc
  • des organisations et/ou des acteurs/actrices spécifiques
  • des formes de l’action collective
  • des formes, moments ou lieux d’articulation/convergence entre des luttes/mouvements
  • l’historicité des luttes et mouvements

Modalités de soumission

Nous invitons des contributions en deux étapes : 

  • Des propositions de communication (500 mots maximum) pour le 31 octobre 2023 : celles-ci, soumises au Comité scientifique de la journée d’études “1984-2024 : la contestation sociale au Royaume-Uni depuis la Grande grève des mineurs”, permettront de déterminer le programme de cette JE qui sera l’occasion de mettre en discussion des projets d’article ou des articles déjà complets
  • Des articles complets pour le 31 mai 2024, qui seront soumis au Comité scientifique du numéro de la Revue française de civilisation britannique 

La participation à la JE du 6 mars n’est ni une condition pour l’envoi d’un article pour le numéro de la RFCB, ni une garantie de publication dans le numéro.

Les intentions d’écriture ainsi que les articles complets sont à adresser à Clémence Fourton (Sciences Po Lille, CECILLE : clemence.fourton@sciencespo-lille.eu) et à Marc Lenormand (Université Paul-Valéry Montpellier 3, EMMA : Marc.Lenormand@univ-montp3.fr) 

Comité scientifique

  • Emmanuelle Avril, Université Sorbonne Nouvelle, CREW
  • David Bailey, University of Birmingham
  • Emma Bell, Université Savoie Mont-Blanc, LLSETI
  • Oscar Berglund, University of Bristol
  • Mathilde Bertrand, Université Bordeaux Montaigne, CLIMAS
  • Bernd Bonfert, Aarhus Universitet
  • Charles Devellennes, Kent University
  • Thierry Labica, Université Paris Nanterre, CREA
  • Marie-Violaine Louvet, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Claire Mansour, Université Toulouse Jean-Jaurès, CAS
  • Jacob Mukherjee, Goldsmiths’ College
  • John Mullen, Université de Rouen, ERIAC

Argumentaire 

1. Grande grève des mineurs, consensus anti-syndical et neutralisation de l’action collective 

La Grande grève des mineurs de 1984-1985 a été le moment clé du déploiement de l’arsenal anti-syndical patiemment élaboré par les Conservateurs depuis les défaites du gouvernement Heath face aux grèves nationales des mineurs de 1972 et 1974 et mis en place par le gouvernement Thatcher à partir de son arrivée au pouvoir en 1979 (Dorey, 1995 ; Smith, 2001). Lois anti-syndicales, réorganisation de la police, direction anti-syndicale à la tête du National Coal Board : tout a été mis en place pour briser le syndicat perçu à juste titre comme le plus militant et le plus susceptible de faire échouer l’imposition d’une restructuration néolibérale de l’économie britannique (Beynon, 1985). A la suite de la large victoire électorale des Conservateurs en 1983 et de la défaite des mineurs en 1984-1985, le second mandat de Margaret Thatcher est le moment de radicalisation du programme néo-libéral (Holmes, 1989). 

a. Retour sur la Grande grève des mineurs

Avec la grève générale de 1926, la Grande grève des mineurs est, de tous les conflits sociaux de l’histoire britannique, celui qui a occasionné la plus grande production (écrite, orale, visuelle), à la fois du côté de la recherche universitaire que du côté des histoires militantes et des productions fictionnelles (Bertrand et al, 2016). Cette large production, entamée dès la grève et étoffée lors de chacun de ses anniversaires décennaux, constitue désormais un objet d’étude en soi : comment les regards militants ou universitaires sur la Grande grève des mineurs ont-ils évolué depuis 1984 ? 

La large production écrite sur la Grande grève des mineurs ne l’a toutefois pas épuisée comme objet de recherche, a fortiori car les archives gouvernementales sur la période se sont ouvertes il y a dix ans et que des champs de recherche comme l’histoire ouvrière (labour history) et l’étude des relations professionnelles (industrial relations) se sont renouvelés au cours des deux dernières décennies. Ces champs se nourrissent en particulier des études de genre et des études critiques sur la race : ce numéro, loin de prendre la Grande grève des mineurs comme seul prétexte, appelle au contraire à des contributions originales sur l’épisode fondateur de 1984-1985. 

b. Comprendre la neutralisation de l’action collective et la constitution d’un consensus anti-syndical 

