Octobre 2022 – Carine Nibakure

Réflexion sur le deuil, et sur l’inventivité des formes élégiaques expérimentales, la thèse de Carine préparée sous la direction de J. M. Ganteau oppose la créativité obstinée de l’art et l’inévitable décomposition du monde. Un constat difficile, mais aussi plein d’espoir que vous retrouverez dans sa description de la vie à EMMA et des étapes du doctorat !

La thèse de Carine

Je fais une étude sur le mode de l’élégie dans la littérature britannique contemporaine, et plus spécifiquement sur ses formes expérimentales. Comment les figures du deuil et de la mélancolie, étudiées à partir du modèle freudien, sont (re)présentées par une poétique qui oscille entre fidélité et transformation du sujet de deuil. L’un des objectifs est de comprendre comment le roman expérimental contemporain renouvelle les formes littéraires et présente l’émotion comme contribuant à une esthétique de l’élégie contemporaine et du trauma. Je souligne également la préoccupation de ce mode littéraire pour les éthiques de l’altérité et de la vulnérabilité. Mon corpus est composé des romans The Unfortunates (1969) de B.S. Johnson, Destiny (1999) de Tim Parks, Quilt (2010) de Nicholas Royle, Last Orders (1996) de Graham Swift et Grief Is the Thing with Feathers (2015) de Max Porter.  

Aux origines…

J’ai toujours été intéressée par la littérature grecque classique, la littérature contemporaine du monde anglophone et l’enseignement. De ce fait, faire des études littéraires et un master, recherche, était la seule voie pour faire un métier qui me passionne. Pendant mon master, je travaillais déjà sur l’écriture de la perte. Par chance, j’étais déjà encadrée par mon excellent directeur, ce qui m’a donné encore plus envie de poursuivre en doctorat. 

Mon intérêt pour les vulnérabilités et la question du deuil s’est précisé en 2015 après les attentats du Bataclan. Je me suis interrogée sur comment les individus peuvent ou non surmonter une perte. La question du deuil et de la mélancolie a donc résonné en moi. J’ai par la suite découvert l’élégie, genre littéraire privilégié de l’écriture de la perte, et j’ai ensuite approfondi mes recherches sur les formes littéraires expérimentales et la psychanalyse.

Un moment marquant

Il est difficile de penser à un seul moment marquant de mon doctorat qui fait partie intégrale de mon quotidien ! Ma première communication lors de la journée des doctorants a été un grand moment. Mon voyage à la British Library, où j’ai pu consulter des archives de B.S. Johnson, un des grands écrivains d’avant-garde des années soixante, a été un grand moment. Je dois souligner que j’ai pu y aller grâce à l’aide du laboratoire EMMA. Mais également, chaque étape franchie dans mon doctorat est un moment marquant, car elle me permet de voir ce travail de longue haleine se concrétiser. Il serait donc impossible de choisir un seul moment, car chaque étape est singulière et porteuse d’un sentiment de réussite !

Quelles conditions de travail?

Je n’ai bénéficié d’aucun financement pour ma thèse mais j’ai pu avoir des expériences professionnelles variées dans l’administratif durant les deux premières années de mon doctorat. Et depuis la troisième année, j’enseigne  à l’UPVM3 en tant que contractuelle.

Et dans cinq ans?

Dans l’idéal, j’aimerais travailler en tant qu’enseignante-chercheuse. La seule certitude que j’ai, c’est que j’enseignerai, en France ou dans un autre pays du monde anglophone, tout en poursuivant mes travaux de recherche sur l’élégie et l’expérimentation.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Pompié (6 octobre 2022). Octobre 2022 – Carine Nibakure. Études Montpelliéraines du Monde Anglophone. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o805


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.