Novembre 2022 – Charlotte Chassefière

A travers ses recherches, Charlotte nous emmène au-delà des clichés de la littérature gothique et de ses châteaux hantés pour nous faire découvrir les préoccupations bien ontologiques de l’œuvre de son homonyme Charlotte Dacre, autrice du début du XIXème siècle, qu’elle a choisi de remettre à l’honneur dans sa thèse dirigée par Prof. Christine Reynier. Charlotte nous parle donc de construction de soi, mais aussi de la construction de son « soi doctorant » durant ces trois dernières années.

La thèse de Charlotte

Je travaille dans le domaine de la littérature britannique romantique (fin dix-huitième, début dix-neuvième siècle), et particulièrement la littérature gothique. Mon corpus est constitué des quatre romans de Charlotte Dacre, une autrice populaire du début du dix-neuvième siècle, largement oubliée par la critique de son temps. Mon travail de thèse se concentre sur la notion d’identité chez cette autrice, et interroge l’interpénétration de la culture, de l’histoire, de l’idéologie et de la fiction elle-même dans la construction et la représentation d’un « soi ». Ma thèse s’effectue sous la direction de Christine Reynier.

Aux origines…

Les romans, la poésie et la fiction en général sont une passion depuis mon plus jeune âge. La thèse m’a donc paru l’une des options les plus judicieuses pour tenter de transformer ce plaisir en métier. 

        En ce qui concerne mon sujet, je travaillais déjà sur la littérature gothique (qui avait fait l’objet de mon mémoire de Master 2). Découvrir les romans de Charlotte Dacre et choisir d’en faire mon corpus de thèse a été l’occasion pour moi d’étendre ces recherches, et d’explorer cette littérature. Le gothique ne se résume pas seulement à des histoires de fantômes et de châteaux hantés : c’est un mode de représentation à part entière qui ouvre un dialogue avec la tradition, la culture et l’idéologie dominante d’une époque. Il s’enracine dans la confrontation entre la vie subjective de l’individu et les conditions historiques de son environnement.

Un moment marquant

C’est une question très difficile ! Je vais tenter de la contourner en disant que c’est toute mon expérience de doctorat jusqu’ici qui m’a le plus marquée. Depuis la date de ma première inscription, j’ai très régulièrement l’occasion d’apprendre à faire quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Je n’ai pas connu un tel enrichissement humain dans mes expériences professionnelles passées, et c’est vraiment ce que je trouve le plus marquant dans le doctorat.

Quelles conditions de travail?

J’ai commencé ma thèse sous contrat doctoral avec une petite charge d’enseignement: des conditions idéales pour poursuivre le travail de recherche. Cette année, j’ai un contrat d’ATER : mon emploi du temps est un peu plus chargé, mais me permet toujours de concilier le travail de thèse avec l’enseignement, ce qui constitue toujours un cadre idéal.

   S’il y a une difficulté, elle émerge plutôt de la partie enseignement, où le nombre d’étudiants en augmentation proportionnelle inverse au nombre d’enseignants complique de plus en plus le métier dans son ensemble. Cela fait bien bien sûr partie des conditions d’exercice, mais c’est une réalité qui ne doit pas être ignorée.

Et dans cinq ans?

Maîtresse de conférences en littérature Britannique naturellement, car l’espoir fait vivre.

   Je suis toutefois bien consciente de la rareté des postes, et je garde l’esprit ouvert : l’enseignement, le travail associatif, culturel et artistique, ou encore travailler dans un pays anglophone font partie des options que je me réserve.

Un dernier message

Non, mais je voudrais féliciter les représentant-e-s des doctorant-e-s pour ces portraits qui nous donnent l’occasion de réfléchir à notre expérience de doctorat, et de découvrir celle des autres. Merci à vous pour cette entreprise très humaine !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Pompié (16 novembre 2022). Novembre 2022 – Charlotte Chassefière. Études Montpelliéraines du Monde Anglophone. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o80a


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.