La Grande grève des mineurs de 1984-1985 s’inscrit ensuite dans une trajectoire de constitution d’un consensus anti-syndical, au sens d’une délégitimation de l’action collective des travailleurs et des travailleuses, et de neutralisation de cette action collective par un ensemble de dispositifs étatiques, juridiques, financiers et managériaux (Christoph et al, 2019 ; Howell, 2005). C’est une dynamique ébauchée dès la décennie précédente, avec des premières tentatives de restreindre l’action syndicale sous la forme du projet In Place of Strife (1969) du gouvernement travailliste de Harold Wilson et de la loi Industrial Relations Act (1971) votée par les Conservateurs. Ces deux initiatives ont suscité une puissante réaction des bases syndicales, ainsi que la mobilisation victorieuse d’une rhétorique anti-syndicale par la direction thatchérienne du Parti conservateur et ses relais médiatiques dans la seconde moitié des années 1970 (Hay, 1996). C’est une dynamique qui se déploie pleinement toutefois dans les années 1980, lorsque les Conservateurs au pouvoir font voter une série de lois limitant l’action syndicale et soutiennent le patronat dans une entreprise de marginalisation systématique des organisations syndicales (Taylor, 1993) : à la Grande grève des mineurs de 1984-1985 succède ainsi le conflit de Wapping (1986) qui vient à bout du syndicat de l’imprimerie (Bain, 1998). Surtout, les victoires conservatrices contre les syndicats du milieu des années 1980 ont semblé marquer l’entrée dans l’ère d’un consensus anti-syndical dont les gouvernements travaillistes (1997-2010) n’ont pas pu ou pas voulu s’émanciper (Daniels & McIlroy, 2009 ; Dixon, 2000 ; Mullen, 2009), si bien que l’arsenal anti-syndical mis en place par les gouvernements thatchériens, loin de se réduire, a pu être encore durci par les Conservateurs revenus au pouvoir depuis 2010 (Scott & Williams 2014).

Cette trajectoire historique appelle une série de questions : quel rôle a joué la Grande grève des mineurs dans la constitution d’un consensus anti-syndical au Royaume-Uni ? Est-il adéquat de considérer le milieu des années 1980 comme un moment de bascule dans l’ère du consensus anti-syndical ? Comment comprendre la stabilisation du consensus anti-syndical par-delà ce moment d’affrontement décisif avec les secteurs les plus militants du mouvement syndical britannique et son renforcement dans les décennies suivantes ? Quels en ont été les acteurs, les facteurs, les motivations et les effets (Labica, 2015) ? 

A l’inverse y a-t-il une erreur ou un risque, dans notre compréhension des quatre dernières décennies, à absolutiser ce consensus anti-syndical et le processus de neutralisation de l’action collective ? Quelle attention prêter à la pluralité des discours dominants (gouvernementaux, patronaux, médiatiques), aux contre-discours et aux contre-mémoires, à l’instar du caractère unificateur, dans la gauche britannique et dans certaines communautés ouvrières, de la détestation de M. Thatcher et des politiques qu’elle a menées? 

2. 1984-2024 : transformations du champ de la contestation sociale

La Grande grève des mineurs de 1984-1985 se trouve à la conjonction de deux dynamiques. D’un côté, brisant la résistance du syndicat des mineurs, elle constitue une étape importante dans la dynamique de reflux numérique des organisations syndicales depuis leur apogée à la fin des années 1970 et de leur marginalisation dans les champs économiques, politiques et culturels. De l’autre, elle survient alors que se déploient et se renforcent au Royaume-Uni, depuis le début des années 1970, une série de mouvements de contestation de l’ordre social et politique, en particulier les mouvements de libération des femmes et des gays et lesbiennes, dont la participation et le soutien à la grève des mineurs est désormais bien documenté (Cabadi, 2023 ; Stead, 1987). 

Le paradoxe de la Grande grève des mineurs est donc que, lutte syndicale par excellence, elle souligne aussi dans les formes qu’elle a prises que la contestation sociale ne se limite pas à l’action syndicale. L’examen de la période 1984-2024 appelle donc à réfléchir à l’évolution relative du mouvement syndical britannique et des autres mouvements de contestation, qu’il s’agisse de logiques de déplacement, substitution, convergence ou divergence.  

a. Marginalisation syndicale et déplacement de la contestation sociale ?

En perdant sa capacité à imposer un rapport de force victorieux aux gouvernements et au patronat, le mouvement syndical britannique, dans lequel les travailleurs et travailleuses pouvaient fonder leurs espoirs d’amélioration des conditions d’existence et les militant-e-s leurs aspirations à une transformation profonde de l’ordre social et politique, a aussi perdu de sa centralité.

On peut donc s’interroger : l’émergence d’un consensus anti-syndical et la neutralisation des formes syndicales de l’action collective ont-elles produit des transformations de la contestation sociale et des déplacements de celle-ci entre le champ de l’action syndicale et d’autres espaces de mobilisation collective, et si oui lesquels ? 

