Séminaire « De Black Lives Matter au renouveau afro-féministe : voix noires contemporaines aux États-Unis et au Royaume-Uni »

Mardi 19 janvier 2021, 17h-19h.

Séminaire organisé dans le cadre de l’axe « Faire commun » d’EMMA. Interventions de Claudine Raynaud et Marc Lenormand.

La diffusion du hashtag #BlackLivesMatter à l’été 2013 semble avoir ouvert, des deux côtés de l’Atlantique, une nouvelle séquence dans l’histoire des luttes antiracistes, prolongée par le slogan « Rhodes Must Fall » lancé par des étudiant-e-s sud-africain-e-s et relancée en 2020 par les manifestations faisant suite au meurtre de George Floyd. Celles-ci ont illustré la structuration transatlantique des débats et de l’activisme antiraciste (Gilroy, 1993), la statue du négrier Edward Colston à Bristol connaissant un déboulonnage semblable à celui affectant aux Etats-Unis de nombreux monuments commémorant le souvenir de la Confédération, à l’instar de la statue de Robert E. Lee retirée du Capitole.

Cette séquence activiste s’est accompagnée d’une activité éditoriale nourrie. A côté d’ouvrages fictionnels célébrant la multiculturalité contemporaine, un genre central semble bien avoir été l’essai mêlant pamphlet et autobiographie, théorisations et témoignage pour mettre en évidence le caractère structurel du racisme et ses effets dans les vies quotidiennes des personnes noires. Le succès de Between the World and Me de Ta-Nehisi Coates (2015) aux États-Unis et de Why I’m no Longer Talking to White People about Race de Reni Eddo-Lodge (2017) au Royaume-Uni a mis en lumière une partie seulement d’un plus large corpus de textes parus dans la seconde moitié des années 2010 (Carruthers, 2019 ; Dabiri, 2020 ; Hirsch, 2018 ; Khan-Cullors & Bandele, 2017 ; Laymon, 2020 ; Oluo, 2018 ; Ward, 2017).

Cette séance de séminaire vise à proposer quelques pistes de réflexion sur l’inscription de ces ouvrages dans un conjoncture sociale et politique marquée par le renouveau des mouvements antiraciste et féministe à l’heure des réseaux sociaux, dans un espace militant transatlantique et dans une généalogie des écritures noires, mais aussi à examiner les déclinaisons spécifiques de la question raciste aux États-Unis et au Royaume-Uni respectivement, à partir d’une première approche de ce corpus.

Présentation des intervenant-e-s:

  • Claudine Raynaud est professeure des universités émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA, spécialiste des études afro-américaines.
  • Marc Lenormand est maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire EMMA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.