Faut-il voir les phénomènes émeutiers qui caractérisent au Royaume-Uni (et au-delà) la période ouverte depuis les années 1980 comme le produit et l’illustration d’un tel déplacement, sachant que leur attribuer une signification est un exercice périlleux et potentiellement réducteur (Žižek, 2011) ? Ou faut-il distinguer entre les épisodes émeutiers associés à des revendications explicites, comme la Poll Tax Riot (1990), le hooliganisme davantage ancré dans le monde ouvrier blanc, et les émeutes du nord de l’Angleterre de l’été 2001 ou celles des grandes villes anglaises de l’été 2011, lesquelles sont motivées par “un sentiment généralisé d’injustice” de populations marginalisées, portant tout à la fois sur la pauvreté, les violences policières et leur dimension raciste, et les politiques gouvernementales (Lewis et al, 2011) ? 

Qu’en est-il du développement à partir de 2010 d’un mouvement citoyen contre les politiques d’austérité, dans un contexte plus large de « mouvements de la crise » (Della Porta & Mattoni, 2014) suite à la crise financière de 2008 et aux politiques de rigueur budgétaire qui l’ont suivie dans de nombreux pays (Bailey et al, 2022) ? Au Royaume-Uni, celui-ci prend la forme d’une nébuleuse où coexistent collectifs ad hoc et organisations préexistantes (Fourton, 2018) et marque une intensification significative de la conflictualité sociale assimilable à un cycle de mobilisation (Bailey 2018). Faut-il alors voir une forme de continuité et de convergence entre, d’une part, ce mouvement anti-austérité, sa composante étudiante, les occupations d’Occupy et, d’autre part, le mouvement syndical, en ce qu’ils répondent, tout comme à leur façon les émeutes, à une « crise du soin » (Brown et al, 2013 : 79) ? Faut-il à l’inverse y voir une logique de substitution dans une population désormais faiblement syndiquée et chez des militant-es qui constatent l’urgence à agir contre la destruction des droits sociaux ? Sommes-nous passé-e-s de mobilisations syndicales à l’horizon majoritaire, serait-ce au niveau de l’atelier ou de l’entreprise, à des formes d’action collective extra-institutionnelles, menées par des collectifs minoritaires, qui épousent des logiques préfiguratives (Ribera-Almandoz et al, 2020) ? Cammaerts (2018), en considérant que les luttes contre l’austérité sont le mouvement qui a le plus clairement déployé une contre-hégémonie au consensus néolibéral depuis la crise financière de 2008, suggère ainsi que l’action syndicale ne constitue plus le lieu privilégié de la mise en question de l’ordre économique et social, que la contestation du néolibéralisme se joue désormais ailleurs. 

Enfin, cette analyse d’un déplacement des acteurs, lieux et formes de la contestation sociale est-il l’annonce d’une reconfiguration profonde de la lutte contre un contexte néo-libéral répressif, un simple correctif à l’attention dont a bénéficié le mouvement syndical, ou à l’inverse une perception déformée produite par une focalisation et la visibilisation d’actions qui visent spécifiquement des formes de médiatisation ? 

b. L’espace des mouvements sociaux et ses reconfigurations sur la période 1984-2024

Reprenant le concept forgé par Lilian Mathieu (2007), on peut penser les mouvements sociaux comme se déployant, se positionnant et s’articulant au sein d’un “espace des mouvements sociaux” qui se configure spécifiquement en fonction des mouvements sociaux qui ont émergé ou continuent d’agir au Royaume-Uni pendant la période 1984-2024, dont on peut ébaucher une liste nécessairement non-exhaustive et plurielle : mouvements pacifistes de désarmement nucléaire, mouvements écologistes, mouvements féministes, mouvements antiracistes, mouvements LGBT+, mouvements des personnes en situation de handicap, mouvements anti-austérité, mouvements pro- et anti-européen, mouvements nationalistes et indépendantistes. 

Toute observation des mouvements de contestation au Royaume-Uni pendant la période 1984-2024 appelle d’ailleurs à prendre en compte les spécificités territoriales d’un espace pluri-national, traversé également par des lignes de fracture multiples. Elle appelle aussi une prise en compte des grandes questions constitutionnelles et identitaires qui polarisent le débat public et affectent les vies quotidiennes, parfois de manière dramatique : la période 1984-2024 est en effet marquée par le conflit nord-irlandais et la fin de sa phase militaire grâce au processus de paix, par la dévolution qui redistribue le pouvoir et les équilibres institutionnels entre le centre anglais et les nations minoritaires, enfin par les questions écossaises et européennes qui reconfigurent les identités politiques à partir des années 2010. Tous ces processus, pour institutionnels et constitutionnels qu’ils soient, débordent, voire débutent dans l’espace des mouvements sociaux, renvoyant donc à la question des modalités d’apparition et de déploiement des mouvements sociaux depuis 1984 au Royaume-Uni. Comment l’espace des mouvements sociaux a-t-il dès lors été reconfiguré par l’émergence de nouvelles questions constitutionnelles et identitaires ainsi que par les transformations institutionnelles qui en ont souvent résulté ?

Établir des panoramas, cartographies et chronologies de la contestation sociale ou de certains mouvements de contestation au cours des 40 années qui nous occupent sera l’un des enjeux de ce numéro. Au-delà de l’identification et du recensement de ces mouvements et de leurs trajectoires relativement individuelles, il y a un enjeu à penser leurs chronologies parallèles ainsi que leurs croisements : y a-t-il eu des points de rencontres matériels ou politiques entre ces différents mouvements ? Quels en ont été les moments et les lieux privilégiés ? Faut-il voir le Parti travailliste dirigé par Jeremy Corbyn (2015-2020) comme un tel espace de rencontre (Labica, 2019) ? Ces convergences se sont-elles faites autour de dénominateurs communs a minima, à l’instar de l’anti-thatcherisme, ou bien autour d’horizons communs au contenu positif comme des revendications de justice sociale, économique ou écologique ? Matériellement aussi bien qu’idéologiquement, la contestation sociale est-elle structurée en réseaux, autour d’acteurs ou bien de composantes ? En bref, à quoi ressemble l’espace dynamique des mouvements sociaux au Royaume-Uni, et, le cas échéant, dans quels espaces contestataires trans- ou inter-nationaux gagne-t-il à être compris ?

3. La vague de grèves de 2022-23 : un retour de l’action syndicale ?

La mise en regard du milieu des années 1980 et de la période contemporaine fait apparaître des effets de retour – d’acteurs, de répertoires d’action, de discours – aussi bien que de décalage. Ainsi, à rebours de l’effacement de l’action syndicale noté plus haut, la vague de grèves qui traverse le Royaume-Uni depuis l’hiver 2021-2022 peut apparaître comme un retour des luttes syndicales qui avaient connu non seulement une baisse après le milieu des années 1980 mais même une trajectoire continuellement descendante, au point d’atteindre au milieu des années 2010 un plancher historique (Lenormand, 2022). Avec la multiplication des grèves, « la classe ouvrière est de retour » comme Mick Lynch, le secrétaire général de la RMT, l’a affirmé avec force. 

D’un autre côté, les formes que prend l’action syndicale dans la vague de grève en cours mettent en évidence de manière tout aussi éclatante la nouvelle configuration sociale, politique et économique du Royaume-Uni du début des années 2020 : il n’y aura pas de retour à 1984. Si la vague de grèves qui traverse les entreprises du secteur privé et les services publics depuis l’hiver 2021-2022 est inédite par son ampleur et sa durée depuis les années 1970, elle est surtout l’épisode gréviste le plus large et le plus significatif depuis l’imposition et la stabilisation du consensus anti-syndical au cours des années 1980 et 1990. Elle appelle donc à questionner les formes de l’action syndicale en contexte anti-syndical et à comprendre les transformations organisationnelles et idéologiques du mouvement syndical au cours des quatre dernières décennies. 

a. Une action syndicale en contexte hostile

La vague de grèves qui s’est soulevée au Royaume-Uni depuis l’hiver 2021-2022 a enthousiasmé les militant-e-s, remis la question sociale au cœur du débat public et suscité une production journalistique et universitaire nourrie. Toutefois, il est important de pointer d’emblée les limites de ces grèves. Tout d’abord, il s’agit en fait d’un ensemble de conflits locaux ou sectoriels, nécessairement situés et cantonnés au niveau de l’entreprise ou du secteur d’activité en raison d’un cadre juridique anti-syndical qui limite l’action gréviste aux seul-es travailleurs et travailleuses syndiqué-es et aux seules questions professionnelles (Fourton, 2023). Les syndicats britanniques, même s’ils critiquent le carcan juridique dont l’action syndicale fait l’objet, s’y conforment de manière à se prémunir des poursuites judiciaires qu’ils encourent sinon. A quoi ressemble une action syndicale en contexte hostile ? Y a-t-il eu un aggiornamento syndical tirant les leçons des dernières décennies de reflux de l’action gréviste ou s’agit-il d’un simple effet conjoncturel ? Dans quelle mesure ces grèves sont-elles le résultat d’une transformation du rapport de force avec les employeurs en raison des transformations récentes du marché du travail, et de quelles limites de l’action syndicale témoignent-elles dans une économie largement libéralisée, flexibilisée et uberisée où le salariat a largement reculé au profit de la sous-traitance et du paiement à la tâche (Beynon, 2019 ; Carter, 2020 ; Lucio, 2018) ? Sont-elles en vérité moins étonnantes qu’il n’y paraît, lorsqu’on prête attention aux luttes menées au Royaume-Uni au cours des deux dernières décennies pour les emplois, les salaires et les conditions de travail (Jenkins, 2017 ; Moore & Taylor, 2020, Upchurch, 2020) ? 

Enfin, que l’impossible retour au syndicalisme triomphant et sûr de sa force semble avoir été pleinement intégré par les directions des organisations syndicales même les plus militantes, amène à s’interroger sur l’identité syndicale britannique. A-t-elle été reconfigurée par quatre décennies de transformation néo-libérale de l’économie ? Quelle image les organisations syndicales s’emploient-elles à produire d’elles-mêmes dans un contexte médiatique hostile ? Que dit le syndicalisme de mouvement social (Lenormand, 2018 ; Parker, 2008) promu par le syndicat des postier-es et celui des cheminot-es, à l’instar de la coalition Enough is Enough, de l’état du mouvement syndical et des autres forces du mouvement social ?

b. Évolutions des discours et répertoires syndicaux et transformation du mouvement syndical

La vague de grèves récente ne peut toutefois pas être examinée uniquement sous l’angle de ses limites évidentes ou des reculs qu’elle marque par rapport aux grandes grèves nationales qui, de la fin des années 1960 au milieu des années 1980, semblaient faire du mouvement syndical britannique un acteur politique majeur, faisant ou défaisant les gouvernements conservateurs comme travaillistes (McIlroy & Campbell, 1999). S’y manifestent également des évolutions des discours et des répertoires syndicaux ainsi que les évolutions profondes du monde du travail et du mouvement syndical. 

En premier lieu, les grèves de 2022-23 sont caractérisées aussi par un ensemble de stratégies de contournement du cadre institutionnel et législatif qui limite l’action syndicale aux seules questions professionnelles. Le choix des dates de mobilisation permet par exemple de politiser la grève, comme lorsque les cheminots font grève pendant la conférence annuelle du Parti conservateur, désignant ainsi symboliquement le gouvernement comme son adversaire réel, ou encore le jour de la présentation de la loi de finance. De la même manière, l’organisation de journées de grève coordonnées entre différents syndicats, dont le principe a été adopté lors du congrès du TUC à l’automne 2022, permet de renforcer la portée économique et le poids politique des actions de grève. Faut-il voir dans la politisation des actions de grève la démonstration des qualités d’adaptation des organisations syndicales au cadre juridique contraint qui leur est imposé ou bien les faiblesses d’un mouvement syndical qui a intériorisé ses propres limites ? Faut-il y voir leur capacité et leur détermination à peser sur le débat public ou bien leur impuissance à engager le rapport de force avec les directions patronales ? La coordination des grèves reflète-t-elle une stratégisation de la conflictualité par les directions syndicales ou bien marque-t-elle au contraire leur refus d’assumer pleinement la nécessité de la grève générale contre l’appauvrissement des travailleurs et des travailleuses, et les attaques du gouvernement conservateur ?

En second lieu, la vague de grèves récente dresse un portrait complexe du mouvement syndical britannique et du monde du travail, ou du moins de ces parties du monde du travail dans lequel il est ancré. Les grèves ont commencé à l’hiver 2021-2022 dans les entreprises du secteur privé, en particulier du secteur manufacturier qui, avant la longue désindustrialisation entamée dès les années 1970, constituait l’un des principaux bastions syndicaux : ce sont donc en premier lieu les organisations syndiquant des travailleurs principalement masculins, fortement syndiqués et relativement bien rémunérés dans des entreprises réalisant des bénéfices considérables, qui ont relancé une vague de grève inédite depuis un demi-siècle (Darlington & Lyddon, 2001). Celle-ci s’est ensuite étendue aux docks et aux anciennes entreprises nationales de la poste et des chemins de fer avant d’arriver enfin dans les services publics qui, au cours des dernières décennies, sont devenus le centre de gravité numérique d’un mouvement syndical désormais largement féminisé et le principal foyer des grèves. Comment comprendre ces dynamiques ? La période récente marque-t-elle le grand retour dans l’action collective de secteurs ouvriers jusqu’alors atones ou confirme-t-elle simplement que la grève est un outil plus aisément mobilisable par les franges les moins précarisées du salariat ? S’agit-il d’une représentation déformée qui accorde un poids disproportionné à des petits groupes de travailleurs fortement organisés qui correspondent aussi à l’image traditionnelle d’un prolétariat blanc et masculin, alors que le syndicalisme britannique est désormais majoritairement féminin et les Antillais sont la communauté la plus fortement syndiquée ? Quels ont été les effets des campagnes de syndicalisation dans les secteurs précarisés du nettoyage, de la restauration ou de l’agro-alimentaire (Simms et al, 2012) ? La division raciste et sexiste du monde du travail, alimentée et reproduite par des discours xénophobes contre lesquels les organisations syndicales peinent parfois à lutter (Alberti et al, 2013 ; Holgate, 2005 ; Ince et al, 2015), s’est-elle manifestée dans cette vague de grève ou la lutte contribue-t-elle à l’inverse à dissimuler ou réduire ces fractures ? 

4. Contestations sociales : catégories, espaces, périodisations 

Pourfinir, la réflexion sur la contestation sociale appelle un ensemble de réflexion d’ordre méthodologique et épistémologique qui peuvent aussi bien constituer des objets en soi que nourrir des approches avant tout historiques, panoramiques ou sociologiques. 

a. Catégories

On peut interroger les catégories d’analyse que nous employons pour penser les contestations sociales : la catégorie de mouvement social permet-elle de décrire de manière adéquate des formes de contestation aux histoires distinctes et aux formes organisationnelles très diversement institutionnalisées ? Peut-on, sur le modèle de la sociologie politique française (Béroud et al, 1998), donner le nom de mouvement social à cet espace faiblement homogène mais partageant un ensemble de pratiques ? Que faire de la catégorie de mobilisation et de son application jusqu’au monde du travail (Kelly, 1998) ? Faut-il penser de manière plus localisée en termes d’épisode contestataire et alors que faire de l’inscription dans la durée et de l’évolution de ce qui aspire à faire mouvement ou le constitue dans les faits ? Est-il plus efficace de caractériser la contestation sociale par ses pratiques, dans une approche qu’on pourra qualifier de pragmatique (Mathieu, 2002), ou bien dans une approche plus institutionnelle, par ses structures, ses discours et ses acteurs (Mc Adam et al, 2001) ?

b. Espaces

On peut interroger les contours et limites de l’espace des mouvements sociaux précédemment évoqué : Quelle perméabilité entre la politique des mouvements sociaux et la politique institutionnelle ? Quelles circulations des acteurs et des idées entre ces espaces ? Quels sont les points de connexion et sont-ils à chercher du côté des organisations, qu’il s’agisse des syndicats ou des organisations non-gouvernementales ? Quels ont été les processus d’institutionnalisation des mouvements sociaux, à l’instar du Green Party (1990) ou encore du National Health Action Party (2012) et à l’inverse de désinstitutionnalisation comme cela a été le cas pour les syndicats dont la participation à la décision politique et les accès aux lieux du pouvoir se sont réduits ? Quelles attentes et quels effets de relais entre les organisations du mouvement social et des organisations partisanes ? 

c. Périodisations

On peut interroger aussi les temporalités de l’action collective et leurs modalités d’appréhension : quelle place accorder à l’événement et à ses déterminations (Gobille, 2008) ? Comment rendre compte des variations d’intensité de la conflictualité sociale ? Quelle pertinence de la notion de vague, employée de manière lâche tant pour les luttes syndicales que pour les mouvements féministes, ou encore de celle de “cycle de mobilisation” (Tarrow, 1993) ? Quelle appréhension par les mouvements de contestation de leur propre historicité ? 

Enfin, la périodisation proposée ici, 1984-2024, se veut un appui à la réflexion pour interroger la période contemporaine et le moment présent au Royaume-Uni mais doit être soumise à la critique : Quelles dynamiques permet-elle de mettre en évidence et à l’inverse lesquelles risque-t-elle de minorer ? Quels cadrages ou périodisations complémentaires est-il utile de mobiliser pour modérer ces risques ? 

Bibliographie

ALBERTI Gabriella, HOLGATE Jane & TAPIA Maite, « Organising migrants as workers or as migrant workers ? Intersectionality, trade unions and precarious work », The International Journal of Human Resource Management, vol. 24, n° 22, 2013, p. 4132-4148.

BAIN Peter, « The 1986-7 News International Dispute : Was the Workers’ Defeat Inevitable ? », Historical Studies in Industrial Relations, n° 5, 1998, p. 73-105.

BAILEY David J., « Contending the crisis : What role for extra-parliamentary British politics ? », British Politics, Vol. 9, No. 1, 2014, p. 68-92.

BAILEY David. J., LEWIS Paul. C. & SHIBATA Saori, « Contesting neoliberalism : Mapping the terrain of social conflict », Capital & Class, Vol. 46, No. 3, 2022, p. 449–478. 

BERTRAND Mathilde, CROWLEY Cornelius & LABICA Thierry, Ici notre défaite a commencé. La grève des mineurs britanniques (1984-1985), Paris : Syllepse, 2016.

BEROUD Sophie, MOURIAUX René & VAKALOULIS Michel, Le Mouvement social en France. Essai de sociologie politique, Paris: La Dispute, 1998.

BEYNON Huw, « After the Long Boom : Living with Capitalism in the Twenty-First Century », Historical Studies in Industrial Relations, vol. 40, 2019, https://doi.org/10.3828/hsir.2019.40.7

BEYNON Huw ed., Digging Deeper : Issues in the Miners Strike, London: Verso, 1985.

BROWN Gareth, DOWLING Emma, HARVIE David, MILBURN Keir, 2013, « Careless Talk : Social Reproduction and Fault Lines of the Crisis in the United Kingdom », Social Justice, Vol. 39, No. 1, p. 78-98.

CABADI Marie, Lesbiennes et gays au charbon. Solidarités avec les mineurs britanniques en grève, 1984-1985, Paris: EHESS, 2023.

CAMMAERTS Bart, The circulation of Antiausterity Protest, Palgrave Macmillan : London : Palgrave Macmillan, 2018.

CARTER Bob, « After the Long Boom : The Reconfiguration of Work and Labour in the Public Sector », Historical Studies in Industrial Relations, vol. 41, n° 1, 2020.

CHRISTOPH Gilles, LENORMAND Marc et REMANOFSKY Sabine, Antisyndicalisme. La Vindicte des puissants. Discours et dispositifs anti-syndicaux, Vulaines-sur-Seine, Le Croquant, 2019.

DANIELS Gary & MCILROY John (ed), Trade Unions in a Neoliberal World : British Trade Unions under New Labour, London : Routledge, 2009.

DARLINGTON Ralph & LYDDON Dave, Glorious Summer: Class Struggle in Britain, 1972, London: Bookmarks, 2001.

DELLA PORTA Donatella & MATTONI Alice, « Patterns of Diffusion and the Transnational Dimension of Protest in the Movements of the Crisis : An Introduction », Spreading Protest, Colchester: ECPR Press, 2014, p. 1-18.

DOREY Peter, The Conservative Party and the Trade Unions, London: Routledge, 1996.

DIXON Keith, Un digne héritier : Blair et le Thatchérisme, Paris : Raisons d’Agir, 2000.

FOURTON Clémence, « Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique, Vol. 23, 2018, p. 83-104.

FOURTON Clémence, « Au Royaume-Uni, un mouvement social à portée politique », AOC, 6 janvier 2023, [URL : https://aoc.media/analyse/2023/01/05/au-royaume-uni-un-mouvement-social-a-portee-politique/]

GOBILLE Boris, « L’événement Mai 68 : Pour une sociohistoire du temps court », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Vol. 63, N° 2, 2008, p. 319-349.

HAY Colin, « Narrating Crisis : The Discursive Construction of the Winter of Discontent », Sociology, Vol. 30, N°2, 1996, p. 253-277.

HOLGATE Jane, « Organizing migrant workers », Work, Employment and Society, vol. 19, n° 3, 2005, p. 463-480.

HOLMES Martin, Thatcherism: Scope and Limits, 1983-1987, Basingstoke: Macmillan, 1989.

HOWELL Chris, Trade Unions and the State : The Construction of Industrial Relations Institutions in Britain, 1890-2000, Princeton: Princeton University Press, 2005.

INCE Anthony et al, « British jobs for British workers ? Negotiating work, nation, and globalisation through the Lindsey Oil Refinery disputes », Antipode, vol. 47, n° 1, 2015, p. 139-157.

JENKINS Jean, « Hands not wanted : closure, and the moral economy of protest, Treorchy, South Wales », Historical Studies in Industrial Relations, vol. 38, n° 1, 2017, p. 1-36.

KELLY John, Rethinking Industrial Relations: Mobilization, collectivism and long waves, London: Routledge, 1998.

LABICA Thierry, « Margaret Thatcher ou l’embarras posthume. Funérailles, néolibéralisme et les spectres du travail », Observatoire de la société britannique, n° 17, 2015. [URL : http://journals.openedition.org/osb/1788]

LABICA Thierry, L’hypothèse Jeremy Corbyn : une histoire politique et sociale de la Grande-Bretagne depuis Tony Blair, Paris, Demopolis, 2019.

LENORMAND Marc, « Un syndicalisme de mouvement social ? Les syndicats britanniques et les mobilisations contre l’austérité depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique, n°23, 2018, p. 169-185.

LENORMAND Marc, « Le Royaume en grève : Le renouveau du syndicalisme en Grande-Bretagne », La Vie des Idées, rubrique « Essais », 11 octobre 2022. [URL : https://laviedesidees.fr/Le-Royaume-en-greve.html]

LEWIS Paul, NEWBURN Tim, TAYLOR Matthew, MCGILLIVRAY Catriona, GREENHILL Aster, FRAYMAN Harold, PROCTOR Rob, « Reading the riots : investigating England’s summer of disorder », London: The London School of Economics and Political Science & The Guardian, 2011. 

LUCIO Miguel Martínez, « Trade union renewal and responses to neo-liberalism and the politics of austerity in the United Kingdom : the curious incubation of the political in labour relations », Workers of the World : International Journal on Strikes and Social Conflict, vol. 1, n° 9, 2018, p. 93-111.

MATHIEU Lilian, « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, Vol. 52, No. 1, 2002, p. 75-100. 

MATHIEU Lilian, « L’espace des mouvements sociaux », Politix, vol. 77, no. 1, 2007, p. 131-151.

MCADAM Doug, TARROW Sidney, TILLY Charles, Dynamics of Contention, Cambridge: Cambridge University Press, 2001.

MCILROY John & CAMPBELL Alan, « The High Tide of Trade Unionism : Mapping Industrial Politics, 1964-1979 », John McIlroy et al. (ed), The High Tide of British Trade Unionism: trade unions and industrial politics, 1964-1979, Monmouth: Merlin, 1999, p. 93-130.

MOORE Sian & TAYLOR Phil, « Class reimagined? Intersectionality and industrial action : the British Airways dispute of 2009-2011 », Sociology, vol. 55, n° 3, 2020, p. 582-599.

MULLEN John, « La législation syndicale de Thatcher à Brown : menaces et opportunités pour les syndicats », Revue française de civilisation britannique, vol. 15, n° 2, 2009, p. 73-85.

NORA Pierre, « Between Memory and History: Les Lieux de Mémoire », Representations, Vol. 26, 1989, p. 7–24.

PARKER Jane, « The Trades Union Congress and civil alliance building : towards social alliance unionism ? », Employee Relations, vol. 30, n° 5, 2008, p. 562-583.

RIBERA-ALMANDOZ Olatz, HUKE Nikolai, CLUA-LOSADA Mònica & BAILEY David J. (2020) « Anti-austerity between militant materialism and real democracy : exploring pragmatic prefigurativism », Globalizations, Vol. 17, No. 5, 2020, p. 766-781.

SCOTT Peter & WILLIAMS Steve, « The Coalition Government and Employment Relations : Accelerated Neo-Liberalism and the Rise of Employer-Dominated Voluntarism », Observatoire de La Société Britannique, vol. 15, 2014, p. 145–164. 

SIMMS Melanie, HOLGATE Jane & HEERY Edmund, Union Voices : Tactics and Tensions in UK Organizing, Ithaca: Cornell University Press, 2012.

SMITH Paul, « The Conservative Governments’ Reform of Employment Law, 1979-97 : ‘Stepping Stones’ and the ‘New Right’ Agenda », Historical Studies in Industrial Relations, n° 12, 2001, p. 131-147

STEAD Jean, Never the same again : women and the miner’s strike 1984-85, London: Women’s Press, 1987.

TARROW Sidney, « Cycles of Collective Action : Between Moments of Madness and the Repertoire of Contention », Social Science History, vol. 17, n° 2, 1993, p. 281–307.

TAYLOR Robert, The Trade Union Question in British Politics : Government and Unions Since 1945, Oxford: Blackwells, 1993.

UPCHURCH Martin, « Time, Tea Breaks, and the Frontier of Control in UK Workplaces », Historical Studies in Industrial Relations, vol. 41, n° 1, 2020.

ŽIŽEK Slavoj, « Shoplifters of the World Unite », London Review of Books, 19 août 2011, [URL: https://www.lrb.co.uk/2011/08/19/slavoj-zizek/shoplifters-of-the-world-unite].


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marc Lenormand (10 juillet 2023). AAC “1984-2024 : la contestation sociale au Royaume-Uni depuis la Grande grève des mineurs” Études Montpelliéraines du Monde Anglophone. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o819


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.